Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

O’Sullivan Muiris (dir.), 2005 – Duma na nGiall – The Mound of the Hostages. Tara, Dublin, Wordwell/University College Dublin (School of Aechaeology), 308 p.

Charles-Tanguy Le Roux
Référence(s) :

O’Sullivan Muiris (dir.), 2005 – Duma na nGiall – The Mound of the Hostages. Tara, Dublin, Wordwell/University College Dublin (School of Aechaeology), 308 p.

Texte intégral

1Cette publication est emblématique à plus d’un titre. En raison du site concerné tout d’abord : à 40 km au nord-ouest de Dublin et à un peu plus de 20 km au sud-ouest de la célèbre boucle de la Boyne et de ses « monstres sacrés » du mégalithisme irlandais que sont New-Grange, Knowth et Dowth, la colline de Tara, du haut de ses 155 m d’altitude, commande un extraordinaire panorama sur la grande plaine centrale irlandaise. C’est, on le sait, un « haut-lieu » de l’histoire mythifiée de ce pays (d’où certaines initiatives « archéologiques », parfois à la limite du farfelu dont le site fut l’objet comme rappelé dans le chap. I, (mais elles épargnèrent fort heureusement le « Mont des Otages » qui nous occupe ici). Les premières fouilles dignes de ce nom y furent dirigées en 1955-1956 par Sean P. O’Riordain. Cette entreprise pionnière à l’époque devait (un peu comme les fouilles de l’île Carn entreprises en Bretagne par P.-R. Giot à la même époque) déboucher de manière inattendue sur la découverte d’une tombe mégalithique enfouie sous un tumulus relativement « neutre » même s’il s’imposait dans le paysage avec ses 30 m de diamètre et 3,5 m de haut. Hélas interrompues par le décès du fouilleur, ces recherches devaient reprendre en 1959 sous l’impulsion de R. de Valera. Malgré plusieurs initiatives, matériel et documentation restèrent globalement sous-exploitées jusqu’au lancement d’un Discovery Programme Research on Tara en 1991 dont l’aboutissement fut la première édition de ce volume grâce à la ténacité de M. O’Sullivan qui s’était attaqué à ce fonds dès 1980.

2C’est d’ailleurs là que réside la seconde exemplarité de cette publication. Quiconque en a tenté l’expérience sait combien il peut être délicat de faire parler de la documentation ancienne, même recueillie dans toutes les règles de l’art de l’époque comme ce fut heureusement le cas à Tara : la problématique a changé, l’état des connaissances a évolué, les méthodes de travail et les moyens techniques aussi. En outre, certains protagonistes ayant disparu, leur pensée n’est plus accessible que partiellement et sous la forme figée de leurs derniers écrits.

3On doit donc féliciter M. O’Sullivan et toute l’équipe constituée autour de lui (M. Herity, R. Cavanagh, U. Mattenberger, B. Coakley, M. Murray) pour avoir su faire revivre cette précieuse documentation. Comme relevé en tête du chapitre « Synthèse et conclusions » (p. 221), ce sont les données de terrain qui restaient les plus facilement exploitables (même si plans et coupes fleurent bon une « méthode Wheeler » de haute époque) ; par contre, les études post-fouille étaient devenues pour beaucoup relativement obsolètes. La place manque ici pour analyser en détails les tenants et aboutissants de cette remarque, mais c’est là une observation qui n’est pas isolée et dont la portée épistémologique mérite d’être méditée par tout responsable d’opération soucieux du devenir de son travail.

4On se gardera bien de tenter ici un résumé global de l’ouvrage (il est d’ailleurs fort bien donné en prologue, p. vi) ; relevons simplement quelques points qui ouvrent des réflexions générales.

5La continuité d’occupation d’un tel site, même si sa « phase mégalithique » est fort simple à côté de bien d’autres, n’a plus rien qui nous surprenne aujourd’hui. Après une faible trace de fréquentation mésolithique, les « choses sérieuses » y commencent dès le Early Neolithic irlandais (soit dans le 2e quart du IVe millénaire B.C. cal.) par des structures en creux antérieures à la construction du monument. Comme en témoignent les 58 dates 14C fournies par le laboratoire de Groningen (dont 6 à l’accélérateur de particules), la fin de cette fréquentation recoupe l’utilisation primaire de la tombe mégalithique (3 300-2 900 B.C.) tandis qu’un hiatus de plus de trois siècles semble séparer celle-ci des fréquentations ultérieures : palissades et fosses, puis au moins 19 sépultures avérées du Early Bronze Age, incrustées dans le tumulus ou implantées à son pied même. L’une d’entre elles (le n° 16) en est cependant distante de plus de 7 m, tandis qu’une palissade s’échappe de la zone de fouilles. Comme souligné dans l’ouvrage, ceci laisse ouverte la possibilité d’autres structures non détectées au delà des quelque 700 m2 étudiés. C’est là une autre leçon : à l’heure où les contraintes de l’archéologie préventive restreignent parfois drastiquement les emprises étudiées, gardons à l’esprit que l’on ne peut bien comprendre de grandes structures (monumentales ou non) que dans un cadre élargi : impact paysager et/ou installations dans l’orbite de « structures-pilotes »… Et combien de sites anciennement fouillés ne seraient-ils pas à revoir dans cette optique ?

6Bien que profondément remodelé aux temps glaciaires, le substrat géologique de cette partie de l’Irlande est calcaire ; en découle une excellente conservation des vestiges osseux (artefacts comme restes squelettiques – fauniques et surtout humains). Rien que pour la tombe centrale, près de 240 individus ont été reconnus ; une telle situation laisse toujours le préhistorien habitué à la portion congrue du Massif armoricain admiratif devant la masse d’information ainsi disponible – et nostalgique face à celle dont il ne disposera jamais dans sa région.

7La « haute significativité » du Mont des Hotages semble s’arrêter vers le milieu du IIe millénaire B.C. ; après, le relais est peut-être pris par les autres structures qui couronnent la colline de Tara, puis par la légende, avant l’oubli et le revival du XIXe siècle.

8Matériellement, cette publication se présente comme un très beau volume au format de 22 x 28 cm. La typographie et la maquette sont soignées, l’illustration abondante et de qualité. Les plans issus de la documentation initiale ont été retavaillés avec efficacité par. U. Mattenberger (à qui l’on doit également l’essentiel des dessins d’objets). Les photos d’époque -noir et couleurs- sont, selon une tradition toute britannique, d’une remarquable qualité qui ne dépare pas à côté des photographies d’objets plus récentes. Un catalogue des trouvailles est fourni structure par structure (avec une numérotation un peu complexe, mais exploitation des fonds anciens oblige) et l’ouvrage se prolonge par dix « appendices » (dont le « 5 » rassemble les rapports spécialisés réunis à l’issue des recherches des années 1950). En résumé, un travail exemplaire dont l’intérêt dépasse très largement le microcosme des néolithiciens irlandais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « O’Sullivan Muiris (dir.), 2005 – Duma na nGiall – The Mound of the Hostages. Tara, Dublin, Wordwell/University College Dublin (School of Aechaeology), 308 p. », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/3174

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page