Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Néolithique

Cyril Marcigny
p. 313-314
Référence(s) :

Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Picard, 424 p. (ISBN 978-2-7084-0801-2; 110 €).

Texte intégral

1L’ouvrage, coordonné par Jacques Tarrête et Charles-Tanguy Le Roux et qui s’ouvre sur une préface de Jean Guilaine, inaugure une nouvelle collection (« Archéologie de la France »), coéditée par les éditions Picard et le Ministère de la Culture et de la Communication (Direction de l’Architecture et du Patrimoine) : Il s’agit d’un volumineux ouvrage grand format (28 x 24 cm) de 415 pages (plus un index des sites archéologiques), qui fait le bilan des acquis récents de la recherche sur le Néolithique de la métropole et dans une moindre mesure de la Corse. Il réunit les articles d’une trentaine d’auteurs et d’une vingtaine de collaborateurs issus de l’ensemble du « paysage archéologique français » (CNRS surtout, suivi des agents de l’État, de l’université, des collectivités territoriales, puis de l’INRAP), qui explorent tour à tour les grands domaines d’étude de la Préhistoire récente : le rapport de l’homme à son environnement, l’habitat et l’organisation sociale, les vestiges mobiliers (fabrication, matériaux), les pratiques funéraires, les relations sociales et les manifestations artistiques. Les chercheurs mis à contribution sont parmi les meilleurs dans leurs spécialités et offrent des synthèses très richement illustrées (il s’agit ici d’un « beau livre »), ponctuées par des encarts consacrés aux méthodes mises à contribution pour la recherche en Préhistoire : datations radiocarbone, analyse chimique des matériaux, tracéologie, expérimentation, analyse ADN, etc.

2Les chapitres sont précédés d’une préface de Jean Guilaine. Véritable introduction à l’ouvrage, elle replace le Néolithique français dans le vaste mouvement qui couvre le Proche Orient et une bonne partie de l’Europe. L’auteur y évoque, dans de courts bilans historiographiques, les principales avancées dans chacune des thématiques qui forment les chapitres du livre. C’est aussi pour ce chercheur l’occasion de proposer de nouvelles pistes d’études et de partager avec le lecteur ses souhaits en matière d’évolution de la recherche.

3La préface est suivie de six cartes permettant de saisir l’emprise des groupes néolithiques entre les vie et iiie millénaires. Cet exercice cartographique, des plus périlleux lorsque l’on sait à quel point les néolithiciens peuvent se quereller à propos de la répartition des groupes culturels au cours du temps, n’échappera pas à la critique. Plutôt que de fustiger ce travail, il faut plutôt examiner ces cartes comme un état de la recherche et un bel effort de synthèse formant une bien utile introduction pour qui veut poursuivre plus avant la lecture de l’ouvrage. On regrettera toutefois ici l’absence d’un tableau chronologique reprenant ces données de manière synthétique. En effet, le seul cadre chronologique proposé avant la lecture du corps de l’ouvrage va du Tardiglaciaire à nos jours et a pour objet les évolutions environnementales.

4Les 26 chapitres qui suivent sont regroupés en cinq grandes parties. Ils traitent de l’ensemble des données disponibles sur le Néolithique en laissant souvent une large place à l’interdisciplinarité, fait encore trop rarement mis en avant dans les synthèses parues ces dernières années qui font généralement la part belle à la seule culture matérielle. Certains pourront, bien entendu, pointer du doigt les lacunes ou les absences dans certains chapitres (en particulier la relative discrétion des données issues de l’archéologie préventive). D’autres pourront incriminer le choix des auteurs, certains étant absents du « casting » alors qu’ils font figure de références internationales ; il reste que ce travail est monumental. C’est l’aboutissement d’un projet lancé il y a plus de 10 ans ; malgré cette longue gésine qui pourrait laisser présager un ouvrage obsolète, il est important de souligner que la plupart des chapitres ont été réactualisés par leurs auteurs ces dernières années (les premières livraisons datent de 2000, beaucoup ont été réécrites en 2005 et 2006), permettant donc aux lecteurs de profiter des dernières avancées scientifiques dans certains domaines.

5Au final, certains articles sont très pointus, d’autres plus généraux, les illustrations sont abondantes (et en couleurs). L’ensemble est agréable à lire et bien documenté. Les articles renvoient bien souvent à une bibliographie dense permettant de poursuivre sa lecture et d’approfondir ses connaissances, thématique par thématique. Seul ombre au tableau, il est difficile de savoir quelle est la « cible de vente » de cette nouvelle collection. Il ne s’agit ni d’une véritable synthèse à destination de la communauté scientifique (bien que nombre de professionnels y trouveront matière à réflexion), ni d’un ouvrage accessible facilement au grand public (beaucoup de termes ne sont pas explicités par manque de place). En fait ce panorama du Néolithiqueformerait un très bon manuel à destination des étudiants, mais le prix de 110 euros risque d’en rebuter plus d’un, à juste titre. Il ne reste plus qu’à espérer que toutes les bibliothèques universitaires (et les autres) fassent l’achat de ce livre de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Marcigny, « Le Néolithique », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/943

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page