Navigation – Plan du site
Comptes rendus

A. Chancerel, C. Marcigny, et E. Ghesquière (dir.), 2005 – Le plateau de Mondeville (Calvados) : du Néolithique à l’âge du Bronze

Sylvie Boulud
p. 288-290
Référence(s) :

Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (« dAf », 99), 208 p.

Texte intégral

1Le plateau de Mondeville, situé dans la plaine de Caen, a fait l’objet de multiples opérations d’aménagement, précédées de diagnostics et de fouilles préventives entre 1990 et 1995. Trois zones industrielles y ont été implantées sur une emprise géographique relativement limitée : la ZAC du Marché d’Intérêt régional (MIR), la ZAC de l’étoile et la ZI de Mondeville-sud. Une dizaine de responsables d’opérations se sont succédé sur les différents chantiers archéologiques au cours du temps. Par la suite, la coordination scientifique mise en place en vue d’une publication des sites fouillés n’a été rassemblée que très tardivement. Ces deux facteurs augurent à eux seuls des énormes difficultés rencontrées pour le travail de récolement des données. Cyril Marcigny et Emmanuel Ghesquière ont réalisé un véritable tour de force en rassemblant et harmonisant une documentation inégale, parfois fort lacunaire, en vue de la publication des résultats issus des différentes opérations préventives effectuées. Bien que publié en 2006, l’ouvrage a été rédigé entre 1994 et 1999 (Cf. avertissement, p. 12). Une bibliographie actualisée permet d’estomper les décalages dus à l’avancée de la recherche entre la date de fin de rédaction et celle de la publication. On ne peut que féliciter les auteurs pour l’étendue du travail accompli et souligner la qualité formelle toujours aussi remarquable des publications de la collection dAf.

2L’ouvrage s’ouvre sur un chapitre introductif (chap. 1 : Présentation générale des sites), à la suite duquel les différents sites archéologiques sont présentés les uns après les autres dans des chapitres successifs respectant la chronologie, de la phase néolithique VSG à la transition Bronze/Fer. Les chapitres sont de longueur et d’importance variables, en fonction du potentiel archéologique offert par chaque structure ou ensemble fouillé. Chaque opération donne lieu à une présentation détaillée des données collectées sur le terrain. Les mobiliers sont étudiés de façon méthodique et sont très bien documentés. Le texte, toujours fluide, est soutenu en permanence par des illustrations variées et de grande qualité, ainsi que par de nombreux tableaux et graphiques. L’étude du mobilier lithique, par exemple, est systématiquement synthétisée sous forme de tableaux à l’intérieur desquels apparaît la totalité des pièces mises au jour. En bref, les données rassemblées lors des différentes opérations de fouilles sont offertes très généreusement aux lecteurs, donnant une impression de grande transparence dans la transmission des informations, ce qui n’a probablement pas toujours été simple.

3Le Néolithique est évoqué à travers trois occupations différentes : une maison danubienne située au Haut-Saint-Martin, dans la ZI sud (chap. 2), une série de fosses-silos et une fosse d’extraction datées du Néolithique moyen II, également dans la ZI sud (chap. 3) et une fosse à dépôts d’animaux datés du Néolithique récent dans la ZAC de l’étoile (chap. 4). Pour cette période, les découvertes du plateau de Mondeville offrent un apport très positif et permettent de compléter les données régionales sur le courant VSG récent et sur le Néolithique moyen II.

4La maison danubienne du Haut-Saint-Martin apparaît isolée, contrairement aux villages danubiens « classiques » qui présentent généralement des rangées de bâtiments très rapprochés. Les recherches de maisons mitoyennes n’ont donné aucun résultat. La maison et les fosses d’accompagnement sont bien datées, en particulier par l’outillage lithique en silex, qui place le site à la fin de la période VSG. Ce site complète les données sur la phase du VSG récent et confirme à nouveau la présence du modèle danubien dans l’ouest de la France. Les auteurs supposent d’ailleurs que l’extension des sites VSG pourra bientôt être vérifiée sur l’ensemble du territoire breton (p. 182).

5L’occupation néolithique de la ZI sud se résume, quant à elle, à six fosses-silos et une fosse d’extraction, qui ont livré un corpus mobilier relativement important daté du Néolithique moyen II. Une datation 14C, supposée assez fiable, confirme une position immédiatement postérieure aux dates retenues pour le Cerny (p. 88). Ce chapitre donne lieu à une réflexion historiographique sur la « redécouverte » de l’ensilage et sur la fonction des silos (p. 56-58) ; on se prend à lire ce passage avec beaucoup d’intérêt alors que ces structures, pourtant si fréquentes dans les habitats, sont généralement évoquées de manière (assez) expéditive. Quoi qu’il en soit, le mobilier céramique et lithique rassemblé ici augmente considérablement les données régionales, particulièrement dans le domaine des ensembles céramiques domestiques. Ceci permet de préciser les affinités culturelles, fluctuantes au cours du temps et en fonction des mobiliers considérés, et qui ne correspondent pas forcément avec celles qui ont été identifiées dans le domaine de l’architecture funéraire (p. 88-92).

6Le dernier site néolithique présenté, une fosse circulaire à dépôts osseux (un faon et un jeune bovidé, accompagnés d’un fémur et d’un tibia de fœtus humain), bien qu’assez singulier dans sa composition, n’offre que peu de prise pour une interprétation définitive. Sa datation s’appuie uniquement sur un 14C effectué sur les ossements du faon (p. 95) : 3303-2898 BC cal., soit le Néolithique récent. Des découvertes nouvelles permettront peut-être un jour de mieux comprendre la vocation de ces fosses, a priori non funéraires comme le soulignent les auteurs, ayant reçu des dépôts animaux mêlés à quelques restes humains épars.

7Les connaissances sur l’extrême fin du Néolithique et sur le début de l’âge du Bronze auraient peut-être pu avancer de manière significative grâce à la fouille de l’enclos de la ZAC du MIR (chap. 5). Malheureusement «Cette opération est incontestablement celle qui cristallise aujourd’hui le plus grand nombre de regrets» (p. 100). Et pour cause… L’enclos, grossièrement quadrangulaire et délimitant une surface de 1 575 m2, a été exploré en un temps record (15 jours) et par une équipe plus que réduite (4 personnes). Ni les abord de l’enclos, ni l’aire centrale n’ont pu être décapés et cette dernière n’a pu être appréhendée qu’à l’aide de quelques tranchées transversales et fenêtres. En l’absence de données sur les surfaces mitoyennes, la fonction de cet enclos peut difficilement être précisée. Les auteurs tentent d’exploiter au maximum les données apportées par le mobilier qui témoigne de deux occupations successives dans le temps, l’une au Néolithique récent et l’autre au Campaniforme. Ils proposent d’interpréter la structure comme une enceinte néolithique, probablement associée à un habitat à l’origine et ayant fait l’objet d’une récupération et d’aménagements à l’époque campaniforme (p. 109-110).

8S’il ne fallait retenir qu’un seul site découvert sur le plateau de Mondeville, il serait bien difficile de trancher entre l’enceinte de la ZAC de l’étoile (chap. 6) et celle, double, de la ZI nord (chap. 7). La lecture de ces deux chapitres est tout à fait passionnante et apporte une nouvelle bouffée d’air frais dans un paysage régional de l’âge du Bronze moyen demeuré longtemps si métallique. Les deux sites donnent lieu à des études rigoureuses et d’une grande pertinence. La présentation de l’évolution pédogénétique des sols du site de Mondeville (p. 114-116), les réflexions sur les creusements et les processus de comblement des fossés (p. 119-120 et 143-145), de même que l’estimation du cubage et donc du temps de travail nécessaire pour la réalisation d’un fossé équivalant à celui de l’enceinte sud de la ZI nord (p. 144) s’avèrent tout particulièrement stimulantes. L’enceinte de l’étoile et les deux enceintes accolées de la ZI nord présentent des faciès étonnamment comparables. Ces deux sites n’ont livré aucune trace d’occupation autre que les fossés, malgré un décapage relativement important de l’aire centrale et d’une petite partie des abords. Dans les deux cas, le mobilier céramique, uniformément attribuable au contexte Deverel-Rimbury, situe l’occupation à la fin du Bronze moyen et au début du Bronze final. Le remplissage de l’enceinte double de la ZI nord a livré trois objets en bronze (une épingle à renflement fusiforme nervuré, une hache à talon de type normand et une pointe de lance de type Sucy) qui précisent le contexte chronologique à la fin du Bronze moyen (xive-xiiie siècles avant J.-C.).

9Les similitudes entre les deux sites se prolongent dans les résultats de l’étude du mobilier osseux. Celui-ci, dominé quantitativement par le bœuf, révèle de véritables singularités : importance relative du cheval parmi les espèces domestiques, faible part de la faune sauvage, présence de nombreux éléments de crâne et d’os longs non segmentés, présence d’ensembles anatomiques complets et de quelques restes humains épars. Ces caractéristiques s’éloignent d’un traitement boucher habituel et évoquent immédiatement des pratiques de dépôts qui sont rares sur les sites à vocation uniquement domestique. La présence d’une hache et d’une pointe de lance intactes dans des fossés d’enceinte contraste également avec d’autres rejets véritablement détritiques comme les vaisselles brisées. Ceci étant dit, l’interprétation la plus vraisemblable reste celle d’habitats ceinturés par une enceinte, à l’instar des quelques exemples comparables connus dans le sud de l’Angleterre et dont la fonction ne fait pas de doute.

10Les deux chapitres suivants (chap. 8 et 9), consacrés à des structures isolées de la fin du Bronze final et du premier âge du Fer, laissent très rapidement place à une conclusion (chap. 10) qui remplit pleinement son rôle en replaçant les données récoltées sur le plateau de Mondeville dans un contexte régional plus large. À la lecture de ce livre, il paraît évident que les enceintes de l’étoile et de la ZI nord vont rapidement devenir des références régionales pour le Bronze moyen, comme l’est déjà l’île de Tatihou publiée en 2003 par C. Marcigny et E. Ghesquière dans la même collection (dAf, 96). L’ouvrage consacré au plateau de Mondeville est une nouvelle pierre à l’édifice ambitieux du renouvellement de la recherche dans le domaine de l’occupation du territoire pré- et protohistorique de Basse-Normandie. Le dynamisme extrême des auteurs, dont on a peine à suivre le rythme effréné des publications, contribue pleinement à la découverte, depuis quelques années déjà, d’un âge du Bronze normand dans lequel les dépôts métalliques ne sont plus les seuls et uniques témoins de la présence humaine. Espérons et gageons que de prochains grands décapages révéleront enfin prochainement des sites de même nature et de même ampleur dans le reste du Grand Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Boulud, « A. Chancerel, C. Marcigny, et E. Ghesquière (dir.), 2005 – Le plateau de Mondeville (Calvados) : du Néolithique à l’âge du Bronze », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 décembre 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rao.revues.org/1132

Haut de page

Auteur

Sylvie Boulud

(Maître de Conférences, Université de Nantes ; UMR 6566 du CNRS – Université de Rennes 1)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page