Navigation – Plan du site
Comptes rendus

N. Reveyron, Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul). Archéologie et histoire de l’art

p. 217-218
Référence(s) :

Lyon, Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne (ALPARA), coll. « DARA ; 28 », 384 p. (ISBN 2-9516145-9-4 ; 35 €).

Notes de la rédaction

La rédaction

Texte intégral

1Avec la collaboration de G. Macabéo, C. Le Barrier H. Chopin et J.-P. Gobillot, Nicolas Reveyron nous propose ce neuvième numéro de la « série lyonnaise » des Documents pour l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne. Dédié à la mémoire de B. Oberlin, le volume s’ouvre sur une série de « préfaces » qui nous introduisent dans la perception de l’archéologie que peuvent avoir des personnalités aussi différentes qu’un haut fonctionnaire, des élus éminents et un Cardinal. Quant au corps de l’ouvrage, il s’articule en cinq grands chapitres.

2Dans le premier (« Archéologie du bâti et histoire monumentale »), l’auteur nous livre ses réflexions, qui dépassent ce que laisserait entendre le seul titre du chapitre. Viennent d’abord des considérations épistémologiques parfois décapantes, comme le suggèrent quelques sous-titres un brin provocateurs : « Madame Bovary, c’est moi » ou « Une révolution copernicienne : les archéologues écrivent l’histoire ! » entre autres. Puis vient le tour de précieux développements méthodologiques et de problématique, avant l’examen d’une « archéologie du travail et du savoir », depuis l’étude des traces d’outils jusqu’aux reconstitutions d’échafaudages. Puis l’on passe en revue les principaux matériaux (pierre, fer, bois, brique), leur mise en œuvre et leur association pour obtenir les grands chefs-d’œuvre de l’architecture gothique – dont ceux présentés dans les chapitres suivants.

3Les trois églises lyonnaises abordées ont, dans les dernières décennies, fait l’objet d’importants travaux et études auxquels l’auteur a été étroitement associé. Le premier et le plus ample de ces chapitres monographiques (plus d’une centaine de pages) est évidemment consacré à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste où travaux et études se sont échelonnés de 1989 à 2005. Suivent les églises Saint-Nizier et Saint-Paul ; chacune pose des problématiques spécifiques tant leurs histoires sont différentes. À chaque fois, le discours est nourri des multiples et fructueuses comparaisons que permettent à l’auteur son érudition sans faille, ce qui fait de l’ouvrage une mine de renseignements à l’échelle européenne.

4Enfin, une « synthèse » analyse la conduite d’un chantier dans la ville médiévale, par des hommes porteurs d’un savoir-faire dont les règles de transmission même peuvent être entrevues à l’occasion du passage de l’art de bâtir roman (hérité sur place depuis la tradition antique) à la technologie gothique (importée), avec tous ses développements : rôle du fer (chaînages, goujons et agrafes), transposition à la pierre des techniques d’assemblage issues de la charpenterie (application des techniques de charpenterie à la pierre, art du trait et stéréotomie, évacuation des eaux, etc.). Pour finir, sont évoqués les questionnements relatifs aux restaurations et transformations ; ne l’oublions pas, « un édifice est un bâti en constante évolution » dont « la restauration a commencé dès le Moyen-Âge » (p. 316).

5L’ouvrage est complété par deux « annexes » : 1) les arcs intégrés dans l’espace rhodano-méditerranéen (un inventaire qui renvoie à la carte de la fig. 152 dans le corps de l’ouvrage) et 2) une étude des échafaudements pour la pose des remplages et le levage des vitraux de Saint-Nizier (par C. Le Barrier). Il se termine comme il se doit par une copieuse bibliographie qui distingue les « sources archéologiques » (c’est-à-dire les rapports d’opérations), les « sources écrites » et la « bibliographie » archéologique proprement dite et se prolonge, in fine, par des résumés (en français, italien et anglais).

6C’est là un livre dense et copieux mais fort bien présenté, abondamment illustré (dessins, plans, axonométries et photographies, pour partie en couleurs, sont de belle venue) et agréable à lire. Une mine de renseignements pour les archéologues médiévistes et les architectes restaurateurs, un prodigieux terrain de découverte pour les autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« N. Reveyron, Chantiers lyonnais du Moyen Âge (Saint-Jean, Saint-Nizier, Saint-Paul). Archéologie et histoire de l’art », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rao.revues.org/496

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page