Navigation – Plan du site

Des poteaux, des greniers et des graines. Une zone de stockage de masse à La Tène C2/D1a au « Clos des Primevères » à Entrammes (Mayenne)

A - Les structures et le mobilier/B - les macro-restes végétaux
Postholes, granaries, and seeds. A bulk storage at La Tène C2/D1a at the “Clos des Primevères” at Entrammes (Mayenne, France) A - Structures and finds/B - Vegetal macroremains
Von Pfosten, Speicherbauten und Körnern: Eine Zone massenhafter Getreidespeicherung der Stufe Laténe C2/D1 im Bereich der Fundstelle „Clos des Primevères“ bei Entrammes (Mayenne) A - Archäologische Befunde und Funde/B – Die pflanzlichen Makroreste
Von Pfosten, Speicherbauten und Körnern: Eine Zone massenhafter Getreidespeicherung der Stufe Laténe C2/D1 im Bereich der Fundstelle „Clos des Primevères“ bei Entrammes (Mayenne) A - Archäologische Befunde und Funde/B – Die pflanzlichen Makroreste
Gérard Guillier, Axel Levillayer, Bénédicte Pradat, Valérie Deloze et Philippe Forré
p. 177-260

Résumés

La fouille en 2008, au sud d’une voie gauloise puis antique, de plus de quatre-vingt greniers sur planchers surélevés attribuables à La Tène C2-D1a, organisés en rangées parallèles orientées environ nord-sud, fait apparaître un type d’organisation pour l’instant unique dans l’ouest de la Gaule. Ces greniers, constitués essentiellement de structures à quatre trous de poteau, sont accompagnés de deux zones d’habitat, incomplètes, matérialisées par plusieurs bâtiments, puits et fosses dépotoirs. Ces découvertes pourraient appartenir à un habitat groupé antérieur à l’oppidum du Port du Salut, présumé lors de la fouille du site de la Carie II, et permettent de constater un stockage de masse dans un tel contexte. Le prélèvement de deux cent douze échantillons de sédiment effectués dans soixante greniers a permis de mettre en évidence près de 75 000 macro-restes végétaux. Ce lot est essentiellement composé de blé amidonnier à 82 %, mais aussi d’orge vêtue, de millet, d’épeautre et d’avoine ainsi que de nombreuses espèces adventices. L’étude, qui met en relief la recherche carpologique dans la démarche archéologique, présente un intérêt majeur pour l’avancée des connaissances sur l’agriculture et l’alimentation végétale au second âge du Fer dans ce secteur de la façade atlantique. Elle permet de nous interroger sur les pratiques culturales, le traitement des récoltes ainsi que sur le choix d’une culture centrée d’évidence sur le blé amidonnier. Cette zone de stockage à grande échelle d’une même espèce céréalière, pour la période du IIème s. avant notre ère, montre une organisation structurée mettant en scène une zone d’échange et de spécialisation insoupçonnée. La destination de telles réserves n’a pas pour vocation l’alimentation quotidienne mais est au contraire d’ordre commercial.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Introduction
Un contexte archéologique dense
Environnement naturel et données spécifiques du terrain (V. D.)
Des éléments épars de l’âge du Bronze (P. F.)
A. Les structures et le mobilier
1. Les structures laténiennes : habitats et greniers
Le cheminement St 46 et 80
L’habitat méridional : occupation et éléments de datation
Les vestiges d’un second habitat au nord-ouest
Au nord-est : un enclos et des greniers
La Phase I, la première série de greniers
La Phase II, un enclos ouvert associé à un bâtiment sur poteaux
La phase III, la seconde série de greniers
La phase III : Remarques générales sur les rangées et le mobilier
Les greniers d’Entrammes, premiers éléments descriptifs
Quelques généralités
Les quelques poteaux « isolés »
Quelques reconstructions
Les fantômes de poteau
2. Quelques structures plus tardives
3. Le stockage sur greniers surélevés dans son contexte régional
Les greniers des Pays-de-la-Loire, éléments descriptifs
Premiers éléments de classification des greniers
Les structures à quatre poteaux, « type 1 »
Les structures à cinq poteaux, « type 2 » (fig. 37)
Les bâtiments à six poteaux : le « type 3 »
Les greniers à neuf poteaux, le « type 4 »
Des bâtiments sur tranchées de fondation, le « type 5 »
4. L’occupation gauloise, bilan et perspectives
La chronologie du site
Un centre de stockage en bordure d’une agglomération gauloise ?
La zone de greniers d’Entrammes, un site assez inhabituel en gaule ?
B. Les macro-restes végétaux (B. P.)
1. Méthodologie et prélèvements
2. Résultats
Les plantes attestées
La composition des prélèvements (tabl. 21a à 21g)
De nombreux résidus de récolte d’amidonnier
Un dépôt à orge majoritaire
Des dépôts moitié orge moitié amidonnier
Des récoltes avec un taux d’orge significatif
Les récoltes avec un taux d’avoine non anodin
D’autres mélanges
3. Des résidus de stockage
Les stocks céréaliers d’amidonnier
Pratiques culturales
Traitement des récoltes
Conclusions sur les pratiques agricoles
4. Des plantes de culture involontairement stockées ?
L’orge
L’épeautre
L’avoine
Le brome
5. Un stockage de masse : pour qui, pourquoi, comment ?
Intérêts et usages de l’amidonnier
L’amidonnier au second Âge du Fer
Organisation des greniers
Les stocks d’amidonnier : une image ponctuelle ou une réalité ?
La gestion du stock : une organisation communautaire
Le ou les destinataires des stocks ?
Conclusion générale

Aperçu du texte

Introduction

La ville d’Entrammes, localisée à environ huit kilomètres au sud de Laval, dans le sud du département de la Mayenne (fig. 1), est située à proximité de la confluence entre la Mayenne et la Jouanne. Implantée sur la partie supérieure d’un petit bombement au sein d’une vaste pénéplaine au relief faiblement ondulé, la parcelle fouillée, relativement plane, domine le bourg d’Entrammes depuis l’est ainsi que la Jouanne qui serpente au nord. Cette parcelle en limite nord-est de la ville actuelle, marque l’extension orientale d’une vaste zone pavillonnaire, comprise entre la RD 103 ou route de Parné-sur-Roc et la RD 565 ou route de Forcé. Elle est localisée au lieu-dit « Le Clos des Primevères » (fig. 2). Cette opération de fouille préventive effectuée par l’Inrap (Guillier, 2009), fait suite à un diagnostic archéologique par sondages mécaniques lié à un projet de lotissement...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Guillier, Axel Levillayer, Bénédicte Pradat, Valérie Deloze et Philippe Forré, « Des poteaux, des greniers et des graines. Une zone de stockage de masse à La Tène C2/D1a au « Clos des Primevères » à Entrammes (Mayenne) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/3012 ; DOI : 10.4000/rao.3012

Haut de page

Auteurs

Gérard Guillier

Inrap Grand-Ouest, UMR 8546 (CNRS/ENS)

Articles du même auteur

Axel Levillayer

Service archéologique du conseil général de la Vendée, UMR 6566

Articles du même auteur

Philippe Forré

Inrap Grand-Ouest

Articles du même auteur

Valérie Deloze

Inrap Grand-Ouest, UMR 6566

Articles du même auteur

Bénédicte Pradat

Inrap Centre – Île-de-France, UMR 7209

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page