Navigation – Plan du site
Comptes rendus

P. Bueno, R. Balbin, de et R. Barroso, El dolmen de Azutan (Toledo).Areas de habitacion y areas funerarias en la cuenca interior del Tejo

Charles-Tanguy Le Roux
p. 203-231
Référence(s) :

Alcala de Henares, Universidad de Alcala/Diputacion de Toledo, coll. « UAH – Monografias, 02 » 278 p., 140 fig., annexes (ISBN 84-8138-643-X).

Texte intégral

1Chacun sait que la péninsule ibérique est une région-clé du mégalithisme européen et que les recherches sur le sujet y ont une longue tradition, brillamment poursuivie ces dernières décennies tant au Portugal qu’en Espagne. Dans ce dernier pays, l’apport de l’université d’Alcala de Henares a été primordial, notamment pour ce qui concerne le sud de la Meseta (bassin supérieur du Tage), à l’ouest de Tolède. À partir d’une présentation de la fouille d’Azutan, lancée par cette équipe en 1981 mais terminée seulement en 2001, les auteurs élargissent leur réflexion de fort belle manière à l’ensemble de la problématique mégalithique de la Meseta.

2Les résultats des premières campagnes ayant déjà été publiées, on ne s’étonnera pas que la description des fouilles proprement dites n’occupe ici qu’un seul chapitre (ch. IV). Les données essentielles y sont revues à la lumière des interventions ultérieures, ce qui fournit un précieux bilan actualisé et homogénéisé ; mais on y trouve aussi un véritable « précis » de mégalithisme mésétan, après une présentation générale suivie d’un important développement sur le paléo-environnement (oro-hydrographie, paléopaysage végétal). Grâce à toute une série d’études spécialisées (développées au ch. IX), les auteurs proposent, pour les populations concernées, un modèle économique quasi autarcique ayant impliqué une déforestation précoce (mais aussi une exploitation extensive du milieu forestier). Cependant, des ouvertures aux influences extérieures y sont notées, sur les décors céramiques entre autres. Quant à la « réflexion finale » du ch. VIII, elle cherche à situer le mégalithisme de « l’Intérieur » (une des cinq grandes provinces mégalithiques proposées – cf. p. 137), dans son contexte économique (où l’importance des glands, du miel et du lait est soulignée) aussi bien que social (le rôle des vases campaniformes comme symptômes de profonds changements en ce domaine à la fin de la période concernée est longuement discuté).

3Un intérêt majeur du site d’Azutan réside dans les restes d’un habitat précoce mis en évidence sous le cairn, daté de 5240 +/- 40 BP et semble-t-il antérieur de peu à l’installation de ce dernier (qui recèle lui-même deux niveaux néolithiques puis des indices de fréquentation campaniforme). Cela permet d’ouvrir une passionnante discussion sur les rapports entre habitats et sépultures, puis sur l’organisation de ces dernières (ch. VII).

4Une autre particularité de ce dolmen est la richesse et la variété de son décor. On sait l’apport des deux premiers auteurs à la connaissance de l’art mégalithique dans cette région ; la comparaison des cartes qu’ils proposent ici (fig. 109 et 111) avec celles d’E. Shee-Twohig, publiées voici un quart de siècle, est d’ailleurs éloquente. Dans le corpus régional, Azutan occupe une place majeure, tant par le nombre des dalles ornées (14) que par la diversité des techniques employées (peinture, gravure, sculpture en creux et en relief) et par la richesse thématique. La présence remarquable d’un signe quadrangulaire suscite des comparaisons fort intéressantes avec les « écussons » de l’ouest français (et au premier abord plus séduisantes pour étayer des contacts ibéro-armoricains que les rapprochements proposés par d’autres avec certaines composantes de l’art galicien).

5Cette publication est aussi l’occasion de donner un corpus des dates radiocarbone aujourd’hui disponibles pour les sépultures de la Meseta (fig. 135-136). Certes la présentation de telles panoplies de dates est une pierre d’achoppement dans bien des publications, mais dommage que les tableaux proposés ici soient aussi lourds (la fig. 136 ne comporte pas moins de 15 combinaisons de signes pour définir les sites !) et la correspondance entre les données « BP » du texte et les « cal. BC » de certains commentaires ou des tableaux n’est guère facilitée. On pourra aussi regretter le quasi mutisme de bien des cartes : identifier les sites ou situer les limites de la Province de Tolède par rapport à celles de la Région de Castilla-la Mancha n’est pas toujours évident pour un lecteur étranger.

6Tout ce travail s’appuie sur une série d’études techniques, certaines classiques d’autres plus pointues. Elles sont regroupées dans les ch. IX (pour le paléoenvironnement et l’économie) et X (pour ce qui concerne les hommes eux-mêmes). L’ouvrage comporte une bibliographie de quelque 280 titres (plus celles des « annexes ») et son illustration est de qualité (avec un nombre non négligeable de documents en couleurs). Un petit regret : que le texte ne soit pas mieux structuré (avec davantage de sous-titres et de résumés), ce qui en aurait facilité la consultation pour les lecteurs non hispanophones de naissance : on y « rame » parfois, mais il est vrai que l’intérêt de l’ouvrage pour tout chercheur s’intéressant au mégalithisme mérite bien cet effort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « P. Bueno, R. Balbin, de et R. Barroso, El dolmen de Azutan (Toledo).Areas de habitacion y areas funerarias en la cuenca interior del Tejo », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 30 décembre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rao.revues.org/521

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page