Navigation – Plan du site
Comptes rendus

S. Marion, Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène Finale. Analyse des sites fouillés, chronologie et société

Fabien Delrieu
p. 234-235
Référence(s) :

Oxford, Hadrian Books (BAR International Series, 1231), 2 vol. (ISBN 1 84171 359 7 ; £111,00).

Texte intégral

1Le travail de Stéphane Marion porte sur l’ensemble des sites du Hallstatt final à La Tène finale fouillés dans la région d’Île-de-France. Reprenant sa thèse soutenue à l’Université de Paris 1, cette publication est constituée de deux volumes dont le premier est réservé au texte et à l’inventaire, le second reprenant en détail le dessin des lots de mobilier sur lesquels repose l’étude. Les données actuellement disponibles dans cette région intéressant particulièrement l’habitat et le domaine funéraire, ces deux thèmes constituent la base de travail de l’auteur. Il utilise ainsi ces deux axes de recherche pour proposer un schéma chronologique d’évolution de la société de l’âge du Fer en Île-de-France entre le vie et le ier siècle avant notre ère.

2Après avoir expliqué les modalités de constitution de ses deux bases de données (funéraire et habitat), l’auteur propose une partie entièrement dédiée à la typologie des mobiliers étudiés. Toutes les grandes catégories d’objets métalliques, qu’ils soient liés à l’armement (épées, umbos, pointes de lances…) ou à la parure (torques, fibules, bracelets…) sont ainsi décrites avec soin et leur typologie propre est développée de façon très explicite. L’auteur propose également une typologie pour la céramique qui intègre non seulement la forme des récipients mais également les traitements de surface et les décors. Cette première partie de l’ouvrage correspond donc à une « mise au point » particulièrement didactique et utile.

3La deuxième partie est entièrement consacrée au domaine funéraire. En utilisant un traitement statistique du mobilier funéraire, l’auteur arrive à déterminer la présence de six groupes correspondant à autant de phases chronologiques s’échelonnant du Hallstatt D2 (Aisne-Marne 1) à La Tène C2. Il conclut cette démonstration en posant le problème de l’attribution chronologique des sépultures sans mobilier. L’auteur se consacre ensuite à la caractérisation des ensembles funéraires. Il aborde ainsi (peut-être trop rapidement) les structures funéraires (enclos circulaires et quadrangulaires), le recrutement, la fréquentation et l’organisation interne des nécropoles étudiées ainsi que la composition et la signification des assemblages funéraires en fonction des six phases chronologiques qu’il a précédemment évoquées. Une « géographie » funéraire de l’Île-de-France en fonction des phases chronologiques est ensuite développée bien qu’une analyse spatiale du territoire soit difficile à proposer eu égard au faible nombre de sites funéraires recensés. L’auteur en convient d’ailleurs dans l’introduction de l’ouvrage.

4La partie consacrée à l’habitat débute par une explication sur la méthodologie adoptée et plus particulièrement sur l’utilisation des analyses factorielles. Il faut cependant reconnaître que malgré les efforts de l’auteur, cette méthode n’est pas forcément évidente à appréhender pour les non-spécialistes. Une présentation du corpus des sites d’habitat étudiés est ensuite proposée. Cet exposé permet une première discussion sur l’attribution chronologique des occupations. Cette dernière est principalement basée sur le mobilier métallique, pourtant relativement rare sur les sites d’habitat (à l’exception des fibules). Par la suite, l’auteur procède à un traitement statistique des catégories de céramiques en fonctions des types caractérisés dans la première partie de l’ouvrage. Ce travail permet d’identifier dix étapes chronologiques à l’intérieur desquelles des faciès céramiques et des décors caractéristiques sont isolés. Cette partition chronologique permet ensuite une analyse fine de l’évolution de l’habitat de plaine entre le Hallstatt D2 et La Tène D1. Ainsi il apparaît clairement que l’habitat du début de la période (Ha D2 – Tène C1 ; étapes 1 à 6) présente un caractère ouvert, diffus et peu hiérarchisé (Changis-sur-Marne « Les Pétraux »). À l’inverse, pour la période suivante (La Tène C2-D1 ; étapes 7 à 10), les sites ruraux sont systématiquement enclos par des fossés. La densité de l’occupation y est très importante et les activités artisanales s’y développent souvent (Bazoche-lès-Bray « Près le Tureau aux Chèvres »). Ce type d’habitat groupé coexiste, principalement à partir de La Tène D1, avec des enclos à fonction agricole dont certains, de par la richesse du mobilier qui leur est associé, semblent présenter un caractère aristocratique (Herblay « Les Fontaines » ou Balloy « La Fosse aux Veaux »).

5La confrontation des données funéraires avec celles issues de l’habitat permet de proposer un scénario d’évolution pour les sociétés de l’âge du Fer en Île-de-France. Ainsi, au Hallstatt final et durant une bonne partie de La Tène ancienne, une société principalement paysanne semble occuper des fermes isolées ou de petits villages diffus. L’existence d’une aristocratie guerrière ne se manifeste que par la présence d’un riche mobilier funéraire. À partir de la fin de La Tène ancienne, les sépultures de guerriers se font plus nombreuses et les tombes à char se multiplient, indices de changements importants au sein de l’aristocratie et de probables tensions, peut-être d’ordre social. Par ailleurs, cette période est témoin d’évolutions notables dans les pratiques agraires comme l’apparition de la meule rotative. Les formes de l’habitat ne semblent pas évoluer de manière significative au cours de cette période. À partir de La Tène C2, les formes de l’habitat évoluent fondamentalement. Les fermes indigènes coexistent avec un habitat groupé probablement lié au développement de l’activité artisanale. La présence de l’aristocratie ne se manifeste plus dans le domaine funéraire mais, dès la fin de La Tène C2, par la richesse du mobilier associé à certaines fermes. Ce schéma d’évolution des sociétés de l’âge du Fer en Île-de-France est séduisant et bien étayé par un important corpus de sites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Delrieu, « S. Marion, Recherches sur l’âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène Finale. Analyse des sites fouillés, chronologie et société », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 30 décembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://rao.revues.org/533

Haut de page

Auteur

Fabien Delrieu

    (SRA Basse-Normandie, Caen)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page