Navigation – Plan du site

In memoriam Ian Alexander Kinnes (1944-2012)

Charles-Tanguy Le Roux
p. 303-305

Texte intégral

Ian Kinnes et sa femme Barbara lors de la fouille des Fouaillages à Guernesey dans les années 80.

Archives de fouille, I. Kinnes, Culture & Leisure, States of Guernesey.

1Quand un collègue et ami vient à disparaître, il est toujours difficile pour celui qui reste de résumer les impressions recueillies au fil des années durant lesquelles nos routes se sont rapprochées. Deux images me viennent spontanément à l’esprit, qui illustrent assez bien me semble-t-il deux traits marquants de Ian, décédé le 24 août 2012 à seulement 68 ans.

2La première est londonienne. Peu après un colloque sur les Stone axe studies tenu à Nottingham, je me revois parcourant à sa suite les dédales assez chtoniens des réserves du British Museum, en quête de tiroirs susceptibles de receler quelques pierres polies d’origine armoricaine ayant traversé la Manche dès le Néolithique : pour moi comme pour bien d’autres, Ian ne ménageait ni son temps ni sa peine pour faciliter leurs recherches.

3La seconde image est rennaise. Après la réunion du Bronze Ages Studies Group organisée par Jacques Briard, mon épouse avait accueilli une douzaine de participants en une sorte de « troisième mi-temps » festive ; Ian avait été l’un des boute-en-train de la soirée après avoir été l’une des chevilles ouvrières de la manifestation et j’entends encore son retentissant « Vive le Bronze Age ! » lancé en guise de toast final : l’organisateur et l’homme chaleureux s’y retrouvaient.

4Ces deux image marquent aussi une autre spécificité de Ian, son intérêt pour les contacts trans-manche qui auront marqué sa vie comme sa carrière : né dans le Yorkshire, il allait se fixer en Normandie pour une retraite active qui ne l’empêchait pas de cultiver avec ferveur « l’art d’être grand-père » à la faveur de maints retours vers sa résidence familiale du Surrey. Rappelons aussi que l’une de ses fouilles majeures, celle des Fouaillages à Guernesey, entreprise en 1979, avait couronné son activité dans les îles Anglo-Normandes (il venait tout juste d’en achever la publication finale et n’aura malheureusement pas eu le temps de la voir sortir de presse).

5Dans un registre plus académique, rappelons que Ian Alexander Kinnes, né le 10 août 1944, étudia l’Archéologie et l’Anthropologie à Cambridge, cursus couronné en 1973 par une thèse de doctorat remarquée sur les Neolithic burial practices in England and Wales qui allait décider de l’orientation dominante de sa carrière (mais son intérêt pour l’âge du Bronze ne fut jamais loin comme en témoigne sa bibliographie). Après un premier poste à Arundel, au New England College, il entre dès 1974 comme conservateur-adjoint au département des Prehistoric and Romano-British Antiquities du British Museum, établissement où il fera toute sa carrière jusqu’à son départ en retraite anticipée en 1999. C’est dans ce cadre qu’il développa plusieurs programmes de recherche, sut fédérer autour de lui une fidèle équipe de jeunes collègues et d’étudiants tout en publiant nombre d’articles et d’ouvrages dont certains devaient faire date au plan britannique et même européen.

6C’est surtout dans le domaine du mégalithisme et des questions connexes que ses travaux ont acquis une notoriété internationale ; il n’est pas question de les citer tous ici, mais rappelons ses ouvrages de référence que sont Round Barrows and Ring-ditches in the British Neolithic (1979) et Non Megalithic Long Barrows and Alied Structures in the British Neolithic (1992) entre autres.

7Sa connaissance encyclopédique de l’archéologie de l’archipel britannique était proverbiale. C’est sans doute ce qui lui permit de lancer le British Museum Beaker Dating Programme et d’avoir réexaminé la chronologie des Peterborough Ware, ainsi que d’élaborer un incontournable Catalogue of the Excavated Prehistoric and Romano-British Material in the Greenwell Collection (publié avec I. Longworth en 1985). En famille, il fut un infatigable visiteur des chantiers néolithiques de tout le Grand-Ouest et nombreux sont les fouilleurs qui se souviennent des agréables et fructueux moments passés en sa compagnie ; ses contacts privilégiés avec notre pays le conduisirent aussi à traduire l’ouvrage d’Alain Schnapp, The Discovery of the Past (1996-1997), mais aussi à d’éclairants travaux comparatifs, tels ce Trans-Manche : l’Entente cordiale or Vive la différence, article de 2004. Avec Antoine Chancerel, il codirigea également les fouilles du tumulus de Colombiers-sur-Seulles dans les années 1990. Comme nous l’avons dit plus haut, son intérêt pour l’âge du Bronze restait constant. À côté du Neolithic Studies Group dont il avait été l’un des fondateurs, il prit une part active aux travaux du Bronze Age Studies Groups et participa régulièrement aux Colloques néolithiques français.

8Homme de terrain et de collections, Ian Kinnes restait viscéralement attaché au côté factuel de l’archéologie et sa manière « pince-sans-rire » (mais qui pouvait être cinglante) de fustiger les dérives conceptuelles d’une archéologie spéculative, essentiellement britannique mais parfois aussi française, m’évoquèrent plus d’une fois la fameuse « parabole de la truelle d’or » de Flemming.

9Tout cela, la communauté archéologique le partage largement, mais la RAO se devait de souligner le rôle infiniment discret mais fondamental que Ian a tenu auprès de son Comité de Rédaction durant ces dix dernières années. Sans que les auteurs des articles de la revue ou de ses suppléments en aient même parfois conscience, c’est lui qui relisait, vérifiait voire retravaillait bénévolement les textes anglais des résumés et légendes. Une fois parti, son bilinguisme, sa haute compétence et son sens de la concision laissent un grand vide. Merci Ian !

Haut de page

Bibliographie

Il n’est pas possible de développer ici la riche bibliographie de Ian Alexander Kinnes ; rappelons simplement quelques titres de base, notamment parmi ceux qui concernent la France de l’Ouest.

Bishop C., Harrison R., Kinnes I. A. et Wooley A., 1977 – « Jadeite axes in Europe and the British Isles: an interim study », Archaeologia atlantica, 1, p. 1-8.

Kinnes I. A., 1980 – « The art of the exceptional: statues-menhirs of Guernsey in context », Archaeologia atlantica, 3, p. 9-33.

Grant J. A., Daniel G. Tipping W. F. et Kinnes I. A., 1983 – Les Fouaillages and the Megalithic Monuments of Guernsey, Alderney, Amperstand Press.

Kinnes I. A., 1986 – « La néolithisation des îles anglo-normandes : Pinacle and Les Fouaillages », Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 1 (Actes du 10e Colloque interrégional sur le Néolithique, Caen 1983), p. 9-12.

Kinnes, I. A., 1988 – « Megaliths in action: some aspects of the Neolithic period in the Channel islands », The Archaeological Journal, 145, p. 13-59.

Kinnes I. A., 1992 – « The archaeology of the archaeology of death », Archaeological Reviews from Cambridge, 11 (1), p. 11-17.

Chancerel A., Kinnes I. A., Kirk T. et Lagnel E., 1992 – « Le tumulus néolithique de la Commune-sèche à Colombiers-sur-Seulles (Calvados) », in Le Roux C.-T. (dir.), Paysans et bâtisseurs… (Actes du 17e colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes 1990), Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 5, p. 17-29.

Chancerel A., Desloges J., Kinnes I. A. et Dron J.-L., 1993 – « First Neolithic monuments in Normandy », Current Archaeology, 12 (1), p. 28-31.

Kinnes I. A., 1995 – « Statues-menhirs and allied representations in Northern France and the Channel Island », Notizie Archeologiche Bergomensi, 3, p. 131-141.

Kinnes I. A., Varndell G., Leroi-Ladurie E. et Schnapp A., 1995The Discovery of the Past; the Origins of Archaeology, London, British Museum Press.

Chancerel, A., Briard, J., Kinnes, I. A., Azémar, R., Besse, F. et Lontcho, F., 1998 – « Dolmens et menhirs de l’Europe », L’Archéologue, 38, p. 4-29.

Kinnes I. A. et Chancerel A., 1998 – « Du bois pour les dolmens », Dossiers de l’Archéologie « Dolmens et menhirs », p. 23-24.

Marcigny C., Chancerel A., Kinnes I. A., Ghesquière E., Verron, G., San Juan, G. et Dron, J.-L., 2003 – « Les structures de combustion du Néolithique moyen en Basse-Normandie (France) : proposition de classement typologique et fonctionnel », in Frère-Sautot M.-C., Le feu domestique et ses et ses structures au Néolithique et aux âges des métaux, Montagnac, ed. M. Mergoil, p. 375-386.

Louboutin C., Kinnes I. A., Marchand G. et Burnez C., 2003 – « Le tumulus de Cruchaud à Sainte-L’Heurine, Charente-Maritime : étude archéologique », 1, Bulletin de la Société préhistorique française, 100 (2), p. 293-322.

Kinnes I. A., 2004 – « Trans-Manche : l’Entente cordiale or Vive la différence », in Cotton J. et Fields D. (eds.), Towards a new Stone Age : aspects of the Neolithic in South-East England, York, CBA (Research report 137), p. 191-195.

Marcigny C., Ghesquière E et Kinnes I. A., 2007 – « Bronze Age Cross-Channel Relations. The lower Normandy (France) example: Ceramic Chronology and first reflections », in Burgess C., Topping P. et Lynch F. (eds.), Beyond Stonehenge, essays on the Bronze Age in honor of Colin Burgess, Oxford, Oxbow Books, p. 255-267.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ian Kinnes et sa femme Barbara lors de la fouille des Fouaillages à Guernesey dans les années 80.
Crédits Archives de fouille, I. Kinnes, Culture & Leisure, States of Guernesey.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « In memoriam Ian Alexander Kinnes (1944-2012) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 30 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/2210

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page