Navigation – Plan du site

Témoins d’occupation du Néolithique ancien au Mûrier de Luzéronde, Noirmoutier-en-l’Île (Vendée)

Traces of early Neolithic occupation at Le Mûrier de Luzéronde (Noirmoutier-en-l’Île, Vendée)
Jean-Marc Large
p. 37-41

Résumés

De nouveaux témoins céramiques découverts en contexte sédimentaire au Mûrier de Luzéronde, au nord-ouest de l’île de Noirmoutier, complètent la connaissance du Néolithique ancien Centre-Atlantique (NACA). Il s’agit du site le plus septentrional actuellement connu de ce complexe technoculturel.

Haut de page

Texte intégral

1En 1986, F. Letterlé organisa une petite fouille sur le site de la pointe du Mûrier, au village de Luzéronde, dans la commune de Noirmoutier-en-l’Île (Vendée), en raison de l’état de dégradation du trait côtier qui libérait des niveaux archéologiques. Ce site se trouve être à la limite nord de la plage de Luzéronde, à environ 1 km au sud-est du dolmen très dégradé de L’Herbaudière (fig. 1). Le substratum est très complexe en cet endroit de la côte. Il est formé essentiellement de micro-falaises de micaschistes avec des parties de gneiss à inclusions de masses de pegmatite. Au-dessus, la couverture sédimentaire est composée de sables limoneux très compacts à graviers, avec des petits galets et des fragments du substrat métamorphique. Cette couverture a été formée au cours de la dernière glaciation du Würm, en zone péri-glaciaire, puis remaniée lors des occupations préhistoriques récentes.

Figure 1 : Le Mûrier à Luzéronde : cartes de localisation.
Figure 1: Location maps.

Figure 1 : Le Mûrier à Luzéronde : cartes de localisation.Figure 1: Location maps.

2Lors du sondage de 1986, la couche archéologique, fouillée sur une surface d’environ 8 m² était estimée de 15 à 30 cm d’épaisseur. L’auteur de la fouille ne l’a pas interprétée comme un niveau d’habitat mais plutôt comme une « couche de solifluxion ». Une abondante industrie avait été recueillie, formée essentiellement de « débitage côtier ». Très peu d’outils étaient présents dans cette masse d’esquilles et de nucléus, la céramique ne livrant que peu de témoins intéressants. Quelques éléments indiquaient une occupation de ces lieux au Néolithique récent et final (lithique) et au Bronze ancien (céramique). L’auteur soupçonnait cependant une occupation plus ancienne, peut-être mésolithique, sans pour autant avoir de preuves tangibles de cette hypothèse (Letterlé, 1986).

3Lors d’une promenade récente sur les lieux (20 février 2009), suite à l’érosion marine qui continue d’entamer le littoral fragile en cette partie offerte aux vents dominants, une observation attentive du haut de falaise a permis de découvrir des éléments de céramique encore en place dans la couche de sables limoneux à graviers. Ces éléments sont beaucoup plus anciens que ceux recueillis par F. Letterlé, ce qui confirme la grande continuité de l’occupation humaine sur le site. Les deux tessons décorés qui sont décrits ci-dessous ont été découverts à la base de la couche des sables limoneux, qui a une épaisseur de 35 cm en cet endroit, à une dizaine de centimètres au-dessus du substrat, très altéré localement. Ils étaient disposés à moins de 10 cm l’un de l’autre sur une même horizontale (fig. 2 à 5).

Figure 2 : Le site du Mûrier est placé en haut de la micro-falaise de micaschite et gneiss àinclusions de pegmatite.
Figure 2: The site takes place on top of the small cliff of micaschiste and gneiss.

Figure 2 : Le site du Mûrier est placé en haut de la micro-falaise de micaschite et gneiss àinclusions de pegmatite.Figure 2: The site takes place on top of the small cliff of micaschiste and gneiss.

Figure 3 : Les tessons NACA ont été repérés en haut de la falaise, à la base des sables limoneux à inclusions détritiques recouvrant le socle rocheux (la flèche indique leur provenance précise).
Figure 3: The NACA shards were found at the base of the silty sand blanket (the arrow marks the precise place).

Figure 3 : Les tessons NACA ont été repérés en haut de la falaise, à la base des sables limoneux à inclusions détritiques recouvrant le socle rocheux (la flèche indique leur provenance précise).Figure 3: The NACA shards were found at the base of the silty sand blanket (the arrow marks the precise place).
  • 1 Le tesson présente un amincissement de la paroi dans sa partie supérieure, avec une légère inflexio (...)

4Le premier tesson est un fragment d’un haut de vase1 façonné dans une pâte fine, gris-noir sur la surface externe, beige à noir sur l’interne (fig. 6, n° 1). Les dégraissants sont fins avec quelques grains ronds millimétriques et des paillettes de micas bien visibles malgré leur très petite taille en raison de la lumière qu’elles réfléchissent. Les cassures sont franches, sans érosion : le tesson a été peu remué. Le décor forme un registre horizontal de trois bandes. La bande du haut est formée d’impressions triangulaires à la baguette sur une seule ligne ; la bande médiane est formée d’impressions parallèles effectuées à la coquille et la bande inférieure est à nouveau composée d’impressions triangulaires à la baguette. Les impressions forment un ensemble décoratif cohérent.

5Le deuxième tesson est très érodé (fig. 6, n° 2). Les cassures sont arrondies et la surface externe d’origine est réduite à la seule partie centrale encore observable. Les surfaces interne et externe sont de couleur gris-beige alors que la tranche est beige-orangé. La pâte est assez grossière avec un dégraissant souvent millimétrique où l’on distingue des grains de quartz et de micas. Il est difficile de savoir dans quelle partie du vase se trouvait ce tesson mais son décor plaide pour la partie haute ou médiane. Ce décor est composé d’impressions digitales où l’empreinte de l’ongle est très visible. Leur organisation n’est pas perceptible sinon que l’on peut deviner deux registres orthogonaux. Le premier est composé au moins de deux lignes parallèles d’impressions à partir desquelles une ligne orthogonale semble partir.

Figure 4 : L'emplacement de la découverte est signalé par la réglette, à la base de la couche de sables limoneux.
Figure 4: The discovery point, highlighted by the scale ruler.

Figure 4 : L'emplacement de la découverte est signalé par la réglette, à la base de la couche de sables limoneux.Figure 4: The discovery point, highlighted by the scale ruler.

6Il n’est pas aisé de trouver des points de comparaison pour le premier tesson. Certes, le décor au coquillage est fréquent dans les cultures méridionales du Néolithique ancien (Cardial et Epicardial) et il est aussi très présent dans le domaine continental de la France septentrionale (VSG et Cerny). Mais le bandeau composé d’une série d’impressions légèrement obliques et parallèles effectuées au coquillage et limitées par des impressions à la baguette n’est pas fréquent car, à la grotte du Pont à Poussanou dans l’Hérault où un tesson comparable a été publié récemment, les auteurs insistent sur l’absence de comparaisons dans le Néolithique ancien de la Méditerranée occidentale (Guilaine et al., 2008). Un autre tesson découvert en surface à Labatut (Landes) présente aussi des impressions linéaires (dont on ne sait avec quel instrument elles ont été faites), également limitées par une impression à la baguette (Cassen, 1989). Ce tesson, ainsi que d’autres éléments céramiques et lithiques, a été rattaché au Néolithique ancien, peut-être à mettre dans la sphère du Roucadourien (Roussot-Larroque, 1997).

Figure 5 : Position stratigraphique des tessons dans la falaise.
Figure 5: Stratigraphic situation of shards in cliff.

Figure 5 : Position stratigraphique des tessons dans la falaise.Figure 5: Stratigraphic situation of shards in cliff.

7Pour le deuxième tesson par contre, les informations ne manquent pas. Le décor à l’ongle est très fréquent autant dans le domaine méridional littoral que plus continental du Néolithique ancien. Dans l’Ouest de la France, sur le littoral, il se retrouve à la Lède du Gurp (Grayan-et-L’Hôpital, Gironde), à La Balise (Soulac-sur-Mer, Gironde) et à la Pointe du Grouin du Cou (La Tranche-sur-Mer, Vendée), aux points B et F1. Plus à l’intérieur des terres, il est présent le long du cours moyen et supérieur de la Charente (Font-Belle à Segonzac, les Ouchettes à Plassay) ainsi que dans la moyenne vallée de la Vienne (Bellefonds). La difficulté sur le tesson de Luzéronde est de lire le registre décoratif : la petite taille du fragment ne permet pas de se faire une idée précise sur l’organisation du décor, ce qui pourrait être hautement signifiant pour une attribution chronoculturelle.

Figure 6 : Les deux tessons NACA du Mûrier à Luzéronde.
Figure 6: The two NACA shards from Le Mûrier.

Figure 6 : Les deux tessons NACA du Mûrier à Luzéronde.Figure 6: The two NACA shards from Le Mûrier.
  • 2 Où le registre peut être comparé avec, toutefois, l’absence d’impressions à la baguette limitant la (...)

8Quoi qu’il en soit, ces deux tessons ont été retrouvés dans un même contexte sédimentaire, au même niveau. À mon sens, ils font partie du cortège de céramiques à intégrer au complexe du Néolithique ancien Centre-Atlantique, tel que défini par Roger Joussaume (1981, 1990), un temps repris sous un autre terme (Cardial atlantique) par Julia Roussot-Larroque et Claude Burnez (1992) puis réinvesti avec un argumentaire très fort plus récemment (Laporte, 1997 et 2005). Il s’agirait donc des témoins les plus septentrionaux de cette culture sur le littoral atlantique. En effet, l’association de décor d’impressions au doigt, certes difficile à déchiffrer pour le tesson de Luzéronde, et de décor à la coquille, notamment connu sur le site des Gouillauds (Bois-en-Ré, Charente-Maritime)2, nous amène à inclure les deux tessons de Luzéronde dans le complexe Néolithique ancien Centre-Atlantique. Ce registre décoratif nous semble malgré tout peu en rapport (sinon à travers l’utilisation de la coquille) avec le décor imprimé pivotant présent aussi au Néolithique ancien le long du littoral atlantique, sur le cours supérieur et moyen de la Charente, le long du cours moyen de la Vienne et en bordure de Loire. La récente publication d’Alain Villes fait le point sur la question (Villes, 2007) mais c’est surtout Luc Laporte qui précise le sujet en émettant des données critiques extrêmement utiles, notamment en raison de la faiblesse des indicateurs de la culture matérielle attachée au Néolithique ancien Centre-Atlantique (Laporte, 1997 et 2005). À ce titre, le site de Luzéronde mérite un suivi attentif d’autant que les découvertes stratifiées de cette culture ne sont pas fréquentes. Il faudra aussi s’interroger sur l’urgence d’un travail de terrain beaucoup plus abouti car la partie de côte limitant le site du Mûrier à Luzéronde continue à se dégrader par l’action conjuguée de la mer et des hommes.

Merci à Roger Joussaume et Luc Laporte pour leur lecture attentive.

Haut de page

Bibliographie

Cassen, S., 1989 – Préhistoire et Protohistoire à Labatut (Landes) et Bayonne (Pyrénées-Atlatique) : l’apport de la prospection spontanée. Bulletin de la Société de Borda, 114 (n416), p. 525-532.

Guilaine, J., Van Willigen, S. et Convertini, F., 2008 – La céramique du Néolithique ancien de la grotte du Pont à Poussarou (Hérault). Bulletin de la Société préhistorique française, 105 (n° 4), p. 749-771.

Joussaume, R., 1981 – Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Rennes, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire armoricains – équipe de recherche du CNRS n° 27, Université de Rennes I, 625 p.

Joussaume, R. et Pautreau, J.-P., 1990 – La Préhistoire du Poitou. Rennes, Éditions Ouest-France, 599 p.

Laporte, L., 1997 – Le Néolithique ancien du centre-ouest de la France, in Rodriguez Casal, A. (ed.), O Neolítico atlántico e as orixes do megalitismo (Actas do coloquio internacional, Santiago de Compostela 1996), p. 257-278.

Laporte, L., 2005 – Néolithisation de la façade atlantique du centre-ouest et de l’ouest de la France, in Marchand, G. et Tresset, A. (dir.), Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l’Europe (6e-4e millénaires avant J.-C.) – table ronde de Nantes, 2002. Paris, Société préhistorique française (Mémoire XXXVI), p. 99-125.

Letterlé, F., 1986 – Rapport de la fouille de sauvetage de Luzéronde à Noirmoutier (Vendée) – autorisation 86-07, Nantes, SRA des Pays-de-la-Loire, 11 p.

Roussot-Larroque, J., 1997 – Néolithique ancien en Néolithique moyen 1 en Aquitaine, in Constantin, C. et al. (dir.), La culture de Cerny : nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique (Actes du Colloque international de Nemours 1994). Nemours, Musée de Préhistoire d’Ile-de-France (Mémoire 6), p. 645-659.

Roussot-Larroque, J. et Burnez, C., 1992 – Aux sources du Néolithique atlantique, le Cardial, le « Danubien » et les autres… in Le Roux, C.-T. (dir.), Paysans et bâtisseurs : l’émergence du Néolithique atlantique et les origines du mégalithisme (Actes du 17e colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes 1990). Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 5, p. 127-138.

Villes, A., 2007 – La céramique du Néolithique ancien de Ligueil, « Les Sables de Ligueil » (Indre-et-Loire) : Cardial ou Villeneuve-Saint-Germain ?, in Agogué, O., Leroy, D. et Verjux, C. (dir.), Camps, enceintes et structures d’habitat néolithiques en France septentrionale (Actes du 24e colloque interrégional sur le Néolithique, Orléans 1999). Revue archéologique du Centre de la France, 27e supplément, p. 67-94.

Haut de page

Notes

1 Le tesson présente un amincissement de la paroi dans sa partie supérieure, avec une légère inflexion visible. La surface interne du tesson présente un lissage soigné au doigt : un lissage parallèle oblique sur la paroi de la panse, un lissage horizontal sur la partie supérieure du tesson.

2 Où le registre peut être comparé avec, toutefois, l’absence d’impressions à la baguette limitant la bande d’impressions à la coquille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Mûrier à Luzéronde : cartes de localisation.Figure 1: Location maps.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 2 : Le site du Mûrier est placé en haut de la micro-falaise de micaschite et gneiss àinclusions de pegmatite.Figure 2: The site takes place on top of the small cliff of micaschiste and gneiss.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3 : Les tessons NACA ont été repérés en haut de la falaise, à la base des sables limoneux à inclusions détritiques recouvrant le socle rocheux (la flèche indique leur provenance précise).Figure 3: The NACA shards were found at the base of the silty sand blanket (the arrow marks the precise place).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 4 : L'emplacement de la découverte est signalé par la réglette, à la base de la couche de sables limoneux.Figure 4: The discovery point, highlighted by the scale ruler.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5 : Position stratigraphique des tessons dans la falaise.Figure 5: Stratigraphic situation of shards in cliff.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6 : Les deux tessons NACA du Mûrier à Luzéronde.Figure 6: The two NACA shards from Le Mûrier.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/792/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Large, « Témoins d’occupation du Néolithique ancien au Mûrier de Luzéronde, Noirmoutier-en-l’Île (Vendée) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/792 ; DOI : 10.4000/rao.792

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Large

Collaborateur UMR 6566-CREEAH – 25 rue Saint-Vincent-de-Paul, 85000 La Roche-sur-Yon. (jlarge2@wanadoo.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page