Navigation – Plan du site
Comptes rendus

A. De Saulce, V. Serna. et A. Gallicé (dir.), Archéologies en Loire. Actualité de la recherche dans les régions Centre et Pays-de-la-Loire, Cordemais, Aestuaria-stuarium*

Charles-Tanguy Le Roux
p. 218-219
Référence(s) :

Aestuaria-Estuarium*, 416 p. (ISBN 978-2-9528512-4-4 ; 30 €).

Texte intégral

1Ce deuxième volume de la collection « Fleuves et Archéologie » s’attache à présenter une série d’opérations très variées concernant la vallée de la Loire ou la basse vallée de ses affluents ; il a été coordonné par les Services régionaux de l’Archéologie des deux régions concernées. Comme le soulignent L. Bourgeau et B. Mandy dans leur préface, la Loire, qui est pourtant un élément structurant majeur d’une bonne partie de l’actuel territoire français, « a longtemps souffert de l’absence d’études transversales » ; à côté des quelques travaux précurseurs évoqués à cette occasion, il serait cependant injuste d’oublier l’ouvrage de M. Provost (1993). Mais le récent classement au Patrimoine mondial par l’UNESCO « a permis de nouvelles interventions dans le cadre du volet culturel du Plan Loire » et les 21 contributions rassemblées ici constituent un premier bilan impressionnant des potentialités de cette zone. La plupart correspondent à des opérations menées en 2003-2006, mais la dynamique ainsi créée a permis de réveiller quelques « belles au bois dormant » oubliées, comme l’habitat Bronze final de l’Alleu, aux portes de Saumur, resté quasi-inédit depuis 1977.

2Le cœur de l’ouvrage commence par la présentation de deux PCR en cours : « Navigation et navigabilité sur les petites rivières en région Centre » (V. Serna) et « Des Ponts-de-Cé à l’estuaire : interactions Homme/Milieu de la Loire et de ses affluents » (A. de Saulce), puis il s’organise autour de quatre grands thèmes : « Espace navigué, fleuve aménagé », « Traverser la Loire », « Archéologie préventive dans le bassin de la Loire » et « Enquêtes, chantiers et découvertes fortuites ».

3Dans chacune de ces rubriques, on trouve deux types d’études. Quelques sujets sont abordés de manière « extensive » : La batellerie monoxyle (G. Creïs et al.), Cales et quais (O. Cléricy et al.), Les franchissements (E. Miejac et A. de Saulce), Les alluvions fossiles (R. Arthuis et al.), Les dépôts à l’âge du Bronze (M. Melin). Cependant, la plupart des études restent fondamentalement monographiques, montrant bien que le temps des brillantes synthèses n’est pas encore venu ; la qualité et la variété de ces travaux et les horizons qu’ils nous ouvrent laissent cependant augurer du meilleur pour un proche avenir.

4Il n’est pas possible ici de résumer toutes les contributions et, à l’inverse, il serait injuste de n’en mettre que certaines en exergue ; notons cependant, au fil des pages, quelques-uns des faits marquants qui y sont présentés.

5– L’interrogation de G. Creïs et al. sur l’étonnante rareté des épaves anciennes signalées au fil des 400km étudiés d’un fleuve où la navigation a toujours été intense.

6– La réinterprétation (terre-plein précédé d’un radier plutôt que quai) des aménagements de berge au droit des entrepôts antiques de Rezé (R. Arthuis et al.).

7– Les enjeux politiques et militaires liés aux franchissements de la Loire (E. Miejac et A. de Saulce) – comme quoi l’on voit que l’épisode des « Cadets de Saumur », en 1940, s’inscrit dans une bien longue histoire (au fait, que reste-t-il comme traces étudiables de ces récents combats sur le terrain ?).

8– La précocité des premiers ponts sur le fleuve – dès le tout début du ier siècle de notre ère (A. Dumont et al.).

9– La difficile confrontation (une de plus…) entre la tradition, les sources écrites et les faits archéologiques à propos des installations Vikings face à l’abbaye de Saint-Florent (M. Rolland).

10– L’importance de l’habitat Bronze final de l’Alleu à Saint-Hilaire-Saint-Florent, le plus important de faciès « Rhin-Suisse-France orientale » dans toute la moitié ouest de la France (T. Nicolas). C’est là un témoignage de plus, s’il en était besoin, pour affirmer l’importance de l’axe ligérien dès la protohistoire (et même sans doute bien avant : entre autres, l’auteur de ces lignes a déjà eu l’occasion de « pister » les lames de haches polies néolithiques le long du Val de Loire, aussi bien depuis le Massif armoricain que depuis les régions alpines : Le Roux 1999 – cf. notamment les fig. 59-60 et 69).

11– N’oublions pas enfin l’histoire sédimentaire et morphologique complexe du fleuve, de son lit et de ses îles, de ses ensablements et variations de niveau depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, qui transparaît dans plusieurs contributions.

12En résumé, nous avons là un magistral « état de la question » sur une problématique pleine de promesses ; la matière certes aspire à être complétée, mais les données présentées ici sont indiscutablement destinées à lancer une dynamique de recherche ; elles sont aussi appelées à faire référence pendant « un certain temps » encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « A. De Saulce, V. Serna. et A. Gallicé (dir.), Archéologies en Loire. Actualité de la recherche dans les régions Centre et Pays-de-la-Loire, Cordemais, Aestuaria-stuarium* », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rao.revues.org/500

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page