Navigation – Plan du site
Comptes rendus

C. Marcigny, E. Ghesquière, et L. Juhel, 2006 – Baligan. Les collections préhistoriques et gallo-romaines du Muséum Emmanuel-Liais

Charles-Tanguy Le Roux
p. 216-217
Référence(s) :

Édition Ville de Cherbourg-Octeville, coll. « Unica », 76 p. (ISBN 2-900-481-25-2).

Texte intégral

1À l’heure où les muséums d’histoire naturelle « reviennent dans l’air du temps » (E. de Roux, Le Monde, 26 septembre 2007), c’est un vif plaisir pour un ancien naturaliste que de saluer, à travers la publication de sa série de guides « Unica » le dynamisme de l’établissement cherbourgeois (quinze titres sont annoncés, celui-ci étant le deuxième à sortir de presse). Le présent volume est, nous précise l’introduction, dédié à Baligan, le dragon qui hantait dit-on la grotte de Diélette et a copieusement nourri le riche légendaire du nord-Cotentin. Page suivante, les auteurs nous rappellent que la ville de Cherbourg possède deux splendides fonds patrimoniaux miraculeusement épargnés par la seconde guerre mondiale : le muséum Emmanuel Liais et la bibliothèque Jacques-Prévert.

2Après cette « mise en bouche », le cœur de l’ouvrage suit un plan classiquement chronologique, en ne craignant pas de rappeler en tant que de besoin quelques notions qui pourront apparaître comme des truismes pour le spécialiste – mais n’oublions pas que nous sommes ici dans un ouvrage de grande diffusion. À chaque subdivision chronologique, les auteurs prennent donc la peine (et parfois le risque) de donner des dates chiffrées, bien utiles pour permettre au profane de se situer (dommage par contre que la « chronologie générale » (p. 63) n’ait pas été plus travaillée). Bien dans cette logique de vulgarisation de bon aloi, le texte est clair et fluide mais desservi par une présentation un peu terne (typographie et mise en page). Cependant, la parcimonie des illustrations in-texto est compensée par trois magnifiques planches hors-texte en quadrichromie, dont un dépliant central qui nous propose une somptueuse restitution du site mésolithique d’Auderville où le graphisme épuré de L. Juhel fait merveille pour retravailler un panorama photographique.

3La matière régionale étant ce qu’elle est, la partie chronologique s’ouvre sur le Mésolithique qui, pour une fois, a la part belle dans un ouvrage de ce genre : 11 pages en détaillent les trois grandes phases attestées régionalement, avec présentation des sites de référence. Le Néolithique est ensuite exposé sous ses différents aspects avec évocation de sa composante mégalithique, injustement méconnue dans le nord-Cotentin malgré les inventaires réalisés ces dernières années par deux des auteurs (E. G. et C. M.) accompagnés par H. Lepaumier (et injustement passés sous silence dans la bibliographie car restés à l’état de « littérature grise »). Ce chapitre se clôt par une brève évocation du Campaniforme (ici traité à la suite du Néolithique, sans doute en raison du manque d’associations métalliques connues régionalement).

4La présentation de l’âge du Bronze fournit l’occasion de rappeler les affinités armoricaines de la région avec l’évocation du tumulus de la Fosse-Yvon réétudié il y a une vingtaine d’années (dommage qu’il faille éplucher la bibliographie pour apprendre qu’il se trouve sur la commune de Beaumont-Hague). On versera avec les auteurs une larme à l’évocation des quatre lunules en or de type irlandais jadis découvertes dans le département de la Manche, toutes impitoyablement fondues (et dont ne témoigne plus que la dérisoire copie en carton de l’une d’entre elles), le même sort ayant été réservé au torque de Flamanville et à son probable accompagnement. On connaît la richesse bas-normande en découvertes de dépôts de bronzes (eux aussi, hélas, largement dispersés ou perdus) et, logiquement, ceux-ci sont présentés pour étayer les subdivisions chronologiques du discours.

5Ce que l’on sait du Hague Dike, « l’une des fortifications les plus connues et en même temps les plus méconnues de l’ouest de la France » (p. 49) est longuement présenté, depuis sa première mention au xiiie siècle jusqu’aux travaux de ces dernières décennies, les sondages de 2004 ayant -enfin – prouvé, date radiocarbone à l’appui, que les origines de l’ouvrage - sans doute maintes fois remanié jusqu’au xe siècle au moins – remontaient bien au début du Bronze final.

6Comparativement, l’âge du Fer n’est que survolé, sans doute du fait d’une matière qualitativement moins « porteuse ». On regrettera le titre accrocheur du chapitre : les fabricants de haches à douille (dont plusieurs dizaines de dépôts furent exhumées dans le nord-Cotentin) étaient-ils bien déjà « nos ancêtres les Gaulois » ? Quant au second âge du Fer, sa présentation tourne essentiellement sur l’évocation du site il est vrai exceptionnel d’Urville - Nacqueville, qui a livré aussi bien une série de monnaies gauloises que, du fait de son milieu humide, des pièces en matériaux périssables, sans compter bien entendu les restes du fameux atelier de parures en lignite. Pour l’Antiquité, les auteurs se contentent, avec raison, de mettre en appétit le lecteur en évoquant quelques sites-phares présentés au muséum de Cherbourg, dans l’attente du troisième volume de la collection, annoncé comme « à paraître ».

7Alors que l’île de Jersey était encore reliée au Cotentin durant une bonne partie du Mésolithique, puis sans doute aisément accessible en pirogue aux époques suivantes, on regrettera que si peu d’allusions soient faites à l’archipel anglo-normand tout proche dans ce volume qui se termine par un double index – noms propres et noms communs – et par une bibliographie sélective mais déjà fouillée (25 références). En bref, cet agréable petit livre constitue (c’était son but et il est parfaitement atteint) une excellente ouverture sur le patrimoine pré- et protohistorique du nord-Cotentin dans son cadre bas-Normand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « C. Marcigny, E. Ghesquière, et L. Juhel, 2006 – Baligan. Les collections préhistoriques et gallo-romaines du Muséum Emmanuel-Liais », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rao.revues.org/491

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page