Navigation – Plan du site

La Blancharderie àArgentré-du-Plessis (35) : un site de fond de vallée à la fin de l’âge du Fer sur le tracé de la LGV Rennes-Le Mans

La Blancharderie – Argentré-du-Plessis (35): a valley bottom site of Late Iron Age on the new high-speed railway between Rennes and Le Mans
El Blancharderie en Argentré-du-Plessis (35): un sitio de fondo de valle al final de la Edad del Hierro en el trazado del tren de alta velocidad Rennes-Le Mans
La Blancharderie bei Argentré-du-Plessis (Ille-et-Vilaine, Frankreich): ein späteisenzeitlicher Fundplatz in einem Tälchen im Bereich der Schnellzugtrasse zwischen Rennes und Le Mans
Sébastien Toron et Océane Lierville
p. 261-284

Résumés

La fouille archéologique d’Argentré-du-Plessis a été engagée dans le cadre de l’aménagement de la ligne LGV Rennes-Le Mans. Parmi les sites mis au jour sur ce tracé linéaire, celui de La Blancharderie offre la particularité de se situer en fond de vallée à proximité immédiate de la confluence de deux ruisseaux encore en activité. En bordure de thalweg, dans une zone humide qui connut plusieurs transformations, a pu être mis au jour la limite d’extension d’un établissement gaulois qui évolue en continu au moins du début du iiie siècle jusqu’au début du ier siècle avant notre ère. L’occupation se caractérise par la mise en place d’un système de fossés rectilignes délimitant un vaste enclos trapézoïdal. Son extrémité a été dégagée dans l’emprise de la fouille sur une surface de 850 m2, tandis qu’il se poursuit sans nul doute vers le plateau au sud-ouest. L’intérêt de cet enclos, outre sa situation en bordure d’une zone humide, réside dans la multiplication des constructions qui révèle une succession spatiale et temporelle d’habitations dans un espace réduit. Diverses architectures sur tranchées de fondations, parois à poteaux jointifs et bâtiments sur poteaux plantés ont pu être dégagés.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

1. Introduction
Contexte de découverte
La trame des sites ruraux de la Tène au sud-est du bassin de Rennes
L’origine gauloise d’Argentré
2. La mise en évidence d’une occupation de fond de vallée
Organisation générale
L’évolution hydro-sédimentaire du site
Première phase (iiie-début du iie siècle av. J.-C.)
Le bâti sur tranchée de fondation à pans arrondis
Le bâti sur poteaux
Deuxième phase (iie siècle-début ier siècle av. J.-C.)
Les bâtiments sur tranchée de fondation
Les fosses-citernes
3. Le mobilier
Répartition générale
L’assemblage céramique
Les céramiques de la première phase d’occupation
Le répertoire ornemental présent sur les céramiques de cette phase est multiple et varié
Les céramiques de la deuxième phase d’occupation
Les plaques foyères et le mobilier en terre
Le matériel de mouture et l’outillage lithique
Deux éléments de parures laténienne
4. Conclusion et discussion
Synthèse des données
Un habitat de fond de vallée : un choix d’implantation justifié ?

Aperçu du texte

1. Introduction

Contexte de découverte

Localisée dans le département de l’Ille-et-Vilaine, entre Rennes et Laval, la commune d’Argentré-du-Plessis se trouve en bordure de la Mayenne (fig. 1). Le site de La Blancharderie, situé à trois kilomètres au sud de la commune, a été découvert à l’occasion des opérations de diagnostics archéologiques engagées dès 2010 par l’INRAP sur les deux cent quatorze kilomètres de linéaire que représente l’aménagement de la Ligne à Grande Vitesse Le Mans-Rennes. Ce tracé, découpé en dix-neuf sections, a livré de nombreux sites archéologiques notamment pour les périodes protohistoriques. Argentré-du-Plessis se situe sur la quatrième section de ce découpage ; le site de La Blancharderie est le cinquième et dernier mis au jour sur cette section.

Figure 1 : Argentré-du-Plessis (35), La Blancharderie
Figure 1 : Argentré-du-Pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Toron et Océane Lierville, « La Blancharderie àArgentré-du-Plessis (35) : un site de fond de vallée à la fin de l’âge du Fer sur le tracé de la LGV Rennes-Le Mans », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/3051 ; DOI : 10.4000/rao.3051

Haut de page

Auteurs

Sébastien Toron

Éveha Ouest Atlantique – Études et valorisations archéologiques, 23, rue des Maréchales, 35132 Vezin-le-Coquet – Chercheurs associés à l’UMR 6566 CreAAH, université de Rennes 1. (sebastien.toron@eveha.fr)

Océane Lierville

Éveha Ouest Atlantique – Études et valorisations archéologiques, 23, rue des Maréchales, 35132 Vezin-le-Coquet – Chercheurs associés à l’UMR 6566 CreAAH, université de Rennes 1. (oceane.lierville@eveha.fr)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page