Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Préhistoire Atlantique, fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique

Emmanuel Ghesquière
Référence(s) :

Marchand G., 2014 – Préhistoire Atlantique, fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique, Arles, Errance, 520 p.

Texte intégral

1Grégor publie ici son mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches sur la période mésolithique sur la façade atlantique. Ouvrage de la maturité, il traite les données accessibles avec une prudence qui l’honore et sans pousser les hypothèses au-delà du raisonnable. S’ajoutent à cela l’emploi d’un vocabulaire riche et précis, parfois incisif et toujours l’emploi d’un humour fin qui lui est propre.

2L’auteur entame son ouvrages par un retour sur les archéologues qui ont initié la recherche sur la période et ceux qui l’ont prolongé jusqu’à aujourd’hui. L’auteur, lui-même partie prenante de la recherche depuis plus de 25 ans, a traversé les derniers développements de cette recherche en se partageant de façon méritoire et rare au niveau national (toutes périodes confondues) entre archéologie programmée et préventive. Il décrit la diversité des archéologues et leur personnalité scientifique qui vont conditionner la recherche durant des épisodes longs, de l’ordre d’une génération et vont à regret maintenir cette période dans des carcans difficiles à briser, ce qui contribue à la vision toujours (encore) misérabiliste de la période.

3Il offre ensuite un panorama des connaissances sur l’évolution naturelle des paysages, faune et flore durant le Tardiglaciaire et le Mésolithique, rendant compte des deux phénomènes majeurs de la période : la remontée de la mer et le remplacement de la faune et de la flore froides par leurs équivalents tempérés. Elle regroupe également les questionnements sur les évolutions culturelles majeures : premier/second Mésolithique et premier Néolithique, en interrogeant sur quelques faits majeurs qui seront discutés plus avant, constituant les éléments les plus avancés mais toujours polémiques concernant la période : céramique ou passage du premier au second Mésolithique sous la poussée des néolithiques orientaux par exemple.

4La seconde partie s’ouvre sur la période Tardiglaciaire, qui s’étend de l’Alleröd au début (milieu ?) du Préboréal. Ce chapitre regroupe les études des sites fouillés par l’auteur ainsi que ceux de N. Naudinot. Etant donné l’extension de cette période (plus de 5 millénaires), les séries de référence restent encore limitées, même si la dernière décennie a permis d’établir un référentiel typologique et technologique. Les mauvaises conditions de préservation des sites (colluvionnement, troncatures…) dues à des conditions climatiques encore très contrastées reflètent des hiatus qui ne sont probablement pas près d’être définitivement comblés malgré les études de quelques sites importants (Les Chaloignes, Calleville).

5Grégor avance ensuite dans le temps en décrivant les avancées concernant la seconde moitié du premier Mésolithique, beaucoup plus abondant en Bretagne (groupe Berthaume) comme sur toute la façade littorale. Le second Mésolithique marque un retour à des séries moins abondantes, au moins du fait de conditions taphonomiques moins favorables, à l’exception notable de l’estuaire de la Loire et des amas coquilliers bretons. Ces sites constituant le Gildasien puis le Retzien en Pays de la Loire et le Téviécien en Bretagne forment le cœur de sa thèse et lui ont permis d’asseoir les caractéristiques de la période, qu’il continue par ailleurs d’exploiter en sauvetage programmé (amas coquillier de Beg-er-Vil) sur un littoral rongé par la mer. Sans décrire dans le détail ces amas coquilliers, Grégor en extrait les principales caractéristiques qui font de ces sites les clés de compréhension de tout le second Mésolithique breton (sédentarité, rapports avec l’hinterland, diversité alimentaire…). Il prolonge cette partie avec le délicat processus de néolithisation, peu favorisé par un secteur géographique marqué par davantage d’interrogations que de certitudes : rapport d’un NACA mal défini avec le sud Cardial, néolithisation de la Bretagne encore trop mal perçue (Saint-Etienne-en-Coglès, Betton) ou sites trop récemment fouillés pour être intégrés (Lannion) et les rapports encore flous qu’entretiennent les hommes du Néolithique et ceux du Mésolithique dans un secteur (le Morbihan en particulier) où ils semblent cohabiter durant quelques siècles. Encore une fois, si la situation n’apparait pas idyllique, les datations récentes de Hoëdic laissent présager qu’à l’avenir ces rapports pourraient être entrevus à la faveur de la fouille de quelques habitats du Néolithique ancien dans ce secteur. Pour clore ce chapitre, et même si l’auteur réfute toujours la participation de la céramique au bagage immémorial du Mésolithique eurasiatique, il suggère que la navigation pourrait correspondre à un moment de l’Histoire à un transfert des Mésolithiques vers les Néolithiques.

6La partie suivante s’ouvre sur un panorama des ressources alimentaires pour le Hommes du Mésolithiques dans le secteur géographique concerné. Si les estimations sur la grande faune carnée sont entrevues avec une certaine précision (période climatique, éthologie, volumes disponibles) celle de la flore comestible jouit d’une moindre considération, résultant avant tout d’une faible reconnaissance sous forme de restes sur les sites archéologiques, à l’exception des coquilles carbonisées de noisettes. Un inventaire chiffré des densités d’éléments végétaux comestibles, aussi précis que ceux de la faune, auraient immanquablement fait pencher la balance alimentaire en faveur du monde végétal. Comme il le constate, encore plus discrète s’avère la part de la pêche, pratiquement jamais mise en évidence sur les sites de par la fragilité des restes. Pourtant certains éléments comme les nasses de Noyen-sur-Seine, l’existence de pêcheries d’estran sous le niveau de la mer, les restes des amas coquilliers ou peut-être les foyers de l’Essart à Poitiers permettent d’entrevoir un rôle sinon majeur, du moins largement sous-estimé. Grégor conclut tout son honneur à un équilibre de la base alimentaire entre protéines animales et végétales, sans aller jusqu’à prétendre à une abondance alimentaire pourtant possible dans ces zones tempérées. La possibilité d’une amélioration des conditions de ressources végétales ne lui échappe pas, sous forme d’incendies volontaires ou d’essartage, même si ces hypothèses ne sont pas validées par le terrain. Une certaine forme de conditionnement du monde végétal permettrait cependant de comprendre le pourcentage très important de noisetiers au Boréal, arbuste de reconquête, et rejoindrait les hypothèses favorables à une arboriculture mésolithique du nord de l’Europe et du Japon.

7Grégor effectue ensuite un tour d’horizon des rares structures présentes sur les sites mésolithiques, foyers principalement mais également aires empierrées (base de huttes ?) en notant encore une fois la ténuité des témoins d’occupations domestiques (en dehors des amas coquilliers), résultant pour lui d’une taphonomie désavantageuse tout comme de structures d’habitats trop légères dans un monde encore faiblement sédentarisé.

8L’auteur résume ensuite les différentes formes que l’occupation peut prendre. Il partage les sites en fonction de plusieurs critères (nombre de vestiges, diversité des outils, degré d’utilisation des outils, présence de structures, pourcentage des pièces chauffées…) qui permettent suivant le degré d’étude du mobilier de fonder un tableau d’analyse mettant en évidence une organisation des territoires, tout en restant conscient des limites taphonomiques et des connaissances fragmentaires de l’intégralité des sites. Certains complexes territoriaux permettent ainsi par une approche approfondie (en prospection et en fouille) d’entrevoir certains concepts d’occupation de base. Le groupe de Berthaume se prêterait bien à cet exercice si son littoral n’était actuellement sous les eaux. À l’heure actuelle, seul le Téviécien et dans une moindre mesure le Retzien (pour lequel la prospection systématique achoppe encore) peuvent permettre cet exercice, ce qui est déjà très encourageant.

9Grégor s’attaque ensuite à disséquer le délicat problème des territoires ethnico-culturels, parangons du découpage de la France par Rozoy ou Thévenin. Sans réfuter le phénomène, il note la difficulté de mettre en évidence un tel découpage dans l’ouest à partir des seules armatures. Il aborde alors le problème en Bretagne à partir de différentes sources de lecture. Il s’attaque dans un premier temps aux roches utilisées, diverses et bien documentées (siltites, ultramylonites, micro-quartzite…). Dans un premier temps, il note l’absence d’emploi de ces roches sur une bande littorale de 20 km de largeur, signifiant pour lui la distinction entre les groupes côtiers et ceux de l’Hinterland, concept qui semble confirmé par les différences des isotopes osseux des individus de Téviec et de Hoëdic, suggérent une exogamie géographique. Ces groupes côtiers ou continentaux du Finistère et du Morbihan ne sont pourtant pas discernables techniquement, utilisant strictement les mêmes types d’armatures. Les distinctions entre certaines catégories d’outils (particulièrement les macro-outils) pouvant être considérés comme relatifs à une activité particulière, dépendant éventuellement du degré de sédentarité.

10La notion de territoire, culture ou groupe achoppe ainsi sur les connaissances trop faibles sur la période (langues inconnues, outillage en bois ou en os presque inconnu…). Elle est trop souvent basée sur un seul type de vestige : les armatures, voire dans le cas extrême un seul type d’armature. Grégor entrevoit le danger à axer toute l’analyse sur ce seul objet, même signifiant, bien qu’il ne réfute pas en bloc les résultats. Par ailleurs, les initiatives élaborées par les auteurs anglo-saxons à partir des éléments de parure ne semblent guère plus convaincants pour lui et relever davantage de déterminismes géographiques suivant les matériaux disponibles. Quoiqu’il en soit, Grégor reconnait tout de même de manière incontestable la présence de groupes aux territoires contraints

11comme le Berthaume ou le Téviécien (du fait du caractère péninsulaire de la Bretagne), stables géographiquement entre le viiie et le vie millénaire, caractérisé par des types d’armatures spécifiques (lamelles Berthaume, trapèzes sans retouche inverse rasante). Les observations réalisées dans d’autres secteurs géographiques non contraints se heurtent hélas à certains phénomènes de diffusion plus larges qu’il est plus difficile d’interpréter (diffusion du trapèze du Payré et des trapèzes rectangle par exemple) qui compliquent le sujet et mettent un frein à la définition de ces groupes.

12L’auteur souligne ensuite à juste titre le rôle des cours d’eau navigables comme vecteurs de déplacement, tout comme élément potentiel de frontière (la Seine) bien que ce dernier point ne soit pas systématique (la Loire) ni forcément centré sur la rivière elle-même mais éventuellement sur la vallée dans son ensemble (la Vilaine ?). Enfin, il rappelle que la mer constitue au même titre que les voies fluviales navigables une vaste zone de circulation comme en témoignent les évidentes identités typologiques des industries entre milieux insulaires attestés (Guernesey pas exemple) et le continent. Il incite toutefois à rester prudent face à cette dernière assertion en gardant à l’esprit que la Manche reste une frontière incontestable entre le continent et les Îles Britanniques durant le second Mésolithique et le premier millénaire du Néolithique français.

13Grégor aborde ensuite le problème de la complexité sociale des groupes mésolithiques atlantiques en comparant avec des groupes issus des côtes américaines. En observant les exemples connus et en interprétant les exemples locaux, il en vient à la conclusion que la pierre d’achoppement de la complexité sociale repose sur la capacité de stockage des denrées alimentaires des sociétés préhistoriques. D’après les données ethnographiques, le climat tempéré de la façade atlantique suggère des conditions de stockage favorables aux végétaux, ce qui n’exclut nullement le stockage de produits animaux après transformation (séchage, fumage). Ces capacités, dans le sens de possibilités, entrainent l’hypothèse de sociétés inégalitaires par l’appropriation de denrées ainsi qu’une moindre mobilité des groupes. Les marqueurs archéologiques manquent toutefois pour repérer une intensification (ou même une présence) de telles structures dans le Mésolithique français, même si le site d’Auneau vient en contre-exemple éclatant. Depuis la rédaction de cet ouvrage, la mise en évidence de plusieurs dizaines de fosses cylindriques (en Champagne et Picardie pour le moment) au Premier Mésolithique vient partiellement perturber le débat du phénomène de creusements au Mésolithique, même si leur fonction reste l’objet de débats (silos et/ou fosses de chasse entre autres). Ces nouvelles découvertes ne remettent pas en cause le schéma général du discours de Grégor, d’autant que de telles structures font encore défaut sur la façade atlantique. Les rapports entre les sites à fosses cylindriques et une moindre mobilité de l’habitat et/ou la présence d’une société plus complexe restent pour l’instant impossibles à démontrer en Champagne où ces structures sont nombreuses mais toujours dissociées des occupations domestiques. Grégor revient ensuite sur la composition des groupes et la densité de population. Tout en restant prudent sur ses chiffres, il rejoint ceux des différents auteurs qui ont travaillé en particulier sur les groupes californiens. Il propose des chiffres de l’ordre d’un habitant au km² sur les côtes et dix fois moins à l’intérieur.

14La dernière partie conclut l’ensemble de l’ouvrage en reprenant les principaux apports, manques et regrets liés à l’étude de la période. Si les apports ont été importants lors des dernières décennies, ils pourraient être beaucoup plus importants sur la bande littorale dont l’aménagement galopant ne s’accompagne que trop peu de travaux d’archéologie préventive. Il note également, mais un peu rapidement et pour la première fois de l’ouvrage, le potentiel archéologique actuellement recouvert par la mer qui pourrait s’avérer fondamental pour la découverte d’amas coquilliers antérieurs à la fin du viie millénaire. Ce domaine tombé d’ailleurs depuis peu dans l’escarcelle de l’archéologie de sauvetage classique pourrait dans les prochaines années donner des résultats importants (éoliennes marines, hydroliennes) pour peu que des prescriptions de diagnostic soient établies.

15Grégor revient ensuite sur le processus de néolithisation de la façade atlantique, que ce soit par le courant méditerranéen (via le NACA) ou par le courant septentrional (Rubané/B-VSG). Cette intervention des premiers agriculteurs marque la fin de la lisibilité des peuples mésolithiques (avec un hiatus de 3 ou 4 siècles) même s’il reste encore quelques incertitudes sur une perduration au début du ve millénaire en milieu insulaire (Hoëdic), encore une fois avec toutes les réserves qu’impose l’effet réservoir sur les datations 14C en domaine maritime. La reprise d’idées générales expliquant le remplacement des chasseurs-cueilleurs par les agriculteurs reprend les différentes hypothèses partagées ou discutées par les différents chercheurs : crise climatique de la fin du vie millénaire, maladies épidémiques, guerre, moindre démographie, hypergénie… C’est potentiellement la conjugaison de ces différents facteurs qui parviendrait à expliquer ce remplacement, mais ils restent tous invisibles à la pratique archéologique. Par ailleurs, le développement du monumentalisme funéraire ou « cultuel » dans le Morbihan (tumulus, alignement de stèles) trahit une expansion démographique néolithique très rapide au début du Ve millénaire, qui fait curieusement pendant à l’importance présumée des occupations mésolithiques dans le même secteur quelques siècles auparavant. Cette densité aussi bien mésolithique que néolithique témoigne à tout le moins d’une richesse alimentaire du littoral breton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Préhistoire Atlantique, fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/3195

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page