Navigation – Plan du site

Éléments de réflexion sur les économies mésolithiques et néolithiques

Reflecting on mesolithic and neolithic economies
Elementos de reflexión sobre las economías mesolíticas y neoliticas
Einige Überlegungen zu den Lebens- und Umweltverhältnissen im Meso- und Neolithikum
Emmanuel Ghesquière
p. 13-24

Résumés

À partir de -15000 BP, on assiste dans le monde en général et en France en particulier à un réchauffement climatique. Les bouleversements sont spectaculaires : la moitié nord de la France, occupée alors par la steppe, est reconquise par la végétation arborée. La faune froide est remplacée par les cerfs, chevreuils et sangliers. L’homme qui pendant la période glaciaire n’occupe qu’épisodiquement le territoire se réinstalle durablement dans tous les biotopes. Jusqu’à récemment, on imaginait les populations mésolithiques comme très dispersées, vivant principalement de la prédation, comme le montrent les dernières civilisations de chasseurs-cueilleurs dans le monde qui évoluent dans des environnements désertiques (Pygmées, Inuits, Bushmen…). Il est plus que temps de mettre un terme à cette image misérabiliste du bon sauvage pour proposer celle de sociétés organisées. De nouveaux éléments de réflexion suggèrent une alimentation largement diversifiée et une sédentarité de la population, probablement accompagné d’un état de violence plus ou moins important entre groupes voisins.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

1. Environnement
2. Économie
3. Territoire nécessaire à l’alimentation végétale (fig. 3)
4. Territoires nécessaires à l’alimentation carnée (fig. 3)
5. La conservation des denrées
6. Économie lithique
7. Économie céramique
8. Économie de la mort
9. Conclusion

Aperçu du texte

La période mésolithique, mal située entre celle des grands artistes du Paléolithique et celle des premiers agriculteurs néolithiques a toujours flotté dans une zone d’ombre. Les clichés misérabilistes atteignent même certains acteurs de la recherche traitant de la période et concernent la forêt omniprésente, une chasse et un nomadisme permanent, des groupes soumis à toutes les lois de la Nature : en un mot, des survivants de l’extrême. Ces clichés peuvent être jugés ainsi à propos des peuples vivant sous des climats hostiles, tropicaux ou glaciaires, mais semblent bien déplacés sous nos latitudes.

La tradition académique de la recherche en histoire a orienté tout son discours concernant le passé sur un progrès permanent qui s’applique principalement au niveau de vie, véritable credo justifiant tout (le PIB). Selon cette tradition, plus on recule dans le passé, plus la survie était difficile. L’époque médiévale el...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Éléments de réflexion sur les économies mésolithiques et néolithiques », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/2828 ; DOI : 10.4000/rao.2828

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquière

Inrap, 4 boulevard de l’Europe, 14540 Bourguebus. (emmanuel.ghesquiere@inrap.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page