Navigation – Plan du site

Indices d’exploitation de ressources marines à la fin du 2nd millénaire av. J.-C. : le foyer de l’âge du bronze aux Batardières (Saint-Vincent-sur-Jard, Vendée)

Indices of marine resources at the end of the 2nd millennium BC: the fireplace of the bronze age to Batardières (Saint-Vincent-sur-Jard, Vendée)
Índices de explotación de los recursos marinos a finales del segundo milenio antes de Cristo: el hogar de la Edad de Bronce en Batardières (Saint-Vincent-sur-Jard, Vendée)
Hinweise auf die Ausbeutung mariner Ressourcen am Ende des 2. Jahrtausends v. Chr.: die bronzezeitliche Feuerstelle bei Batardières (Saint-Vincent-sur-Jard, Vendée, Frankreich)
Jean-Marc Large, Sophie Corson, Catherine Dupont et Olivier Weller
p. 97-112

Résumés

Lors de prospections pédestres répétées, suite à la tempête Xynthia, deux petits locus archéologiques sont apparus en haut de falaise à Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée). Si leur emprise n’est pas importante, leur localisation en front de falaise les rend sensibles à la destruction par des événements météorologiques ou bien par l’attaque de la mer lors des plus hautes marées. Ils ne craignent pas, par contre, le piétinement car le passage des promeneurs est bien canalisé par un grillage de protection qui les sépare des vestiges. L’un des locus concerne les restes d’un foyer contenant des éléments probablement d’un même vase. Les tessons qui le composent ont deux particularités : la première indique qu’ils ont été chauffés dans la structure de combustion, la seconde, par leur aspect vacuolaire, permettait d’envisager l’hypothèse d’un récipient de chauffe de saumure afin d’obtenir un pain de sel, hypothèse confirmée par une petite série d’analyses chimiques. À la périphérie du foyer, un lot de coquillages indique aussi une fonction culinaire. Enfin, deux autres restes céramiques ont été retrouvés à proximité du foyer. L'ensemble est daté de la fin du second millénaire av. J.-C.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

1. La lentille de combustion de Bâtardières 2
2. Approche des céramiques présentes
3. Une exploitation du sel démontrée : analyses chimiques de la céramique
Méthode d’analyse
Résultats
4. Le petit lot de coquilles de la structure de combustion
Méthodologie
Résultats
5. Quelle fonction donner à la structure de combustion des Batardières 2 ?

Aperçu du texte

Suite à la tempête Xynthia de février 2010, après la dégradation de la falaise essentiellement sablo-limoneuse sur ce trait de côte, deux petits locus archéologiques ont été repérés par Serge Deyres en haut de la falaise entre Bélesbat à Saint-Vincent-sur-Jard et la plage de Boisvinet à Jard-sur-Mer, au lieu-dit les Batardières, en limite de commune de Saint-Vincent-sur-Jard (fig. 1). La falaise est composée d’un substrat calcaire surmonté d’un épais dépôt limono-sableux, formation périglaciaire, signature d’une phase sèche et froide du cycle périglaciaire würmien et considérée comme des nappes de solifluxion (Ters, 1961). Ce dernier se décompose en deux ensembles visibles : un limon sableux de couleur jaune à ocre posé sur le substrat calcaire et épais d’environ un mètre et un limon sableux brun à coulées mangano-ferriques positionné sur le premier et épais lui aussi d’un mètre environ. C’est sur le toit ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Large, Sophie Corson, Catherine Dupont et Olivier Weller, « Indices d’exploitation de ressources marines à la fin du 2nd millénaire av. J.-C. : le foyer de l’âge du bronze aux Batardières (Saint-Vincent-sur-Jard, Vendée) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/2951 ; DOI : 10.4000/rao.2951

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Large

Archéologue, chercheur associé à l’UMR 6566 CReAAH, Rennes. (jlarge2@wanadoo.fr)

Articles du même auteur

Sophie Corson

Archéologue, responsable des collections archéologiques à l’Historial de la Vendée. (sophie.corson@vendee.fr)

Catherine Dupont

Chargée de recherches au CNRS, UMR 6566 CReAAH, Rennes. (catherine.dupont@univ-rennes1.fr)

Olivier Weller

Chargé de recherches au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8215 Trajectoires, Nanterre. (olivier.weller@libertysurf.fr)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page