Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Archéologie du Moyen Âge

Édith Peytremann
Référence(s) :

Burnouf Joëlle et Catteddu Isabelle, 2015 – Archéologie du Moyen Âge, Rennes, éditions Ouest-France et Inrap, 143 p.

Texte intégral

1L’ouvrage réalisé par Joëlle Burnouf et Isabelle Catteddu, publié aux éditions Ouest-France/Inrap s’adresse à un large public auquel les deux auteures veulent faire passer un message, le Moyen Âge ce n’est pas ce que vous croyez ! et proposer la découverte d’un autre Moyen Âge en s’appuyant principalement sur les résultats des fouilles archéologiques de ces trente dernières années.

2Pour ce faire, les auteures débutent leur ouvrage de manière originale en invitant le lecteur à s’interroger sur le temps qu’il faisait à l’époque et comment était l’environnement. Cette partie particulièrement didactique augure bien des renouveaux de la recherche climatique grâce aux apports des nombreuses fouilles archéologiques et des travaux interdisciplinaires qu’elles suscitent.

3Ainsi, après avoir dressé rapidement à l’aide de quelques exemples un état des lieux en quatre étapes des changements climatiques et de leurs répercussions sur l’environnement et sur les sociétés, après avoir présenté les paysages déjà fortement aménagés depuis, au moins l’âge du Bronze et montré que l’interaction hommes-milieux fabrique une dynamique créatrice de changements, les auteures font pénétrer le lecteur dans les campagnes médiévales. Elles suivent alors une démarche chronologique pour, tour à tour, exposer l’agriculture et ses développements au cours du millénaire avec notamment l’introduction de nouvel outillage, le développement de l’élevage ou plus tard celui du maraîchage ou de la fruiticulture ; les manières d’habiter avec ces différents schémas d’occupation des sols et sa diversité des constructions pouvant, pour certaines, matérialiser des lieux de pouvoir. Là encore des exemples simples viennent illustrer les propos des auteures.

4Le lecteur est ensuite conduit en ville où toujours selon un schéma chronologique, on tente de lui montrer les développements urbains du premier Moyen Âge où la ville est principalement qualifiée de « chrétienne » jusqu’au second Moyen Âge où s’invente la ville moderne. Tout comme pour le chapitre précédent, les activités économiques comme les lieux d’habitat ou de travail sont décrits simplement.

5À présent que le lecteur est plus familiarisé avec la période, les auteures attirent cette fois-ci son attention sur l’ingéniosité dont il est fait preuve au Moyen Âge dans un chapitre carrément intitulé « une première révolution industrielle » ! De manière dynamique, un certain nombre d’innovations médiévales sont déclinées dans les domaines aussi variées que l’agriculture, les artisanats des matières animales, les arts du feu, l’exploitation des matières premières et leur transformation. Ce chapitre, à la suite du premier, attire l’attention sur la gestion de l’environnement et l’épuisement aussi bien des sols, que des espèces végétales et animales.

6Mais qui sont donc ces femmes et ces hommes du Moyen Âge ? C’est dans un chapitre consacré à « une société multiculturelle et métissée » que les auteurs présentent aussi bien les pratiques funéraires et ce qu’elles enseignent sur les sociétés, le niveau de santé des populations en évoquant notamment le handicap et son traitement au Moyen Âge à l’aide de quelques exemples archéologiques, que la diversité d’origine des populations médiévales métropolitaines et leur intégration.

7Pour achever ce parcours initiatique du Moyen Âge, les auteurs invitent allègrement le lecteur à bouger en empruntant un réseau viaire beaucoup plus important que le laisse entendre la tradition, en montant sur des embarcations qui naviguent aussi bien sur les cours d’eau, les littoraux ou en haute mer, en s’arrêtant dans des ports, en rejoignant des foires, en suivant les moines, les pèlerins ou les marchands. Lorsque le lecteur ferme le livre, il a du mal à quitter le dynamisme médiéval qui lui a été donné de voir ! Le pari des auteures de présenter un autre Moyen Âge est à coup sur gagné. L’obscurité dont était affublée cette période de l’histoire disparaît au profit d’une lumière, un peu trop brillante peut-être, qui montre une société adaptable, inventive, intégratrice. De l’aveu même des auteures, certains aspects ont volontairement été délaissés. Si la collection ne permet en effet pas de tout traiter, l’évocation de certains aspects de la société médiévale (guerre, église) auraient probablement permis de contrebalancer ce tableau du Moyen Âge qui peut parfois apparaître du coup un peu surexposé. Soulignons avec force la qualité de la présentation didactique des résultats les plus récents de la recherche avec de réelles originalités. L’ensemble du propos est appuyé, toujours fort à propos, par une illustration de choix et de grande qualité qui contribuent grandement à celle de l’ouvrage. Il est par ailleurs plaisant d’y trouver un certain renouvellement par rapport aux ouvrages du même éditeur. Les professionnels trouveront par-ci, par-là des approximations, des développements un peu vagues notamment sur la ville du premier Moyen Âge, qu’importe. Il se trouve là un ouvrage, pas trop cher, qui permet à tous de pouvoir se faire une idée relativement précise, à l’aide des résultats les plus récents de la recherche archéologique, d’une longue période, loin des sempiternels clichés qui malheureusement sont toujours à l’honneur des animations culturelles estivales et des parcs d’attractions. On ne peut, ici, que saluer les auteures qui ont toujours réussi à exposer et démontrer les faits, sans concession, pour le savoir du plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édith Peytremann, « Archéologie du Moyen Âge », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/3186

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page