Navigation – Plan du site
Comptes rendus

R. Barroso Bermejo, J. Mayor Camino, P. Bueno Ramirez, et de R. Balbín Behrmann, 2007 – Fuentenegroso. Un enterramiento del I milenio A.C. en la Sierra del Cuera, Asturia

Cyril Marcigny
p. 281-282
Référence(s) :

KRK éditions, 150 p. (ISBN : 978-84-8367-030-9 ; D.L. : AS-1750/2007).

Texte intégral

1Ce petit ouvrage (150 pages, 20,5 x 24 cm) est la publication monographique (en espagnol) de la mise au jour en 2001, par un groupe spéléologique, d’une sépulture féminine datée du début de l’âge du Fer (viiie-viie siècles) à Fuentenegroso, dans un secteur de l’Espagne particulièrement peu documenté pour les époques protohistoriques : les Asturies dans la sierra del Cuera (presque à la frontière avec la Cantabrie). Les quatre auteurs proposent, à partir de l’étude complète de cette tombe, une construction archéologique particulièrement intéressante et stimulante qui nous fait découvrir tour à tour, au fil des chapitres, le contexte de la découverte, l’analyse anthropologique de l’inhumée, un portrait des occupations humaines à la transition Bronze final/1er âge du Fer entre Asturies et Cantabrie, une étude sur l’alimentation, un aperçu de la métallurgie du Bronze final, et pour finir une présentation d’un des principaux sites d’Asturies (bien qu’un peu plus ancien), les gravures de Peña Tú.

2Mais revenons au fil de cet ouvrage. La sierra del Cuera est une montagne calcaire qui s’étend parallèlement à la côte (sierra côtière), précèdant les célèbres Pics d’Europe. Le site archéologique est placé en contrebas de cette chaîne montagneuse, à 5 km du Pic Turbina qui culmine à 1 315 m d’altitude. Il s’agit d’une des multiples cavités qui jalonnent le versant nord de la sierra del Cuera.

3Le 11 août 2001 un groupe de spéléologues de Madrid tombe, lors d’une de ses explorations, sur des restes humains au fond d’une galerie de près de 25 m de long à laquelle on accède par un puits vertical de 8 m de profondeur. La découverte est aussitôt déclarée à la « Guardia Civil » de Llanes. S’en suit une rocambolesque affaire judiciaire autour des restes humains, digne d’un véritable polar : enquête policière, recherche de personnes disparues dans la région, examens médico-légaux puis enfin tentative par les archéologues de récupérer les ossements (le tout au milieu de l’émotion de la population locale !). Au printemps 2002, les chercheurs ont repris la main sur la découverte et lancent une série d’analyses pluridisciplinaires visant à préciser le contexte de la sépulture, à établir les caractéristiques anthropologiques de l’inhumée et à replacer la tombe dans son environnement.

4Les os assez mal conservés (ils étaient encore à l’air libre lors de la découverte, juste recouverts d’un voile de calcite) appartiennent à une femme de moins de 20 ans déposée dans le cul de sac (en forme de petite chambre) formé par le fond d’une cavité karstique. À ses poignets, deux bracelets ouverts en bronze, l’un assez massif, l’autre plus fin, permettent de dater la sépulture de la fin de l’âge du Bronze ou du début du premier âge du Fer, datation confirmée par deux mesures d’âge par le radiocarbone couvrant le premier quart du premier millénaire avant J.-C. (2525+/-40 BP et 2500+/-40 BP). Cette tranche chronologique est une des moins connues dans la région. Elle correspond aux premières phases de la culture des Castros qui occupe le nord-ouest de la péninsule ibérique (du nord du Portugal à l’est de la Cantabrie), jusqu’à la conquête romaine au iie siècle avant notre ère. Cette période est marquée par la fin de l’utilisation des mégalithes et l’implantation de véritables villages constitués de maisons rondes sur les sites de hauteurs qui sont alors fortifiés (éperons barrés côtiers entre autres), connus sous le nom de castros.

5Pour en revenir à la tombe elle-même, l’étude ostéologique a livré de nombreuses informations sur les conditions de vie dans cette zone montagneuse réputée ingrate. La femme de Fuentenegroso ne montre pas de signe de maladie grave ou infectieuse si ce n’est un visible épisode de stress alimentaire au cours de son enfance. Ces os témoignent aussi de son activité physique liée très probablement au pastoralisme : attaches musculaires témoignant de marches intensives (sur les pentes de la Cuera), déformations osseuses dues au portage de lourdes charges… Cette activité pastorale est intéressante à mettre en parallèle avec le lieu du sépulcre puisque les populations de cette époque ont enterré cette femme dans son lieu de travail et de vie.

6Au-delà ce ces quelques données, témoins d’une vie de labeur, la bonne stature de la femme de Fuentenegroso (1,60 m) semble être la preuve, pour les auteurs, d’une bonne santé et d’une alimentation adéquate. Un travail de fond a donc été mené pour explorer la problématique de l’alimentation et des moyens de subsistance au début du premier millénaire avant notre ère à travers la reconstitution de l’environnement. À l’issue d’une démonstration qui couvre un chapitre complet, les auteurs mettent l’accent sur une alimentation associant produits de l’élevage, céréales, légumes verts et fruits. Cette partie de l’ouvrage est particulièrement importante puisque les données exposées ici sont les premières à faire état d’une agriculture régionalement bien développée avant la Conquête romaine, alors que les sources écrites, et en particulier Strabon (Géographie, Livre III), dressaient un portrait des asturiens assez dévalorisant : population inculte et de nature sauvage, se nourrissant de glands, de châtaignes et de viande de chèvre !

7Les deux derniers chapitres de l’ouvrage sont de portée plus générale et n’apportent que peu d’éléments pertinents à propos de la mise en perspective de cette découverte. Ils font un point sur la métallurgie au Bronze final à partir de l’analyse des deux bracelets découverts aux poignets de la femme de Fuentenegroso puis une présentation des gravures rupestres du Néolithique et de l’âge du Bronze de Peña Tú. La publication se solde par une bibliographie sommaire, mais sans une conclusion qui aurait été pourtant d’un grand intérêt pour revenir sur toutes les données acquises grâce à l’étude de ce site.

8Malgré ces dernières remarques, on ne peut que saluer la qualité de la (re)construction archéologique faite autour de la femme de Fuentenegroso. Les textes sont concis et à la portée de tous. Les images sont de très bonne qualité et toujours informatives. Les analyses du contexte archéologique et les présentations plus générales visent à nous faire revivre la vie dans cette partie des Asturies il y a presque 3000 ans et il faut reconnaître que les auteurs y arrivent malgré la faiblesse de la documentation. Ils nous font alors découvrir par le prisme de cette inhumation le quotidien de cette femme, loin des préjugés issus des écris antiques. En bref, cet ouvrage est un bon exemple de ce qu’il est possible de produire, pour le public spécialiste ou non, pour peu que le travail soit mené de façon interdisciplinaire et méthodique, autour d’une découverte qui, initialement, pouvait paraître assez « banale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Marcigny, « R. Barroso Bermejo, J. Mayor Camino, P. Bueno Ramirez, et de R. Balbín Behrmann, 2007 – Fuentenegroso. Un enterramiento del I milenio A.C. en la Sierra del Cuera, Asturia », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 décembre 2008, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rao.revues.org/745

Haut de page

Auteur

Cyril Marcigny

(INRAP Basse-Normandie et UMR6566 – CReAAH)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page