Navigation – Plan du site

Soumont-Saint-Quentin (Calvados) « La Mine »

Nouveaux témoins d’extraction néolithique du silex bathonien
Soumont-Saint-Quentin (Calvados) “La Mine”
Soument-Saint-Quentin (Calvados) "La Mine"
Soumont-Saint-Quentin (Calvados) "La Mina"
François Charraud, Nicolas Fromont et Jean Ladjadj
p. 15-23

Résumés

Au cours de recherches portant sur l’acquisition et la transformation initiale des silex jurassiques bas-normands, une campagne de sondages a été menée sur différents gîtes de silex. Une unique structure d’extraction néolithique a été découverte en bordure d’emprise sondée à « La Mine » de Soumont-Saint-Quentin, mais des indices suggèrent la présence d’autres structures d’extraction hors emprise. Le matériel en silex étudié atteste une nouvelle occurrence de l’extraction du silex bathonien gris pour la production de haches. Ce site minier documente les procédés d’acquisition et de transformation des silex jurassiques de la plaine de Caen au Néolithique.

Haut de page

Texte intégral

1Soumont-Saint-Quentin « la Mine » se situe au sud de la plaine de Caen (fig. 1), en rebord du plateau qui s’ouvre à l’ouest du Mont-Joly, en un secteur riche en vestiges d’extraction et de débitage de silex au Néolithique (Desloges, 2007 ; Ghesquière et al., 2008 ; Charraud, 2013). Il a été découvert lors de prospections pédestres par J. Ladjadj en 1995. La parcelle sondée, d’une superficie de plus de 9 hectares, se trouve sur un versant en pente douce d’orientation ouest-est vers la vallée du Laizon. Cette zone de la vallée a livré d’importantes séries de surface (Dupuis et al., 2006 ; Charraud, 2013). La parcelle de « la Mine » a notamment livré la plus grosse série de nucléus à lames en silex du Cinglais de la région, si l’on exclut les découvertes du plateau du Cinglais (Charraud, 2009). Ces découvertes laissaient présager un site d’extraction ou de transformation du silex du Cinglais pour la fabrication de lames par percussion indirecte et ont donc motivé des sondages.

Figure 1 : Localisation du site de « la Mine » au sein des différentes formations à silex des plaines jurassiques bas-normandes, incluant la localisation des sites miniers. D’après fonds cartographiques fournis par A. Ropars, MCC).
Figure 1: The “La Mine” site located in relation to the different flint formations of the Jurassic plains of Basse Normandy including the localisation of other mining sites. After maps provided by A. Ropars, MCC.

Figure 1 : Localisation du site de « la Mine » au       sein des différentes formations à silex des plaines jurassiques       bas-normandes, incluant la localisation des sites miniers. D’après fonds       cartographiques fournis par A. Ropars, MCC).Figure 1: The “La Mine” site located in relation to the       different flint formations of the Jurassic plains of Basse Normandy       including the localisation of other mining sites. After maps provided by A. Ropars, MCC.

2Pourtant, un diagnostic préventif mené par l’Inrap dans une parcelle voisine a livré peu de résultats (fig. 2 ; Flotté et Marcigny, 2008). De nouveaux sondages programmés ont ensuite été réalisés dans le cadre d’une prospection thématique, plus au nord, à l’endroit d’où proviennent les vestiges en surface (fig. 2 ; Charraud et al., 2010). Ils ont en fait livré un site d’extraction de silex bathonien gris, contre toute attente, du fait de l’absence de ce matériau dans la collection de surface. Ces résultats documentent la chaîne opératoire de fabrication des haches en silex bathonien gris, par la mise au jour d’un banc de silex inconnu jusqu’à présent, exploité au moyen d’un puits d’extraction apparemment isolé, car découvert en limite de parcelle.

Figure 2 : Plan du cadastre et implantation des sondages. La parcelle où a été découvert le puits (St. 2) lors des sondages programmés est au nord. La parcelle sud est celle concernée par le diagnostic préventif. D’après Flotté et Marcigny, 2008).
Figure 2: Cadastral map and situation of the trenches. The plot where the well was discovered (st.2) during a programmed evaluation is situated to the north. A preventive evaluation was carried out on the southern plot. After Flotté and Marcigny, 2008.

Figure 2 : Plan du cadastre et implantation des       sondages. La parcelle où a été découvert le puits (St. 2) lors des       sondages programmés est au nord. La parcelle sud est celle concernée par       le diagnostic préventif. D’après Flotté et Marcigny,       2008).Figure 2: Cadastral map and       situation of the trenches. The plot where the well was discovered (st.2)       during a programmed evaluation is situated to the north. A preventive       evaluation was carried out on the southern plot. After Flotté and Marcigny, 2008.

1. La structure d’extraction

3La structure d’extraction (fig. 2 : St. 2) se présentait en surface de décapage comme une anomalie circulaire de 1,50 m de diamètre. Son remplissage limoneux contenait de nombreux déchets de taille, surtout à la base du remplissage.

4Les contours de la structure, relativement réguliers, étaient bien lisibles sur toute sa profondeur. Le sommet du substrat calcaire bathonien sain, très dur, est à 3,60 m sous la surface actuelle (fig. 3). En l’absence de couverture limoneuse à cet endroit, la structure perfore différents horizons interprétés comme des états de déstructuration du substrat calcaire. Sur le premier mètre de profondeur, les bords de la structure sont un peu évasés et perforent un horizon carbonaté limoneux (A). La structure adopte ensuite un profil cylindrique sur un mètre, traversant un second horizon carbonaté faiblement teinté de limons (B). La structure s’élargit au sein du niveau de calcaire en plaquettes (C) qui est la couche d’où proviennent les rognons exploités. Des départs de galeries laissent supposer d’autres structures à proximité, notamment vers l’est où il était impossible de pratiquer d’autres sondages (aménagements actuels).

Figure 3 : Coupe stratigraphique de la structure d’extraction mise au jour à Soumont-Saint-Quentin « la Mine ».
Figure 3: Stratigraphical section of the extraction structure discovered at Soumont-Saint-Quentin “la Mine”.

Figure 3 : Coupe stratigraphique de la         structure d’extraction mise au jour à Soumont-Saint-Quentin « la         Mine ».Figure 3: Stratigraphical         section of the extraction structure discovered at         Soumont-Saint-Quentin “la Mine”.

5La stratigraphie du remplissage montre l’alternance de sédiments issus de l’encaissant naturel. À sa base, le remplissage se compose d’un niveau très épais, meuble et lacunaire, évoquant un rebouchage volontaire brutal (fig. 3 : US1). Ce sédiment carbonaté, tacheté de limon, emballe de nombreuses plaquettes calcaires non émoussées. Cet horizon était riche en déchets de taille (blocs testés, déchets corticaux massifs, éclats de façonnage). La suite du remplissage (fig. 3 : nos 2 à 13) évoque un comblement rapide, marqué par l’alternance de sédiments à dominante limoneuse ou carbonatée. Aucune subdivision n’a été lue au sein de ce remplissage qui révèle des apports importants et rapides de sédiments. L’absence de tout élément indiquant un séjour à l’air libre (hydromorphie, déchets organiques, etc.) suggère un rebouchage peu étalé dans le temps (rebouchage volontaire). La phase finale de comblement est marquée par la mise en place d’un niveau à matrice limoneuse claire, emballant une très grande quantité de matériel lithique taillé.

2. Gîtologie du silex

6Le seul silex observé en contexte archéologique et géologique à l’occasion des sondages est le silex bathonien gris local, exploité par les mineurs néolithiques. Il provient de la couche de calcaire bathonien déstructuré en plaquettes (fig. 3 : C). Le puits s’arrête sur le sommet du calcaire bathonien non altéré, très dur. La dureté du matériau pourrait expliquer une exploitation privilégiant le calcaire en plaquettes, plus friable. Cependant, la facilité de creusement semble peu entrer en ligne de compte dans d’autres sites miniers européens (Weiner, 1995 ; Mercer, 1976).

7Les silex peuvent donc être considérés comme géologiquement en place et l’altération majeure qu’ils ont subie est causée par le gel qui les a modérément fracturés. Les silex recherchés dans la couche de calcaire déstructurée n’ont pas fait l’objet de déplacements importants, et la préservation partielle de leur milieu n’est pas susceptible de leur imposer des modifications physiques majeures, comme c’est parfois le cas pour les rognons issus d’argiles à silex.

8La formation dont ils proviennent est le calcaire de Rouvres (Rioult et al., 1986 ; Gigot et al., 1999), qui couvre une partie de la campagne de Caen/Falaise (fig. 1), également exploité régionalement à Bretteville-le-Rabet (Desloges, 1986), Soignolles (Edeine, 1961) ou Olendon (Eudes-Deslongchamps, 1876).

9Jusqu’à présent aucun banc de silex de ce type, exploitable pour une fabrication de haches, n’était porté à notre connaissance dans ce secteur de la plaine de Caen/Falaise, où l’on supposait plutôt découvrir un gîte de silex du Cinglais en raison de la proximité géographique de la mine des Longrais (fig. 1 ; Ghesquière et al., 2008).

3. Des déchets de façonnage de haches

10Le mobilier récolté lors de l’opération, uniquement lithique, provient de la moitié sondée du puits. Aucun matériau datable par le radiocarbone n’y a été découvert. La fouille manuelle du mobilier entre chaque passe mécanique n’a permis de constituer qu’un petit échantillon du matériel de la structure (85 kg), en particulier pour le fond de celle-ci pour des raisons de sécurité. Cet échantillonnage interdit une approche quantitative des caractères typo-morphologiques de l’industrie, dont on a montré par ailleurs l’inutilité dans le type de contextes (Pélegrin, 1995 ; Marcigny et al., 2011). L’essentiel lorsqu’on est confronté à une industrie en contexte d’atelier ou de mine est de reconnaître « l’intention générale de production » (Pélegrin, 1995). Or celle-ci est évidente pour ce qui concerne le mobilier de la structure 2 : il s’agit de déchets de façonnage de haches. La grille de tri des déchets de taille est la même que celle employée à Ri « Le Fresne » (Orne : Marcigny et al., 2011) :

  • les éclats très épais, souvent corticaux, se rapportent au dégrossissage des blocs ;

  • les éclats épais se rapportent à la mise en forme des ébauches ;

  • les éclats minces et esquilles se rapportent aux stades de finition des préformes.

11Pour le reste, aucun bloc testé ou suffisamment mis en forme parmi ceux récoltés dans la structure ne peut être considéré comme une ébauche de hache. La sous représentation des ébauches ou des produits finis est une constante de ce type de sites ; ce n’est donc pas surprenant, compte tenu de l’échantillon considéré. Les déchets observés montrent des méthodes et des techniques de façonnage en tous points similaires à ce qui a été caractérisé à Ri (Marcigny et al., 2011 ; Charraud, 2013). Seule la technique de fracturation en split sur percuteur dormant n’a pas été observée sur cet échantillon, mais celle-ci pourrait être spécifique à Ri (Giazzon, 2010).

12En revanche, certains éclats massifs récoltés ont très probablement été détachés comme à Ri à l’aide de percuteurs lourds par percussion jetée ou percussion directe, le percuteur tenu à deux mains. Ces éclats sont certainement des éclats supports employés pour le façonnage des haches. De nombreux éclats de façonnage sont caractéristiques d’un mode de façonnage bifacial. La percussion directe dure est largement employée, hormis pour la phase de finition des préformes comme à Ri. La méthode de façonnage par pans latéraux (Ri : ibid.) est représentée indirectement par des éclats caractéristiques, de même que dans les séries de surface provenant des autres sites miniers bas-normands : à Soignolles, Bretteville-le-Rabet et Olendon (Charraud, 2013). Toutes les étapes du schéma opératoire de façonnage de haches, depuis le dégrossissage des nodules jusqu’à la finition et la régularisation des préformes, sont donc représentées dans la structure de « la Mine ».

4. Un seul outil découvert : un pic

13Par ailleurs, un seul outil a été identifié dans la série, il s’agit d’un pic en silex relativement court (15,6 cm : fig. 4). Les outils sont généralement rares en contexte minier, « la Mine » ne fait pas exception à cette règle. Aucun outil expédient sur éclat n’a été reconnu dans ce puits.

14Le pic de la structure 2 est mis en forme par percussion directe dure sur la base d’un support allongé et épais. La mise en forme a été réalisée au moyen d’éclats courts et arqués dégagés perpendiculairement à l’axe morphologique de la pièce. Ils sont le plus souvent obtenus à partir de plans de frappe successifs, constitués par les surfaces planes des négatifs d’enlèvements précédents, en faisant tourner la pièce sur elle-même en cours de façonnage. La mise en forme n’est suivie d’aucune finition ; elle consiste à dégager un volume grossier de section globalement quadrangulaire, à l’exception d’une extrémité apicale vaguement triédrique. Malgré l’absence de patine, la pièce ne comportait aucune trace d’usure macroscopique ou microscopique ; seuls quelques émoussés d’origine technologique liés au façonnage de la pièce ont été observés.

Figure 4 : Pic en silex découvert dans la base lacunaire du comblement de la structure d’extraction.
Figure 4: Flint pick discovered at the bottom of the extraction structure.

Figure 4 : Pic en silex découvert dans la base         lacunaire du comblement de la structure d’extraction.Figure 4: Flint pick discovered at the bottom of the         extraction structure.

5. Bilan de l’occupation

15Les sondages réalisés à « la Mine » en 2010 ont révélé l’existence d’un site d’acquisition inédit dans ce secteur de la plaine de Caen. Curieusement, la proximité de sources connues de silex du Cinglais (Les Longrais), le contexte géologique et topographique, ainsi que la nature du mobilier récolté en surface laissaient supposer que, s’il y avait eu extraction sur ce site, elle aurait concerné un gîte de silex du Cinglais. Or c’est un banc de silex bathonien gris employé pour le façonnage de haches qui a été mis au jour. Les données géologiques régionales ne permettaient pas de supposer un tel banc dans la zone de Soumont-Saint-Quentin. Ce site constitue donc une occurrence de plus du vaste phénomène minier propre aux plaines jurassiques de Basse-Normandie.

16L’isolement de la structure d’extraction n’est qu’apparent, en raison de l’implantation des tranchées, contrainte par des aménagements actuels (route, réseaux enterrés), qui ont notamment empêché d’explorer une zone prometteuse à l’est de l’emprise. Le sondage profond réalisé dans la structure 2 a permis de relever des départs de galeries dans cette direction, en particulier vers le nord-est. Compte tenu de la profondeur du banc de silex, il est très probable qu’il y ait d’autres structures dans cette zone non explorée, ainsi qu’à l’emplacement de l’actuelle route départementale limitrophe.

17Plus largement, ce site entérine le constat d’une grande homogénéité des sites miniers exploitant le silex bathonien gris dans la plaine de Caen et la plaine d’Argentan. Toutes les mines exploitant ce silex montrent invariablement la même production de haches, caractérisée par l’emploi de techniques identiques et des mêmes modes opératoires. C’est sur cette analogie que nous fondons une proposition d’attribution chrono-culturelle, car le site de Ri a fourni un corpus important de datations par le radiocarbone, ciblant un intervalle chronologique d’environ 300 ans à partir de 4000 avant J.-C. (Marcigny et al., 2011).

18Cet intervalle chronologique situe la minière au début du Néolithique moyen II, période de bouleversements marquée notamment par la multiplication des indices de contacts transmanche, la perte des décors sur la céramique ou encore l’apparition des sépultures collectives ou de grandes enceintes, comme à Goulet « Le Mont » (Orne : Ghesquière et al., 2011 ; Billard et al., sous presse) ou Saint-Martin-de-Fontenay « Le Diguet » (Calvados : Ghesquière et Marcigny, sous presse). La cohérence de ces résultats est remarquable par rapport aux datations obtenues sur les sites comparables à l’échelle interrégionale (Bostyn et Lanchon, 1992 ; Augereau, 1995 ; Le Roux, 1999).

Haut de page

Bibliographie

Augereau A., 1995 – « Les ateliers de fabrication de haches de la minière du « Grand Bois Marot » à Villemaur-sur-Vanne (Aube) », in Pelegrin J. et Richard A. (dir.), Les Mines de silex au Néolithique en Europe : avancées récentes, Actes de la table ronde internationale de Vesoul, 18-19 octobre 1991, Paris, CTHS, p. 145-158.

Billard C. Charraud F., Ganne A., Germain-Vallée C., Ghesquière E., Hulin G., Jude F., Leroyer C., Marcigny C. et Marcoux N., 2014 – « Données préliminaires sur les structures internes de l’enceinte de Goulet “Le Mont” (Orne) », in Joussaume R., Large J.M., Cordon S., Le Meur N. et Tortuyaux J.-P. (dir.), Enceintes néolithiques de l’Ouest de la France de la Seine à la Gironde, Actes du Colloque CrabeNéo, A.P.C., Mémoire XLVIII, 2014, p. 51-62.

Billard C., Charraud F., Ghesquière E., Hulin G., Marcigny C. et Marcoux N., sous presse – « Goulet (Orne) « Le Mont » : approche préliminaire des structures internes de l'enceinte du Néolithique moyen II », in Les Enceintes néolithiques entre Seine et Gironde : état de la question et perspectives : colloque interrégional CrabeNéo 2012, Les Lucs-sur-Boulogne, 19-21 septembre 2012, Chauvigny : association des publications chauvinoises.

Bostyn F. et Lanchon Y. (dir.), 1992 – Jablines, Le Haut Château (Seine-et-Marne) : une minière de silex au Néolithique, Paris : éd. de la Maison des sciences de l’homme, DAF, n35, 246 p.

Charraud F. avec la collaboration de Desloges J., Corbin L., Coutard J.-P., Dron J.-L., Fromont A., Fromont N., Giazzon S., Ladjadj J., Thomas Y., Ropars A. et Savary X., 2009 – L’acquisition et la transformation initiale du silex du Cinglais dans la plaine de Caen à la préhistoire récente, Rapport de prospection thématique, Caen : service régional de l’archéologie de Basse-Normandie, 103 p.

Charraud F. avec la collaboration de Coutard J.-P., Dron J.-L., Escolano C., Fromont N., Gâche D., Giazzon S., Ladjadj J., Marcigny C., Ropars A. et Savary X., 2010 – L’acquisition et la transformation initiale du silex du Cinglais dans la plaine de Caen à la préhistoire récente, Rapport de prospection thématique, Caen : service régional de l’archéologie de Basse-Normandie, 164 p.

Charraud F., 2013 – Espaces interculturels et évolution des systèmes techniques au Néolithique dans le Nord-Ouest de la France. Productions, usages et circulation des outillages en silex jurassiques de Normandie, Thèse de doctorat de l’université Nice-Sophia Antipolis, 2 vol., 480 et 538 p.

Desloges J., 1986 – « Fouilles de mines à silex sur le site néolithique de Bretteville-le-Rabet (Calvados) », Actes du Xe colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, 1983, Rennes : Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n1, p. 73-101.

Desloges J., 2007 – « L’homme et le milieu : les comportements face aux matières premières lithiques », in La hache et la meule. Les premiers paysans du Néolithique en Normandie (6000-2000 avant notre ère), Catalogue d’exposition, Le Havre : muséum d’histoire naturelle, p. 65-69.

Dupuis C., Giazzon D. et Giazzon S., 2006 – « Prospection diachronique dans la vallée du Laizon », in Juhel V. (dir.), Archéologie et prospection en Basse-Normandie, Caen : Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. 38, p. 204-208.

Edeine B., 1961 – « Puits néolithiques d’extraction du silex dans le Calvados », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 58, p. 467-470.

Eudes-Deslongchamps E., 1876 – « Notes sur les stations préhistoriques découvertes aux environs de Falaise », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 29, p. 198-203.

Flotté D. et Marcigny C., 2008 – Soumont-Saint-Quentin « La Mine », Bilan scientifique de la région Basse-Normandie, ministère de la Culture et de la Communication, Caen : service régional de l’archéologie, p. 62

Ghesquière E., Marcigny C., Desloges J. et Charraud F., 2008 – La production de lames en silex bathonien dans la Plaine de Caen : redécouverte de la minière des Longrais à Soumont-Saint-Quentin (Calvados), in INTERNEO 7 – 2008, Journée d’information du 22 novembre 2008, Paris : éd. de la Société préhistorique française, p. 103-120.

Ghesquière E., Giazzon D. et Marcigny C., 2011 – « L’enceinte néolithique moyen de Goulet « Le Mont » (Orne) dans son contexte environnemental », in Bostyn F., Martial E. et Praud I. (dir.), Le Néolithique du nord de la France dans son contexte européen. Habitat et économie au 4e et 3e millénaires avant notre ère. Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d’Ascq, 2-3 octobre 2009. Revue archéologique de Picardie, nspécial 28, p. 183-205.

Ghesquière E. et Marcigny C., 2014 – « Enceintes du Néolithique moyen 1 et du Néolithique moyen 2 en Normandie : exemples récents », in Joussaume R., Large J.-M., Cordon S., Le Meur N. et Tortuyaux J.-P. (dir.), Enceintes néolithiques de l’Ouest de la France de la Seine à la Gironde, Actes du Colloque CrabeNéo, A.P.C., Mémoire XLVIII, 2014, p. 63-81.

Gigot P., Dupret L. et Le Gall J., 1999 – Carte géologique de la France (1/50 000e), feuille Falaise, Bureau des ressources géologiques et minières, Orléans.

Giazzon S., 2010 – « Comment ont été fendus les nodules ovoïdes de silex de la minière de Ri (Orne) ? Une reconstitution expérimentale de la fracture en split sur percuteur dormant à touche linéaire », in Mourre V. et Jarry M. (dir.), Entre le marteau et l’enclume… La percussion directe au percuteur dur et la diversité de ses modes d’application. Actes de la table ronde de Toulouse, 15-17 mars 2004, PALÉO 2009-2010, numéro spécial, p. 181-188.

Le Roux C.-T., 1999 – L’outillage de pierre polie en métadolérite du type A. Les ateliers de Plussulien (Côtes-d’Armor) : production et diffusion au Néolithique dans la France de l’ouest et au-delà, Rennes : travaux du laboratoire « Anthropologie, Préhistoire et Quaternaire Armoricains », Unité mixte de Recherche 6566 « Civilisations atlantiques et Archéosciences », Université Rennes 1, n43, 244 p.

Marcigny C., Ghesquière E., Giazzon D., Tsobgou Ahoupe R., Charraud F., Juhel L. et Giazzon S., 2011 – « The flint mine of Ri «Le Fresne» », in Capote M., Consuegra S., Díaz del Río P. et Terradas X. (dir.), Proceedings of the 2nd International Conference of the UISPP Commission on Flint Mining in Pre- and Protohistoric Times (Madrid, 14-17 October 2009), Oxford : B.A.R. International Series 2260, p. 67-75.

Mercer R. J., 1976 – « Grime’s Graves Norfolk – an interim statement on conclusions drawn from the total excavation of a flint mine shaft and a substantial surface area », in Burgess C. et Micket R. (éd.), Settlement and economy in the third and the second millennia BC, British Archaeological Reports 33, Oxford, p. 101-112.

Pelegrin J., 1995 – « Réflexions méthodologiques sur l’étude de séries lithiques en contexte d’atelier ou de mines, in Pelegrin J. et Richard A. (dir.), Les mines de silex au Néolithique en Europe : avancées récentes, Actes de la table ronde internationale de Vesoul, 18-19 octobre 1991, Paris : éd. du CTHS, p. 159-166.

Rioult M., Coutard J.-P., Helluin M., Pellerin J., Quinejure-Helluin E., Larsonneur C. et Alain Y., 1986 – Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Caen, Orléans : bureau des ressources géologiques et minières.

Weiner J., 1995 – « Les outils d’extraction à encoches en silex et pierre de la mine néolithique final du Lousberg, Aachen (Rhénanie septentrionale-Westphalie, Allemagne) », in Pelegrin J. et Richard A. (dir.), Les mines de silex au Néolithique en Europe : avancées récentes, Actes de la table ronde internationale de Vesoul, 18-19 octobre 1991, Paris : éd. du CTHS, p. 93-106.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du site de « la Mine » au sein des différentes formations à silex des plaines jurassiques bas-normandes, incluant la localisation des sites miniers. D’après fonds cartographiques fournis par A. Ropars, MCC).Figure 1: The “La Mine” site located in relation to the different flint formations of the Jurassic plains of Basse Normandy including the localisation of other mining sites. After maps provided by A. Ropars, MCC.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 : Plan du cadastre et implantation des sondages. La parcelle où a été découvert le puits (St. 2) lors des sondages programmés est au nord. La parcelle sud est celle concernée par le diagnostic préventif. D’après Flotté et Marcigny, 2008).Figure 2: Cadastral map and situation of the trenches. The plot where the well was discovered (st.2) during a programmed evaluation is situated to the north. A preventive evaluation was carried out on the southern plot. After Flotté and Marcigny, 2008.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Figure 3 : Coupe stratigraphique de la structure d’extraction mise au jour à Soumont-Saint-Quentin « la Mine ».Figure 3: Stratigraphical section of the extraction structure discovered at Soumont-Saint-Quentin “la Mine”.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 4 : Pic en silex découvert dans la base lacunaire du comblement de la structure d’extraction.Figure 4: Flint pick discovered at the bottom of the extraction structure.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Charraud, Nicolas Fromont et Jean Ladjadj, « Soumont-Saint-Quentin (Calvados) « La Mine » », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 31 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rao.revues.org/2381 ; DOI : 10.4000/rao.2381

Haut de page

Auteurs

François Charraud

CEPAM – UMR 7264 CNRS / Université Nice Sophia Antipolis – Pôle Universitaire de Saint-Jean-d'Angély 3 – 24 avenue des Diables bleus – F - 06 357 NICE Cedex 4

Articles du même auteur

Nicolas Fromont

UMR 8215 CNRS – Trajectoire, 6 rue de la Poste, 37290 CHAMBON.

Articles du même auteur

Jean Ladjadj

Bénévole, association Archéo 125

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page