Navigation – Plan du site

Des Gaulois sur l’île Guennoc (Landéda, Finistère)

Gaulish people on Guennoc Island (Landéda, Finistère)
Marie-Yvane Daire et Laurent Quesnel
p. 93-137

Résumés

Au cours des fouilles menées sur l’île Guennoc à Landéda dans les années 1960, P.-R. giot s’intéressa principalement à une série de cairns mégalithiques, mais reconnut plusieurs autres phases d’occupation humaine. Le réexamen systématique des collections, des publications, ainsi que l’exploitation d’un mémoire universitaire demeuré inédit, montrent aujourd’hui la richesse des données de terrain et du mobilier du second Âge du Fer. La présentation des contextes naturels et historiographiques de l’étude sera suivie par l’exposé de la démarche d’enquête débouchant sur une analyse des vestiges laténiens ; la structuration de l’espace, les constructions et l’ensemble mobilier (céramique en particulier) alimenteront une réflexion synthétique sur l’occupation gauloise de l’île qui, projetée dans une perspective plus large, montre des points de comparaison avec d’autres sites insulaires finistériens et contribue à caractériser les populations côtières de l’ouest de la Gaule.

Haut de page

Dédicace

Ces pages sont dédiées à l’éternel « aîné d’entre nous » (Pierre-Roland Giot), au nom d’une nissophilie partagée.

Texte intégral

1. Préambule

Une île de la côte léonarde dans son environnement

1L’île Guennoc (ou Geignog, ou Gaignoc… selon les sources) fait partie de la cinquantaine d’îles et îlots qui foisonnent le long de la côte léonarde, entre les pointes de Corsen (Plouarzel) et de Porz Grae (Plouguerneau), dont l’abondance s’explique à la fois par la présence des abers, d’un estran assez développé et d’une côte rocheuse (Brigand, 2002, p. 72) (fig. 1). Guennoc occupe une place privilégiée parmi ceux qui se concentrent plus particulièrement entre les chenaux prolongeant l’Aber Wrac’h et l’Aber Benoît (Landéda) en formant une sorte de couronne qui déborde jusqu’à 1,5 mille au large, car c’est aujourd’hui une véritable île inaccessible à pied sec. Comme les autres îles de cette couronne, Guennoc émerge d’une plate-forme littorale à demi immergée qui se prolonge sous la mer sur quelques kilomètres (ibid., p. 72). Avant la fin de la remontée des eaux au Postglaciaire, cet ensemble formait un bas pays devant une falaise morte délimitant le plateau léonard. Ce dernier fut très fréquenté pendant la Préhistoire et, au cours du Néolithique, des monuments mégalithiques furent installés sur les sommets devenus ensuite les îles d’Yoc’h, Carn et Guennoc, (fig. 1, n° 1, 3 et 9)…

Figure 1 : Carte de localisation de l’île Guennoc sur fond de carte du SHOM pour les niveaux marins (DAO L. Quesnel).
Figure 1: Location map of Guennoc Island (map base from the French Navy’s hydrographic Service for bathymetric contours).

Figure 1 : Carte de localisation de l’île Guennoc sur fond de carte du SHOM pour les niveaux marins (DAO L. Quesnel).Figure 1: Location map of Guennoc Island (map base from the French Navy’s hydrographic Service for bathymetric contours).

2Guennoc n’est aujourd’hui qu’un grand « rocher » de 5,6 ha, mesurant un peu moins de 400 m de long, du nord-nord-ouest au sud-sud-est, et 160 m au plus large, avec une côte rocheuse, d’accès difficile, ceinturant un grand dôme surbaissé couvert de pelouse littorale luxuriante. Une crête axiale, soulignée par un talus ancien, se déploie sur 300 m de long du nord au sud et atteint 15 à 16 m d’altitude NGF. Le paysage actuel de l’île, sauvage, austère et déserté, contraste avec la richesse et la diversité d’un complexe archéologique témoignant d’occupations humaines successives, apparemment discontinues mais parfois intenses, auxquelles quelques chercheurs se sont intéressés par le passé.

3Malgré la découverte, en 1890, d’un dépôt de l’Âge du Bronze, précédée par celle de « bracelets d’or », P. Du Chatellier (1881) ne visita jamais l’île. Plus tard, le Commandant A. Devoir (1913) y signale un « tumulus » qu’il ne va pourtant reconnaître qu’en 1919, ainsi qu’un « vaste retranchement elliptique, avec entrée parée de deux mégalithes et trois autres à l’intérieur. Les murets ont de trois à cinq mètres de large et plus d’un mètre en saillie… » ; il signale en outre une « pierre percée » ou « pierre trouée », sans doute le socle rudimentaire d’une croix disparue (notes transcrites par E. morel).

4En 1953, un incendie avait lentement ravagé la végétation de pelouse rase, dégageant une partie des structures archéologiques jusque-là peu connues et mal documentées, mais aussitôt signalées à P.-R. giot qui visita le site en novembre 1955, puis en 1958. Les premières observations révélèrent l’existence de trois cairns principaux, les restes d’un ou de deux autres, d’un enclos au centre de l’île et des vestiges de « fortifications » sur l’une des faces exposées au continent.

Figure 2 : Répartition des principaux vestiges « visibles » sur l’île Guennoc, aménagements modernes exclus (Landéda, Finistère) (DAO L.Quesnel, d’après Giot, 1987).
Figure 2: Location of the main “visible” remains on Guennoc Island (modern elements excluded).

Figure 2 : Répartition des principaux vestiges « visibles » sur l’île Guennoc, aménagements modernes exclus (Landéda, Finistère) (DAO L. Quesnel, d’après Giot, 1987).Figure 2: Location of the main “visible” remains on Guennoc Island (modern elements excluded).

5Ce n’est qu’à partir de 1960 que P.-R. giot s’engagea dans un long programme de fouilles, dont les douze campagnes s’étalèrent jusqu’en 1972 (Giot, 1987). À cette époque, les vestiges visibles (fig. 2) étaient quatre cairns mégalithiques répartis sur la crête centrale de l’île selon un axe globalement orienté nord-sud, et distribués deux par deux de part et d’autre d’un enclos délimité par un talus, un talus-rempart bordant la falaise sud-est de l’île et, en divers points, des talus-murets associés à des traces de pratiques culturales anciennes (billons/sillons). L’objectif du programme de fouille était l’étude des quatre cairns mégalithiques dont les chambres et couloirs furent systématiquement explorés, de même que les abords immédiats des cairns dont les parements firent l’objet de quelques restaurations de fortune. Quelques sondages et vérifications ponctuelles furent menés parallèlement, au cœur de l’enclos central et sur des traces de substructions et des vestiges de bâtiments, qui seront analysés par la suite.

Des occupations humaines successives

6La plus ancienne trace d’occupation humaine de l’île remonte à l’Azilien et au Mésolithique, avec en particulier un gisement reconnu lors de l’exploration de l’enclos central au sommet de l’île. Par la suite, sur 180 m de la crête axiale, une douzaine de dolmens à couloir, groupés au sein de cairns mégalithiques complexes, furent implantés au Néolithique moyen, époque à laquelle l’île était encore rattachée au Continent.

7La Protohistoire est tout d’abord représentée par un dépôt de l’Âge du Bronze final III, du faciès atlantique à épée en langue de carpe. Il fut découvert en février 1890 en un lieu du littoral non précisé à l’époque (Du Chatellier, 1891), mais qui peut être situé dans le secteur sud-ouest de l’île (Briard et Onnée, 1996), des tessons de céramiques rouges grossières à décors digités et un bracelet en bronze ayant été collectés dans ce secteur à l’époque des fouilles. D’autres éléments de cette même période ont été recueillis vers le centre de l’île, dans le secteur des cairns (expertise Muriel Fily, com. pers.). D’autre part, des dates radiocarbone de l’Âge du Bronze ont été obtenues pour des foyers localisés dans la sépulture A du cairn I, les sépultures B des cairns II et III et le dolmen C du cairn III, ce qui confirme largement la fréquentation de l’île durant cette période. Pendant l’Âge du Fer, tout comme pendant l’Âge du Bronze, ces chambres dolméniques furent visitées, occupées voire démantelées, ce qui a souvent dépité les membres de l’équipe de P.-R. giot qui se seraient satisfaits de stratigraphies et dépôts moins perturbés.

8Les traces des occupations humaines à l’Âge du Fer apparaissent aujourd’hui comme nombreuses et variées sur ce territoire actuellement insulaire et elles seront détaillées infra. Par rapport aux premières réflexions et publications (Giot, 1987), nous proposons ici une relecture de certaines structures – en particulier l’enclos localisé au centre de l’île et les bâtiments qu’il recèle – à la lumière de l’abondante série céramique mise au jour sur le site et datée de La Tène. Une datation au sein du Moyen Âge avait été un temps proposée par P.-R. giot pour cette enceinte et ces bâtiments, probablement parce que certaines zones de l’intérieur de l’enclos (mais aussi de l’extérieur) avaient livré de la céramique médiévale, sans doute un peu antérieure aux xe-xie siècles (Giot, 1982).

9Un foyer a été allumé dans le couloir du dolmen A° du cairn III pendant le Moyen Âge. Le dolmen B du cairn I livra également un niveau de foyers avec de gros fragments de céramiques médiévales tardives (voire postmédiévales), indiquant une seconde réutilisation du monument (après celle de l’Âge du Fer), comme abri ou bivouac. « C’est, parmi le matériel récent découvert sur l’île Guennoc, celui qui fait le plus penser aux contrebandiers du xviiie siècle » (Giot, 1987, p. 141). En effet, pendant longtemps, l’île ne fut plus guère fréquentée que par des pêcheurs et des goémoniers, mais aussi peut-être par des contrebandiers qui furent nombreux sur cette côte sous l’Ancien régime. Des baux du xixe siècle mentionneraient encore l’existence d’une fermette ou habitation. Les fours à brûler le goémon du sud-est de l’île et quelques fers à cheval témoignent probablement de ces fréquentations. Vers le début du xxe siècle, un boucher de Lannilis installa ses moutons sur l’île ; on lui doit le creusement, de part et d’autre de la crête, de deux trous d’eau remplis en hiver, le plus oriental étant alimenté par deux rigoles à fond cimenté. En outre, des abris à moutons en pierres sèches furent installés au contact de l’enclos central et du cairn III ainsi qu’au sud du cairn IV.

Une enquête délicate

10Dans l’ensemble, les recherches menées par P.-R. giot sur l’île Guennoc livrèrent un abondant mobilier de l’Âge du Fer qui, dans l’esprit de la fouille, fut largement considéré comme intrusif et, de ce fait, assez mal publié dans une foule de notes et notices ; l’objectif de P.-R. giot n’était pas l’étude de l’occupation protohistorique de l’île, et c’est sans doute aussi pourquoi il n’a que très peu exploité ce potentiel dans sa publication finale : « Barnenez, Carn, Guennoc » (Giot, 1987). Regrettant l’absence d’une publication collective scientifique qui aurait relaté les diverses étapes du peuplement de l’île Guennoc, J. Briard synthétisa, voici quelques années, les données concernant l’Âge du Bronze et publia notamment le dépôt à épée en langue de carpe, tout en livrant un certain nombre de détails sur la fouille et son « témoignage » en tant que membre de l’équipe de terrain (Briard et Onnée, 1996).

11Conscient malgré tout de l’intérêt de la collection de céramiques de l’Âge du Fer collectée à Guennoc, P.-R. giot m’avait confié en 1983 l’étude de ces quelques milliers de tessons de poteries gauloises, ce qui déboucha sur un mémoire de DEA (Daire, 1983), lequel demeura confidentiel et ne donna lieu qu’à une publication limitée (Daire, 1985). C’est donc vingt-cinq ans plus tard que, relisant le « BCG » de P.-R. giot, je fus frappée par la richesse de cette occupation à l’Âge du Fer, richesse trop discrètement égrenée au fil des paragraphes d’un texte très analytique décrivant davantage les dolmens et cairns. D’où la décision de publier le contenu de l’étude céramologique initiale (Daire, 1983) qui ne prendrait son sens que dans une synthèse sur les formes et traces de l’occupation humaine de l’île Guennoc à l’Âge du Fer.

12De là, il fallut aller « à la pêche » aux documents et aux sources, avec un handicap : la « disparition » de la quasi-totalité de la documentation de fouille (rapports, carnets et plans originaux), seule une partie de la documentation photographique et la majeure partie du mobilier étant encore accessibles dans des collections publiques (archives du labo. Archéosciences, UMR 6566, à Rennes et collections du Musée de Préhistoire finistérienne à Saint-Guénolé Penmarc’h). Relisant tout ce qui a été publié sur Guennoc, de la simple notice dans une « Chronique » à l’article plus développé, des éléments sont apparus, parfois solides, souvent confus et même contradictoires et mentionnés là où on ne les attendait pas : ainsi, des plans de bâtiments de l’Âge du Fer furent publiés par P.-R. giot dans un article consacré aux occupations médiévales de l’île, un autre dans les pages de l’Anthropologie sur l’épisode « mésolithique » de son peuplement, etc.

13Il s’agissait donc, à la base, d’engager une démarche documentaire, afin de rassembler toutes les pièces du puzzle et de les inscrire dans l’évolution de la pensée de P.-R. giot qui fut souvent amené à réviser ses interprétations et conclusions antérieures sur ce site. Dans les « chroniques » annuelles parues à l’époque des fouilles (dans les Annales de Bretagne et dans le Bulletin de la Société archéologique du Finistère) entre 1960 et 1974, ainsi que dans les « informations » de Gallia-Préhistoire (1962-1971), P.-R. giot attribue à plusieurs reprises les murets de maisons et l’enclos à l’époque gauloise, en liaison avec l’abondant mobilier de La Tène qu’il recueille un peu partout sur l’île. Puis, dans son article de 1982 (dans les Mélanges d’Archéologie et d’Histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard), probablement influencé par la fouille qu’il mène alors (depuis 1977) sur les installations monacales de l’île Lavret, P.-R. giot revient sur la plupart de ses attributions en rajeunissant les bâtiments empierrés et l’enclos central : « C’est pourquoi, n’ayant trouvé dans son sol que quelques tessons de poteries de l’Âge du Fer, et aucun attribuable plus clairement à une époque plus récente, nous nous y sommes laissés prendre et l’avons-nous attribuée à l’époque de La Tène finale… Depuis, nous nous sommes persuadés que les fonds de cabane armoricaines de l’Âge du Fer sont beaucoup plus frustes et que ce type de constructions avec des petites murettes basses ne commence réellement qu’au très haut Moyen Âge » (Giot, 1982, p. 182). Enfin, dans son ouvrage de synthèse de 1987, il reviendra à ses premières conclusions, ayant entre-temps visité la fouille alors en cours du hameau gaulois de l’île d’Yoc’h (Daire, 2001), dont les bâtiments de La Tène finale ressemblent énormément aux constructions de Guennoc.

14C’est donc à la fois à une enquête « policière » et à une analyse de texte éclairée par la chronologie relative des publications qu’il a fallu se livrer, pour démêler un imbroglio de données. P.-R. giot ne nous en tiendrait pas rigueur puisqu’il insistait lui-même sur la liberté d’autocritique dont doit jouir le véritable chercheur, liberté de revenir sur une interprétation, une conclusion, de se contredire, liberté qu’il a mise en pratique à plusieurs reprises dans une véritable démarche scientifique. L’exercice présenté ici ne lui aurait donc sans doute pas déplu et il aurait probablement adhéré à l’idée de faire le point sur l’épisode gaulois du peuplement de Guennoc.

15À partir de ces données contradictoires, et à la lueur de l’avancée des recherches plus récentes, nous proposons donc aujourd’hui un assemblage des éléments de ce puzzle, afin de présenter une synthèse inédite des occupations de l’île Guennoc à l’Âge du Fer, dont les conclusions et hypothèses seront raisonnablement limitée.

2. Les occupations de l’Âge du Fer

16Au cours de l’Âge du Fer, et particulièrement à la fin de la période, la réutilisation de plusieurs chambres dolméniques, comme « habitats » ou comme dépotoirs, voire également comme sépulture (tombe du couloir IIA : Giot, 1987, p. 146) atteste une occupation assez intense. Ce sont notamment des débris de céramiques qui abondent dans ces dolmens ainsi qu’au pied des murs de parements des cairns, en grande partie écroulés depuis. Mais ces sépultures mégalithiques ont également servi de carrière pour la construction de bâtiments et de structures propres, que nous analyserons infra. Les éléments bibliographiques et iconographiques disponibles montrent en fait une occupation de l’Âge du Fer touchant divers secteurs de ce territoire aujourd’hui insulaire et, probablement à l’origine, sa totalité, mais avec des variations sensibles dans la nature de ces traces d’occupation (fig. 3).

Figure 3 : Répartition des vestiges de l’Âge du Fer sur l’île Guennoc (interprétation M.-Y. Daire, DAO L. Quesnel).
Figure 3: Interpretative distribution of Iron Age remains on Guennoc Island.

Figure 3 : Répartition des vestiges de l’Âge du Fer sur l’île Guennoc (interprétation M.-Y. Daire, DAO L. Quesnel).Figure 3: Interpretative distribution of Iron Age remains on Guennoc Island.

Une structuration de l’espace

17Notre relecture des descriptions et notes sur les structures de l’île Guennoc se fait aujourd’hui à la lueur des recherches menées sur d’autres sites littoraux et insulaires de Bretagne (Daire, 1990 ; 2004). L’île Guennoc devait encore être attachée à la terre ferme, au moins à marée basse, pendant l’Âge du Fer car, tout comme la proche île d’Yoc’h, sa face orientale (tournée vers le continent) conserve les traces d’un talus-rempart daté de cette période et constitué de galets d’origine marine, en partie mangé par l’érosion et le recul de la falaise (fig. 4) (Giot, 1962). Une section pratiquée à travers ce talus a montré deux phases d’édification remontant toutes deux à l’Âge du Fer (Giot, 1967a et b) ; la partie tournante ébréchée d’une meule figurait parmi les pierres entassées dans le corps du rempart, à côté de blocs équarris et de galets marins de tailles variées.

Figure 4 : L’île Guennoc en 1962 : au premier plan, le talus-rempart (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).
Figure 4: Guennoc Island in 1962, with bank in foreground.

Figure 4 : L’île Guennoc en 1962 : au premier plan, le talus-rempart (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 4: Guennoc Island in 1962, with bank in foreground.

18Les cairns II et III sont séparés par un enclos subcirculaire, installé en position centrale de l’île ; il s’étend sur une quarantaine de mètres de grand axe à la faveur d’un léger ensellement de la crête (fig. 5). Seules des zones limitées en ont été fouillées, au nord et au sud, à l’intérieur et à l’extérieur de l’enclos, tandis qu’un sondage a donné l’occasion d’effectuer une coupe dans le talus (Giot, 1987).

19L’enclos est délimité par un muret curviligne (de 1 à 1,2 m de large dans sa partie nord-ouest, la mieux conservée), installé sur les restes discontinus d’un talus plus ancien, affaissé ; cette construction en deux phases successives, avec une recharge du talus initial sur son pourtour externe est particulièrement nette sur les clichés de l’époque (fig. 6). On ne peut ici parler de retranchement, aucune trace de fossé extérieur n’ayant été décelée. Nous proposons de voir dans la première phase d’édification de l’enclos une structuration de l’espace à La Tène finale, deux des constructions protohistoriques (cf. infra) s’étant simultanément appuyées sur le talus. En tant que « protection » (contre les intempéries notamment), cette structure sera renforcée ultérieurement, probablement au Moyen Âge si l’on en croit la datation d’une partie des céramiques de ce secteur. Dans ces circonstances, il est difficile de savoir si les deux entrées de l’enceinte, au nord-ouest et au sud-est, existaient déjà dans la première phase. Une partition interne de l’enclos (les deux parties étant d’ailleurs de superficies inégales) sous la forme d’un petit talus empierré (prenant d’avantage l’aspect d’un muret dans la partie nord-ouest) s’appuie sur les angles ouest et est de la « maison centrale » (fig. 7) ; la branche orientale de cette partition montre une « porte » de communication, matérialisée par deux petites dalles verticales. Le compartiment nord, qui a livré d’abondants vestiges gaulois (os, coquilles de patelles et tessons de poteries), révèle l’existence d’autres constructions et d’empierrements, de même que le compartiment sud.

Figure 5 : La partie centrale de l’île Guennoc en 1963, avec ses divers monuments mégalithiques en cours de fouille et l’enclos ; en bas, la maison n° 4 (cl. Aéronavale, archives de l’UMR 6566).
Figure 5: Central part of Guennoc Island in 1963: megalith in course of excavation, central enclosure and House n°4 at bottom (from French Fleet Air photography).

Figure 5 : La partie centrale de l’île Guennoc en 1963, avec ses divers monuments mégalithiques en cours de fouille et l’enclos ; en bas, la maison n° 4 (cl. Aéronavale, archives de l’UMR 6566).Figure 5: Central part of Guennoc Island in 1963: megalith in course of excavation, central enclosure and House n°4 at bottom (from French Fleet Air photography).

Figure 6 : Coupe dans le talus de l’enclos central de l’île Guennoc (les phases de construction du talus sont suggérées par le pointillé) (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).
Figure 6: Section through the bank of the central enclosure (building phases are suggested by dotted lines).

Figure 6 : Coupe dans le talus de l’enclos central de l’île Guennoc (les phases de construction du talus sont suggérées par le pointillé) (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).Figure 6: Section through the bank of the central enclosure (building phases are suggested by dotted lines).

20C’est sans doute à propos de cet enclos qu’on relève le plus d’attributions chronologiques divergentes de la part de P.-R. giot, qui hésite à plusieurs reprises, au fil des publications, entre la Protohistoire (Bronze final ? Âge du Fer) et le Moyen Âge pour son édification (1962 ; 1964, p. 135-136 ; 1982, p. 183). Il est vrai que cet enclos révèle des occupations successives à partir de l’Âge du Fer, au haut Moyen Âge, au bas Moyen Âge et à l’époque postmédiévale, avec cependant une omniprésence de céramiques de l’Âge du Fer un peu partout. Nous sommes tentés de retenir l’Âge du Fer comme période d’édification du talus initial et d’y voir une enceinte périphérique contemporaine de certains bâtiments (qui seront détaillés plus loin). Si les enclos de l’Âge du Fer sont plus généralement fossoyés et délimités par un réseau de talus et fossés, on retiendra au titre des comparaisons l’enceinte empierrée de Kersigneau/Saint-Jean à Plouhinec (Finistère), dont l’organisation est assez proche de celle de Guennoc avec des constructions adossées au talus-muret périphérique (Giot et Morzadec, 1989 ; Giot et al., 1991). Une nouvelle occupation des lieux au Moyen Âge, avec réfection du talus et aménagement de nouvelles structures internes, semble également probable, tandis que les occupations postérieures n’ont pas forcément entraîné de remaniements architecturaux.

Figure 7 : Plan de l’enclos central, de ses structures internes (dont les maisons n° 1, 2 et 3) et du bâtiment 4, au sud du cairn III (d’après Giot, 1982).
Figure 7: Plan of central enclosure with its internal structures (including houses 1 to 3), plus building 4 south of cairn III

Figure 7 : Plan de l’enclos central, de ses structures internes (dont les maisons n° 1, 2 et 3) et du bâtiment 4, au sud du cairn III (d’après Giot, 1982).Figure 7: Plan of central enclosure with its internal structures (including houses 1 to 3), plus building 4 south of cairn III
.

La question des structures agraires

21Sur le versant oriental de l’île, relativement protégé des vents dominants par la topographie ainsi que par l’enclos central et les monuments mégalithiques, une zone déclive va du milieu du cairn II à l’extrémité méridionale du cairnIII, délimitée par des talus très amortis rejoignant le bord de mer (fig. 2) ; cette zone porte des traces de cultures en petites parcelles, courtils ou jardinets ; des restes de clôtures plus ou moins effacées ont été un moment décelées un peu plus au sud (Giot, 1982 ; Batt et Giot, 1980) ; en outre, des traces de cultures en billons ont été décelées en lumière rasante ou grâce à l’examen des photos prises par l’Aéronavale en 1960 (fig. 8). Ces billons correspondent à des rehaussements du sol résultant d’anciennes techniques de labours consistant à appuyer les unes contre les autres une série de bandes de terre retournées.

Figure 8 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc est de l’île Guennoc (recoupées par les rigoles d’alimentation du puisard-abreuvoir est) (d’après un cliché de l’Aéronavale, archives de l’UMR 6566).
Figure 8: Cultivation traces on East side of Guennoc island: ridges and furrows cut by the drainage ditches feeding the eastern source (from French Fleet Air photography).

Figure 8 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc est de l’île Guennoc (recoupées par les rigoles d’alimentation du puisard-abreuvoir est) (d’après un cliché de l’Aéronavale, archives de l’UMR 6566).Figure 8: Cultivation traces on East side of Guennoc island: ridges and furrows cut by the drainage ditches feeding the eastern source (from French Fleet Air photography).

22Les traces de cultures en petites parcelles répondent à un système nettement apparenté aux « champs celtiques », mais qui ont pu aussi bien être en usage pendant la Protohistoire qu’au haut Moyen Âge. Ces traces de billons et sillons, dont certaines sont orientées selon la pente et d’autres perpendiculairement à celle-ci, révèlent une exploitation effectuée avec des outils manuels, à la bêche ou à la houe (Giot et al., 1982). La partie la plus abritée conservait en outre les reliques d’une flore rappelant une pâture continentale, plus drue, avec trèfle et plantain.

Figure 9 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc sud-est de l’île d’Yoc’h à Landunvez, à proximité immédiate des installations de goémoniers (d’après un cliché de l’Aéronavale).
Figure 9: Cultivation traces (ridges and furrows) on S-E side of Yoc’h island (Landunvez), close to modern seaweed collection installations.

Figure 9 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc sud-est de l’île d’Yoc’h à Landunvez, à proximité immédiate des installations de goémoniers (d’après un cliché de l’Aéronavale).Figure 9: Cultivation traces (ridges and furrows) on S-E side of Yoc’h island (Landunvez), close to modern seaweed collection installations.

23Bien entendu, l’attribution chronologique de ces traces de pratiques agricoles, de toute manière fort anciennes, reste conjecturale. Mais nous les considérons aujourd’hui à la lueur de observations inédites faites sur l’île d’Yoc’h postérieurement aux fouilles et publications de P.-R. giot sur l’île Guennoc. En effet, des photographies aériennes de cette autre île léonarde (là encore prises par l’Aéronavale dans les années 1980) révèlent des traces de billons identiques à celles de Guennoc, réparties par plages (fig. 9). À l’île d’Yoc’h, le parcellaire « moderne » a recoupé ces traces de billons, révélant ainsi une chronologie relative des structures agraires et une antériorité des sillons ; or, en dehors de l’importante occupation humaine de l’île à La Tène finale (matérialisée elle aussi par un talus rempart, et un hameau ou village comportant plusieurs bâtiments surimposés à une sépulture mégalithique : Daire, 2001), aucune occupation médiévale n’a été mise en évidence, ce qui nous incite à attribuer ces traces de cultures à l’époque gauloise, de manière quasi-certaine pour Yoc’h et, par voie de conséquence, avec de fortes présomptions pour Guennoc.

Des constructions et des bâtiments

24À l’intérieur de l’enclos central de Guennoc apparaissent les fondations de plusieurs constructions (fig. 7).

25Dans le compartiment nord de l’enclos, Figure un bâtiment (n° 1), décrit comme possédant des angles extérieurs arrondis et deux portes centrales au milieu des grands côtés ; l’emprise totale de cette construction nous est inconnue car aucun plan n’en a apparemment été publié. En outre, ce compartiment de l’enclos montre une zone empierrée adossée au talus, plus probablement une aire isolée de stockage (bois ? fourrage ?) qu’un bâtiment ruiné.

Figure 10 : Plan de la maison n° 2 au centre de l’enclos, avec son foyer central (d’après Giot, 1982).
Figure 10: Plan of House n°2, in the middle of the enclosure, with its central hearth.

Figure 10 : Plan de la maison n° 2 au centre de l’enclos, avec son foyer central (d’après Giot, 1982).Figure 10: Plan of House n°2, in the middle of the enclosure, with its central hearth.

Figure 11 : La maison n° 2, en cours de fouille, vue de l’ouest (cliché P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).
Figure 11: House n°2 in course of excavation.

Figure 11 : La maison n° 2, en cours de fouille, vue de l’ouest (cliché P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 11: House n°2 in course of excavation.

26En position stratégique puisque servant d’appui au talus de compartimentage de l’enclos, le bâtiment n° 2, dénommé « maison centrale » par P.-R. giot, a un plan rectangulaire assez régulier et une emprise totale d’une cinquantaine de mètres carrés pour une surface intérieure utile d’environ 25 m². Il présente une entrée orientée au nord, marquée à l’origine par des piliers dressés de part et d’autre et un foyer central (fig. 10). Ses murets en pierre sèche à double parement atteignaient encore 1 m de haut dans les années 1960 ; le parement intérieur était principalement constitué de dalles verticales au-dessus desquelles subsistaient une ou deux rangées de pierres horizontales. Le fond de la construction était garni d’un pavage irrégulier de pierres de petites dimensions, disposées à plat afin de régulariser le fond rocheux. Dans la partie occidentale, deux pierres plantées constituent peut-être les restes d’un calage de poteau (fig. 11), tandis que quelques dalles verticales correspondaient peut-être à un aménagement ruiné le long de la paroi sud. À proximité se trouvait un gros fragment d’une meule rotative.

Figure12 : Plan de la maison n° 3 au sud de l’enclos (d’après Giot, 1982).
Figure12: Plan of House n°3, in the south of the enclosure.

Figure 12 : Plan de la maison n° 3 au sud de l’enclos (d’après Giot, 1982).Figure 12: Plan of House n°3, in the south of the enclosure.

27Le compartiment sud présente lui aussi une zone surélevée et empierrée, plus vaste et adossée au talus sud-ouest de l’enclos ; à proximité, un épandage de débris de cuisine (amas étalé de coquilles de patelles et de cendres) ainsi qu’une dépression (trou à eau) furent identifiés (Giot, 1982, p. 184).

28La maison n° 3, dans le sud de l’enclos (fig. 12), en partie dégagée lors de la campagne de 1966, montre les caractéristiques architecturales suivantes (Giot, 1967b) : la surface interne utilisable est voisine de 20 m² mais son emprise totale dépasse 35 m² ; la base de la face interne des murs est bordée de petites dalles ; sa paroi nord est peu élevée et assez dégradée ; une entrée semble avoir existé dans la paroi orientale, dégradée ultérieurement, tandis que la paroi sud possède un beau parement de dalles verticales et de pierres sèches disposées à plat, appuyé sur le talus de l’enclos et comportant une autre demi-meule rotative. Le sol de cette construction, peu épais au-dessus du rocher, ne contenait que des tessons de l’époque de La Tène finale (Giot, 1982, p. 185). Ce bâtiment a été réutilisé et transformé à l’époque médiévale, avec notamment la construction d’un four en encorbellement dans son angle sud-ouest, qui a livré de la céramique médiévale.

29Un petit amas de clayonnages provient de la partie est de l’enclos et l’on peut envisager que l’architecture de pierre ait été complétée, dans certains de ces bâtiments, par des éléments constitués de terre et de bois.

30Si la chronologie de ces constructions a parfois donné lieu à discussion, P.-R. giot (1987, p. 151) a lui-même reconnu que « La maison centrale de l’enclos, occupée au Moyen Âge, paraît cependant bien semblable à d’autres maisons de l’Âge du Fer de site littoraux, notamment celle dont la fouille a été entamée à l’île d’Iock au large de Porspoder par M.-Y. Daire en 1987. » Les parallèles sont effectivement nombreux entre les constructions présentes sur les deux sites, l’île d’Yoc’h ayant été intensivement occupée à La Tène finale (Daire, 2001) ; les maisons de Yoc’h et de Guennoc ont des dimensions comparables ; dans tous les cas, les murs épais de 0,80 à 1 m construits en pierres sèches sont à double parement et blocage interne de pierrailles, avec des portes ménagées au milieu des grands côtés ; le bâtiment n° 1 de Guennoc présente deux entrées en vis-à-vis, comme l’une des habitations de l’île d’Yoc’h.

31À l’extérieur de l’enclos, deux zones au moins ont livré des restes de constructions attribuables à l’Âge du Fer.

Figure 13 : Plan de la construction n° 4, entre les cairns III et IV (d’après Giot, 1982).
Figure 13 Plan of Building n°4, between Cairns III and IV.

Figure 13 : Plan de la construction n° 4, entre les cairns III et IV (d’après Giot, 1982).Figure 13 Plan of Building n°4, between Cairns III and IV.

32Entre les cairns III et IV, c’est suite au dégagement de leurs parements qu’une petite construction rectangulaire fut explorée en 1961 et 1962 (fig. 7, n° 4 ; fig. 13) ; adossée par son extrémité occidentale au muret longitudinal de l’île, elle livra, entre autres mobiliers, quelques tessons de céramiques de l’Âge du Fer. Cette construction a une emprise totale d’une cinquantaine de mètres carrés, pour un espace intérieur utile réduit à un peu moins de 15 m². Le mur de pierre sèche longitudinal de l’île passe par-dessus le mur occidental de la construction qui, de ce fait, paraît irrégulière. Ses murs nord, ouest et sud n’ont pas tout à fait la même largeur mais étaient encore hauts de 0,60 m à l’époque de la fouille (Giot, 1982, p. 182). Si des dalles verticales complètent les parois du petit côté ouest, les parements des murs sont dans l’ensemble bien appareillés, l’intérieur comportant un bourrage de caillasse. L’ouverture orientale est bouchée par un petit massif de pierre ayant dû faire office de seuil à un moment de l’utilisation du bâtiment : en arrière de cette « ouverture », quelques dalles verticales formaient une subdivision dans la construction. Au final, P.-R. giot (1987, p. 175) évoque un possible réemploi ou transformation au Moyen Âge d’une ruine de l’Âge du Fer.

33Des restes de substructions très arasées furent attribués avec plus de doute au seul Âge du Fer sur le versant ouest de l’île (fig. 3), à 40 m à l’ouest de l’enclos : « Situées beaucoup plus près du trait de côte actuel et couvertes par les embruns, ces trois ou quatre traces rectangulaires, faites de quelques pierrailles, avaient émergé du sol formé par des coussins d’Armeria à la suite de leur incendie. Avec la reprise de la végétation, elles ont disparu à nouveau au bout de quelques années […]. L’intérieur de la mieux conservée, presque carrée, aurait fait environ 6 m de côté » (Giot, 1987, p. 175). Ces constructions montraient des parois de pierrailles d’environ 1 m de large et pourraient correspondre à un second groupe de bâtiments de l’Âge du Fer.

34Discrètement mentionné par P.-R. giot (1968), un « petit souterrain » apparaît également sous la plume de J. Briard qui le localise sur le flanc sud-ouest de l’île (Briard et Onnée, 1996, p. 36), au fond d’une crique où des clichés datant de 1968 montrent l’ouverture d’une chambre à demi effondrée et recoupée par l’érosion de la falaise actuelle. Réoccupé à l’époque moderne, ce souterrain a livré un lot de céramiques de La Tène finale, dont des éléments très caractéristiques (pot à anses à œillet, céramiques à cordons et une fusaïole réalisée dans un tesson de céramique réutilisé).

Une sépulture (et une vache !)

35Dans le couloir du dolmen A du cairn II, une inhumation humaine avait été aménagée, une dalle de couverture ayant été basculée volontairement en position subverticale pour y former cloison : il s’agit d’un individu « jeune », de sexe féminin, couché sur le côté droit en chien de fusil, possédant un anneau à chaque cheville, l’un en fer, l’autre en bronze (Giot, 1987, p. 146) ; à quelques éléments de l’Âge du Fer sont associées des coquilles de patelles mais aucun lot de céramique provenant de ce secteur n’a pu être isolé dans la collection. P.-R. giot n’est guère plus explicite sur cette sépulture qu’il fait remonter à l’Âge du Fer et nous n’avons pas retrouvé le matériel issu de cette tombe.

36La présence d’un squelette de vache adulte est signalée dans le couloir du dolmen B de ce même cairn, dépôt difficile à caler sur le plan chronologique mais dont certains éléments sont associés à quelques tessons de l’Âge du Fer (Giot, 1982).

3. Un ensemble de mobiliers significatif

Analyse spatiale de la distribution des mobiliers de l’Âge du Fer (fig. 3)

37D’après les descriptions du cairn I, le dolmen A n’a livré que très peu d’éléments d’origine, son remplissage, bouleversé par les lapins, contenant des tessons de poteries de La Tène finale associés à des balles de fusil et des fragments d’obus (Giot, 1987, p. 140). L’absence de mobilier néolithique dans le dolmen B du cairn I est sans doute à mettre en relation avec les occupations ultérieures ; en effet, le remplissage de la chambre a livré, sur un bon mètre d’épaisseur, de nombreuses pierres et des tessons de céramiques de l’Âge du Fer, niveau recouvert par des foyers ou zones brûlées associés à des tessons de céramiques médiévales tardives voire post médiévales. Le fond de la chambre C a également livré quelques tessons de l’Âge du Fer ainsi que des objets de fer très corrodés (considérés à l’époque comme « modernes ») et des traces de foyers. Des céramiques de La Tène finale ont également été trouvées au pied du parement occidental du cairn I, mais il n’y en avait pas au pied du parement oriental entre les entrées des couloirs, sauf dans l’axe de ces entrées.

38Le dolmen A du cairn II fut bouleversé et une partie de la couverture partiellement démantelée à l’Âge du Fer, tandis que sa chambre servit de dépotoir où furent déversés des cendres, des amas de coquilles de patelles, des ossements d’animaux et quelques tessons de poteries gauloises (Giot, 1987, p. 146). Mais le couloir recelait des tessons de céramiques de l’Âge du Fer assez nombreux, associés à des restes organiques et à une sépulture féminine gauloise. La chambre du dolmen B du cairn II, lui aussi réutilisé à l’Âge du Fer, livra quelques tessons gaulois et au moins un clou en fer, tandis que le couloir recelait plusieurs fragments d’un squelette de bovidé (vache adulte). La chambre du dolmen C n’a livré que de rares tessons de l’Âge du Fer et des éclats de silex remaniés.

Figure 14 : Distribution des céramiques gauloises collectées sur l’île Guennoc (en poids).
Figure 14: Distributions of Gaulish ceramics collected on Guennoc island (in weights).

Figure 14 : Distribution des céramiques gauloises collectées sur l’île Guennoc (en poids).Figure 14: Distributions of Gaulish ceramics collected on Guennoc island (in weights).

39Le cairn III fit l’objet de dégradations et d’occupations successives aux Âges du Bronze et du Fer, au haut Moyen Âge et à l’époque postmédiévale, mais c’est notamment à l’Âge du Fer qu’il servit de carrière pour la construction des bâtiments adjacents (cf. infra). Les tessons de céramique gauloise étaient très abondants dans les chambres et dans les couloirs des dolmens A et A° et se doublaient, dans le cas de la chambre A°, d’un « amoncellement des restes de cuisine » (charbons, cendres, os de mammifères fragmentés, os de poissons et surtout coquilles de patelles). Outre la présence de céramiques gauloises au sein du dolmen B, un foyer localisé au seuil de la chambre a fourni une date radiocarbone correspondant selon toute vraisemblance au Bronze final (GIF 164A) de même pour le foyer de la chambre du dolmen D (GIF 281). Les chambres des dolmens C et D étaient elles aussi très riches en céramiques de La Tène finale tandis que le couloir du dolmen D livrait des fragments d’amphores Dressel I. Des poteries gauloises ont également été retrouvées tout le long des parements et dans les éboulis ; l’extrémité nord-ouest du cairn a d’ailleurs probablement servi de carrière à l’époque pré-romaine.

40Le cairn IV, plus petit et beaucoup plus dégradé que les autres, livra des tessons de céramiques de la fin de l’Âge du Fer, accumulés devant la façade nord-est (Giot, 1987, p. 176).

41Les autres points de découvertes de mobiliers de l’Âge du Fer sur l’île Guennoc ont été appréhendés à travers l’étude de la collection elle-même, par l’analyse des indications plus ou moins précises sur les étiquettes des sachets complétée par l’examen de quelques clichés de l’époque.

42La répartition spatiale du mobilier céramique sur l’île (dont l’analyse est limitée par le caractère non exhaustif des explorations de terrain) montre certaines tendances, résumées dans un diagramme (fig. 14). Le secteur ayant livré les plus grandes quantités de céramiques gauloises est en premier lieu le cairn III (43 % de l’ensemble), les poteries provenant principalement du pied des parements (fig. 15) et, pour une moindre part, des dolmens A et A°. Le cairn I a livré 14 % des céramiques, principalement issues des dolmens B et C ; l’enclos central a fourni 11 % de l’ensemble céramique. Un lot important provient des falaises de l’île, principalement dans le secteur sud-ouest et notamment à proximité du souterrain. Mais divers ramassages de surface montrent que c’est la totalité du territoire de l’île qui recèle du mobilier de l’Âge du Fer, en plus ou moins grande densité.

Les céramiques

43Les recherches menées par P.-R. giot sur l’île Guennoc, malgré leur caractère limité dans l’espace, ont livré un important ensemble de céramiques de l’Âge du Fer, soit un NR (nombre de restes) d’un peu plus de 4 500 tessons représentant une masse de plus de 50 kg ; dans cet ensemble, on évalue le NMI (nombre minimum d’individus) à environ 450, ces tessons significatifs ayant fait l’objet d’une étude de détail dans le cadre d’un mémoire universitaire demeuré inédit (Daire, 1983). La publication de ce corpus nous paraît d’un apport fondamental dans l’appréhension de l’occupation humaine du site à la veille de la Conquête, tant sur le plan chronologique que sur celui des relations et contacts avec les autres communautés continentales et insulaires.

Figure 15 : Fond d’une céramique gauloise (n° 11, pl. 5) dans l’éboulis du parement du cairn III (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).
Figure 15: Base of a Gaulish pot (n° 11, pl. 5), in the collapsed material of Cairn III.

Figure 15 : Fond d’une céramique gauloise (n° 11, pl. 5) dans l’éboulis du parement du cairn III (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 15: Base of a Gaulish pot (n° 11, pl. 5), in the collapsed material of Cairn III.

44Ces céramiques montrent, selon les secteurs de fouille ou de collecte, un état de conservation différent. Alors que le poids moyen d’un tesson est de 11,2 g au sein de cet ensemble, les cairns ont livré des tessons de dimensions statistiquement plus grandes, avec des bases de vases ou des hauts pouvant représenter entre la moitié et le tiers de récipients complets, notamment dans le couloir du dolmen A et dans le dolmen C du cairn III ainsi qu’au pied du parement ouest de ce même cairn III. En revanche, on note une fragmentation très importante des céramiques gauloises dans l’enclos, et en particulier dans les maisons où le poids moyen d’un tesson n’est plus que de 5,6 g.

45Ces différences peuvent s’expliquer, sur le plan taphonomique, par le fait que le mobilier de l’Âge du Fer s’est trouvé protégé sous des dalles mégalithiques dans les dolmens et sous les éboulis devant les parements des cairns, tandis que dans les maisons et l’enclos, il a été piétiné à l’époque préromaine mais aussi lors des occupations ultérieures (au Moyen Âge notamment).

46Nous présentons en « catalogue-annexe » (pl. I à VI) les éléments les plus significatifs de cet ensemble céramique inédit, éléments classés par grandes catégories de formes (cf. infra et fig. 16), à savoir :

47– planches I et II : les pots ou récipients de stockage de moyenne contenance (pots divers de type 1, pots à anses de type 2, et bases de vases appartenant à des formes hautes de type 2bis) ;

48– planche III : les récipients de stockage de grandes dimensions (jarres ; type 1) ;

49– planches IV et V : les jattes moyennes ou bols (type 3) ;

  • 1 Le catalogue intégral des céramiques gauloises issues du site est proposé en annexe sur CD rom.

50– planche VI : céramiques décorées et formes diverses (types 4 et 5)1.

Aspects dimensionnels et typologiques

51Sur le plan dimensionnel, les diamètres des vases de Guennoc, s’étalent entre 10 et 30 cm à l’ouverture et entre 7 et 24 cm pour les fonds, ce qui traduit une grande diversité de gabarits, mais aussi de formes et d’usages pour ces céramiques. Ce point est cependant à nuancer par le fait que 90 % des récipients sur lesquels les valeurs étaient mesurables ont un diamètre à l’ouverture inférieur à 20 cm, la moitié d’entre eux n’excédant pas 15 cm et que, dans la moitié des cas, le fond mesure entre 10 et 15 cm de diamètre. C’est dire que, quantitativement, les céramiques petites et moyennes sont nettement majoritaires et que les grands vases de stockage, pour être présents, ne sont que très faiblement représentés.

Figure 16 : Répertoire typologique de la céramique gauloise de l’île Guennoc.
Figure 16: Typological chart of Gaulish ceramics from Guennoc island.

Figure 16 : Répertoire typologique de la céramique gauloise de l’île Guennoc.Figure 16: Typological chart of Gaulish ceramics from Guennoc island.

52Quelques séries de formes se dégagent de cet ensemble, que nous avons synthétisées dans un tableau typologique simplifié (fig. 16).

53Au titre des récipients de stockage ou de transport (types 1 et 2) regroupant la plupart des formes hautes, une série de pots ovoïdes ou globuleux est bien documentée par des vases simplement ornés de cordons et cannelures (pl. I).

54Le site a livré une série de pots à anses du type anses renfoncées à œillet (countersunk handles) (type 2 ; fig. 16 et pl. II), au sein de laquelle nous reconnaissons une dizaine d’individus présentant des dimensions et des caractéristiques techniques variées dans le détail. Les récipients de stockage sont de dimensions variables et l’on peut distinguer une série limitée de céramiques de taille moyenne (pl. I et II) à grande (entre 30 et 40 cm de diamètre à l’ouverture : pl. III) et une autre série de pots dont le diamètre à l’ouverture est voisin de 20 cm, voire moins. Ces vases sont fréquemment ceinturés d’une ou plusieurs cannelures en creux (n° 9 et 13, pl. I). Une série de pots, auxquels s’ajoutent de plus rares jarres, présente un décor de un ou plusieurs cordons en relief (n° 2 à 4, 6, 12, pl. I ; n° 1, pl. II). Leur forme, variable dans le détail, est celle d’un récipient à col plus ou moins court et lèvre éversée, et à panse ovoïde ou convexe. Les bases de ces vases (type 2bis, fig. 16) sont tronconiques à fond plat mais les exemplaires graphités (n° 2 et 9, pl. I) et décorés, pourvus d’un élégant piédestal, appartiennent sans doute à des vases de stockage élancés et de belle facture (n° 11 à 15, pl. II).

55Les formes basses et ouvertes sont ici représentées par une série bien documentée de jattes moyennes ou bols (type 3, fig. 16) dont le rapport hauteur/diamètre est voisin de 0,50, généralement un peu supérieur. Cette série regroupe des éléments de récipients dont le diamètre à l’ouverture varie de 11 à 20 cm ; ils présentent une lèvre éversée, un col court, une panse convexe dans sa partie supérieure, fuyante dans sa partie inférieure, un fond de petite taille, proportionnellement à l’ouverture (n° 1, 2 et 4, pl. IV ; n° 9, pl. V). Ces bols possèdent soit un fond plat, soit un fond annulaire surélevé pour former une sorte de piédestal, dont un exemplaire avec ombilic bien marqué (fig. 15 ; n° 11, pl. V). Cette série est représentée par plusieurs vases archéologiquement complets ; compte tenu des variations de dimensions, les usages de ces bols peuvent être divers. Les jattes hautes ou à haut col constituent une série peu représentée sur le pan numérique (type 4), par quelques éléments d’aspect assez « luxueux », à col surélevé se terminant par une lèvre éversée (n° 10 et 11, pl. VI) ; il en va de même pour les formes très basses et l’on est frappé de la très faible proportion de jattes basses à profil en « S », forme pourtant classique dans les ensembles armoricains (n° 3, pl. V).

56Le type 5 (fig. 16) regroupe plusieurs formes plutôt basses, mais surtout présentant un profil « simple » (en terme d’analyse géométrique), avec des parois sub-verticales : il s’agit de gobelets tronconiques (représentés par des tessons mais pas par des formes complètes), ou encore des bols hémisphériques très simples que l’on voit généralement apparaître à une phase très tardive dans les ensembles armoricains (n° 12, 13 et 18, pl. VI). Le fragment de récipient n° 17, pl. VI, (provenant du cairn III-C) occupe une place privilégiée dans cet ensemble, tout comme le baquet tripode complet présenté infra.

57Concernant les caractères morphologiques de ces céramiques, seuls 4 % des bords sont pourvus d’une cannelure labiale interne, de faible largeur, ce qui constitue un autre indice du caractère tardif de cet ensemble (Daire, 1992). Les céramiques ayant subi une enduction au graphite, totale ou partielle, sont relativement nombreuses puisqu’elles représentent 26 % des fragments. Ce fort pourcentage atteste de la bonne conservation qualitative des vestiges céramiques sur le site.

Aspects techniques

58Sur le plan de la réalisation de ces poteries, il a été possible de distinguer trois ensembles ou « fabriques » (au sens anglo-saxon du terme).

59Plusieurs céramiques sont probablement tournées au tour rapide ; leurs surfaces sont généralement enduites au graphite ou engobées à l’hématite. Leur pâte contient des inclusions relativement fines, parfois même invisibles à l’œil nu, mais dans tous les cas extrêmement abondantes. Il s’agit essentiellement de quartz, de micas et de feldspath ; une ou deux lames ont révélé la présence d’amphiboles (Morzadec, 1995). Ces pâtes, en général homogènes, contiennent dans certains cas de la chamotte. Les cuissons sont pour la plupart réductrices avec une post-cuisson oxydante et les températures atteintes ne furent probablement pas très élevées.

60Un groupe de céramiques, modelées au colombin, montre un travail de finition de surfaces soigné et parfois des traces d’engobes. Leurs pâtes sont assez peu homogènes et présentent beaucoup de « vides » visibles en section ; les inclusions y sont toujours très abondantes mais de calibres très variés. La cuisson est réductrice et a sans doute été effectuée là encore à température assez peu élevée.

61Les céramiques les plus grossières, utilitaires, montées au colombin, montrent elles aussi une pâte très peu homogène, avec beaucoup de vides, une forte densité d’inclusions (surtout du quartz et des micas) atteignant parfois un fort calibre (4 à 5 mm).

62Malgré le bon état de conservation général évoqué plus haut, il est parfois difficile de déterminer sur certains tessons si la céramique a subi la pose d’un engobe ou non et de distinguer formellement le type de traitement appliqué à la surface (lissage soigné ou polissage). La couleur des surfaces des tessons, tels qu’ils nous sont parvenus, est assez uniformément brune lorsqu’il n’y a pas d’enduction de graphite ou d’hématite. D’autres paraissent avoir été peints avec un engobe brun, donnant à la surface une belle couleur régulière et un lustre particulier, à moins qu’il ne s’agisse d’un lustrage particulièrement soigné.

63Seuls quelques rares tessons témoignent de la pose d’un engobe rouge, probablement à l’hématite, tels deux fragments de poterie « peinte » (n° 2 et 3, pl. VI), un tesson de céramique à cordon (n° 10, pl. V), deux hauts de pot (dont le n° 14, pl. I). En relation avec cette observation, il faut noter la découverte, dans le dolmen D du cairn III, près de la paroi nord de la chambre, d’un bloc d’hématite rouge montrant sur une de ses faces un polissage dû à son utilisation vraisemblable pour colorer (des céramiques ?) ; les dimensions de ce bloc sont 107 x 58 x 19 mm et sa masse est de 210 g(Giot, 1982).

64Au sein de cet ensemble, les éléments décorés sont très peu nombreux ; une dizaine de tessons montrent cependant le recours à des techniques ornementales variées.

65– Deux tessons portent un décor estampé aux poinçons : le n° 1, pl. VI,porte une série d’une douzaine de petits points imprimés et disposés au sein d’un triangle délimité par des incisions, tandis quele tesson graphitén° 4, pl. VI,montre des ocelles disposés par grappes de trois, organisées elles-mêmes en pendentif/triangle pointe en bas encadrant trois motifs plus complexes en grappe.

66– Cinq tessons portent des décors réalisés à la pointe mousse ou au lissoir, dont trois sont des décors internes : outre les lignes parallèles du tesson n° 7, pl. VI, le n° 5 Figure un bandeau horizontal portant des groupes de quatre traits parallèles disposés en chevrons sous un décor mouluré. Le n° 6, pl. VIest issu d’une forme basse portant un décor interne rayonnant de sinusoïde encadrée par des lignes subverticales, de même inspiration que les décors des n° 8 et 9 (pl. VI).

67Un groupe relativement important de céramiques présente une ornementation de cordons horizontaux ou baguettes, en relief plus ou moins marqué. Ces fragments semblent appartenir à des récipients montés au tour plus ou moins rapide et la présence d’enduction graphitique est fréquente sur ce type de céramique. Ces décors moulurés concernent divers types de récipients : des petits pots à panse convexe, d’autres jarres plus grandes et plus massives (pl. I et II), plus rarement des formes basses. Ces cordons peuvent être larges ou minces, simples ou multiples, encadrés par des cannelures en creux qui en soulignent le relief, ou au contraire à profil amorti. Un cas particulier de céramique à décor à cordon est celui des baquets (cf. infra).

68Un autre ensemble numériquement important est celui des céramiques à décors de stries ou cannelures en creux, puisqu’ils représentent 25 % des tessons de l’ensemble. Les formes concernées par ce type de décor sont des jarres (pl. III), dont certaines de grande taille, des jattes moyennes ou bols (pl. IV et V) et des récipients à parois subverticales représentés par quelques tessons de gobelets. Ces cannelures sont plus ou moins fines et régulières, parfois sommairement ébauchées et traitées sans soin. Dans certains cas, ce sont de fines incisions tandis que dans d’autres elles atteignent plusieurs millimètres de largeur. La majorité des récipients comportant des décors de cannelures horizontales ont été réalisés au tour plus ou moins rapide.

69Les quelques analyses pétrographiques réalisées sur des échantillons de céramiques de l’île Guennoc, qui ne sont malheureusement pas référencés en terme de typologie (Morzadec, 1995), montrent une utilisation de matériaux d’origine granito-gneissique ; cette céramique peut être très fine, avec des inclusions peu nombreuses à peine visibles à l’œil nu, mais aussi grossière, avec des minéraux abondants pouvant atteindre de forts calibres. La composition de ces céramiques est trop ubiquiste pour que l’origine géographique en soit localisable ; mais, de manière un peu simpliste, on a tendance à qualifier ces productions de « locales ». Plus justement, on peu considérer qu’il s’agit de productions « régionales », ce qui n’empêche pas qu’elles aient participé d’un circuit de distribution plus ou moins complexe.

70Un échantillon de « céramique à cordons », probablement le baquet (cf. infra), dont le matériau serait originaire du massif de gabbro de Trégomar-Lamballe (Côtes-d’Armor), montre des échanges à longue distance relative, de l’ordre d’environ 150 km à vol d’oiseau entre la zone de probable production et le site d’utilisation.

« Sur une remarquable céramique gauloise de l’île Guennoc »

71Nous avons déjà évoqué la présence d’une céramique particulière, à savoir un « baquet à cordons » auquel P.-R. giot avait consacré un article dont nous empruntons ici le titre (Giot et Bourhis, 1964). Cette poterie (n° 1, fig. 17) est en effet remarquable à plus d’un titre : son caractère probablement exogène sur le site, sa rareté dans les ensembles régionaux et la nature des sites où ce type de forme est distribué sont autant d’éléments justifiant que l’on s’arrête sur ce cas. Ce baquet cylindrique à pieds (au nombre de 3 ou 4) et à fond ombiliqué, haut au total de 9 cm et large de 20, représente une contenance d’un peu moins de 1,5l ; outre un beau travail de surfaçage sur une pâte fine, ce baquet montre un décor de trois cordons horizontaux en relief très finement travaillés et ceinturant la panse. Un autre fragment (n° 17, pl. VI) appartient probablement à un second exemplaire un peu plus petit. Le décor rappelant ici les cerclages métalliques de baquets en bois (n° 3, fig. 17), un rapprochement avec les éléments ligneux et leurs imitations céramiques de Glastonbury se confirme (Coles et Minnitt, 1995, p. 167-168 ; Earwood, 1993, p. 60-70). L’intermédiaire de récipients en lignite est également envisageable dans un processus de diffusion de ce type de forme de part et d’autre de la Manche (Le Nagard, 2005).

Figure 17 : Exemples de « baquets » de la fin de l’Âge du Fer (les n° 1 à 3 sont à la même échelle).
Figure17: Examples of “tubs” from late Iron Age (1 to 3 at the same scale).

Figure 17 : Exemples de « baquets » de la fin de l’Âge du Fer (les n° 1 à 3 sont à la même échelle). Figure 17: Examples of “tubs” from late Iron Age (1 to 3 at the same scale).

1 : céramique de l’île Guennoc (dessin Y. Onnée ; d’après Giot et Bourhis, 1964) ; 2 : céramique de l’île d’Yoc’h (dessin E. Le Goff ; d’après Daire, 2001) ; 3 : baquet en bois de Glastonbury Lake Village, Grande-Bretagne (d’après Earwood, 1993, p. 70) ; 4 : céramique du site de Bois-Guillaume (Seine Maritime) (d’après Merleau, 2002).
1: ceramics, Guennoc island; 2: ceramics, Yoc’h island; 3: wood, Glastonbury Lake Village (Great Britain); 4: ceramics, Bois-Guillaume (Seine-Maritime).

72Ces baquets sont suffisamment rares pour que l’on s’arrête sur leur distribution (fig. 18), en prenant en compte des récipients morphologiquement semblables malgré cependant des variantes dans la forme des pieds (annulaires, tripodes, en piédestal…). Dans l’ouest de la France, on évoque de longue date la comparaison avec les exemplaires de la nécropole de Kerné à Quiberon, du Camp d’Artus à Huelgoat (Giot et Bourhis, 1964, p. 65-66), auxquels s’ajoutent maintenant ceux de l’habitat aristocratique de Saint-Symphorien à Paule (Ménez, 1999, p. 264, fig. 7, forme 34), du village de l’île d’Yoc’h à Landunvez (Daire, 2001) dans une variante à pied annulaire, ou encore du village gaulois de Kerhillio à Edeven (Daire, 1992), autant d’ensembles et de contextes datés de La Tène finale. Enfin, un baquet tripode à cordon découvert dans la grotte-sanctuaire des Perrats à Agris (Charente) (Ducongé, 2007) et assez semblable à l’exemplaire de Guennoc étend cette distribution vers le Centre-Ouest, d’autant qu’un exemplaire trouvé à Angers avait déjà fait l’objet de rapprochements stylistiques et chronologiques. On notera également la découverte d’un baquet tripode à cordons au sein de l’une des plus riches tombes de la nécropole de Bois-Guillaume « Les Boquets » (Seine Maritime), tombes ayant livré un service à boire en rapport avec un banquet funéraire, curieusement associé à de probables éléments de briquetages en argile cuite (Merleau, 2002).

Figure 18 : Distribution des céramiques en forme de baquets à cordons (mentionnés dans le texte) dans l’Ouest et le Centre-Ouest.
Figure 18: Distribution of cordonned tub-like ceramics (mentionned in text), for Western and Central-Western France.

Figure 18 : Distribution des céramiques en forme de baquets à cordons (mentionnés dans le texte) dans l’Ouest et le Centre-Ouest.Figure 18: Distribution of cordonned tub-like ceramics (mentionned in text), for Western and Central-Western France.

73La qualité de fabrication de ces baquets combinée à leur caractère exogène (démontré à Guennoc par l’analyse de la pâte) et à la particularité de leur forme, conduit à s’interroger sur la fonction de tels récipients dont, intuitivement, on devine le caractère exceptionnel : ne s’agirait-il pas d’un élément participant au service du vin, voire à des libations, comme cela a été montré pour les passoires par exemple et comme cela est suggéré par le dépôt de Bois-Guillaume ? On retrouvera des céramiques apparentées sous la forme de bassins en terra nigra, à partir de l’époque augustéenne (50/40-30 av. J.-C.) et perdurant dans les séries aquitaines de la période 30-10 av. J.-C. (Ducongé, 2007) où ce genre de forme tendra à se banaliser, mais l’analyse de cette filiation demeure relativement complexe.

Les autres mobiliers de l’Âge du Fer

74Apparentées au mobilier céramique, signalons la présence de fusaïoles, dont deux éléments trouvés dans le secteur du souterrain pour l’un et en falaise pour l’autre (n° 21 et 22, pl. VI) furent réalisés dans des tessons de céramiques réutilisés, tandis que deux autres, provenant du sud-est de l’enclos et du pied du parement ouest du cairn III (non figurées), sont de véritables fusaïoles initialement façonnés comme telles.

75Les amphores Dressel I (apparemment non identifiées à l’époque des fouilles) sont représentées par un lot de 178tessons, de taille assez modeste puisqu’ils ne représentent qu’une masse de 1,620 kg ; ils proviennent de la plupart des secteurs de fouille, à savoir des falaises (environs du souterrain) pour 9 d’entre eux, de l’enclos central et des maisons n° 2 et 3 ainsi que de la maison n° 4 (67 tessons), du pied des parements du cairn III (26 tessons) et des couloirs des dolmens C du cairn I et D du cairn III (une quarantaine de fragments) ; quelques fragments d’amphores proviennent également du talus.

Figure19 : Fragment de meule de l’Âge du Fer dans le talus-rempart du sud de l’île (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).
Figure19: Fragment of an Iron Age quern in the southern enbankment of Guenoc island.

Figure 19 : Fragment de meule de l’Âge du Fer dans le talus-rempart du sud de l’île (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).Figure 19: Fragment of an Iron Age quern in the southern enbankment of Guenoc island.

76Un lot de faune (marine et terrestre) est mentionné, généralement en association avec des mobiliers et/ou structures de l’Âge du Fer :

77– dans le dolmen A du cairn II, 10 m3 de coquilles de patelles et d’ossements animaux, associés à des tessons de céramiques gauloises ;

78– dans le dolmen A° du cairn III, un gros amoncellement en tas conique de restes de cuisine (charbons de bois et cendres, os de mammifères fragmentés, os de poissons et surtout coquilles de patelles) associés à de nombreux tessons de La Tène III ;

79– dans les deux cours de l’enclos central, à proximité des constructions, amas de coquilles de patelles, de cendres et autres « restes de cuisine ».

Figure 20 : Mobilier en fer (attribuable l’Âge du Fer ?) de l’île Guennoc.
Figure 20: Iron artefacts (possibly Iron Age?) from Guennoc island.

Figure 20 : Mobilier en fer (attribuable l’Âge du Fer ?) de l’île Guennoc. Figure 20: Iron artefacts (possibly Iron Age?) from Guennoc island.

1 et 2 : cairn III, dolmen D ; 3 et 4 : cairn II, dolmen B ; 5 à 8 : cairn III, dolmens A-A° ; 9 à 16 : cairn I, dolmen B.
1 & 2: Cairn III; 3 & 4: Cairn II, dolmen B; 5 to 8: Cairn III, dolmens A-A°; 9 to 16: Cairn I, dolmen B.

80Les outils lithiques que l’on peut sans conteste attribuer à l’occupation gauloise de l’île Guennoc sont représentés par trois demi-meules rotatives, provenant respectivement des maisons n° 2 et 3 de l’enclos et du talus-rempart au sud est de l’île (fig. 19).

81Les principaux éléments métalliques identifiés sur le site et attribués à l’Âge du Fer sont les deux (? au moins) anneaux de chevilles (et non « bracelets ») retrouvés aux jambes de la défunte inhumée dans le couloir du dolmen A du cairn II, l’un étant en bronze, l’autre en fer (objets non retrouvés) ; en outre, le fond de la chambre C du cairn I livra, en même temps que des tessons de l’Âge du Fer, des « débris fort oxydés d’objets en fer » que P.-R. giot (1987, p. 142) hésite à attribuer sur le plan chronologique, entre l’époque préromaine et des phases beaucoup plus récentes, puisqu’il évoque de possibles outils de goémoniers. La collection comporte un certain nombre de pièces en fer très oxydé, entières ou fragmentaires, parmi lesquelles on identifie plusieurs pièces (fig. 20) : l’emmanchement à douille d’un outil brisé (n° 1), des portions de lames plates (n° 2-4 et 8), de probables fragments de clous (n° 6, 7, 9, 10-12, 15 et 16) et des éléments de tiges de fer repliées en anneau (n° 5 et 13). Tout en restant prudent sur cette attribution chronologique, notons que des éléments comparables proviennent d’ensembles régionaux du second Âge du Fer, en particulier du site voisin de l’île d’Yoc’h à Landunvez.

4. Synthèse et affinités

En résumé… des Gaulois sur l’île Guennoc !

82Si l’on synthétise les divers éléments exposés supra, l’île Guennoc révèle, à l’Âge du Fer, une occupation à la fois extensive et intensive. « Fortifié » ou clôturé sur l’une de ses faces par un talus-rempart, ce territoire de plus de cinq hectares, qui n’était pas encore une île du temps de l’indépendance gauloise, a accueilli un groupe humain de quelques familles. Celles-ci ont édifié au moins huit bâtiments de dimensions modestes (entre 30 et 40 m²) et d’un type classique sur le littoral de l’ouest de la Gaule à cette époque, dont certains, au sommet de l’île, étaient ceinturés par un petit enclos. Ces constructions en pierre sèche bénéficièrent d’un pillage des pierres et dalles des monuments mégalithiques antérieurs. Une structure de stockage (souterrain) complétait vraisemblablement les installations domestiques. La présence de céramiques gauloises (parfois en grande quantité) dans les dolmens peut aussi bien témoigner d’une réutilisation des structures funéraires comme dépotoirs (ou plus certainement espace de stockage) que comme habitations.

83Au titre des activités de subsistance, l’élevage (une vache inhumée mal datée dans un des dolmens, mais surtout les abondants restes d’os des divers dépotoirs) était complété par la pêche et la cueillette de coquillages sur le littoral voisin, comme en attestent les quelques dépotoirs culinaires découverts dans l’enclos et certains couloirs de dolmens. Les pratiques culturales restent conjecturales mais sont probables si l’on admet l’identification protohistorique des traces de parcelles et de billons. Quelques fusaïoles témoignent d’une activité de filage, tandis que les trois (demi-) meules rotatives trouvées dans le corps du talus-rempart ainsi que dans les maisons de l’enclos attestent d’une activité de broyage, de céréales ou d’autres matières, végétales ou non.

84Un argument plaide en faveur de l’intensité de l’occupation des lieux : outre l’abondance relative des céramiques et leur qualité, on note surtout l’importance du dépotoir culinaire du cairn III (patelles et autres coquillages, faune terrestre et marine), qui atteint 10 m3 et traduit un séjour prolongé d’un groupe humain conséquent.

85Le dolmen A du cairn II a servi de dernière demeure à une jeune gauloise qui y fut inhumée ; la présence de cette « tombe », malheureusement fouillée de manière assez expéditive, semble avoir en partie conditionné l’occupation des lieux et donc la distribution spatiale des vestiges telle qu’elle nous apparaît : la céramique domestique est beaucoup plus rare aux abords de cette tombe, c’est-à-dire dans le cairn II et autour de celui-ci, que dans l’environnement des autres cairns, ce qui s’explique si le monument est devenu un lieu « consacré » par la présence de cette tombe. Si pratiquement tous les sites de l’Âge du Fer montrent une relation entre sépultures et habitats, le lien spatial semble se resserrer au cours de la période pour aboutir à une véritable imbrication (Tanguy et al., 1990). À La Tène finale, la presqu’île de Quiberon livre plusieurs exemples d’une telle association, sur les sites de Goulvars, Port Bara, Toul Braz, Runaron et Kergroix ; elle est également révélée au Braden I à Quimper (Finistère) ainsi que sur les sites un peu plus anciens du Boisanne à Plouer-sur-Rance (Côtes-d’Armor), du Talhouët à Pluvigner (Morbihan) ou de Kerangouarec à Arzano (Finistère). La nécropole de Kerné à Quiberon offre des éléments de comparaison assez précis puisque certains des squelettes y reposaient allongés sur le côté comme la défunte de Guennoc, là aussi associés à des amas de coquilles de patelles et ornés de bracelets. Un autre caractère propre aux sépultures gauloises tardives de Bretagne est le caractère souvent sommaire voire « improvisé » de certaines d’entre elles qui ne présentent plus aucune monumentalité, ce point se vérifiant à Guennoc par le caractère opportuniste de l’utilisation du couloir d’un dolmen pour y déposer un corps que l’on a simplement dissimulé au moyen d’une dalle mégalithique.

86Concernant la chronologie de l’occupation de l’île à l’Âge du Fer, la céramique donne une vision assez « compacte » de cette fréquentation, avec un mobilier relativement homogène si l’on excepte la présence – classique dans de tels lots – de quelques éléments résiduels antérieurs (céramiques à décors au poinçon notamment) ; le profil typo-chronologique de cette série, allié à la présence d’amphores DresselI, tend à indiquer une datation tardive de l’ensemble mobilier (fin du iie et ier siècle av. J.-C.), si l’on rappelle la faible représentation des rebords à cannelure interne – qui sont très fines – ainsi que des jattes à profils en « S », ces dernières étant remplacées par des bols hémisphériques ; mais on notera tout de même que la présence de meules rotatives en réemploi dans des constructions probablement gauloises redonne une certaine épaisseur à la durée de cette fréquentation.

D’île en île

87Évoquées à plusieurs reprises, les affinités sont nombreuses entre les deux sites de l’île Guennoc à Landéda et de l’île d’Yoc’h à Landunvez, distants d’un peu plus de 12 km à vol d’oiseau. Territoires aujourd’hui insulaires de dimensions comparables, il s’agissait à l’époque gauloise de simples promontoires ou presqu’îles peu élevées, suffisamment accessibles cependant pour que les occupants éprouvent le besoin d’édifier un talus-rempart sur la face tournée vers le Continent. Il s’agissait là davantage de structurer l’espace, de contrôler les accès (des animaux en particulier) que d’établir une réelle « défense », et l’on peut difficilement appliquer le terme « d’éperon barré » à ces deux sites que notre collègue John Collis a naguère qualifiés, non sans humour, de… « îles fortes ».

88Dans les deux cas, les hommes ont édifié sur ces plateaux côtiers des séries de petits bâtiments en pierres sèches d’un type maintenant bien identifié sur le littoral breton (Daire, 2004), en utilisant très largement comme carrière les sépultures mégalithiques préexistantes. L’une des différences réside dans la présence, à Guennoc, d’un enclos abritant certains bâtiments ; cette structuration de l’espace peut être d’avantage liée à des pratiques agricoles (nécessité de séparer cultures et animaux d’élevage) qu’à une organisation sociale du territoire.

89Sur le plan quantitatif, d’après le nombre de bâtiments reconnus et l’importance du mobilier recueilli, on peut imaginer que, dans chaque cas, ce sont quelques « familles » (une trentaine de personnes au maximum de manière synchrone) qui ont pu vivre sur ces territoires alors notablement plus étendus qu’aujourd’hui (notamment en direction de l’est), en pratiquant des activités diversifiées : probablement l’élevage de caprinés comme c’est souvent le cas sur les côtes de l’ouest de la Gaule (Baudry, 2005), mais aussi la cueillette des coquillages et la pêche à pied, comme en témoignent les 10 m3 de coquilles accumulées dans le dolmen A° du cairn III de l’île Guennoc ; c’est là une différence taphonomique importante entre les deux sites puisqu’aucun reste organique n’était conservé sur l’île d’Yoc’h. Au titre des pratiques agricoles, nous avons également évoqué les restes de billons « fossiles » tout à fait comparables sur les deux îles et qui, sur l’île d’Yoc’h, ne peuvent que remonter à l’Âge du Fer. Des traces de cultures assez semblables dans leur organisation et dans leurs dimensions ont été mises en relation avec l’occupation pré-romaine du site de Hengisbury Head (Dorset, Grande Bretagne) (Lewis, 2002) et elles montrent que les îles léonardes recèlent sans doute un potentiel encore inexploité pour l’étude des anciennes pratiques culturales. Si une activité saunière a été mise en évidence sur l’île d’Yoc’h, aucun vestige de briquetages n’est en revanche signalé sur Guennoc.

90Nous avons donc deux groupes humains très proches dans leurs pratiques architecturales et agricoles, dans leur manière de percevoir et de structurer l’espace, bref, dans leurs modes de vie et dans leurs cultures, s’intégrant dans le contexte plus vaste des nombreux établissements, villages et hameaux côtiers ou insulaires, mais aussi des sanctuaires littoraux qui jalonnaient le littoral de l’ouest de la Gaule à l’aube de la Conquête (Bouvet et al., 2003).

91À Guennoc, comme à l’île d’Yoc’h, on peut envisager un abandon de l’île à la toute fin de l’Âge du Fer (ce qui en date absolue nous met plus probablement autour du changement d’ère, voire dans le courant du ier siècle apr. J.-C.) ; la cause de cette désertion est peut-être à chercher dans les conséquences de changements climatiques et environnementaux (eh oui, déjà !) : une montée relative du niveau marin, combinée à la possible rupture d’un isthme ou d’un tombolo, auraient progressivement isolé ces territoires du Continent et ainsi compliqué l’accès et la vie quotidienne de leurs occupants.

Encore une fois, un grand merci à Catherine Le gall (documentaliste, UMR 6566) et à Odile Lecocq (documentaliste, SRA Bretagne) pour leur sympathique collaboration et leur précieuse efficacité ; ma reconnaissance va également vers Charles-Tanguy Le Roux, Yves Menez et Guy San Juan, relecteurs attentifs de ce manuscrit qu’ils ont enrichi de leurs utiles remarques.

Haut de page

Bibliographie

Batt, M. et Giot, P.-R., 1980 – Quelques observations d’archéologie du paysage en Finistère, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 108, p. 17-25.

Baudry, A., 2005 – Approvisionnement et alimentation carnée sur les sites de l’Âge du Fer en Bretagne et en Normandie, première approche. Exemple du site de « La Campagne » à Basly (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 22, p. 165-179.

Bouvet, J.-P., Daire, M.-Y., Le Bihan, J.-P., Nilesse, O. et Villard, A., 2003 – Lieux et pratiques des cultes dans l’ouest de la Gaule (Bretagne et Pays-de-la-Loire), in Arcelin, P. et Brunaux, J.-L., Cultes et sanctuaires en France à l’Age du Fer, Gallia, 60, p. 75-105.

Briard, J. et Onnée, Y., 1996 – L’Âge du Bronze à l’île Guennoc (Landéda, Finistère), Bulletin de l’AMARAI, 9, p. 31-42.

Brigand, L., 2002 – Les îles du Ponant. Histoire et géographie des îles et archipels de la Manche et de l’Atlantique, Palantines, 479 p.

Coles, J. et Minnitt, S., 1995 – “Industrious and fairly civilized”, the Glastonbury Lake Village, Somerset Levels Project and Somerset County Council Museums Service, 213 p.

Daire, M.-Y., 1983– L’île Guennoc en Landéda. Céramiques de l’Âge du Fer (Mémoire de DEA d’Histoire ancienne), Rennes, université de Rennes 2, reprographié.

Daire, M.-Y., 1985 – Céramiques armoricaines de la fin de l’Âge du Fer : essai comparatif sur quelques ensembles finistériens, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 114, p. 77-95.

Daire, M.-Y., 1990 – Archéologie insulaire en Bretagne : un point de vue sur les sites de l’Âge du Fer, inLa Bretagne et l’Europe préhistorique, Mémoire en hommage à P.-R. giot, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 2, p. 269-278.

Daire, M.-Y., 1992 – Les céramiques armoricaines de la fin de l’Âge du Fer, Rennes, université de Rennes 1 (Travaux du laboratoire d’Anthropologie, 39), 316 p.

Daire, M.-Y., 2001 – Un hameau armoricain de la fin de l’Âge du Fer sur l’île d’Yoc’h, in Collis, J. (ed.), Society and environment in Iron Age Europe. (Actes du XVIIIe Colloque de l’AFEAF, Winchester 1994), Sheffield, université de Sheffield, p. 159-189.

Daire, M.-Y., 2004 – Architecture littorale à l’Âge du Fer : ateliers artisanaux et autres constructions, Bulletin de l’AMARAI, 17, p. 55-70.

Devoir, A., 1913-1914 – Première contribution à l’inventaire des monuments mégalithiques du Finistère, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 41 & 42 (6 articles) – réédités en tiré à part 54 p.

Du Châtellier, P., 1891 – De quelques cachettes découvertes dans le Finistère, L’Anthropologie, 2, p. 17-22.

Ducongé, S., 2007 – Les poteries du second Âge du Fer dans la grotte des Perrats à Agris (Charente), in Duval, A. et Gomez de Soto, J. (dir.), Sites et mobiliers de l’Âge du Fer entre Loire et Dordogne, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (Mémoire XXIX), p. 27-29.

Earwood, C., 1993 – Domestic wooden artefacts in Britain and Ireland, from Neolithic to Viking times, Exeter, University of Exeter Press, 300 p.

Giot, P.-R., 1962 – La céramique de quelques habitats littoraux du second Âge du Fer sur la côte de la Manche, Annales de Bretagne, 69, p. 19-28.

Giot, P.-R., 1964 – Chronique de préhistoire et de protohistoire finistériennes, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 90, p. 276-288.

Giot, P.-R., 1967a – Chronique de préhistoire et de protohistoire finistériennes, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t.93, p. 3-25.

Giot, P.-R., 1967b – Informations archéologiques, circonscription de Bretagne et des Pays de la Loire, Gallia Préhistoire, 10-2, p. 332-364 (cf. p. 348-351).

Giot, P.-R., 1968 – Chronique de préhistoire et de protohistoire finistériennes, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 94, p. 3-18 (cf. p. 6).

Giot, P.-R., 1982 – Enez Guennoc ou Geignog, un ancien microcosme celtique. Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévale offerts à M. de Boüard, Paris, Société de l’Ecole des Chartes (Mémoires et Documents, 27), p. 179-190.

Giot, P.-R., 1987 – Barnenez, Carn, Guennoc. Rennes, université de Rennes 1 (Travaux du Laboratoire « Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains »), 2 vol., 212 p. et 57 pl.

Giot, P.-R., Batt, M. et Morzadec, M.-T., 1982 – Archéologie du paysage agraire armoricain, Rennes, université de Rennes 1 (Travaux du Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains), 76 p.

Giot, P.-R. et Bourhis, J.-R., 1964 – Sur une remarquable céramique gauloise de l’île Geignog, Annales de Bretagne, 71, p. 61-66.

Giot, P.- R. et Morzadec, H., 1989 – Un enclos ceinturé du second âge du Fer : Kersigneau Saint-Jean à Plouhinec (Finistère). La partie occidentale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 118, p. 85-113.

Giot, P.-R., Morzadec, H., Onnée, Y. et Marguerie, D., 1991 – Un enclos ceinturé du second âge du Fer : Kersigneau Saint-Jean à Plouhinec (Finistère). La partie orientale, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 120, p. 93-104.

Le Nagard, H., 2005 – Le mobilier en lignite de l’Âge du Fer dans le massif armoricain et ses marges, Les Dossiers du CeRAA, 33, p. 55-77.

Lewis, H., 2002 – An investigation of ancient cultivation remains at Hengistbury Head, Site 6, Christchurch, Dorset, Proceedings of the Prehistoric Society, 68, p. 83-102.

Ménez, Y., 1999 – Les sculptures gauloises de Paule (Côtes-d’Armor), Gallia, 56, p. 357-414.

Merleau, M.-L., 2002 – La mort à Bois-Guillaume : découvertes archéologiques sur la rocade nord de Rouen, déviation de la RD 43, in Six nécropoles du second Âge du Fer en Haute Normandie, Nord-Ouest Archéologie, 13, p. 41-295.

Morzadec, H., 1995 – Pétro-archéologie des céramiques armoricaines du Néolithique à la fin de l’Âge du Fer, Rennes, université de Rennes 1 (Travaux du Laboratoire d’Anthropologie de Rennes, 41), 206 p.

Tanguy, D., Briard, J., Hyvert, J., Le Bihan, J.-P. et Ménez, Y., 1990 – Sépultures et habitats en Armorique à l’Âge du Fer. Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 3, p. 139-152.

Haut de page

Notes

1 Le catalogue intégral des céramiques gauloises issues du site est proposé en annexe sur CD rom.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation de l’île Guennoc sur fond de carte du SHOM pour les niveaux marins (DAO L. Quesnel).Figure 1: Location map of Guennoc Island (map base from the French Navy’s hydrographic Service for bathymetric contours).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre Figure 2 : Répartition des principaux vestiges « visibles » sur l’île Guennoc, aménagements modernes exclus (Landéda, Finistère) (DAO L. Quesnel, d’après Giot, 1987).Figure 2: Location of the main “visible” remains on Guennoc Island (modern elements excluded).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 3 : Répartition des vestiges de l’Âge du Fer sur l’île Guennoc (interprétation M.-Y. Daire, DAO L. Quesnel).Figure 3: Interpretative distribution of Iron Age remains on Guennoc Island.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 4 : L’île Guennoc en 1962 : au premier plan, le talus-rempart (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 4: Guennoc Island in 1962, with bank in foreground.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5 : La partie centrale de l’île Guennoc en 1963, avec ses divers monuments mégalithiques en cours de fouille et l’enclos ; en bas, la maison n° 4 (cl. Aéronavale, archives de l’UMR 6566).Figure 5: Central part of Guennoc Island in 1963: megalith in course of excavation, central enclosure and House n°4 at bottom (from French Fleet Air photography).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 6 : Coupe dans le talus de l’enclos central de l’île Guennoc (les phases de construction du talus sont suggérées par le pointillé) (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).Figure 6: Section through the bank of the central enclosure (building phases are suggested by dotted lines).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 7 : Plan de l’enclos central, de ses structures internes (dont les maisons n° 1, 2 et 3) et du bâtiment 4, au sud du cairn III (d’après Giot, 1982).Figure 7: Plan of central enclosure with its internal structures (including houses 1 to 3), plus building 4 south of cairn III
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-7.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 8 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc est de l’île Guennoc (recoupées par les rigoles d’alimentation du puisard-abreuvoir est) (d’après un cliché de l’Aéronavale, archives de l’UMR 6566).Figure 8: Cultivation traces on East side of Guennoc island: ridges and furrows cut by the drainage ditches feeding the eastern source (from French Fleet Air photography).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 9 : Traces de cultures en billons et sillons sur le flanc sud-est de l’île d’Yoc’h à Landunvez, à proximité immédiate des installations de goémoniers (d’après un cliché de l’Aéronavale).Figure 9: Cultivation traces (ridges and furrows) on S-E side of Yoc’h island (Landunvez), close to modern seaweed collection installations.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 10 : Plan de la maison n° 2 au centre de l’enclos, avec son foyer central (d’après Giot, 1982).Figure 10: Plan of House n°2, in the middle of the enclosure, with its central hearth.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 11 : La maison n° 2, en cours de fouille, vue de l’ouest (cliché P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 11: House n°2 in course of excavation.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 12 : Plan de la maison n° 3 au sud de l’enclos (d’après Giot, 1982).Figure12: Plan of House n°3, in the south of the enclosure.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 13 : Plan de la construction n° 4, entre les cairns III et IV (d’après Giot, 1982).Figure 13 Plan of Building n°4, between Cairns III and IV.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 14 : Distribution des céramiques gauloises collectées sur l’île Guennoc (en poids).Figure 14: Distributions of Gaulish ceramics collected on Guennoc island (in weights).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-14.png
Fichier image/png, 6,3k
Titre Figure 15 : Fond d’une céramique gauloise (n° 11, pl. 5) dans l’éboulis du parement du cairn III (cl. P.-R. Giot, archives de l’UMR 6566).Figure 15: Base of a Gaulish pot (n° 11, pl. 5), in the collapsed material of Cairn III.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 16 : Répertoire typologique de la céramique gauloise de l’île Guennoc.Figure 16: Typological chart of Gaulish ceramics from Guennoc island.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-16.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 17 : Exemples de « baquets » de la fin de l’Âge du Fer (les n° 1 à 3 sont à la même échelle). Figure17: Examples of “tubs” from late Iron Age (1 to 3 at the same scale).
Légende 1 : céramique de l’île Guennoc (dessin Y. Onnée ; d’après Giot et Bourhis, 1964) ; 2 : céramique de l’île d’Yoc’h (dessin E. Le Goff ; d’après Daire, 2001) ; 3 : baquet en bois de Glastonbury Lake Village, Grande-Bretagne (d’après Earwood, 1993, p. 70) ; 4 : céramique du site de Bois-Guillaume (Seine Maritime) (d’après Merleau, 2002).1: ceramics, Guennoc island; 2: ceramics, Yoc’h island; 3: wood, Glastonbury Lake Village (Great Britain); 4: ceramics, Bois-Guillaume (Seine-Maritime).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 18 : Distribution des céramiques en forme de baquets à cordons (mentionnés dans le texte) dans l’Ouest et le Centre-Ouest.Figure 18: Distribution of cordonned tub-like ceramics (mentionned in text), for Western and Central-Western France.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-18.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 19 : Fragment de meule de l’Âge du Fer dans le talus-rempart du sud de l’île (cl. P.-R. giot, archives de l’UMR 6566).Figure19: Fragment of an Iron Age quern in the southern enbankment of Guenoc island.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 20 : Mobilier en fer (attribuable l’Âge du Fer ?) de l’île Guennoc. Figure 20: Iron artefacts (possibly Iron Age?) from Guennoc island.
Légende 1 et 2 : cairn III, dolmen D ; 3 et 4 : cairn II, dolmen B ; 5 à 8 : cairn III, dolmens A-A° ; 9 à 16 : cairn I, dolmen B.1 & 2: Cairn III; 3 & 4: Cairn II, dolmen B; 5 to 8: Cairn III, dolmens A-A°; 9 to 16: Cairn I, dolmen B.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/577/img-20.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Yvane Daire et Laurent Quesnel, « Des Gaulois sur l’île Guennoc (Landéda, Finistère) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/577 ; DOI : 10.4000/rao.577

Haut de page

Auteurs

Marie-Yvane Daire

UMR 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire) : CNRS ; universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes ; Ministère de la Culture – Campus de Beaulieu, CS 74205, 35042 Rennes cedex.

Articles du même auteur

Laurent Quesnel

UMR 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire) : CNRS ; universités de Rennes 1, Rennes 2 et Nantes ; Ministère de la Culture – Campus de Beaulieu, CS 74205, 35042 Rennes cedex.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page