Navigation – Plan du site

In memoriam

Roger Bouillon (1940-2008)
Gwenolé Kerdivel, Jacques Naveau, Romain Pigeaud, Guy Verron, Didier Le Gouestre et Henri Poulain
p. 339-341

Texte intégral

1Le département de la Mayenne vient de voir s’éteindre l’un de ses enfants les plus attachés à l’archéologie préhistorique. C’est dans la nuit du vendredi au samedi 27 avril que Roger Bouillon est décédé des suites d’une longue maladie. Pourtant, son travail, fondamental pour la Préhistoire de l’Ouest de la France, lui survivra sans peine.

2Né le 25 septembre 1940 à Saint-Berthevin en Mayenne, Roger Bouillon poursuit un cursus vers l’enseignement qui l’amène à sortir diplômé de l’école Normale de Rennes en 1962. Dès lors instituteur, il poursuit des études à la Faculté des Lettres de Rennes. Il y obtient en 1968 une Maîtrise de Géographie. Trois ans plus tard, il devient professeur certifié et enseignera vingt-neuf ans dans le même établissement, le collège Pierre-Dubois à Laval.

3En parallèle à son travail d’enseignant, il crée la Section Spéléologique de l’association « Mayenne-Sciences ». Ces activités spéléologiques l’amènent à faire une découverte essentielle ; il prouve que l’art des cavernes paléolithique s’est étendu jusqu’à nos régions. En effet, le 11 juin 1967, année de naissance de son fils, Roger Bouillon et son équipe identifient des dessins et des gravures du Paléolithique supérieur dans une grotte située à Thorigné-en-Charnie (Mayenne). Par fidélité à l’association dont il était l’un des moteurs, Roger lui donne le nom de Mayenne-Sciences. Comme il l’écrit lui-même, « c’est cet événement qui déclenchera (sa) vocation de préhistorien et d’archéologue ». Cette grotte tiendra toujours une place dans son cœur étant donné les évènements parallèles de sa vie familiale. Par la suite, il étudiera avec soin et sagacité les œuvres reconnues dans cette nouvelle grotte ornée, la première signalée dans l’ouest de la France. Il leur consacrera plusieurs publications scientifiques. André Leroi-Gourhan apprend ces importantes trouvailles, demande à visiter la grotte sous la direction de Roger, vient sur les lieux avec son équipe et y effectue une expédition mémorable ; il ouvre pour cette cavité originale une nouvelle rubrique dans son classique Préhistoire de l’art occidental (1971). En 1984, quand le Ministère de la Culture décide d’éditer un Atlas des Grottes ornées, répertoire général de L’art des Cavernes, c’est à Roger Bouillon que l’on demande de rédiger la notice sur la grotte Mayenne-Sciences.

4à la suite de la découverte de Mayenne-Sciences, Roger Bouillon est nommé Correspondant départemental des Antiquités préhistoriques pour la Mayenne. Pendant treize ans, il en remplit efficacement la fonction : il assure le lien entre les préhistoriens de base et les instances administratives sous l’impulsion de J. L’Helgouach, sauvant ainsi de l’oubli quantité de trouvailles plus ou moins importantes qui, sans cette action, seraient restées ignorées. Durant cette période, il se forme aux méthodes de terrain sur les sites de Dissignac à Saint-Nazaire, sous la direction de J. L’Helgouach (en 1973), du Camps d’Auvours à Champagné (Sarthe), sous la direction de Michel Allard (en 1975 et 1977) et, au cours de plusieurs campagnes, sur le site de Vierville (Manche), sous la direction de Guy Verron. Sur ce dernier chantier, d’ailleurs, il a l’occasion de pratiquer la restauration de monument mégalithique, ce qu’il mettra plus tard largement à profit.

5Fort de ces diverses expériences, il décide de franchir une nouvelle étape et de prendre lui-même la responsabilité d’opérations de terrain dans son cher département de la Mayenne. Il s’intéresse aux sépultures mégalithiques. En 1978, il entreprend la fouille du monument connu à Brécé sous le nom du « Petit Vieux Sou ». Quatre campagnes sont nécessaires pour en mener à bien l’exploration, dont Roger publie les résultats dans la Revue archéologique de l’Ouest en 1988. Le grand apport de cette fouille a été de mettre en lumière l’existence en Mayenne de sépultures mégalithiques à entrée latérale du 3e millénaire avant notre ère, type d’architecture qui n’avait jusque-là jamais été identifié localement. Les travaux de Roger sur Brécé restent, encore maintenant, essentiels pour la connaissance de ce type de tombe. Un écho de ces recherches figure d’ailleurs dans la dernière édition (1998) de la synthèse régionale publiée sous le titre Préhistoire de la Bretagne, par P.-R. Giot, J.-L. Monnier et J. L’Helgouach, juste reconnaissance de la valeur des travaux de notre ami.

6Par la suite, il se fera une spécialité des sépultures mégalithiques du Néolithique final, faisant ainsi largement progresser une branche de la préhistoire mayennaise encore très peu exploitée. Il fouille de 1984 à 1986, l’allée couverte de la Cote 197 (maintenant appelée de la Crète) à Vautorte et publie en 1998 le résultat de ses travaux dans La Mayenne, archéologie, histoire. Vont suivre les fouilles inédites de la sépulture à entrée latérale de la Hutte aux Gabelous à Saint-Mars-sur-la-Futaie (de 1990 à 1993) et de l’allée couverte de la Hamelinière à Chantrigné (de 2000 à 2003).

7Attaché à la restitution au public de ses travaux, Roger Bouillon a toujours souhaité restaurer les monuments dont il a dirigé les fouilles. Pour lui, un mégalithe n’est pas seulement un sujet d’étude ; c’est aussi un patrimoine à transmettre, et à transmettre en bon état, à nos contemporains comme à nos successeurs.

8De Roger, nous retiendrons ses travaux, ses apports à la connaissance et à la conservation du patrimoine de la Mayenne, mais aussi et surtout sa personnalité attachante et généreuse, où la rigueur scientifique se conjuguait avec la gentillesse et l’ouverture aux autres. Il avait la modestie d’un vrai scientifique. Il n’a pas cherché les honneurs. L’un de nous (R.P.) poursuit d’ailleurs son travail à Saulges et reconnaît combien il avait été frappé par la manière toute naturelle, par la chaleur humaine avec laquelle Roger avait accepté que l’on reprenne son travail sur la grotte Mayenne-Sciences, sans s’arc-bouter sur ses conclusions antérieures, en acceptant de tout cœur qu’elles soient soumises à nouveau au contrôle de la recherche et qu’elles soient corrigées à la lumière des données nouvelles. Voilà ce qui définit un vrai scientifique : sa modestie devant l’avancée de la science, le refus de se poser comme celui qui conclut d’une façon définitive.

9Romain témoigne aussi de l’intense émotion qu’a vécue Roger lorsque des prélèvements sur les peintures pariétales de Mayenne-Sciences ont permis, enfin, de les dater par le carbone 14 de 25 000 ans. C’était, après des années d’attente, l’aboutissement de ses propres recherches, et peu lui importait si cette conclusion était tirée par quelqu’un d’autre. On comprend, dans ces conditions, qu’en retour, il ait toujours été associé aux travaux sur la préhistoire qui se sont poursuivis jusqu’à maintenant en Mayenne.

10À la suite de difficultés administratives lors de sa dernière fouille, couplées à un terrible accident de vélo, Roger Bouillon décide de mettre un terme à ses travaux de recherche sur le terrain. Pourtant, il montrera toujours son intérêt pour la discipline. Ainsi, quand l’un de nous (G.K.) lui proposa de participer à un programme de prospection thématique sur l’utilisation de la dolérite en Mayenne au Néolithique, Roger accepta avec enthousiasme.

11Mais c’était sans compter sur la maladie qui l’attrapa sans crier gare, lui qui n’avait jamais fait d’autres excès que le sport. Ainsi, il ne put guère participer à plus d’une de ces prospections. En novembre 2007, bravant la fatigue, il offrit tout de même aux membres de l’équipe dolérite une superbe journée de visite de quelques monuments mégalithiques de Mayenne (Brécé, Ernée, Saint-Mars-sur-la-Futaie, Vautorte). À cette occasion, il nous montra sa ténacité et son enthousiasme, toujours intacts, pour cette discipline qui l’a tant passionné.

Roger Bouillon sortant de la grotte Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) - photo R. Pigeaud, 2005.

Roger Bouillon sortant de la grotte Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) - photo R. Pigeaud, 2005.

12Peu de temps avant son décès, sur son lit, fatigué, il nous a fait part de ces derniers mots pour la communauté archéologique qui l’avait accueilli et reconnu : « Merci, merci à tous ».

13Et pourtant, c’est nous qui devons le remercier. En effet, Roger est caractéristique d’une génération de bénévoles qui a créé l’archéologie française et à qui les professionnels du patrimoine doivent la reconnaissance de leur discipline. Tous ceux qui ont connu les joies et les difficultés de l’archéologie dite « amateur » savent ce que nous devons à son dévouement et à son courage. Par ses découvertes et par la manière à la fois compétente et modeste dont il les a partagées, il a contribué à écrire de nouvelles pages de la préhistoire locale et à donner de la recherche en Mayenne une image positive.

14(À cette bibliographie, il convient d’ajouter les notices de Roger Bouillon sur les sites de Saint-Mars-sur-la-Futaie et de Chantrigné, parues dans les Bilans Scientifiques édités par la DRAC des Pays de la Loire ou encore ses rapports de fouille inédits, conservés au Service régional de l’Archéologie des Pays de la Loire, à Nantes.)

Haut de page

Bibliographie

Bouillon, R., 1964 – Spéléologie, Bulletin de Mayenne-Sciences, p. 20-23.

Bouillon, R., 1967 – Activités spéléologiques, saison 1967, Bulletin de Mayenne-Sciences, p. 24-32.

Bouillon, R., 1969 – Nouvelles découvertes dans la grotte Mayenne-Sciences, Bulletin de Mayenne-Sciences, p. 103-107.

Bouillon, R., 1970 – La grotte à peintures de Thorigné-en-Charnie, Actualités et perspectives régionales Pays de la Loire, n° 2, p. 7-15.

Bouillon, R., 1974 – Activités spéléologiques, Bulletin de Mayenne-Sciences, p. 67-68.

Bouillon, R., 1984a – La grotte Mayenne-Sciences, collectifL’Art des Cavernes. Atlas des grottes ornées Paléolithiques françaises, Paris, Ministère de la Culture et Imprimerie nationale, p. 567-571.

Bouillon, R., 1984b – Les Temps préhistoriques, in Salbert, J., (dir.) – La Mayenne des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, éd. Bordessoules, coll. « Hexagone : l’histoire par les documents », p. 17-44.

Bouillon, R., 1986a – La sépulture mégalithique à entrée latérale du Petit Vieux-Sou à Brécé. Premiers agriculteurs de la Mayenne. Recherches récentes sur le Néolithique 1978-1986, (catalogue d’exposition). Nantes, Association d’études préhistoriques et historiques des Pays de la Loire, p. 22-27.

Bouillon, R., 1986b – L’allée couverte de la cote 197 à Vautorte (Mayenne), Premiers agriculteurs de la Mayenne. Recherches Récentes sur le Néolithique 1978-1986 (catalogue d’exposition), Nantes, Association d’études préhistoriques et historiques des Pays de la Loire, p. 28-33.

Bouillon, R., 1989 – La sépulture mégalithique à entrée latérale du Petit-Vieux-Sou à Brécé (Mayenne), Revue archéologique de l’Ouest, 6, p. 51-70.

Bouillon, R., 1993 – Monuments préhistoriques ; grotte à peintures et mégalithes, Monuments Historiques, 186, p. 11-15.

Bouillon, R., 1998 – L’allée couverte de la Cote 197, à Vautorte, en forêt de Mayenne. Fouille et restauration d’une sépulture mégalithique du Néolithique final, La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 21, p. 5-48.

Dams, L., et Bouillon, R., 1974 – Les figurations rupestres de la grotte Mayenne-Sciences à Saulges (Mayenne), Préhistoire ariégeoise, LXXI, p 65-87.

Bouillon, R., Gaiffe, O. et Renoux, B., 1993 – Art préhistorique. Une grotte ornée près de Saulges, 303. Arts, Recherches et Créations (publication du Conseil régional des Pays de la Loire), n° 36, p. 50-55.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Roger Bouillon sortant de la grotte Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) - photo R. Pigeaud, 2005.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenolé Kerdivel, Jacques Naveau, Romain Pigeaud, Guy Verron, Didier Le Gouestre et Henri Poulain, « In memoriam », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 décembre 2008, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/731

Haut de page

Auteurs

Gwenolé Kerdivel

Doctorant UMR 6566 du CNRS – 11 allée des Peupliers, 35220 Marpiré.

Articles du même auteur

Jacques Naveau

Chef du Service Patrimoine, Conservateur de l’Archéologie et des Musées, Conseil Général de la Mayenne – Centre administratif Jean-Monnet, BP 1429, 53014 Laval Cedex.

Romain Pigeaud

Docteur en Préhistoire, USM 103 – UMR 5198 du CNRS, Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro 75116 Paris Cedex 01.

Guy Verron

Conservateur en chef du patrimoine honoraire – 20 rue Saint-Laurent, 14930 Vieux.

Henri Poulain

Société nantaise de Préhistoire, Muséum d’Histoire Naturelle, 12, rue Voltaire, 44000 Nantes.

Didier Le Gouestre

Direction régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire, Service régional de l’Archéologie – 1 rue Stanislas-Baudry, BP 63518, 44035 Nantes Cedex 1.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page