Navigation – Plan du site
Comptes rendus

(collectif), 2008 –Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne

Vincent Carpentier
p. 391-393
Référence(s) :

 Bulletin trimestriel de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, CXXVI – 3e et 4e trimestres, septembre-décembre 2007, 199 p. (ISSN 0154-0505, 20 €).

Texte intégral

1Ce volume formant la seconde partie de la cent vingt-sixième livraison du Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne regroupe en quelque deux cents pages onze articles dédiés à un panorama des recherches archéologiques récemment conduites (2007) dans le département ornais, précédés d’une préface du Conservateur régional de Basse-Normandie. L’ensemble témoigne du dynamisme de l’archéologie, notamment (mais pas seulement) préventive, dans ce département bas-normand jusqu’alors relativement peu concerné, au regard de la Manche et du Calvados.

2En ouverture, E. Ghesquière consacre un article liminaire aux découvertes « multi-périodes » réalisées dans le cadre du diagnostic de la future autoroute A 88, entre Falaise et Argentan. Les résultats exposés concernent un large segment chronologique, du Néolithique au Moyen Âge. Les plans des sites et vestiges sont présentés avec le mobilier d’accompagnement et une notice synthétique. La communication suivante (F. Morand et al.) décline les acquis d’une campagne de prospections en forêt de Bellême, vaste ensemble forestier totalisant aujourd’hui 2 400 ha aux marches de la Normandie historique, au sein duquel ont été recensés divers sites de type enceinte quadrangulaire, tertre, chemin, plate-forme, fossé et/ou parcellaire, carrière, traces de la seconde Guerre mondiale. Chacune de ces catégories donne lieu à un exposé détaillé. S’y ajoute une dernière partie due à N. Zaour, récapitulant les principales caractéristiques des déchets, structures et témoins d’activités métallurgiques qui abondent dans cette partie du Perche (préparation et réduction de minerai de fer).

3Les contributions qui suivent respectent un fil chronologique et sont dédiés à des sites ou aspects archéologiques plus ciblés. D. Cliquet et al. ont ainsi consacré un premier développement à l’étude des ateliers de bifaces de « l’espace d’Écouché », âgés d’environ 40 000-60 000 ans, mettant à profit cette opportunité pour aborder le problème de l’identification des peuplements néandertaliens et aurignaciens dans la région normande et le Grand-Ouest. Il semble que les preuves de la présence de l’homme moderne se fassent encore attendre dans le département de l’Orne, alors qu’elles ont déjà été détectées dans les régions limitrophes. Cyril Marcigny et al. nous livrent ensuite les principaux résultats d’un diagnostic d’archéologie préventive conduit sur le site de hauteur de l’éperon d’Exmes, sur la place de l’église dont les origines, jadis étudiées par l’archéologue orientaliste du Mesnil du Buisson, remontent bien au-delà du Moyen Âge. Renouant avec les découvertes antérieures, les auteurs proposent une vision renouvelée de la succession des occupations, du Paléolithique à l’ère contemporaine. Les vestiges les plus importants concernent les niveaux de La Tène finale et de l’époque augustéenne, correspondant à l’occupation d’un vaste oppidum dont le tracé est identifié au sommet de l’éperon, puis les ive-vie siècles qui voient le développement présumé d’un complexe paléochrétien accueillant peut-être au ve siècle deux églises jumelles encadrant un parvis central, l’une étant située juste en dessous du sanctuaire paroissial. Cette disposition caractéristique des premiers ensembles cathédraux serait fort susceptible de coïncider avec les attestations écrites faisant état, entre 511 et 538, dans les listes épiscopales de la province de Rouen, de deux évêques d’Hiémois nommés Litardus et Passivus. Rappelons que dès 541, ce dernier est explicitement mentionné comme évêque de Sées, ce qui conduit à envisager le déplacement – définitif – du siège épiscopal en faveur de cette capitale entre 538 et 541. Nonobstant les importants compléments apportés par cette intervention aux premiers scénarios élaborés par du Mesnil du Buisson dans les années quarante, ces découvertes appellent d’autres investigations propres à définir précisément la chronologie du rempart de l’oppidum. À la suite, F. Delrieu produit un exposé complet sur l’histoire du Camp de Bierre, à Merri, « l’un des seuls sites de hauteur fortifiés à avoir suscité l’intérêt des archéologues ornais dès le milieu du xviiie siècle ». Après un récapitulatif des données existantes, sont présentés les derniers résultats glanés à l’occasion de sondages programmés conduits par l’auteur, qui conclut sur une mise en perspective dans le contexte régional des ixe-vie siècle av. J.-C. On notera cependant que ce contexte ne recouvre pas la totalité de l’histoire du site puisque l’ultime phase de relèvement du rempart du Camp de Bierre intervient au ixe ou xe siècle après J.-C., comme l’avaient déjà clairement signalé G. Guillemot et A. Chancerel dans une précédente livraison du Bulletin : un pan plutôt méconnu de l’histoire médiévale de la Normandie sur lequel il serait sans doute utile de se pencher davantage.

4Les articles suivants concernent l’époque gauloise et gallo-romaine, avec tout d’abord une présentation synthétique du sanctuaire du « Pré du Mesnil », à Aunou-sur-Orne, par T. Lejars et L. Perret, fréquenté de La Tène moyenne au iiie siècle après J.-C. L’accent est surtout mis sur l’analyse du mobilier dans un contexte cultuel, non dénué d’aspects « exotiques » puisqu’on y dénombre notamment un mors bimétallique de tradition thrace. C.-C. Besnard Vauterin et al. décrivent ensuite un petit habitat enclos de la fin de La Tène accompagné de deux sépultures à mobilier (dont le corps d’une femme assassinée dont le crâne arbore une spectaculaire lésion causée par un objet tranchant), auquel a succédé un fanum du Haut-Empire à Nécy, sur le tracé de l’autoroute A 88. Ce petit sanctuaire rural, probablement lié au passage de la voie reliant les chefs-lieux de Sées et Vieux, n’est manifestement plus fréquenté au-delà de la seconde moitié du iie siècle après J.-C. Le thème cultuel est encore abordé par G. Leclerc à travers une autre présentation synthétique du site gallo-romain de Macé, interprété comme un « sanctuaire complexe » au sein duquel sont réunis un fanum principal et plusieurs temples et édicules, parmi d’autres structures (fosses, foyers), au sein d’une aire sacrée commune. La fouille programmée minutieuse conduite sur ce site peu commun a permis de distinguer quatre phases successives, marquées par des réaménagements complexes. La période de fréquentation s’inscrit entre le début de l’époque augustéenne et les années 360-370, ce qui conduit l’auteur à envisager un lien de causalité entre la fondation du sanctuaire et les prémices urbaines de la ville antique de Sées d’une part, son abandon et les débuts de la christianisation dans l’Orne d’autre part. Retour sur le tracé de l’A88 avec l’article suivant, dû à L. Le Gaillard, qui nous livre les principaux acquis de la fouille d’une villa gallo-romaine à Marcei. Cet établissement d’envergure, comparable à d’autres grandes villae de la région normande, connaît une évolution importante au cours du Haut et du Bas-Empire, traduite par trois états successifs. La dernière phase d’occupation manifeste cependant un déclin notable. Arguant de l’exiguïté du décapage (lié à l’emprise autoroutière), l’auteur conclut un peu curieusement sur une discussion autour de ses incertitudes quant à l’identification définitive du site en tant que villa, au détriment de l’hypothèse d’un sanctuaire, et préconise le recours à des investigations plus étendues. La fouillede Marcei laisse place à un nouveau diagnostic, conduit à Sées par le même auteur, à l’occasion duquel ont été mis au jour et analysés divers témoins d’habitat et d’activité métallurgique remontant au ier siècle après J.-C. L’histoire du chef-lieu sagien est évoquée à partir d’une cartographie minutieuse des vestiges antiques, médiévaux et modernes recensés à ce jour. Puis les vestiges sont présentés en détail, intégrant études de mobilier (céramique) et de déchets métallurgiques. Les acquis de cette opération sont, pour finir, replacés dans le contexte général de l’histoire du cœur urbain.

5La dernière contribution concerne le Moyen Âge, avec une étude d’archéologie du bâti dédiée à la Maison des Sept-Colonnes, imposant édifice à pan de bois construit sur quatre niveaux, sis en plein centre de la ville médiévale d’Alençon, qu’a étudié J.-D. Desforges dans le cadre d’un important projet de restauration. L’histoire détaillée de cet édifice inscrit à l’Inventaire du Patrimoine est relatée depuis ses origines lointaines (xie-xiie siècles), et agrémentée d’une riche iconographie, avant d’aboutir aux schémas de restitution des façades, aux plans des caves et du rez-de-chaussée.

6On ne sait au juste si cet ouvrage contribuera effectivement, ainsi que l’annonce le préfacier, à « forger l’Orne du xxie siècle ». Peu importe en définitive, car les actualités qu’il contient offrent un réel intérêt non seulement pour la fratrie des érudits départementaux, mais aussi pour l’ensemble de la communauté historienne et archéologue régionale. On peut seulement déplorer, outre le choix « un tantinet » austère de la couverture au regard d’une belle iconographie en couleurs insérée dans le volume (un aplat terreux surplombé par quelques gravats et deux sacs-poubelles pour évoquer le majestueux Camp de Bierre !), le caractère éphémère de certaines données (diagnostics), ou encore la brièveté de certaines analyses portant sur des thématiques d’actualité qui requièrent, dans l’avenir, de plus amples développements. En bref, une lecture utile pour prendre la mesure des recherches archéologiques en cours dans ce secteur encore méconnu mais assurément prometteur de la Basse-Normandie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Carpentier, « (collectif), 2008 –Découvertes archéologiques récentes dans l’Orne », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 20 décembre 2008, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/764

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

(INRAP/ CRAHAM-Centre Michel de Boüard, FRE (UCBN-CNRS) n° 3119)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page