Navigation – Plan du site

In memoriam

Louis PAPE (1933-2014)
Gérard Aubin et Georges Provost
p. 9-12

Texte intégral

1Louis Pape est décédé à Rennes le 6 décembre dernier. Nul doute que les très nombreux étudiants qu’il a eus en trente-quatre ans de carrière à la Faculté des Lettres puis à l’Université Rennes 2 gardent de leur professeur d’histoire ancienne un souvenir marquant. La civilisation romaine, il paraissait presque l’incarner : prestance naturelle, gravité et dignité indéfectibles, limpidité et sobriété du propos magistral – précisément pensé et lentement posé – discret sourire d’un humour élégant. Au fil des cours se découvrait une authentique passion qui n’avait pas besoin d’effets de manche et se souciait peu de séductions trop extérieures. Il était une force. Une force qui pouvait intimider au premier abord mais qui, surtout, rassurait et encourageait : en particulier l’étudiant fragile qui débutait ou s’engageait dans l’exigeante préparation du CAPES ou de l’agrégation. Il aimait les étudiants et ceux-ci ne s’y trompaient pas, qu’il s’agisse de ceux qui effectuaient sous sa direction leur recherche de maîtrise ou de ceux qui marquèrent son dernier cours (novembre 1996) d’un bel hommage spontané : « rares sont les professeurs qui, comme vous, connaissent les noms et les prénoms de leurs étudiants »… Pour ses collègues aussi, Louis Pape était une force, sur laquelle on pouvait compter dans la marche administrative du département d’histoire – il en devint directeur en 1988 – ou encore dans la trésorerie des Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest qu’il assura vingt-deux ans durant. Il était l’une des mémoires de l’université, depuis le temps de la place Hoche où il avait été étudiant – président de la Corpo-Lettres en 1955 – puis jeune assistant, avant de « monter » à Villejean. Louis Pape fit partie de cette génération de jeunes maîtres-assistants fortement engagée, dès les années 1960, au service du département d’Histoire. Il y était une figure modératrice mais il ne craignait pas de dire ce qu’il pensait, fût-ce à contre-courant de l’opinion majoritaire. Il l’exprimait avec ce même calme dont il ne semblait jamais se départir : totalement impliqué dans une institution à laquelle il était viscéralement attaché mais toujours indépendant dans ses jugements.

2Archéologue, Louis Pape l’était d’abord par son regard et sa perception des choses et des paysages. Élève de Pierre Merlat, professeur d’histoire ancienne et directeur de la circonscription des Antiquités, qu’il accompagna sur ses chantiers finistériens ou rennais, il avait préparé sous sa direction son Diplôme d’Études Supérieures sur « la cité gallo-romaine des Osismes, étude de géographie historique » en 1956. La disparition prématurée du maître, en 1959, affecta durablement le jeune agrégé.

3Son activité d’archéologue de terrain fut marquée par le site de Kerilien en Plounéventer (Finistère), agglomération de la cité des Osismes, qu’il a contribué à faire connaître et sur lequel il a, à son tour, formé des étudiants, lors des campagnes de fouilles qu’il conduisit de 1963 à 1968. Mais rebuté par les destructions systématiques consécutives à ses fouilles et se sentant insuffisamment soutenu par le service des Antiquités alors localisé à Brest, il s’éloigna des chantiers finistériens et se consacra à la rédaction de sa thèse. Soutenue en 1976 et publiée en 1978, cette recherche sur la civitas des Osismes, fondée sur un minutieux recensement des sites et découvertes et une parfaite connaissance du territoire, démontrait, par le biais d’une cartographie alors originale de densité de l’habitat, la parfaite intégration à l’Empire de cette extrémité de la péninsule. Il mettait fin au mythe de la forêt centrale armoricaine, établissait le choix de Carhaix comme chef-lieu, clarifiait l’image du réseau routier, esquissait un premier tableau de la vie économique et fournissait un schéma chronologique – de la conquête césarienne aux migrations bretonnes –encore largement utilisé aujourd’hui. Il développa ces thèmes dans ses ouvrages suivants élargis au cadre de la Bretagne avec une prédilection pour la géographie historique : le tracé des frontières, la configuration du réseau routier, l’évolution urbaine dans la durée. Toujours avec une grande prudence qui lui faisait écrire : « … l’historien doit faire preuve de beaucoup d’humilité et ne pas tenter de masquer des pans entiers d’ignorance par des théories hasardeuses » (La Bretagne romaine, p. 270).

4Inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de directeur des Antiquités historiques, il faisait figure de recours. Dans une discipline sans moyens financiers et humains, le « laboratoire d’archéologie Pierre Merlat » qu’il dirigea fut un centre de ressources pour les étudiants et les chercheurs jusqu’au début des années 1980. On se représente aujourd’hui assez mal l’état de la recherche archéologique dans les décennies de l’après-guerre et l’importance des travaux à conduire. Louis Pape fut à cet égard un défricheur et ses conseils étaient recherchés par ses étudiants en thèse ou par les conservateurs de musées. On soulignera la justesse de ses vues sur l’archéologie de sauvetage, lorsque tirant les leçons d’une opération peu productive en Ille-et-Vilaine, il préconise, dès 1974, l’emploi d’engin mécanique et le recours aux tranchées d’évaluation, système qui ne sera mis en place en Bretagne que de nombreuses années plus tard. La montée en puissance du service régional d’archéologie au milieu des années 1980 et la croissance de l’Afan dans les années 90 modifièrent le paysage et la répartition des rôles. Louis Pape s’investit alors davantage dans ses tâches d’enseignant tout en s’efforçant de faciliter l’organisation de la recherche, par exemple lors du montage de l’UMR 6566.

5L’universitaire nous laisse une œuvre que domine évidemment la thèse, même si le public connaît plus volontiers ses deux contributions à la grande Histoire de Bretagne des éditions Ouest-France, la Protohistoire de la Bretagne écrite avec Pierre-Roland Giot et Jacques Briard (1976), puis sa Bretagne romaine de 1995. Mais l’œuvre est en réalité plus diverse : elle compte aussi trois brèves monographies – bel exercice de synthèse et de pédagogie – consacrées aux lieux de ses enracinements : Morlaix, sa ville natale ; Rennes bien sûr ; mais d’abord, dès 1966, l’enclos paroissial de Sizun, son berceau familial. Son intérêt pour les saints bretons, auquel il consacra un livre très personnel, y trouve ses sources : en introduction, Louis Pape évoque la fontaine Saint-Suliau à deux pas de la maison familiale, ou le pardon du même saint auquel il assistait chaque été. La notoriété de l’église de Sizun lui doit beaucoup : il contribua à la faire connaître par la plume mais aussi par la voix, en particulier dans le « son et lumière » organisé à l’intention des visiteurs. Ces racines vivantes comptaient beaucoup pour lui. Il y a quelques mois, son dernier livre, consacré aux dessins et peintures de captivité de son beau-père – futur professeur de dessin à l’Ecole des Beaux-arts de Rennes – le confirmait encore. L’œuvre de l’universitaire, dans ses trois dimensions – le pédagogue, l’archéologue, l’administrateur – laisse ainsi affleurer une richesse humaine dont l’évocation suscite aujourd’hui, au-delà de la tristesse, respect et reconnaissance.

Louis Pape en 1986.

Louis Pape en 1986.

Louis Pape et ses étudiants sur le chantier de Kerilien en Plounéventer (Finistère) en 1965.

Louis Pape et ses étudiants sur le chantier de Kerilien en Plounéventer (Finistère) en 1965.
Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Louis Pape

Ouvrages et Articles

(avec Merlat Pierre), « Bornes milliaires osismiennes », Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, XXXVI, 1956, p. 5-40.

(avec Meynier André, Sauzin Louis, Henry Paul, Marache René), « Discours prononcés aux obsèques de M. Pierre Merlat, doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Rennes, le 19 octobre 1959 », Annales de Bretagne, 67-1, 1960, p. 4-32. (p. 6-7).

« L'établissement gallo-romain de Drain (Maine-et-Loire) », Annales de Bretagne, 67-1, 1960, p. 67-76.

« Premières considérations sur le site de Kerilien en Plounéventer (Finistère) », Annales de Bretagne, 70-1, 1963, p. 25-30

« Découverte d'une monnaie d'or gauloise à Coatalec-Kerilien en Plounéventer (Finistère) », Annales de Bretagne, 70, 1963, p. 31-36.

« Les fouilles de Kerilien en Plounéventer. Campagne de 1963 », Annales de Bretagne, 71-1, 1964, p. 153-160.

« Les fouilles de Kerilien en Plounéventer. Campagne de 1964 », Annales de Bretagne, 72-1, 1965, p. 149-156.

« Découverte d'une monnaie osismienne à Coatalec-Kerilien en Plounéventer (Finistère) », Annales de Bretagne, 72-1, 1965, p. 203-208, fig.

« Les fouilles de Kerilien en Plounéventer, Campagne de 1965 », Annales de Bretagne, 73-1, 1966, p. 151-161.

« L'occupation romaine dans le Léon », Cahiers pédagogiques de l'académie de Rennes, n° 2, s.d., 1966 p. 55-56 (avec carte des sites et des voies), CRDP.

Sizun, renaissance du Léon, Châteaulin : Éditions Jos Le Doaré, 1966, n.p. [16 p.]. [Nouv. édition 1977, 16 p.]

« Les fouilles de Kerilien en Plounéventer. Campagne de 1966 », Annales de Bretagne, 74-1, 1967, p. 189-197.

« Les fouilles de Kerilien en Plounéventer. Campagne de 1967 », Annales de Bretagne, 75-1, 1968, p. 213-222.

« Une monnaie gallo-belge découverte à Saint-Frégant (Finistère) », Annales de Bretagne, 75-1, 1968, p. 267-269.

« Les fouilles archéologiques de Kerilien-Coatalec en Plounéventer », Actes du 91e Congrès national des Sociétés Savantes. Section d'Archéologie (Rennes, 1966), Paris, 1968, p. 163-173.

« Époque gallo-romaine », in : Finistère, canton de Carhaix-Plouguer. Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale de Bretagne, Paris, Imprimerie nationale, 1969, p. 10-12 [notice non signée].

« L’Armorique gallo-romaine », in Delumeau Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 89-115

« Une habitation gallo-romaine à Kerilien-Coatalec en Plounéventer (Finistère) », Annales de Bretagne, 77-1, 1970, p. 285-294.

« L’Armorique gallo-romaine », in Delumeau Jean (dir.), Documents de l’Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1971, p. 43-68, fig VIII-X h.-t.

« A propos des inscriptions de Rennes », Annales de Bretagne, 79-1, 1972, p. 125-133.

« Rennes antique », in Meyer Jean, Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 27-64, fig. III-VI h.-t. [2e ed., 1984].

« Quelques réflexions sur les fouilles de sauvetage », Archéologie en Bretagne, Bulletin d'information de la direction des Antiquités historiques de Bretagne, 3, juillet 1974, p. 1-2.

« Villes et urbanisme dans l'extrême ouest de l’Armorique a l'époque gallo-romaine », Revue Archéologique, Nouvelle Série, Fasc. 1 (1975), p. 177-179.

« Époque gallo-romaine », in Morbihan, cantons Le Faouët et Gourin. Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale de Bretagne, Paris, Imprimerie nationale, 1975, p. 11, 129 [notice non signée].

« Bocage et voies romaines dans le département des Côtes-du-Nord : essai de chronologie », in Les bocages. Histoire, écologie, économie (actes de la table ronde CNRS « Aspects physiques, biologiques et humains des écosystèmes bocagers des régions tempérées humides », Rennes, juillet 1976). Rennes, INRA, ENSA, p. 75-78.

Rennes, Rennes, Ouest-France, 1976,  32 p. : ill. en noir et en coul., photographies Louis Couvert.

« 35. Rennes – Rue de Dinan », Archéologie en Bretagne [Bulletin d'information de la direction des Antiquités historiques de Bretagne], 15, 3e trimestre 1977, p. 25-27.

La Civitas des Osismes à l’époque gallo-romaine, Paris, Klincksieck (Publications de l’IAREH, 26), 1978, 245 + 296 p., pl. 60-74 h.-t.

« Époque gallo-romaine », in Morbihan, canton de Belle-Ile en mer. Inventaire Général des Monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale de Bretagne, Paris, Imprimerie nationale, 1978 p. 13 [notice non signée].

« Rennes, Rue de Dinan, campagne de 1978 », Archéologie en Bretagne, Bulletin d'information de la direction des Antiquités historiques de Bretagne, 21-22, 4e trimestre 1978-1er trimestre 1979, p. 80-81.

« Les derniers temps de l’Indépendance », in Giot Pierre-Roland, Briard Jacques, Pape Louis, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, Ouest-France, 1979, p. 361-398. [Nouv. édition, 1995, p. 367-404].

« Rennes, rue de Dinan. Découverte d'un quartier de la ville antique », Bulletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, 81, 1979, p. 85-90, 4 pl. h.-t.

« Kerilien-en-Plounéventer (Finistère) : ville disparue et retrouvée », Archéologie en Bretagne, Bulletin d'information de la direction des Antiquités historiques de Bretagne, 22, 2e trimestre 1979, p. 3-8.

Les Saints Bretons, Rennes, Ouest-France, 1981, 186 p., photographies en coul. Hervé Champollion, Jean-Paul Gisserot.

« Préface » et « bibliographie complémentaire de 1965 à 1980 », in Guennou Guy, La Cité des Coriosolites, Alet/Rennes, Centre régional archéologique d'Alet/Laboratoire d'archéologie/Institut armoricain/Université de Haute-Bretagne, 1981, p. I, IX-XIV (Dossiers de CeRAA ; D).

Rennes, Rennes Ouest-France, 1981, 30 p. : ill. en coul., photographies Hervé Champollion.

(avec Briard Jacques), « Des Temps préhistoriques à l’Empire romain », in Lebrun François (dir.), L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Éditions Bordessoules, 1984, p. 24-73 (Louis Pape est l’auteur des p. 52-73).

« A l’origine des villes de la province de Bretagne », in Mélanges offerts au Docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, Le Léopard d'or, 1987, p. 671-676.

Morlaix et sa baie. Rennes, Ouest-France, 1988, 32 p., ill. en coul., photographies Hervé Boulé. [Nouv. édition, 1999, 32 p.].

« Les limites entre peuples et cités en Armorique. De la réalité archéologique aux rites de sacralisation », Dialogues d'histoire ancienne, 15, n°1, 1989. p. 107-117.

« Les voies romaines en Bretagne, essai de chronologie », in La Bretagne et l'Europe préhistoriques. Mémoire en hommage à Pierre-Roland Giot, Rennes, 1990, p. 301-306 (Supplément n° 2 à la Revue Archéologique de l'Ouest).

« Des temps préhistoriques à l'installation des Bretons », in Arts de Bretagne : xive-xxe siècle. Catalogue d'exposition ( Schallaburg, 28 avril au 4 novembre 1990), Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1990, p.18-25.

« Du Pro Murena au Pro Sestio, un Cicéron aveugle ? », in Au miroir de la culture antique, Mélanges offerts au Président René Marache par ses collègues, ses étudiants et ses amis, Rennes, PUR, 1992, p. 379-384.

« Introduction », in André Patrick, Triste Alain, Quand Vannes s’appelait Darioritum. Catalogue d’exposition (La Cohue-Musée de Vannes, juin 1992-décembre 1993), Vannes, 1992, p. 6.

Rennes, Rennes, Ouest-France, 1992, 30 p. : ill. en noir et en coul. , photographies. Hervé Boulé.

« Les Vénètes d’Armorique et Rome », in 2000 ans d’Histoire de Vannes, Vannes, Archives municipales, 1993, p. 33-51.

« Un “Jardin des Antiques” à Rennes 2 », R2 Magazine [Université de Haute-Bretagne], n°2, 1993, p.4.

(avec Lebrun François), Entre Fidélité et modernité, l'université Rennes 2-Haute Bretagne, Rennes, PUR, 1994, 241 p.

« Les Vénètes, un peuple préromain », Archéologie Nouvelle, n° 2, janvier 1994, p.68-75.

« L'apport des « Annales de Bretagne » à l'archéologie armoricaine », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 101-1, 1994. p. 11-19.

La Bretagne romaine, Rennes, Ouest-France, 1995, 308 p.

[avec Rannou Lysianne, Morin Éric], La vie du citoyen romain en Armorique, Rennes, Musée de Bretagne, 1997, [24]-39 f. : ill.

« L'Armorique dans la Gaule. Éclipse et renaissance », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 105-2, 1998 (Regards sur l'Armorique romaine), p. 11-27.

Notices dans le catalogue : Fondations. Rennes et son pays dans l’Antiquité, Rennes : musée de Bretagne, s.d. [2000], 96 p.

– « L’administration de la cité des Riedones », p. 40-41.

(avec Hubert François), « Bases de granit avec inscription » , p. 41.

(avec Hubert François), « La patère de Rennes », p. 61.

(avec Le Cloirec Gaétan, Pouille Dominique), « Le temps des bouleversements », p. 62-63.

« Les limites de la cité des Riedones », p. 70-72.

avec Batt Michael, « La religion », p. 87-90 et 92.

Articles « Armorique », « Cités antiques », « Corseul », « Écriture (apparition de l') », « Voies romaines », « Ys », in Croix Alain, Veillard Jean-Yves (dir.), Dictionnaire du patrimoine breton, Rennes, Apogée, 2000, [1103 p.], p. 81, 245-246, 285-286, 343, 990-991, 997 [reed, PUR, 2013, 1111 p].

[avec Chauris Louis, Provost Georges, Le Ber Georges, « Sizun, église paroissiale. Travaux de restauration », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXXXIX, 2011, p. 48-50.

François Garnier, prisonnier de guerre, 1939-1943, textes, dessins et peintures présentées par Louis Pape, Rennes, PUR, coll. « Mémoire commune », 2013, 130 p.

Compte Rendus

Eveillard Jean-Yves, « La voie romaine de Rennes à Carhaix. Recherches autour d'un itinéraire antique », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 83-1, 1976, p. 198-199.

Duval Paul-Marie, Hawkes Christopher et coll., « Celtic art in ancient Europe. L'art celtique en Europe protohistorique, débuts, développements, styles, techniques », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 84-4, 1977, p. 131-132.

Briard Jacques, « L'âge du bronze en Europe barbare des mégalithes aux Celtes », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 84-4, 1977, p. 132-133.

Le Roux Françoise, Guyonvarc'h Christian-J., « Les Druides », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 86-4, 1979, p. 635-636.

Briard Jacques, « Les Tumulus d'Armorique », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 92-2, 1985, p. 225-226.

Kerlouegan François, « Le De Excidio Britanniae de Gildas. Les destinées de la culture latine dans l'île de Bretagne au vie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 95-1, 1988, p. 103-104.

Briard Jacques, « Mégalithes de Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 95-1, 1988, p. 104.

Pietri Luce, Biarne Jacques, « Province ecclésiastique de Tours, Ve volume de la série Topographie chrétienne des Cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 95-2, 1988, p. 209-210.

Provost Michel, « Le Val-de-Loire dans l'Antiquité », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 101-3, 1994, p. 142-143.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Louis Pape en 1986.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Louis Pape et ses étudiants sur le chantier de Kerilien en Plounéventer (Finistère) en 1965.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/2826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Aubin et Georges Provost, « In memoriam », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/2826

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page