Navigation – Plan du site

Auderville (Manche) « Le Sémaphore », un amas de débitage côtier mésolithique

Auderville (Manche) “Le Sémaphore”, Mesolithic Coastal Flint Knapping
Auderville (Manche) "Le sémaphore": ein lithisches Fundinventar mit bipolarer Abschlagstechnik aus dem Mesolithikum
Auderville (Manche) "El Semáforo", un grupo de talla costero mesolítico
François Charraud et Gérard Vilgrain
p. 7-13

Résumés

Le site d’Auderville « le Sémaphore » a été découvert en 1990 lors de prospections menées par G. et J. Vilgrain (GRAC). Il a été fouillé en 2006 dans le cadre du PCR sur La Hague dirigé par C. Marcigny, car il était menacé de destruction à court terme (érosion littorale). Cette opération révèle un amas de débitage côtier de 2 736 silex, dans un lambeau de sol de trois mètres carrés, épargné de l’érosion. Peu d’outils sont présents. Le débitage effectué sur des galets littoraux est peu investi techniquement. Ce site peut être interprété comme un poste de taille temporaire. Il documente les procédés d’acquisition et de transformation des ressources littorales. Le contexte de découverte, ainsi que quatre outils, suggèrent une attribution au Mésolithique.

Haut de page

Texte intégral

1Auderville « Le Sémaphore » se situe en Basse-Normandie, à proximité du cap de la Hague (fig. 1). Il s’agit d’un promontoire granitique peu élevé (+ 5 m. NGF) au-dessus du platier de la côte septentrionale de La Hague. Le substrat géologique est constitué de granites clairs à grains fins ou moyens (granite du cap de La Hague : Dupret, 2005). À marée haute, ce promontoire est complètement entouré par la mer : les quelques lambeaux de sol préservés à son sommet sont de ce fait fortement exposés aux éléments.

Figure 1 : Auderville « Le Sémaphore ». Localisation et cadre géologique du site.
Figure 1: Auderville “Le Sémaphore” – the site’s situation and geographical environment.

Figure 1 : Auderville « Le Sémaphore ».       Localisation et cadre géologique du site.Figure       1: Auderville “Le Sémaphore” – the site’s situation and geographical       environment.

2Les côtes nord et ouest de La Hague présentent un découpage relativement accidenté. Elles comportent une série d’écueils et de petits promontoires rocheux en tous points semblables à celui du Sémaphore. Depuis ces promontoires on domine le raz Blanchard et les îles Anglo-Normandes.

3Le site a été découvert par G. et J. Vilgrain (GRAC) à l’occasion d’une érosion importante du littoral au cours des années 1990. À cette époque, les prospecteurs ont reconnu plusieurs gisements préhistoriques le long de cette même côte. Leur surveillance régulière a mis en évidence une érosion particulièrement rapide du site, ce qui a motivé une intervention en 2006, dans le cadre du PCR sur La Hague dirigé par C. Marcigny (2009). Le sondage effectué a permis de sauvegarder les informations encore disponibles et de caractériser le mobilier découvert, dans la continuité des travaux réalisés dans le Cotentin (Ghesquière, 1995 et 1997 ; Juhel, 2006).

4La coupe réalisée lors de la fouille montre une stratigraphie simple (fig. 2) : le substrat granitique (1) est surmonté d’un niveau argilo-limoneux brun induré stérile (2), puis d’un sédiment limono-sableux brun-jaune meuble contenant les vestiges archéologiques (3). Le dernier niveau (4), fortement anthropisé (foyer contemporain), est composé d’un sédiment meuble gris-noir, comportant de nombreuses esquilles de silex en position remaniée.

Figure 2 : Auderville « Le Sémaphore ». Stratigraphie du gisement.
Figure 2: Auderville “Le Sémaphore” – site stratigraphy.

Figure 2 : Auderville « Le Sémaphore ».       Stratigraphie du gisement.Figure 2: Auderville       “Le Sémaphore” – site stratigraphy.

5Ces niveaux stratigraphiques présentent une érosion en sifflet caractéristique. Le niveau contenant les vestiges (3) est tronqué au sommet par l’horizon 4, et par l’érosion au sud. Il est certain que ce niveau était originellement beaucoup plus étendu sur le promontoire. L’homogénéité des vestiges récoltés dans l’horizon 3 est probable ; c’est sur ceux-ci que se fonde la description du mobilier

1. Les matériaux et le débitage

6Le mobilier est uniquement lithique. L’exploitation exclusive de galets littoraux selon un schéma opératoire simple a permis d’obtenir des éclats courts ou lamino-lamellaires. Le décompte des 2 736 objets reconnus (tableau 1) montre la très large part détritique de cet ensemble, avec un total de 2 474 débris (90 %). La quantité d’esquilles s’explique par le tamisage des déblais. Les objets observables d’un point de vue typo-technologique sont 234 déchets de taille et 28 outils.

Tableau 1: Décompte simplifié du mobilier lithique.
Table 1: Inventory of flint pieces.

Eclat cortical (+50 %)

72

Eclat court

84

Eclat lamino-lamellaire

51

NL unidirectionnel

5

NE multidirectionnel

10

Fragment de nucléus

12

TOTAL DECHETS DE TAILLE

234

Débris, casson indéterminé

77

Esquille

2397

TOTAL DEBRIS

2474

Eclat denticulé

7

Eclat retouché

7

Bitroncature symétrique

2

Lamelle à troncature concave

1

Galet bouchardé

11

TOTAL OUTILS

28

TOTAL

2736

7On ne constate aucune complexité dans l’acquisition des matériaux : tous proviennent du cordon de galets local qui présente des petits rognons de qualités et de dimensions diverses. Si certains peuvent présenter une aptitude à la taille satisfaisante, on constate qu’aucune sélection n’a été opérée parmi ceux-ci. L’aspect extérieur des blocs bruts ne permet pas de deviner leur qualité interne. Ceux-ci ont tous été acheminés, puis testés et débités sur place. De même, aucune différence de traitement n’est perceptible parmi les déchets de taille récoltés. Ces données suggèrent un approvisionnement très local, qui exclut une attribution du site à une période antérieure au Mésolithique final, car le contexte littoral élimine toutes les périodes où la mer était plus distante.

8Le débitage est conditionné par la piètre qualité et la petite taille des rognons, qui excluent toute chaîne opératoire complexe, récurrente ou standardisée. Aucun remontage n’a pu être mis en évidence parmi ces déchets de taille. Les produits obtenus sont également de dimensions et de morphologies variées ; ils ne semblent régis par aucune norme de fabrication. La seule technique employée est la percussion directe dure. Aucun témoin de fracturation sur enclume n’a été observé. L’état d’abandon des nucléus montre que les blocs oblongs ont été utilisés pour produire des supports lamino-lamellaires selon un schéma opératoire unidirectionnel simple commencé dès l’entame. Des rognons plus sphériques ou moins réguliers ou qualitatifs sont employés pour un débitage d’éclats courts selon un schéma multidirectionnel simple. Rares sont les produits sans cortex, en raison de la petite taille de ces blocs.

2. L’outillage

9L’outillage en silex se résume à 17 outils : il s’agit pour l’essentiel d’éclats retouchés (7) et denticulés (7) sans caractères particuliers. Deux petites bitroncatures (armatures tranchantes) ont également été récoltées (fig. 3, nos 1 et 2). Elles sont de forme triangulaire et de petite taille. Une petite lamelle à troncature concave (fig. 3, n3) a également été reconnue. La présence de ces outils expédients en petite quantité ne permet pas de déterminer une fonction particulière pour ce site. De plus, ces outils peuvent constituer un outillage produit sur place, mais non fonctionnel, voire abandonné car ne correspondant pas à l’intention de production du tailleur. Ce pourrait être notamment le cas des armatures de flèches, qui ne sont associées à aucun reste de faune.

Figure 3 : Débitage et outillage : 1 et 2 : petites bi-troncatures (armatures tranchantes) ; 3 : lamelle tronquée ; 4 : éclat mince retouché ; 5 : éclat épais retouché ; 6 : éclat épais denticulé ; 7 à 13 : produits lamino-lamellaires.
Figure 3: Débitage and tools: 1 and 2: small bitruncation; 3: truncated bladette; 4: fine retouched flake; 5: thick retouched flake; 6: denticulated flake; 7-13: laminated products.

Figure 3 : Débitage et outillage : 1 et 2 :         petites bi-troncatures (armatures tranchantes) ; 3 : lamelle         tronquée ; 4 : éclat mince retouché ; 5 : éclat épais retouché ; 6 :         éclat épais denticulé ; 7 à 13 : produits lamino-lamellaires.Figure 3: Débitage and tools: 1 and 2: small         bitruncation; 3: truncated bladette; 4: fine retouched flake; 5: thick         retouched flake; 6: denticulated flake; 7-13: laminated         products.

10En revanche, 11 galets en roches tenaces locales (grès et microgranite) présentent des stigmates de bouchardage liés à la taille de silex (fig. 4). Aucune usure en biseau, associable à d’autres activités (Juhel, 2006 ; Pailler, 2007) n’a été constatée. Parmi ces percuteurs, deux sont réalisés sur des plaquettes : des plaquettes de ce type ont été identifiés sur tous les sites attribués au Mésolithique moyen du groupe du Nord-Cotentin (Ghesquière, 1995 ; Ghesquière et al., 2000 ; Lefèvre, 1993).

Figure 4 : Pièces bouchardées : 1 et 2 : plaquettes bouchardées ; 3, 4, 5, 6 : galets bouchardés.
Figure 4: Pecked objects: 1 and 2: pecked plaquettes; 3-6: pecked pebbles.

Figure 4 : Pièces bouchardées : 1 et 2 :         plaquettes bouchardées ; 3, 4, 5, 6 : galets bouchardés.Figure 4: Pecked objects: 1 and 2: pecked plaquettes;         3-6: pecked pebbles.

3. Conclusion

11En raison de l’importante érosion subie par ce site, le mobilier porté à l’étude est relativement réduit. Le débitage peu structuré exploite directement les galets du littoral pour produire des supports d’outils courts, ou allongés lorsque c’est possible. Il s’agit sans doute d’une installation temporaire, uniquement liée à la taille du silex, si l’on considère que les rares outils en silex ne sont pas significatifs d’une quelconque autre activité. Ce site documente toutefois les procédés d’acquisition et de transformation des ressources littorales. Plusieurs indices permettent de supposer une datation relativement récente :

  • Le site a été découvert au sein d’un horizon holocène (postérieur à la mise en place des loess datés de la fin de la dernière glaciation : Cliquet et Lautridou, 2005).

  • La position du site et les ressources exploitées supposent un contexte littoral, ce qui signifie que la mer était à un niveau proche de l’actuel.

  • La nature des vestiges observés ne comprend aucun élément caractéristique du Mésolithique ancien ou moyen, ni du Néolithique.

  • Les deux armatures découvertes présentent une typologie peu caractéristique, sans éléments de comparaison en Normandie (Ghesquière, 2012). Quelques éléments du Mésolithique final breton pourraient s’en rapprocher (Marchand, 1999 ; Pailler, 2007).

  • Les plaquettes bouchardées ne trouvent également d’éléments de comparaison que dans des horizons du Mésolithique (Pailler, 2007 ; Ghesquière, 2012).

12Ces quelques indices ne permettent aucune affirmation. L’attribution de cet amas de débitage côtier à la fin du Mésolithique est une proposition de travail et doit être considérée avec prudence, sous réserve d’éléments de comparaison plus pertinents.

Haut de page

Bibliographie

Cliquet D. et Lautridou J.-P., 2005 – Chronostratigraphie des formations du Pléistocène moyen et supérieur et sites associés en Normandie, BAR International Series 1364, Oxford, p. 53-62.

Dupret L., 2005 – Les pierres de La Hague, témoins de deux milliards d’années d’histoire de la Terre, in C. Marcigny et E. Ghesquière (dir.), Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de La Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent. Première année de recherche, Beaumont-Hague, p. 13-18.

Ghesquière E., 1995 – Étude préliminaire du site mésolithique d’Auderville – Roc de Gîte, Mémoire de diplôme de l’EHESS.

Ghesquière E., 1997 – Les galets et plaquettes du site mésolithique d’Auderville – Roc de Gîte, mémoire de DEA de l’université de Toulouse – Le Mirail, 213 p.

Ghesquière E., Lefevre P., Marcigny C. et Souffi B., 2000 – Le Mésolithique moyen du Nord-Cotentin, Basse-Normandie, France, BAR International Series 856, Oxford, 292 p.

Ghesquière E., 2012 – Le Mésolithique de Basse-Normandie, Thèse de doctorat de l’EHESS, Toulouse, 2 vol., 440 et 415 p.

Juhel L., 2006 – L’abri sous roche de la Jupinerie à Omonville-la-Petite (Manche) et la question de l’implantation néolithique dans La Hague, mémoire de diplôme de l’EHESS, 134 p.

Lefèvre P., 1993 – Le site mésolithique de Flamanville (Manche). Étude typologique et approche technologique de l’industrie lithique, mémoire de maîtrise de l’université Paris I, 72 p.

Marchand G., 1999 – La néolithisation de l’Ouest de la France : caractérisation des industries lithiques, BAR International Series 748, Oxford, 486 p.

Marcigny C. (dir.), 2009 – Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent. Quatrième année de recherche, 2008, Beaumont-Hague, 152 p.

Pailler Y., 2007 – Des dernières industries à trapèzes à l’affirmation du Néolithique en Bretagne occidentale (5 500-3 500 av. J.-C.), BAR International Series 1648, Oxford, 340 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Auderville « Le Sémaphore ». Localisation et cadre géologique du site.Figure 1: Auderville “Le Sémaphore” – the site’s situation and geographical environment.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 2 : Auderville « Le Sémaphore ». Stratigraphie du gisement.Figure 2: Auderville “Le Sémaphore” – site stratigraphy.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 3 : Débitage et outillage : 1 et 2 : petites bi-troncatures (armatures tranchantes) ; 3 : lamelle tronquée ; 4 : éclat mince retouché ; 5 : éclat épais retouché ; 6 : éclat épais denticulé ; 7 à 13 : produits lamino-lamellaires.Figure 3: Débitage and tools: 1 and 2: small bitruncation; 3: truncated bladette; 4: fine retouched flake; 5: thick retouched flake; 6: denticulated flake; 7-13: laminated products.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 4 : Pièces bouchardées : 1 et 2 : plaquettes bouchardées ; 3, 4, 5, 6 : galets bouchardés.Figure 4: Pecked objects: 1 and 2: pecked plaquettes; 3-6: pecked pebbles.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Charraud et Gérard Vilgrain, « Auderville (Manche) « Le Sémaphore », un amas de débitage côtier mésolithique », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 31 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rao.revues.org/2374 ; DOI : 10.4000/rao.2374

Haut de page

Auteurs

François Charraud

CEPAM – UMR 7264 CNRS / Université Nice Sophia Antipolis, Pôle Universitaire de Saint-Jean-d'Angély 3, 24 avenue des Diables-bleus – 06357 Nice Cedex 4

Articles du même auteur

Gérard Vilgrain

Bénévole, Groupe de Recherches Archéologiques du Cotentin

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page