Navigation – Plan du site
Analyse d'ouvrages

Dans l’épaisseur du temps

Jean-Laurent Monnier
p. 285
Référence(s) :

Hurel, A. et Coye, N. (coordonné par), 2011 – Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Publications scientifiques du Museum, Paris, coll. « Archives ». (ISBN 978-2-85653-666-7, 35 €).

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif de 442 pages dans le format 17 x 24, réunit les contributions de 22 auteurs. Il montre comment la géologie, la paléontologie et l’archéologie, au milieu du xixe siècle, ont fait émerger une nouvelle science, celle de la Préhistoire, et comment ont ainsi évolué les conceptions sur les origines de l’humanité, dans un débat d’idées souvent passionné. L’introduction, par Arnaud Hurel et Noël Coye, donne le fil conducteur chronologique des évènements depuis l’année 1859 (première édition de « l’Origine des espèces » par Darwin). Le premier chapitre, par Stéphane Tirard, brosse le tableau des théories de l’évolution et de « l’épaisseur » ou de « la dimension » du temps. Le second chapitre, par Claude Blanckaert, analyse l’évolution des sciences humaines dans le sens d’une « ethnologie des temps anciens » ou « palethnologie », à la recherche de l’origine et de l’évolution de la lignée humaine. Le troisième chapitre, par Jean-Yves Pautrat, traite de « l’homme antédiluvien : les vestiges de l’homme et l’avenir des commencements ». L’œuvre de Boucher de Perthes est ici analysée, les controverses et la consécration, ses forces et ses faiblesses, jusqu’aux prémices tant d’une « archéo-géologie » que d’une « anthropologie culturelle ». Le quatrième chapitre, par Arnaud Hurel, est consacré à la contribution de Paul Tournal et de la grotte de Bize aux débats sur la haute antiquité de l’homme. Le cinquième chapitre, par Monique Rémy-Watté, traite de la naissance de l’archéologie préhistorique en Normandie, au travers des documents et collections conservés au Museum d’histoire naturelle de Rouen. Bien que moins connus, Arcisse de Caumont, l’abbé Jean Benoît Désiré Cochet et Georges Pouchet ont joué un rôle également important dans l’émergence de la science préhistorique. Le sixième chapitre, par Sébastien Dubois, est consacré aux idées convergentes soutenues par les deux « chercheurs maudits », Edouard Lartet et Jacques Boucher de Crèvecoeur de Perthes. Le septième chapitre, par Nathalie Richard, analyse le rôle des sociétés savantes dans l’évolution des idées sur l’antiquité de l’homme. Ce rôle fut important sans toutefois parvenir à réunir les deux pôles des sciences humaines et des sciences naturelles. Le huitième chapitre, par Fanny Defrance-Jublot, situe le développement de la science préhistorique dans le contexte de l’orthodoxie religieuse de l’époque. Ce sujet sensible montre le rapport des préhistoriens de la fin du xixe siècle à la religion. Dans la suite du précédent, le neuvième chapitre, par Nadia Pizanias, analyse les répercussions de l’affirmation de la haute antiquité de l’homme dans la presse chrétienne, notamment en France et en Allemagne. Le dixième chapitre – par Pierre Antoine, Jean-Jacques Bahain, Patrick Auguste, Jean-Pierre Fagnart, Nicole Limondin et Jean-Luc Locht – traite du quaternaire et de la préhistoire dans la vallée de la Somme : 150 ans d’histoire commune. Présenté par d’excellents praticiens, le sujet s’étend de l’historique des premiers travaux aux résultats des recherches les plus récentes. Le onzième et dernier chapitre – par François Sémah, Serge Bahuchet, Jean-Pierre Mohen, Evelyne Heyer, Dominque Grimaud-Hervé et Zette Cazalas – est un plaidoyer pour une présentation de la préhistoire, de l’origine et des l’évolution de l’homme, dans un contexte chronologique et paléoenvironnemental, dans un nouveau Musée de l’homme. La conclusion, par Noël Coye et Arnaud Hurel, analyse l’héritage des dix années cruciales (1850-1860) qui ont vu la naissance de la science préhistorique.

2Assorti d’une riche bibliographie, cet ouvrage passionnant est dense et puissant. C’est une contribution originale à l’histoire des sciences et précisément de l’archéologie préhistorique avec toute sa connotation humaine et philosophique. Il est illustré de nombreux documents anciens, souvent inédits, et d’une très bonne qualité. On ne peut que le recommander à tous ceux qui s’intéressent à la naissance de la science préhistorique et à l’histoire des sciences en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Laurent Monnier, « Dans l’épaisseur du temps », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 28 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://rao.revues.org/1465

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page