Navigation – Plan du site

Sondages sur un site mésolithique du Nord-Cotentin : Jobourg « Perréval 2 » (Manche)

Trial excavations on a mesolithic site of Northern Cotentin: Jobourg “Perréval 2” (Manche)
Emmanuel Ghesquière
p. 7-20

Résumés

Des sondages manuels et mécaniques sur une surface d’une trentaine de mètres carrés ont été réalisés en 2006 sur le promontoire côtier de Perréval 2, à Jobourg dans le Nord-Cotentin. Ils ont permis d’identifier un niveau mésolithique riche et très bien préservé sous 0,3 m de limon. Deux structures ont été mises en évidence sans faire l’objet d’une fouille ; concentrant les plus fortes densités d’artefacts, il pourrait s’agir de sols de huttes excavés. Le mobilier abondant recueilli (une soixantaine d’outils dont la moitié d’armatures, une cinquantaine de galets de grès) se rapporte au Mésolithique moyen. Les couches supérieures du gisement, perturbées, ont également permis d’observer une petite série du Mésolithique final.

Haut de page

Texte intégral

1Sept sondages ont été réalisés sur ce site dans le cadre du PCR sur les occupations humaines de la Hague. Perréval 2 est localisé sur un promontoire côtier qui surplombe la mer d’une centaine de mètres (fig. 1 et 2). Sa découverte, en 1995, est liée au recoupement de l’extrémité du promontoire par le chemin des douaniers. La série lithique – et plus particulièrement les armatures – renvoyait à deux contextes distincts, le Mésolithique moyen et le Mésolithique final. C’est cette dernière période qui a motivé les sondages de 2006. Ceux-ci ont pris la forme d’une tranchée en L de 14 m de longueur (14 m²) et de quatre sondages manuels de 1,5 à 2,7 m² chacun (fig. 2 et 3).

2L’existence d’un riche niveau du Mésolithique moyen a été reconnue à 0,45 m de profondeur. Il comprend au moins une grande structure circulaire (une deuxième étant probable), possibles restes d’habitations excavées comparables à celle découverte lors de la fouille du site d’Auderville « Roc de Gîte », à 5 km plus au nord (fig. 3 et 4). L’anthropisation du niveau sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur (us 4), avec de nombreux charbons conservés, indique un faible lessivage des sols par rapport aux autres sites régionaux. Trente armatures et autant d’outils communs ont été rattachés à cette occupation. L’industrie est dominée par les pointes à troncature très oblique et les lamelles étroites à bord abattu. éléments caractéristiques du Nord-Cotentin, les pointes à troncature très oblique à base retouchée et les lamelles à bord abattu pointues sont présents.

Figure 1 : Nord-Cotentin (Manche) : répartition des sites du Mésolithique moyen. Figure 1: Location of Middle Mesolithic sites in North-Cotentin (dept. Manche).

3Une série du Mésolithique récent a également été mise en évidence ; celle-ci est toutefois perturbée dans les couches supérieures du site et ne comprend que sept armatures (en comptant celles des prospections antérieures). Elle se caractérise par la présence de triangles scalènes/trapèzes asymétriques à retouche inverse rasante. Ces armatures étant trop souvent découvertes en prospection ou dans des positions remaniées, on ne peut que leur proposer une attribution au VIe millénaire.

4Une petite série d’artefacts a été découverte en association avec (ou remaniée par) les vestiges du Mésolithique moyen. Principalement laminaire, cette série présente une patine bleue, absente sur le reste du mobilier du même niveau. Deux outils y sont présents : un grattoir en bout de lame et un burin sur lame. Une esquille présentant un facettage du talon s’y trouve également. L’ensemble pourrait évoquer la période tardiglaciaire ou le Mésolithique ancien.

Figure 2 : Jobourg « Perréval 2 » : localisation des sondages.
Figure 2: Location of trial trenches.

1. Stratigraphie générale du site

5Les sondages effectués ont permis une première approche de la stratigraphie du site (fig. 3). Il est installé sur un substrat alternant blocs en place très compacts et altérite livrant des espaces relativement plans. Plusieurs couches recouvrent ce substrat, inégalement réparties suivant la forme de celui-ci. La stratigraphie la moins perturbée (sd 1) a livré la succession de couches suivantes, de haut en bas :

  • Us 1 : terre végétale, très légère et formée de limons bruns avec un riche tissu racinaire. Elle correspond à la prairie actuelle (installée au xixe siècle après une longue période de labour, Lespez et al., 2005). Elle mesure entre 10 et 15 cm de puissance.

  • Us 2 : limon brun-rouge clair. Il mesure entre 15 et 20 cm d’épaisseur et pourrait correspondre à l’ancienne terre labourée. Le tissu racinaire y est presque nul. Quelques silex aux arêtes émoussées y sont présents, qui correspondent semble-t-il à l’occupation du Mésolithique final, sans exclure quelques pièces du Mésolithique moyen.

  • Us 3 : limon brun-rouge chargé en petits nodules d’altérite. Il scelle le niveau Mésolithique moyen sous-jacent. Quelques pièces, émoussées ou non, y sont incluses, sans qu’on puisse préjuger de leur appartenance chronologique.

  • Us 4 : niveau archéologique composé de limon brun-rouge foncé englobant de très nombreux petits nodules d’altérite. Le niveau mesure une vingtaine de centimètres de hauteur et semble reposer directement sur le substrat. Il est globalement riche en silex et même très riche à proximité ou à l’aplomb des deux structures de la tranchée 1. Le mobilier semble appartenir uniquement au Mésolithique moyen. Aucune armature récente n’y a été rencontrée ; ces dernières restent toutefois très rares dans les sondages (trois pièces caractéristiques).

  • Us 5 : substrat (altérite d’arkose cambrienne).

  • Us 6 : substrat (arkose cambrienne sous forme de blocs en place, aux arêtes vives).

Figure 3 : Jobourg « Perréval 2 », tranchée Tr1-Tr6 : localisation des deux structures (en noir), extension de la concentration lithique (en grisé) et position stratigraphique des vestiges.
Figure 3: Trench Tr1-Tr6: location of the two exposed features (in black), of lithic concentrations (in grey) and stratigraphical situation of artefacts.

Figure 4 : Jobourg « Perréval 2 », tranchée Tr1-Tr6 : au premier plan, la première structure circulaire décapée à moitié, de couleur foncée dans l’encaissant jaune ; La seconde structure se trouve au second plan au niveau de l’angulation vers Tr6
Figure 4: Trench Tr1-Tr6: in foreground, the first feature, half-scrapped, looks dark on yellow substratum; the second feature is in background, at the angle towards Tr6.

2. La série « tardiglaciaire »

Position des vestiges et matière première

6Ces vestiges ont été découverts en association avec ceux appartenant à la période moyenne de l’us 4, soit dans les quinze à vingt centimètres surmontant le substrat. Leur faible nombre suggère soit que l’on se trouve en bordure d’une occupation domestique partiellement perturbée par l’installation du Mésolithique moyen, soit qu’il s’agisse de témoins isolés trahissant le simple passage d’un groupe de chasseurs-cueilleurs sur le promontoire.

7Les artefacts sont tous en silex noir translucide à grain fin, portant une patine blanc-bleutée satinée. L’absence de cortex ne permet pas de déterminer la nature du silex employé. La nature des cordons littoraux disponibles à l’époque est également inconnue.

Typologie

8En ce qui concerne le débitage, cinq témoins ont été isolés. Il s’agit dans tous les cas de fragments laminaires, supports nettement plus grands et plus larges que la moyenne de ceux attribués au Mésolithique moyen. La seule partie proximale conservée est celle d’un éclat laminaire transformé en grattoir (fig. 5, n° 2). Il présente un talon lisse assez épais, avec un bulbe diffus. L’hypothèse d’une percussion directe tendre est proposée.

9Il faut également noter la présence d’un petit éclat qui présente un esquillement de son talon plat (n° 2). Cette préparation particulière est susceptible de servir de support à un chasse lame, dans le cadre d’un éventuel usage de la percussion indirecte, technique non mise en évidence par ailleurs sur le reste de la série, très limitée il est vrai.

10Deux véritables outils seulement sont présents. Le premier est un grattoir sur bout de lame au front régulier obtenu par retouche semi-abrupte, faiblement convexe et avec une retouche partielle des bords. La forme se rapproche de celle du grattoir-éventail (fig. 5, n° 1). Le second outil est un burin sur bout de lame, dont le coup de burin a été détaché à partir d’une troncature réduite à un éclat. Un esquillement d’utilisation est présent à l’extrémité (n° 3).

Attribution chrono-culturelle

11L’ensemble, très limité, ne correspond pas à celui mis en évidence pour le Mésolithique moyen (cf. infra). La matière première est différente, de grand module, très patinée ; le débitage n’est représenté que par son industrie laminaire ; l’outillage comprend un grattoir « éventail » et un burin en bout de lame. L’attribution au tardiglaciaire ou au début du Mésolithique, par comparaison avec Curcy-sur-Orne « B42, B98 – série tardiglaciaire » (cf. § 3) est proposée à titre d’hypothèse (Ghesquière et Dédouit, 2006).

3. La série du Mésolithique moyen

Description du locus

12Le mobilier lithique, présent en abondance dans l’us 4 des tranchées 1 et 6, se concentre particulièrement à l’aplomb des deux structures repérées.

13La partie décapée de la structure 1 dans la tranchée 1 se présente sous la forme d’une demi-fosse circulaire de cinq à six mètres de diamètre (fig. 3 et 4). Elle est creusée dans l’altérite et ses bords sont francs. Dans le cadre du sondage, elle n’a pas fait l’objet d’une coupe étant donné la richesse du mobilier découvert à son aplomb dans l’us 4. Un prélèvement limité (20 x 20 cm) indique une profondeur supérieure à 5 cm. Son remplissage est constitué de limon brun anthropisé, mêlé à de petits granules d’altérite et de très nombreux vestiges lithiques.

14La seconde structure reconnue (dans la tranchée 6) est située à une quinzaine de mètres à l’est de la première (fig. 3). Elle présente un plan ovalaire allongé et a été repérée sur 7 m de long et 2 m de large. Comme la première, elle s’inscrit dans l’altérite mais n’a pas été fouillée du fait du nombre de vestiges recueillis lors de son décapage et de son nettoyage. Son remplissage est composé de limon brun faiblement anthropisé (quelques petits charbons de bois millimétriques), mêlé de granules d’altérite et de déchets de taille.

Figure 5 : Jobourg « Perréval 2 » : artefacts tardiglaciaires probables.
Figure 5: Probable Late Glacial artefacts.

15Par comparaison avec le site voisin d’Auderville « Roc de Gîte » (Ghesquière et al., 2000) ou avec celui d’Howick en Angleterre (Waddington, 2007), l’hypothèse d’une structure d’habitat domestique (de type hutte à sol excavé) peut être proposée pour la structure 1. Elle en présente en effet plusieurs caractéristiques : structure circulaire creusée dans le substrat, six mètres de diamètre, présence de nombreux charbons, densité importante de mobilier. La seconde structure est moins directement interprétable de par sa forme et son caractère incomplet, mais la quantité importante de mobilier évoque aussi une structure domestique. La distance avec la structure 1 est assez importante et pourrait militer en faveur d’une présence de plusieurs locus domestiques distincts sur le promontoire, simultanés ou successifs.

Description du mobilier

16Au total 606 artefacts supérieurs à 1,5 cm et 1008 esquilles attribuables au Mésolithique moyen ont été découverts dans les six sondages effectués (38 m² au total). Parmi cette série, 59 outils ont été isolés. Le sondage 1 réalisé en partie à la pelle mécanique, en partie en fouille manuelle et tamisage, a livré à lui seul 426 artefacts et 655 esquilles.

Le silex

Matière première

17Les silex sont dans leur grande majorité de bonne qualité, présentant peu de défauts susceptibles de gêner le débitage. Ils sont de couleur dominante claire. Ils se présentent sous la forme de rognons parallélépipédiques, avec des faces planes parfois utilisées directement comme plan de frappe. Le cortex est très fin et non roulé. Malgré plusieurs études sur les matériaux effectués par les géologues de l’Université de Caen, il n’a pas été possible de déterminer la provenance exacte des gisements terrestres de silex, forcément locaux. Ils semblent provenir de niveaux d’argile, sous forme de cordons qui ont peut-être depuis disparu sous la mer ou bien ont été épuisés dès le Mésolithique.

18Quelques galets de silex marins ont également été mis à profit dans le cadre du débitage, mais ils mesurent rarement plus de 10 cm de longueur et restent peu employés. Ils seront privilégiés par la suite au Mésolithique final et au Néolithique.

Débitage

19La tranchée 1 ayant livré le plus de vestiges lithiques, c’est à partir de celle-ci que seront faites nos observations, les décomptes des autres sondages n’intervenant que pour compléter les données ou évoquer d’éventuelles variations de production.

20La production a pour principale raison d’être l’obtention de supports allongés minces de type lame, courte lame ou lamelle. Les supports les plus grands ne dépassent toutefois pas 10 cm de longueur. Cette production est définie par un nombre de supports techniques achevés, les lames et lamelles (29 % de la série) et par l’ensemble des vestiges ayant servi à les produire : éclats de mise en forme, nucléus, éclats laminaires… (plus de 45 % de la série). L’analyse des différentes catégories d’artefacts dans leur ordre de débitage permet d’avancer quelques hypothèses de production, en l’attente d’éventuels remontages pour confirmer ces impressions.

  • Les éclats d’entame et de sous-entame (13,8 %). Ces éclats diffèrent suivant le type morphologique de la matrice. Ainsi, pour les galets de silex oblongs, ils sont de forme ovalaire et généralement de dimension assez grande. La plupart des rognons sont cependant quadrangulaires et l’initialisation a consisté à éliminer les angles et enlever le cortex sous la forme d’éclats de taille réduite et les plus minces possibles. Le plan de frappe est quant à lui issu directement de la fragmentation en deux des blocs, chaque moitié devenant un nucléus. La percussion directe dure semble ici la seule utilisée comme l’indiquent les cônes de percussion triangulaires. Des galets de grès ou de silex ont pu être utilisés indifféremment comme percuteur.

  • Les éclats de mise en forme (5,2 %). Seconde phase ou aboutissement de la première, elle consiste à régulariser le flanc du futur nucléus par l’enlèvement d’éclats larges et minces, présentant de faibles surfaces corticales.

  • Lames, courtes lames et lamelles (29,2 % ; fig. 6, n° 26 à 37). Principal objectif de la production, ces supports sont moyennement réguliers, caractéristiques du style de Coincy. Leur taille semble varier uniquement en fonction du module des nucléus disponibles et aucune véritable variation technologique n’est identifiable quant à leur production. Ils sont fréquemment à trois pans et la préparation à leur sortie se limite au mieux à une abrasion légère des corniches trop proéminentes ; souvent, aucune préparation n’est requise. Les stigmates de débitage (bulbe diffus, talon lisse et mince à punctiforme, petits esquillements parasites du bulbe, absence de lancettes) témoignent d’une percussion tangentielle tendre. De nombreuses expérimentations (Ghesquière et al., 2000) ont donné un résultat très proche obtenu avec des galets de grès tendre allongés tels que ceux découverts sur le site.

Figure 6 : Jobourg « Perréval 2 », mobilier attribué au Mésolithique moyen. 1, pointe de Chaville ; 2, pointe à retouche unilatérale ; 3-8, pointes à troncature très oblique ; 9-12, pointes à troncature très oblique à base retouchée ; 13, 14, pointes à dos courbe ; 15, armature s.l. ; 16-19 : lamelles étroites à bord abattu ; 20-23 : lamelles étroites à bord abattu, pointues ; 24, 25, segmentiformes (lamelles étroites à bord abattu pointues ?) ; 26, lamelle à coche ; 27, burin ; 28, 29, lamelles tronquées ; 30, couteau à dos ; 31, 32, grattoirs ; 33-37, lamelles brutes.
Figure 6: Assemblage ascribed to Middle Mesolithic. 1, Chaville point; 2, unilaterally retouched point; 3-8, very obliquely truncated points; 9-12, very obliquely truncated points with retouched base; 13, 14, curved back points; 15, armature s.l.; 16-19, edged narrow bladelets; 20-23, d°, pointed; 24-25, segmentiform bladelets; 26, notched bladelet ; 27, burin; 28, 29, tuncated bladelets ; 30, edged knife; 31, 32, scapers; 23-27, rough bladelets.

21Une série de supports sort du lot par leur régularité et leur longueur plus importante (n° 33 et 34). Ils témoignent toutefois également du style de Coincy et semblent refléter les capacités particulières du tailleur.

  • Éclats laminaires et éclats à enlèvements lamellaires (15,3 %). Ces pièces, plus courtes ou plus larges que l’industrie laminaire proprement dite, se composent d’éclats appartenant de façon exclusive à la phase de production de lames et de lamelles (fig. 6, n° 26 et 30). Ils portent systématiquement des négatifs d’enlèvements allongés à leur surface et leur préparation au débitage est la même. La distinction provient souvent de l’épaisseur de leur talon, nettement plus importante que pour les lames/lamelles. Il s’agit vraisemblablement, dans presque tous les cas, « d’accidents de taille », pièces qui ont rebroussé ou qui, du fait de leur épaisseur importante, sont sorties trop larges. Ces pièces sont toutefois utilisées comme support de divers outils communs ou même d’armatures (fig. 6, n° 26).

  • Avivages, crêtes et flancs de nucléus (4,9 %). Les pièces techniques sont peu utilisées dans le cadre du débitage. Les crêtes vraies n’existent pas mais quelques supports allongés portent les traces de l’esquillement d’une arête trop vive, souvent partiellement corticale.

  • La technique de l’avivage est connue et utilisée pour enlever tout ou partie du plan de frappe mais elle est encore une fois peu utilisée, car trop dispendieuse en matière première.

  • Les flancs de nucléus, plus nombreux, témoignent d’une reprise complète du nucléus sur toute sa hauteur, pour éliminer rebroussés ou arêtes trop vives.

  • Nucléus (5,1 %). Dans notre récolte, chaque nucléus correspond à 17 pièces débitées (esquilles non comprises). On se trouve donc largement en dessous du nombre potentiel de supports débités et l’on mesure la perte d’information d’un tel site, dont la plupart des armatures ont vraisemblablement dû être égarées à la chasse.

  • Ces nucléus laminaires sont de quatre types : unipolaires, à débitage alterne, croisé ou pyramidal. Les plans de frappe sont simples et constitués par le négatif d’un grand éclat (d’épannelage) plat. La hauteur du front de ces pièces rejetées est de l’ordre de 5 à 7 cm et permettrait dans l’absolu de débiter encore nombre de supports. Par ailleurs, ils n’offrent pas un flanc totalement détruit par les rebroussés. En fait, leur abandon tient exclusivement à l’épaisseur du plan de frappe, qui mesure environ 3 cm, largeur en dessous de laquelle on doit commencer à se taper sur les doigts (expérimentation B. Aubry, inrap).

  • éclats (10-15 %). Une production d’éclats a également pu être identifiée par plusieurs vestiges caractéristiques. En premier lieu, un nucléus unipolaire présente des négatifs d’enlèvements courts, larges et épais, ce qui témoigne d’une recherche de supports courts dans le cadre de la réalisation d’outils communs (éclats retouchés, grattoirs…). En second lieu, 78 déchets de taille ont été classés parmi les éclats divers. Ces pièces ont été débitées par percussion directe dure (au galet oblong) et sont toujours courtes. Leur épaisseur, plus importante que celle des lames et lamelles, ne dépasse toutefois pas 7 mm. Certaines d’entre elles appartiennent à une phase de plein débitage d’éclats exclusive. D’autres sont plutôt issues de la régularisation du nucléus avant la phase de débitage laminaire. Il est impossible de trier les éclats en l’absence de remontages systématiques et nous conservons donc une part d’incertitude quant à la représentation de la phase de plein débitage d’éclats.

  • Synthèse du débitage. Celui-ci s’apparente au style de Coincy, mis en évidence pour l’ensemble du Mésolithique moyen en France du nord et il est très proche de celui d’Auderville « Roc de Gîte » (Ghesquière et al., 2000). La matière première utilisée est la même, provenant soit des plages de galets, soit surtout de cordons d’argiles à silex, dont les gisements ne sont pas encore localisés dans le Nord-Cotentin. La technique d’entame, de mise en forme et de production de lames et lamelles est également identique à celle de Roc de Gîte. Une impression de meilleure gestion des blocs ou de plus grande régularité ressort toutefois de l’étude des vestiges de Pérréval 2, avec de nombreux supports très réguliers, un pourcentage de lames plus important qu’à Roc de Gîte et un allongement certain de la production laminaire. Cette distinction ne semble pas porter de caractère évolutif, bien que l’on ne puisse exclure cette possibilité. Elle apparaît davantage comme le fait d’un ou plusieurs tailleurs plus expérimentés (comme pour la série d’Hatainville : Ghesquière et al., 2000).

Outillage (fig. 6 ; tabl. 1)

22L’outillage attribué à cette phase se compose de 59 pièces ; il est partagé équitablement entre outils communs (29) et armatures (30). L’outillage commun a été réalisé sur deux types de supports, les éclats divers et les supports laminaires. Les armatures sont quant à elles exclusivement sur support lamino-lamellaire. 40 outils sur 59 sont donc réalisés à partir des supports allongés de la série. Le débitage d’éclats est ainsi nettement sous-représenté par rapport à son utilisation comme support d’outil, ce qui oblige à recourir aux éclats d’initialisation et aux pièces allongées pour réaliser les outils communs.

23La série étant limitée, toute étude de représentation par type d’outil est impossible, en particulier l’utilisation de statistiques. De plus, l’étude de la répartition des vestiges d’Auderville « Roc de Gîte » (Ghesquière et al., 2000) a montré la grande variabilité qui existe dans la représentation de tel ou tel type d’outil au sein d’un habitat structuré au niveau de l’analyse spatiale. Seules quelques remarques d’ordre typo-morphologiques peuvent donc être énoncées ici.

Tableau 1 : Jobourg « Perréval 2 » : décompte de l’outillage mésolithique du Mésolithique moyen. Table 1: Summary of Mesolithic assemblage from Trench 1.

  • Les outils communs. On note un nombre de grattoirs assez remarquable (Fig. 6, n° 31 et 32), avec tout de même une dominante de grattoirs denticulés, phénomène peu courant dans le secteur et que l’on peut rapprocher des séries de Flamanville « Déhus » et du Rozel (Ghesquière et al., 2000). Sans présager de la représentativité de leur nombre, leur présence suffit à marquer une distinction avec les deux grandes séries régionales (Auderville « Roc de Gîte » et Flamanville « EDF »).
    Les deux burins attestent la réalisation de ce type d’outil sur supports variés. Un exemplaire sur lame tronquée régulière (fig. 6, n° 27) est bien caractéristique du Mésolithique moyen du Nord-Cotentin, où il est présent de façon récurrente mais toujours en faible pourcentage.
    Les éclats retouchés et denticulés, minces ou épais, forment le cortège des outils a posteriori ou des pièces au façonnage rapide, témoignant d’un usage peut-être plus ponctuel que des outils au type morpho-fonctionnel plus précis. Les deux perçoirs épais présentent des pointes faiblement dégagées par une retouche directe et inverse des deux bords et l’industrie lamino-lamellaire retouchée présente des supports généralement à retouche d’usage.
    À mi-chemin de la catégorie des armatures se trouvent les lamelles tronquées (fig. 6, n° 28 et 29), réalisées à partir de supports réguliers. La troncature oblique est définie par une retouche directe abrupte, la pointe d’une des pièces ayant sans doute été obtenue par la technique du microburin. Enfin, on note la présence d’un couteau à dos dont l’extrémité est brisée (n° 30).

  • Les armatures. La classe des armatures présente deux dominantes représentant les deux tiers des pièces. La première est composée des pointes à troncature très oblique, à base retouchée ou non ; la seconde est celle des lamelles étroites à bord abattu, pointues ou non.

24Les pointes à troncature très oblique sont réalisées sur des lamelles étroites par une retouche abrupte tronquant l’extrémité, généralement distale, du support (fig. 6, n° 3 à 8). Les pointes ainsi créées présentent un caractère asymétrique accentué ; certaines d’entre elles possèdent une base façonnée par retouche directe semi-abrupte (n° 9, 11 et 12), ou inverse semi-abrupte à plate (n° 10). Leur base est alors soit convexe, soit transversale, soit biaise. Dans le dernier cas, certaines présentent les caractères de pointes rhomboïdales (n° 12). Ce type de pointe à base retouchée est, à une exception près, réalisée sur des supports de grande taille, avec des individus entiers atteignant 5 cm de longueur.

25Les lamelles étroites à bord abattu sont généralement fragmentaires (fig. 6, n° 16 à 23). Elles présentent simplement un dos réalisé par retouche directe abrupte. Quelques sous-catégories sont encore une fois typiques de la région, ayant été définies à partir de l’importante série d’Auderville « Roc de Gîte » et de Flamanville « EDF » (Ghesquière et al., 2000). Les premières (type a) présentent un dos complet et un abattement partiel de l’autre bord dégageant une pointe épaisse (fig. 6, n° 21). Les secondes (type b) possèdent un dos complet et une pointe dégagée par une retouche biaise (n° 20 et 22), troncature oblique opposée au dos. Les troisièmes (type c) sont pointues, un piquant trièdre prolongeant leur dos (n° 23).

26Les autres armatures sont représentées chacune par un nombre restreint de pièces. On note ainsi une pointe à dos courbe et sans doute un fragment d’une seconde (fig. 6, n° 13 et 14), une pointe à retouche unilatérale (n° 2) et une pointe de Chaville (n° 1).

27Les éléments scalènes vrais sont absents. Deux pièces cependant peuvent être rattachées à ce type (lamelles scalènes), aussi bien qu’à celui des segments allongés tant l’angle entre le dos et la troncature des deux exemplaires est arrondi (fig. 6, n° 24 et 25).

Les éléments en grès (fig. 7 et 8)

La matière première

28À l’exception de deux galets de granite provenant des plages situées en contrebas du site, l’ensemble des autres vestiges est en grès feldspathique rouge brique à brun. Il provient en grande majorité de couches d’argile de solifluxion, comme celle mise en évidence à l’aplomb du site d’Auderville « Roc de Gîte » ; deux fragments ont cependant été exploités directement à partir d’un affleurement d’estran. Ces deux gîtes restent pour l’instant les seuls référencés dans la Hague (rens. L. Dupret, Université de Caen), à quelques kilomètres au nord de Perréval 2. Il n’est cependant pas exclu que de telles formations soient présentes en d’autres endroits de la Hague, et pourquoi pas à proximité directe du site de Jobourg. De plus amples prospections permettront à l’avenir de préciser ces informations (notamment dans le cadre du programme de recherche spécifique à la Hague actuellement dirigé par C. Marcigny).

29L’assemblage gréseux est constitué de 54 pièces : galets oblongs, galets allongés et fragments de plaquettes. Les grands galets sont des pièces d’une quinzaine de centimètres de longueur, la plupart du temps fragmentés, pour une largeur de 3 à 6 cm et une épaisseur très variable, de l’ordre de 0,4 à 2,5 cm, épaisseur qui a déterminé leur fonction. Les petits galets sont nombreux sur le site puisque dix d’entre eux ont été découverts ; les plus grands mesurent autour de 5 cm de longueur contre moins de 2 cm pour les plus petits ; aucun d’entre eux n’a fait l’objet de retouche ni ne porte la moindre trace d’usage.

Figure 7 : Jobourg « Perréval 2 », industrie en grès : 1, galet oblong bouchardé ; 2, 3, galets allongés utilisés ; 4, galet hachettiforme.
Figure 7: Sandstone artefacts: 1, oblong pebble; 2, 3, used long pebbles; 4, hatchet-shaped pebble.

Figure 8 : Jobourg « Perréval 2 », industrie en grès (suite) : 1, 3, 5-8, galets bruts ; 2, plaquette lissée ; 4, galet oblong bouchardé.
Figure 8: Sandstone artefacts (continued): 1, 3, 5-8, rough pebbles; 2, smoothed plaquette; 4, pecked oblong pebble.

30Les traces d’utilisation ne concernent que les galets oblongs et les galets allongés, à l’exception d’un fragment de plaquette épaisse qui présente une plage polie.

31Les galets oblongs présentent des traces de percussion aux extrémités – et généralement des bris, qui témoignent d’un usage en percussion lancée, probablement dans le cadre des phases d’initialisation des rognons de silex. Les galets allongés présentent des traces de percussion créant des émoussés sur leur extrémité (fig. 7, n° 2 et 4). Ces traces résultent a priori d’un usage en percussion tangentielle dans le cadre de la production lamino-lamellaire (expérimentation E. Ghesquière). Certains des galets les plus larges et les moins épais possèdent une retouche ou une abrasion en double biseau, antérieure à leur emploi et qui a pu être utilisée dans le cadre de multiples fonctions, y compris éventuellement l’exploitation des couches d’argile pour récupérer galets de grès ou rognons de silex.

32L’ensemble des vestiges en grès se place dans la mouvance culturelle du Mésolithique moyen du Nord-Cotentin. Tous les types d’objets concernés sont en effet rassemblés ici, aussi bien les pièces utilisées dans le cadre du débitage (galets allongés bouchardés, galet oblong bouchardé) que les pièces biseautées « hachettiformes », minces ou épaisses, les plaquettes et même les petits galets, qui constituent des pièces sans traces d’utilisation et pourtant ramassées par les populations mésolithiques. Un tel assemblage n’était jusqu’alors observé qu’à Auderville « Roc de Gîte » en raison de la présence des coulées d’exploitation en contrebas du site. Les autres sites (Flamanville, Digulleville…) se contentent en effet d’assemblages moins diversifiés comprenant galets liés à la taille du silex et grandes plaquettes lissées.

Attribution chrono-culturelle

33L’assemblage que nous venons d’étudier se place dans la mouvance générale du Mésolithique moyen du Nord-Cotentin. Le choix de la matière première tout d’abord, que ce soient les grès ou les silex, renvoie à des gisements utilisés tout au long de cette période, même si les sources de silex souffrent encore d’un déficit d’identification précise dans la Hague. Le débitage renvoie globalement au style de Coincy. L’initialisation des blocs et la morphologie des nucléus renvoient de la même façon à des sites comme Auderville « Roc de Gîte » et Flamanville « EDF », pour ne citer que les deux plus importants. L’industrie lamino-lamellaire, tout en s’inscrivant strictement dans la même mouvance (produits à deux ou trois pans, à bords non parallèles…) semble toutefois plus régulière que celle de Roc de Gîte ou de Flamanville « EDF », mais cela reflète peut-être uniquement l’habileté du tailleur. L’outillage commun offre peu d’éléments du fait de sa faible représentation et la domination des outils a posteriori. Toutefois, on relève la présence de plusieurs grattoirs, ce qui est peu fréquent dans le Nord-Cotentin et renvoie d’ordinaire aux séries à pointes ogivales courtes (le Rozel st. 56, et Flamanville « Déhus »).

34La classe des armatures est nettement plus caractéristique car ces artefacts sont beaucoup plus chargés de valeur culturelle. On note en premier lieu que les tendances générales appartiennent au Mésolithique moyen du Nord-Cotentin, avec la domination des pointes à troncature très oblique et des lamelles étroites à bord abattu. Les pointes à troncature très oblique et base retouchée ou les lamelles étroites à bord abattu pointues sont des sous-types définis comme caractéristiques de ce territoire. L’affinement de la datation au sein de cet ensemble en apparence homogène repose sur l’absence à Perréval 2 des lamelles ou triangles scalènes vrais (au profit de deux éléments segmentiformes) et sur la présence d’une pointe à dos courbe. La proportion d’éléments scalènes est la base de l’évolution du Mésolithique moyen du Nord-Cotentin dans la mesure où l’augmentation de leur représentation va de pair avec celle des pointes ogivales à base retouchée (« pointes du Tardenois »). La rareté des éléments scalènes est en revanche typique des séries présentant le maximum de lamelles étroites à bord abattu (Auderville « Roc de Gîte », Digulleville « Raumarais », Ghesquière et al., 2000).

35Quant aux deux datations absolues obtenues sur la série du Mésolithique moyen de Perréval 2, elles se placent dans le millénaire durant lequel la calibration des données brutes s’avère délicate (Fortin et Evin, 1999), mais elles s’inscrivent parfaitement dans le contexte boréal :

  • échantillon 19965 : Lyon-4366 (OxA) : 8365 +/- 50 (7536 à 7328 bc) ;

  • échantillon18999 : Lyon-3932 (OxA) : 8615 +/- 45 (7709 à 7580 bc).

36En conclusion, on peut proposer le Mésolithique moyen comme attribution pour la série de Jobourg « Perréval 2 », avec peut-être l’assemblage le plus récent reconnu pour la période en ce qui concerne le groupe des armatures. Une régularité accentuée du débitage par rapport à Auderville « Roc de Gîte » ou Flamanville « EDF », si elle est bien représentative, s’inscrirait alors dans une phase de régularisation du style de Coincy. Enfin, la présence des grattoirs pourrait de la même manière témoigner d’un contexte de fin de période.

37Cette occupation, découverte en situation complètement fossilisée, présente des structures en place et une anthropisation du sédiment. Elle s’avère représentative des sites du Mésolithique moyen du Nord-Cotentin, occupant les promontoires côtiers de manière intensive, sous la forme d’habitats permanents ou saisonniers. Les sondages ont permis de reconnaître un niveau d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur, protégé par 0,4 à 0,6 m de recouvrement, phénomène déjà rencontré sur le site de Flamanville « Le Coquet ». La présence de deux fosses correspondant probablement à des structures domestiques (huttes à sol excavé ?), l’anthropisation du niveau et la fossilisation générale en font le site de cette période le mieux conservé du Nord-Cotentin.

4. La série du Mésolithique final

Description du locus

38Pour cette période, qui constituait le principal objectif de l’intervention, les résultats se sont révélés assez décevants, ne permettant pas de proposer un schéma différent de celui élaboré avant les sondages. Les premiers niveaux de décapage (us 1 à 3) ont livré un mobilier dispersé mêlant une industrie fraîche et une industrie émoussée et patinée. Les vestiges frais, par comparaison avec les couches sous-jacentes, ont été attribués dans leur ensemble au Mésolithique moyen. Les éléments émoussés et patinés semblent pour leur part avoir fait l’objet de dispersion par les labours, le colluvionnement ou les agents naturels et biologiques. Cette constatation ne repose toutefois que sur la tentative de lecture des trois seules armatures appartenant de façon certaine au Mésolithique final, plus ou moins patinées et émoussées découvertes dans les sondages. Elle peut être étendue au mobilier de prospection, soit en tout sept armatures attribuables à cette période.

Description du mobilier

39Le lot se compose de 126 pièces supérieures à 1,5 centimètre, parmi lesquelles 15 outils et 13 esquilles. La majorité provient de la tranchée 1, mais il faut noter que, dans la tranchée 5, à l’écart du bord du promontoire, l’us 4 (Mésolithique moyen) n’est pas présente et que la totalité du mobilier consiste en pièces émoussées provenant des niveaux supérieurs perturbés.

Le débitage

40L’assemblage est orienté en majorité vers la production d’éclats issus de galets maritimes. Les pièces sont courtes et épaisses, trahissant l’usage de la percussion dure. L’industrie laminaire est représentée par 40 % des artefacts (esquilles non prises en compte). Les lames et lamelles sont des produits courts et larges, reflet de l’emploi de galets de silex de dimensions réduites par rapport aux rognons utilisés dans la série du Mésolithique moyen. Le style général de cette production est celui de Coincy. Un seul produit très régulier (et très patiné) rappelle le style de Montbani, sans que l’on puisse affirmer avec certitude son appartenance au reste de la série. Les trois nucléus présents portent des négatifs d’enlèvement lamellaires.

41Il est délicat de tirer des conclusions sur le débitage étant donné les doutes quant à l’homogénéité de la série. En tout état de cause, si l’on ne tient compte que de l’industrie laminaire, celle-ci n’est pas comparable au style régulier de Montbani (accompagnant les séries à trapèzes à l’est de la Normandie) mais plutôt au style armoricain (téviécien, séries du Val de Saire…), tributaire d’une adaptation à une matière première de petit module.

L’outillage

42Quinze outils ont été rattachés à cette série, soit douze outils communs et trois armatures (auxquelles ont été adjointes les quatre autres issues des prospections).

Outillage commun

43Malgré la faiblesse numérique de la série, plusieurs constatations sont possibles. La catégorie des grattoirs est représentée par quatre pièces simples sur éclat et trois denticulés, constituant ainsi plus d’un outil sur deux. Le reste n’est représenté que par un burin sur lame, un couteau à dos, une lamelle tronquée, un éclat retouché et deux pièces laminaires à coche.

Armatures

44La série des armatures, riche de trois pièces découvertes lors des sondages et de quatre autres recueillies lors de prospections sur le chemin des douaniers, est nettement plus parlante (fig. 9, n° 1 à 7). Les pièces les plus typiques sont les triangles/trapèzes asymétriques, à petite base très réduite ou inexistante. La retouche est directe abrupte et, pour deux exemplaires sur trois, inverse rasante à la base. Ces pièces sont proches de celles découvertes à Guiscriff (Morbihan : Kayser, 1998) et peuvent être rapprochées de formes élancées de triangles à épine, sans qu’il y ait de correspondance stricte. Un petit trapèze (symétrique ?) est également présent, façonné exclusivement par retouche directe abrupte. L’absence de retouche inverse (retouche extrêmement rare dans le Massif armoricain breton) interdit de la rapprocher de types plus spécifiques. Les autres armatures sont fragmentaires et concernent des pièces mal venues, triangulaires ou trapézoïdales (ébauches ?).

Attribution chrono-culturelle

45En première analyse, il est impossible de déterminer si le lot est homogène. Quinze outils communs ont été rattachés à cet ensemble sur la foi de l’émoussé et de la patine qui marquent les surfaces des pièces. Ceux-ci sont dominés par les grattoirs, caractère qui se distingue de l’ensemble des sites du Mésolithique moyen locaux, au moins dans une partie de sa séquence (Auderville « Roc de Gîte », Flamanville « EDF » : Ghesquière et al., 2000). Certains outils caractéristiques du Mésolithique sont cependant toujours présents tels que le burin sur lame, la lamelle à troncature oblique et le couteau à dos, mais les supports laminaires à coche évoquent les lames à retouche Montbani du second Mésolithique.

46Les armatures les plus caractéristiques se rapprochent des assemblages à triangles à épine, que l’on retrouve au Mésolithique final, du sud de la Loire (Pointe du Payré : Marchand 1999 ; Les Essarts à Poitiers : Marchand, 2009) à la Basse-Normandie (Saint-Ellier-les-Bois, inédit ; Biéville-Beuville : Artur et Billard en préparation). Elles sont accompagnées jusqu’à la Loire par les trapèzes du Payré, les armatures du Châtelet et les flèches de Montclus, attribuées au Retzien C (Marchand, 1999 et 2005), précédant les assemblages à armatures du Bétey (Retzien D) qui, de l’Espagne à la Loire, accompagnent le Néolithique à céramique. Les triangles/trapèzes de Perréval 2 pourraient, comme à Guiscriff, signer des assemblages encore presque inconnus rattachés au Massif armoricain (non téviécien) et dont l’attribution chrono-culturelle pourrait réserver des surprises (fin du Mésolithique récent ?). En l’attente de séries plus étoffées, on restera sur le terme d’attente le plus sûr, à savoir l’attribution au Mésolithique final, où les armatures à retouche inverse rasante présentent une influence méridionale probable.

Figure 9 : Jobourg « Perréval 2 » : 1, 6 : fragments d’armature ; 2-4, grands scalènes, dont deux à retouche inverse rasante ; 5, ébauche d’armature ; 7, trapèze asymétrique.
Figure 9: 1,6, armature fragments; 2-4, large scalenes (2 of them with inverse sharpenning retouche); 12, armature rough-out; 14, asymetrical trapeze.

Conclusion

47Le site de Jobourg n’a été identifié que par des ramassages de surface et quelques sondages très limités. Plusieurs caractéristiques en font cependant un gisement majeur pour le Mésolithique bas-normand. Ainsi, l’occupation du Mésolithique moyen y semble scellée sous une épaisseur conséquente de limon, ce qui a permis la conservation du mobilier et des structures. Ces dernières, identifiées mais à peine sondées, pourraient représenter les empreintes de sols excavés d’habitats (huttes) comme celles pressenties à Auderville « Roc de Gîte » ou à Howick en Angleterre. La perspective d’un habitat récurrent sur le promontoire de Jobourg est ainsi soupçonnée. Le mobilier assez important issu du niveau du Mésolithique moyen, notamment à l’aplomb des deux structures reconnues, s’apparente aux assemblages du Nord-Cotentin (Auderville et Flamanville « EDF » en particulier) et permet d’affiner l’évolution des outillages (carence des scalènes en particulier), Enfin, les deux datations radiocarbone obtenues sur les charbons associés, permettent, bien que ne se recoupant apparemment pas, de replacer avec plus ou moins de certitude la série de Perréval 2 par rapport aux autres séries locales. Il demeure quelques incertitudes sur les structures et quelques éléments du mobilier (galets de grès biseautés), qu’une fouille plus importante permettrait de lever, mais une telle opération, forcément lourde, n’est pas à l’ordre du jour actuellement.

Haut de page

Bibliographie

Fortin, P. et Evin J., 1999 – Les datation radiocarbone de l’épipaléolithique et du Mésolithique français, L’Europe des derniers chasseurs, Épipaléolithique et Mésolithique (Actes du 5e Colloque international de l’UISPP, Commission XII, Grenoble 1995), Paris, CTHS, p. 25-30.

Ghesquière, E., Lefèvre, P., Marcigny, C. et Souffi, B., 2000 – Le Mésolithique moyen du Nord-Cotentin, Basse-Normandie, France, Oxford, Archaeopress (BAR International Series 856), 292 p.

Ghesquière, E. et Dedouit, J.-J., 2006 – Mise en évidence de deux ensembles tardiglaciaires à Curcy-sur-Orne, Archéologie et prospection en Basse-Normandie (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XXXVIII), p. 93 à 101.

Ghesquière, E., Dedouit, J.-J. et Thomas, Y., 2006 – Le Mésolithique ancien dans le Calvados, Archéologie et prospection en Basse-Normandie (Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XXXVIII), p. 101 à 113.

Ghesquière, E., Lefèvre, P. et Marcigny, C., 2003 – Le Mésolithique moyen du Nord-Cotentin (Manche). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 100 (n° 4), p. 649-670.

Kayser, O., 1998 – Caractérisation des groupes lithiques des collecteurs tardi- et postglaciaires dans le Massif armoricain et ses abords, (rapport de PCR inédit déposé au SRA de Bretagne), 39 p.

Lespez, L., Hardel, B., Clet-Pellerin, M., Davidson, R. et Marcigny, C., 2005 – évolution des paysages du Néolithique à nos jours dans la péninsule de la Hague, l’exemple de l’anse Saint-Martin, Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche), première année de recherches, 2005, Tourlainville, Le Tourp, imprimerie Lecaux, p. 31 à 44.

Marchand, G., 1999 – La Néolithisation de l’ouest de la France. Caractérisation des industries lithiques, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 748), 453 p.

Marchand, G., 2005 – Le Mésolithique final en Bretagne : une combinaison des faits archéologiques, in Marchand, G. et Tresset, A. (dir.), Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique (6e-4e millénaires avant J.-C.) (Table ronde de Nantes, 2002), Paris, Société préhistorique française (Mémoire XXXVI), p. 67 à 86.

Marchand, G., 2009 – Des feux dans la vallée, les habitats du Mésolithique et du Néolithique récent de l’Essart à Poitiers, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 246 p.

Waddington, C. (ed.), 2007 – Mesolithic settlement in the North Sea Basin. A Case Study from Howick, North-East England, Oxford, Oxbow Books, 235 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Nord-Cotentin (Manche) : répartition des sites du Mésolithique moyen. Figure 1: Location of Middle Mesolithic sites in North-Cotentin (dept. Manche).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Figure 2 : Jobourg « Perréval 2 » : localisation des sondages.Figure 2: Location of trial trenches.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Figure 3 : Jobourg « Perréval 2 », tranchée Tr1-Tr6 : localisation des deux structures (en noir), extension de la concentration lithique (en grisé) et position stratigraphique des vestiges.Figure 3: Trench Tr1-Tr6: location of the two exposed features (in black), of lithic concentrations (in grey) and stratigraphical situation of artefacts.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Figure 4 : Jobourg « Perréval 2 », tranchée Tr1-Tr6 : au premier plan, la première structure circulaire décapée à moitié, de couleur foncée dans l’encaissant jaune ; La seconde structure se trouve au second plan au niveau de l’angulation vers Tr6Figure 4: Trench Tr1-Tr6: in foreground, the first feature, half-scrapped, looks dark on yellow substratum; the second feature is in background, at the angle towards Tr6.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Figure 5 : Jobourg « Perréval 2 » : artefacts tardiglaciaires probables.Figure 5: Probable Late Glacial artefacts.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 6 : Jobourg « Perréval 2 », mobilier attribué au Mésolithique moyen. 1, pointe de Chaville ; 2, pointe à retouche unilatérale ; 3-8, pointes à troncature très oblique ; 9-12, pointes à troncature très oblique à base retouchée ; 13, 14, pointes à dos courbe ; 15, armature s.l. ; 16-19 : lamelles étroites à bord abattu ; 20-23 : lamelles étroites à bord abattu, pointues ; 24, 25, segmentiformes (lamelles étroites à bord abattu pointues ?) ; 26, lamelle à coche ; 27, burin ; 28, 29, lamelles tronquées ; 30, couteau à dos ; 31, 32, grattoirs ; 33-37, lamelles brutes.Figure 6: Assemblage ascribed to Middle Mesolithic. 1, Chaville point; 2, unilaterally retouched point; 3-8, very obliquely truncated points; 9-12, very obliquely truncated points with retouched base; 13, 14, curved back points; 15, armature s.l.; 16-19, edged narrow bladelets; 20-23, d°, pointed; 24-25, segmentiform bladelets; 26, notched bladelet ; 27, burin; 28, 29, tuncated bladelets ; 30, edged knife; 31, 32, scapers; 23-27, rough bladelets.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Tableau 1 : Jobourg « Perréval 2 » : décompte de l’outillage mésolithique du Mésolithique moyen. Table 1: Summary of Mesolithic assemblage from Trench 1.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-7.png
Fichier image/png, 308k
Légende Figure 7 : Jobourg « Perréval 2 », industrie en grès : 1, galet oblong bouchardé ; 2, 3, galets allongés utilisés ; 4, galet hachettiforme.Figure 7: Sandstone artefacts: 1, oblong pebble; 2, 3, used long pebbles; 4, hatchet-shaped pebble.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Figure 8 : Jobourg « Perréval 2 », industrie en grès (suite) : 1, 3, 5-8, galets bruts ; 2, plaquette lissée ; 4, galet oblong bouchardé.Figure 8: Sandstone artefacts (continued): 1, 3, 5-8, rough pebbles; 2, smoothed plaquette; 4, pecked oblong pebble.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 9 : Jobourg « Perréval 2 » : 1, 6 : fragments d’armature ; 2-4, grands scalènes, dont deux à retouche inverse rasante ; 5, ébauche d’armature ; 7, trapèze asymétrique.Figure 9: 1,6, armature fragments; 2-4, large scalenes (2 of them with inverse sharpenning retouche); 12, armature rough-out; 14, asymetrical trapeze.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/1300/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Sondages sur un site mésolithique du Nord-Cotentin : Jobourg « Perréval 2 » (Manche) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 27 | 2010, mis en ligne le 25 février 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/1300 ; DOI : 10.4000/rao.1300

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquière

Inrap – UMR 6566 – 18 Le Haut de la Rue, 61200 Occagnes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page