Navigation – Plan du site

L’établissement rural de La Tène moyenne de la Gaudine à Vivoin (Sarthe) et ses activités de transformation

Gérard Guillier, Ginette Auxiette et Anne-Françoise Cherel
p. 45-70

Résumés

Les fouilles préventives liées aux travaux autoroutiers de l’A 28 (Alençon – Le Mans) ont permis la découverte, près d’un méandre de la Sarthe, d’un établissement rural datable de la Tène moyenne. Il est formé d’un modeste enclos fossoyé de forme trapézoïdale, d’environ 2000 m2 de surface. L’abondant mobilier livré par les fossés (céramique, lithique, terres cuites et ossements) reflète les activités menées sur le site : domestiques, agricoles (élevage du bœuf) et de transformation (boucherie et meunerie).

Haut de page

Texte intégral

1Découvert sur le tracé de l’autoroute A 28 (Alençon – Le Mans), ce site 1, 2 est localisé dans le département de la Sarthe (fig. 1), à 25 km au nord du Mans, au sein du territoire des Aulerques Cénomans. Il est implanté sur un plateau calcaire à couverture argileuse dont l’altitude varie de 65 à 75 m NGF. La Sarthe coule légèrement en contrebas du site, à quelques centaines de mètres. La stratigraphie montre sous 0,35 à 0,40 m d’épaisseur de terres végétales, une mince nappe limoneuse puis un banc de calcaire épais de 20 à 40 cm, surmontant lui-même une couche sableuse. L’environnement archéologique de la Gaudine est dense ; en témoignent les sites protohistoriques mis au jour dans la même commune de Vivoin sur le tracé de l’A 28 (Bouvet, 2001 ; Maguer et al., 2003) (fig. 1).

Figure 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Localisation du site sur le tracé de l’autoroute A 28.
Figure 1 : Location of the site on the route of A 28 motorway.

Figure 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Localisation du site sur le tracé de l’autoroute A 28.Figure 1 : Location of the site on the route of A 28 motorway.
  • 1 Sur les figures, les bâtiments sont signalés par l’abréviation Bât. Les numéros de fossés et de fos (...)
  • 2 Sur les figures 3 et 5 à 8, la présentation des coupes se fait au niveau du décapage mécanique et l (...)

2Suite à un décapage mécanique d’environ 9 000 m2, effectué sur une épaisseur de 0,35 à 0,40 m et à l’établissement d’un plan détaillé du site (fig. 2)1, l’opération de fouille a consisté en un relevé de coupes régulièrement réparties dans les fossés afin d’en observer la stratigraphie et de permettre leur interprétation fonctionnelle. Elle a également permis de déterminer la chronologie relative de certaines des structures. La fouille exhaustive de chaque fossé a été entreprise par sections de 1 ou 2 m afin, lors de l’étude du mobilier, d’en préciser la répartition. Leur numérotation s’est faite du fossé 1 au fossé 7 et, pour chacun, du sondage 1 au sondage n (fig. 2). Sur les coupes stratigraphiques présentées, il a été utilisé un code de description unique des unités de remplissage2.

Figure 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les structures archéologiques de La Tène et localisation des sondages.
Figure 2 : La Tène archaeological features and location of sondages.

Figure 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les structures archéologiques de La Tène et localisation des sondages.Figure 2 : La Tène archaeological features and location of sondages.

1. Les structures protohistoriques mises au jour

  • 3 Nous détaillons maintenant les relations stratigraphiques observées lors de la fouille :

3L’observation des différentes intersections de structures fouillées (fig. 3) et les remarques qui en découlent3 déterminent une chronologie relative du site découpée en trois états (fig. 4), sans que nous sachions la durée de chaque état.

Figure 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Chronologie relative des fossés et des intersections.
Figure 3 : Relative chronology of ditches and intersections.

Figure 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Chronologie relative des fossés et des intersections.Figure 3 : Relative chronology of ditches and intersections.

L’état I : des vestiges de faible extension

4Il est constitué du fossé 5 et des structures excavées 10 et 12, tous antérieurs à la construction de l’enclos trapézoïdal. Le fossé 5 délimite une enceinte dont la surface interne, de 140 m2 environ, a été détruite par une perturbation contemporaine.

Le fossé 5, analyse stratigraphique et interprétation fonctionnelle

5Ce fossé, qui dessine un enclos de 14 à 15 m de côté, de plan carré, a vu ses côtés nord et est oblitérés par les creusements des fossés 6 et 4 de l’état II. Il épouse sur toute sa longueur le profil d’un V aigu, ce qui favorise une fonction drainante en accélérant le ruissellement de l’eau qui devait stagner sur son côté sud, le plus bas. La stratigraphie de son remplissage se divise en cinq formations attestées dans pratiquement toutes les coupes (fig. 5). La première, lessivée et hydromorphe, est née du ruissellement et de la stagnation de l’eau au fond du fossé. La seconde est proche de la première tandis que la troisième suggère la présence de poteaux, principalement au niveau de l’angle sud-ouest. La nature de la quatrième formation évoquerait un remblaiement (apporté lors de l’arasement d’un talus adjacent ?), correspondant à l’abandon de l’enclos carré au profit du nouvel enclos trapézoïdal. La cinquième est un remblai d’abandon marqué par des rejets détritiques.

Figure 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Proposition de périodisation des structures laténiennes.
Figure 4 : Periodization proposal for the La Tène features.

Figure 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Proposition de périodisation des structures laténiennes.Figure 4 : Periodization proposal for the La Tène features.

Figure 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le fossé 5, stratigraphie.
Figure 5: Stratigraphy of ditch 5.

Figure 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le fossé 5, stratigraphie.Figure 5: Stratigraphy of ditch 5.

Les structures excavées 10a, 10b et 12

6Elles sont antérieures au fossé 2 (fig. 2 et 6). Elles mesurent respectivement en surface 3 x 2,50 m, 2 x 2 m et 2,20 x 3 pour une profondeur de 0,90 à 1,25 m. Leurs parois incurvées sont creusées en sape sous le banc calcaire (parfois effondré dans la structure : fig. 6, coupe 1). Malgré la dégradation de ces parois, la forme en sape du creusement initial de ces trois fosses constitue une caractéristique essentielle, chacune étant marquée par une ouverture étroite, restituée a minima par les dimensions des effondrements du banc calcaire :

7– structure 10a : ouverture de 0,80 m (pour un diamètre de 2,50 m environ),

8– structure 10b : ouverture de 0,70 m (pour un diamètre de 2 m environ),

9–structure 12 : ouverture maximale de 1 x 1,50 m (pour un diamètre de 2,20 à 3 m environ).

Figure 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan des structures 10a et 10b, et coupe de la fosse 10b.
Figure 6: Plan of features 10a and 10b, and section of pit 10b.

Figure 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan des structures 10a et 10b, et coupe de la fosse 10b.Figure 6: Plan of features 10a and 10b, and section of pit 10b.

10Une ouverture étroite, un diamètre interne important et une localisation de ces structures sous un talus (hypothétique) indiqueraient une fonction de silo. Une autre hypothèse peut être émise, celle de fosses d’extraction, mais leur localisation serait curieuse.

11Leur implantation par rapport au fossé 2 (état II) n’est pas sans appeler quelques remarques. En effet, la fosse 12 est localisée à l’intersection des fossés 1 et 2, tandis que les fosses 10 a et b sont recoupées en leur milieu par le fossé 2. Plus qu’un hasard, ce fait révélerait la présence en surface d’une structure encore visible lors du creusement de ces fossés. Il pourrait s’agir d’une palissade, d’un petit talus ou de tout autre élément sous lequel les silos pourraient avoir été dissimulés (fig. 4) : nous pouvons envisager que le fossé 5 représenterait la partie visible d’un système d’enclos, difficilement discernable par l’archéologie, pour lequel il ne subsisterait qu’une trace indirecte et que l’état suivant matérialiserait d’une manière plus lisible pour les archéologues.

L’état II : le nouvel enclos trapézoïdal

12Il est constitué des fossés 1, 2, 4, 6 et très probablement des bâtiments A et B (fig. 4). Ces fossés déterminent une nouvelle enceinte de forme trapézoïdale ; elle clôt une surface de 1620 m2 environ, longue de 54 m et large de 36 à 28 m (fig. 2). Cette enceinte se caractérise par un fossé ouest qui dépasse de 10 à 15 m du quadrilatère de l’enclos. En suivant l’hypothèse émise supra, ces fossés reprendraient, en les effaçant, les tracés de structures antérieures moins profondément marquées dans le sol.

Les nouveaux fossés de l’enclos trapézoïdal

13Le fossé 1 ne sera pas traité ici car son comblement appartient pour l’essentiel à la phase suivante. Nous ne présenterons que les fossés 2, 4 et 6.

14Le fossé 2, qui matérialise le côté sud de l’enclos trapézoïdal, est long de 54 m. Son profil est régulier, le plus souvent en forme de V ouvert, à fond arrondi. Sa stratigraphie se divise essentiellement en trois formations (fig. 7, coupes 1 et 2). La première est lessivée et présente une stratification liée aux ruissellements ; elle témoigne d’un mode de fonctionnement ouvert lié à une fonction drainante. La seconde formation peut être liée au remblaiement par le talus externe et se composerait de matériaux extraits lors du creusement. Enfin, la troisième correspond à l’obturation du fossé par l’apport d’éléments exogènes, riches en mobilier archéologique.

15Le fossé 4, qui constitue le côté est de l’enclos, a été observé sur une longueur de 28 m. Il présente une anomalie dans son tracé, liée à son raccordement sur le fossé 5 (état I). Ce fossé 4 a une stratigraphie relativement complexe qui se scinde en quatre formations (fig. 7, coupes 3 et 4). La première est identique à celles des fossés 2 et 5 (cf. supra). La seconde formation résulte d’une sédimentation lente en mode ouvert, marquée par des rejets détritiques liés à l’occupation de l’enclos. La troisième signale un apport d’origine anthropique (curage de surface ?). La quatrième formation inaugure une succession d’horizons anthropisés, témoignant de l’érosion lente d’un talus externe, de réaménagements de l’occupation (réfections de bâtiments, nettoyage d’aires d’activité, curages…) et du remblaiement par une partie du talus adjacent.

Figure 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Stratigraphie des fossés 1, 2, 4, 6 et 7.
Figure 7: Stratigraphy of ditches 1, 2, 4, 6 and 7.

Figure 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Stratigraphie des fossés 1, 2, 4, 6 et 7.Figure 7: Stratigraphy of ditches 1, 2, 4, 6 and 7.

16Le fossé 6, rectiligne, ferme le côté nord de l’enclos. Sa longueur est de 55 m et son profil est en forme de V. Son comblement révèle une stratigraphie divisée en trois formations (fig. 7, coupes 5 et 6). La première est identique à celle des fossés 2, 4 et 5. La deuxième formation serait liée à un processus de sédimentation lente en mode ouvert et a vraisemblablement été nettoyée lors de curages destinés à faciliter l’écoulement des eaux. La troisième correspondrait au remblaiement et à l’abandon de l’enclos.

17Par ailleurs, les relevés d’altitude au fond des fossés dessinent un pendage d’ouest en est qui concorde avec la pente ouest-est du fossé 2 ainsi qu’avec le sens d’écoulement du fossé 5. Ces observations indiquent que, dès la mise en place du premier enclos, les fossés permettaient un drainage vers le sud-est du site, dans le sens de la pente naturelle du terrain.

Les bâtiments A et B

18Le bâtiment A, recoupé par la structure excavée 3 de l’état III (fig. 2), est matérialisé par cinq trous de poteau érodés. Il pourrait éventuellement être attribué à l’état I.

19Le bâtiment B, à six poteaux et à abside, présente deux états, l’un mesurant 3 x 3 m et l’autre 3 x 4 m ; il se situe dans l’angle nord-ouest de l’enclos (fig. 2). Une réfection du bâti a consisté en un réaménagement de son côté sud, sans que nous sachions s’il a été agrandi ou diminué. Les trous de poteau, simples et circulaires, parfois munis de pierres de calage en calcaire, présentent un diamètre de 40 à 45 cm et une profondeur conservée de 15 cm. Aucun mobilier n’y a été mis au jour.

20Des structures comparables, apparentées à des habitations, ont été trouvées dans les Pays de la Loire : les Genâts à Fontenay-le-Comte en Vendée (Nillesse, 1997), Hélouine 2 à Marcé dans le Maine-et-Loire (Nillesse, 2003) et la Pièce de Bildoux à Vivoin dans la Sarthe (Maguer et al., 2003). Nous relevons aussi des découvertes en Normandie, par exemple à Quetteville dans le Calvados (Lepaumier, 2002).

L’état III : l’enclos trapézoïdal est agrandi

21Le troisième état est constitué du fossé 1 (dans sa phase de recreusement), du fossé 7 qui matérialise l’extension de l’enclos vers l’est, du bâtiment C qui lui est lié et de la structure 3 (fig. 4), creusée au détriment du bâtiment A. Ce fossé 7 délimite une nouvelle surface semi-circulaire, de 400 m2 (fig. 2), qui s’ajoute à celle de l’état II, portant la surface enclose à environ 2 000 m2. À ce stade, le bâtiment B serait à notre sens encore fonctionnel : son réaménagement pourrait lui être attribué. Les fossés 2, 4 et 6, sont alors probablement comblés, mais leurs emplacements doivent encore être signalés (talus…).

Le fossé 1 : l’établissement d’une palissade à l’ouest

22Orienté nord-sud, il mesure 62 m de long, dont 35 jouxtant l’aire interne de l’enclos puisqu’il le dépasse de 10 m au nord et de 17 m au sud. Son profil est en forme de V et ses extrémités sont taillées verticalement dans le calcaire. Son remplissage se décompose en trois formations (fig. 7, coupes 7 et 8). La première témoigne d’une sédimentation lente en mode ouvert. La seconde est un dépôt interprété comme un remblaiement à partir du talus externe. La troisième correspondrait au fantôme d’une palissade, aménagée après un temps de fonctionnement ouvert (état II). Elle aurait été calée dans le fossé par un remblaiement constitué du talus externe supposé autour de l’enclos.

Le petit fossé 7, en abside

23Son profil épouse la forme d’un U ou d’un trapèze (fig. 3, coupe 2 ; fig. 7, coupes 7 à 10), qui s’est arrêté sur le banc calcaire. Il présente un remplissage non stratifié : un limon brun homogène, sans mobilier et recoupe partiellement le comblement supérieur du fossé 6. Il n’en constituerait qu’un recreusement, légèrement décalé vers le nord.

Le nouveau bâtiment C

24Implanté au milieu de l’arc de cercle formé à l’est par le fossé 7 et orienté nord-sud, il était constitué de huit poteaux (un est restitué dans son angle sud-est ; fig. 2). Ce nouveau bâtiment mesure de 4 à 5 m de large sur 14 à 15 m de long, sa surface est de 65 m2. Les trous de poteau présentent un diamètre régulier d’environ 40 à 50 cm, une profondeur conservée de 13 à 15 cm et des fonds plats réguliers. Ce plan en allée simple, largement reconnu à La Tène, par exemple en Normandie (Dechezleprêtre et al., 2000, p. 329), n’a pas de statut nettement défini.

Figure 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan et profils de la structure 3.
Figure 8: Plan and sections of feature 3.

Figure 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan et profils de la structure 3.Figure 8: Plan and sections of feature 3.

La structure 3

25Recoupant le fossé 2 vers son milieu (fig. 2), la structure 3 consiste en une succession de quatre lobes successifs (fig. 8) creusés, semble-t-il, au détriment du bâtiment A. Leur comblement a livré de rares petits tessons non tournés. Il s’agirait soit de silos creusés successivement soit de petites fosses d’extraction de matériaux. Elles présentent, comme les fosses 10a, 10b et 12, une liaison étroite avec un des fossés d’enclos.

2. Le mobilier archéologique de La Tène

26Le mobilier (céramique, lithique, terres cuites et ossements) a été comptabilisé en nombre d’artefacts et en poids (tabl. 1). En outre, la fouille exhaustive du site a permis d’établir une répartition de chaque catégorie de mobilier recueilli. Les différentes concentrations ainsi mises en évidence devraient donc permettre de mieux appréhender l’organisation interne de ce petit établissement rural en s’inspirant de l’approche de F. Gransard et al. (1997).

Les poteries de l’âge du Fer

27Le site a livré une modeste quantité de poteries : 1 476 tessons seulement (pour un poids de 34,4 kg), la plupart découverts dans les fossés (tabl. 2). Les céramiques sont modelées au colombin (85,5 %) ou montées à la plaque puis, parfois régularisées à la tournette, ou façonnées au tour rapide (8,2 %) ; 6,3 % présentent un façonnage indéterminé.

Tableau 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Comptage récapitulatif du mobilier, par catégories dans les structures 1, 2, 4, 5 et 6 (poids en grammes ; N, nombre d’artefacts ; NMI, nombre minimum d’individus).
Table 1: Recapitulation of assemblage, by categories, for features 1, 2, 4, 5 and 6 (weights in grams ; N, number of artefacts ; NMI, minimal number of individuals).

Tableau 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Comptage récapitulatif du mobilier, par catégories dans les structures 1, 2, 4, 5 et 6 (poids en grammes ; N, nombre d’artefacts ; NMI, nombre minimum d’individus).Table 1: Recapitulation of assemblage, by categories, for features 1, 2, 4, 5 and 6 (weights in grams ; N, number of artefacts ; NMI, minimal number of individuals).

Typologie céramique (A.-F. Cherel)

  • 4 Sur les figures, chaque vase est individualisé par un numéro triple à l’image de l’exemple suivant  (...)
  • 5 Une présentation succincte du mobilier fut réalisée dans le cadre d’une synthèse évoquant les sites (...)

28La variété des types de vases et de décors recensés rend ce lot particulièrement intéressant. Les comptages identifient 199 vases. Seuls les exemplaires dont les profils sont bien conservés, au nombre de 47, furent retenus pour l’élaboration de la typologie (fig. 9 à 12)4 déclinée en 14 types. Un recensement des décors complète cette étude. La présentation respecte le classement suivant : un premier groupe est constitué de « coupes » à profil simple tronconique ou arrondi et d’« écuelles » à profil en esse, un second groupe figure les « jattes » de taille moyenne et, enfin, un troisième ensemble regroupe des vases hauts à profil en esse5.

Figure 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; types 1 à 6 : vases à profil simple, tronconique ou arrondi, et récipients à profil en esse.
Figure 9 : Ceramic typology; types 1 to 6: vessels with simple, tronconical or rounded profile, and S-profile vessels.

Figure 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; types 1 à 6 : vases à profil simple, tronconique ou arrondi, et récipients à profil en esse.Figure 9 : Ceramic typology; types 1 to 6: vessels with simple, tronconical or rounded profile, and S-profile vessels.

Figure 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes moyennes, types 7 à 10.
Figure 10: Ceramic typology ; medium vessels, types 7 to 10.

Figure 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes moyennes, types 7 à 10.Figure 10: Ceramic typology ; medium vessels, types 7 to 10.

Les vases à profil simple tronconique ou arrondi et les écuelles à profil en esse

29– Les vases à profil simple tronconique ou arrondi Le type 1, un « gobelet tronconique » représenté par quatre vases (fig. 9), est attesté en Bretagne, en Normandie et dans les Pays de la Loire. Sa chronologie est délicate tant son profil varie peu au second âge du Fer. Il se raréfierait toutefois à la fin de cette période. Le n° 11, sans fond dès l’origine, est comparable à un vase mis au jour à Cottevrard (Seine-Maritime), de la fin de La Tène moyenne, interprété comme un entonnoir (Blancquaert, 1994).

30Le type 2 regroupe les coupes à bord festonné (deux vases ; fig. 9). Fréquentes dans les contextes de l’âge du Fer de l’est et du nord du Bassin parisien, leur présence dans la Sarthe peut surprendre. Toutefois, depuis les travaux de B. Lambot (1989), des découvertes plus occidentales se sont faites jour. Des fragments datés de La Tène moyenne et finale ont été trouvés en Seine-Maritime (Blancquaert et Desfossés, 1994) ; plus près de nous, signalons leur découverte à Saulges (Mayenne) (étude en cours), ou sur le tracé de l’A 28, à Vivoin, la Petite Némerie (Maguer et al., 2003). La coupe n° 113 est munie de perforations obliques réalisées dans l’épaisseur du vase depuis sa panse jusqu’au fond, sans en percer la paroi interne et pouvant être destinées à passer des liens pour la suspension du vase ou pour maintenir des poignées dans l’hypothèse d’un pot couvre-feu.

31Plusieurs « bols » ou « coupes » de type 3 (fig. 9), caractérisées par un profil simple arrondi, se déclinent selon plusieurs variantes en fonction de la forme de leur rebord.

32– Le sous-type 3a possède une lèvre arrondie ou aplatie au sommet (trois exemplaires). Les sites de la Plaine de Caen de la fin de l’âge du Fer (à Ifs : Cherel, 2004) ont livré des coupes de ce type, fréquemment ornées d’un décor au peigne.

33– La forme 3b, très ouverte, est caractérisée par une lèvre aplatie formant un renflement externe (six exemplaires). De rares comparaisons existent dans la péninsule armoricaine, à Pen Ar Quinquis en Commana (Finistère) (Le Goffic, 1987), en contexte La Tène ancienne – La Tène moyenne mais aussi dans le Maine-et-Loire et en Mayenne.

34– Les coupes 3c possèdent une lèvre rentrante. Des comparaisons fréquentes existent à la fin du deuxième âge du Fer dans la Plaine de Caen et en Mayenne.

35– Le sous-type 3d offre une fine cannelure au sommet de sa lèvre. La panse de l’exemplaire recueilli (n° 63) est ornée d’un décor au peigne. Il trouve de rares parallèles sur la ferme des Jeusseries à Retiers (Ille-et-Vilaine) au début de La Tène moyenne – début de La Tène finale (Le Goff et Maguer, 1997) ou encore sur l’établissement rural de la fin de La Tène de Fleury-sur-Orne (Calvados) (San Juan et al. 1994).

36Le vase miniature de type 4 (fig. 9, n° 152) est issu du fossé 2. Son profil simple arrondi avec sa lèvre légèrement rentrante, offre des parallèles sur la nécropole de Léry (Eure) (Les Celtes en Normandie, 1990, p. 90) et sur l’habitat de La Tène moyenne de Barbeville (Calvados) (Morzadec, 1998).

Le type 5 comprend deux variantes.

37– 5a correspond au « bol mayennais » selon une appellation usuelle (fig. 9) (quatre vases). Outre leur présence en Mayenne où ils sont fréquemment ornés d’un décor peigné sur la panse, on mentionnera des poteries similaires à Hédé (Ille-et-Vilaine) (Béguin, 1995), au iie et à la 1re moitié du ier siècle av. J.-C. Enfin, les sites sarthois de La Tène finale de Saint-Jean-d’Assé, les Rues Vertes (Berga, 1997) et de Teillé, les Petites Landes (Mendoza y Almeida, 1996), datés de la fin de La Tène moyenne-début de La Tène finale, ont livré des récipients identiques.

38– La forme 5b s’en distingue par une rupture légère du profil au niveau de l’épaulement surmonté par un petit col concave (deux vases). On trouve de nombreux parallèles régionaux, notamment pour La Tène finale, à Saint-Jean-d’Assé (Berga, 1997) ou encore en Mayenne à Jublains (Bouvet, 1997). Les comparaisons avec les sites de la Plaine de Caen pour la fin du deuxième âge du Fer (Cherel, 2004) sont à souligner.

39– Les écuelles à profil en esse la forme 6 offre des profils en esse plus ou moins marqués (fig. 9 ; neuf exemplaires). Deux fonds annulaires caractéristiques se rattacheraient à ce type. Trois variantes se distinguent en fonction de la présence ou non d’une fine cannelure labiale et du profil général du vase.

40– La variante 6a, plus ou moins galbée, est munie d’une lèvre éversée arrondie.

41– Le sous-type 6b diffère du précédent par une cannelure labiale interne.

42– Enfin, la variante 6c comporte un profil en esse plus souple et une cannelure large, où un cordon orne sa panse. Cette dernière trouve des équivalences au cimetière de Poses (Eure) (collectif, 1990) pour La Tène moyenne-La Tène finale.

43Ces écuelles, en particulier les sous-types 6a et b, sont très courantes dans les contextes de la fin de La Tène sur les sites de l’Ouest de la France (Bretagne, Normandie et Pays de la Loire).

Les récipients de taille moyenne

44Cette catégorie est représentée par quatre types et quelques variantes (fig. 10).

45La forme 7 est une jatte à profil en esse, carénée, très ouverte et évasée. Sa lèvre est légèrement débordante par rapport au diamètre maximum de la panse. Les correspondances sont nombreuses dans la région : à Léry (Eure) (collectif, 1990), pour la première moitié du ier siècle av. J.-C., sur le tracé de l’A 29 (Blancquaert et Desfossés 1994) à La Tène moyenne, ou en Loire-Atlantique à la fin de La Tène moyenne.

46Le type 8, bien représenté (12 exemplaires), se distingue du précédent par son ouverture moins prononcée. Trois variantes, a, b et c, s’y reconnaissent : 8a est marquée par une carène douce, tandis que la 8b possède une panse globulaire ; enfin, 8c se caractérise par une fermeture plus prononcée et son épaulement galbé. Les comparaisons relèvent de La Tène moyenne ou du début de La Tène finale. Les rapprochements les plus pertinents sont à établir avec des sites de la Plaine de Caen (Cherel, 2004).

47Les vases de type 9 se caractérisent par une carène prononcée et un col droit, voire rentrant. La forme n° 62 est décorée d’impressions digitées au sommet de sa lèvre. Les parallèles sont très nombreux dans la région, comme à Ifs (Cherel, 2004), depuis la fin du 1er âge du Fer jusqu’à La Tène moyenne. Des vases similaires existent à Poses (Eure) (collectif, 1990), au iie siècle av. J.-C., dans le Bassin Parisien ou dans la péninsule armoricaine.

48La forme 10, une jatte à haut col, possède une panse bien galbée. Son col est décoré d’un cordon dans sa partie médiane et une fine cannelure orne l’intérieur de la lèvre éversée. Elles sont fréquentes dans la péninsule armoricaine à La Tène moyenne. De rares exemplaires furent mis au jour dans la Plaine de Caen, à Ifs (Cherel, 2004), dans des contextes attribués à la seconde moitié du iiie-première moitié du iie siècle av. J.-C.

Les formes hautes

49Cette catégorie, la mieux représentée, correspond aux formes hautes, fermées, à profil en esse et déclinées selon différentes variantes.

50La forme 11 est une poterie grossièrement modelée et à fort dégraissant. Son profil est peu commun car sa panse tronconique est surmontée d’une petite lèvre à peine marquée (fig. 11, n° 118). Le site de Barbeville (Calvados) (Morzadec, 1998) attribué à la fin du ive siècle av. J.-C.-milieu du iie siècle av. J.-C., en a fourni deux exemplaires. On mentionnera également ceux découverts à Plouegat-Moysan (Finistère) (Giot et al., 1968), datés du iie siècle av. J.-C.

51La forme 12 (fig. 11) est la version haute du type 7. Cette forme au profil en esse doux et régulier, avec une lèvre éversée, parfois effilée, est originale. Un fin cordon peut orner son épaulement (n° 40). Des analogies peuvent être émises avec des récipients du site d’Ifs (Cherel, 2004) pour La Tène moyenne. Enfin, le n° 143 est original par ses dimensions.

Figure 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes, types 11 à 13.
Figure 11: Ceramic typology; tall vessels, types 11 to 13.

Figure 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes, types 11 à 13.Figure 11: Ceramic typology; tall vessels, types 11 to 13.

52Le type 13 (fig. 11) se démarque du type suivant par l’absence de cannelure labiale interne. On y distingue quatre sous-types. Les variantes 13a et 13b sont illustrées par un nombre important de récipients. 13a est dotée d’une panse plutôt tronconique, tandis que 13b offre un profil plus globulaire. Parfois ces poteries sont ornées de stries peignées irrégulières, horizontales ou verticales. Elles sont largement présentes sur presque tous les sites de La Tène dans l’ouest de la France. Leur caractère ubiquiste rend leur attribution chronologique délicate. On constate toutefois qu’à la fin de La Tène, les vases ovoïdes supplantent progressivement les récipients similaires caractérisés par une panse tronconique, comme sur l’habitat de la Pièce de Bildoux situé sur la même commune, attribué à la seconde moitié du iie siècle av. J.-C. et/ou au début du ier. (Maguer et al., 2003). La variante 13c (un seul exemplaire) se caractérise par un épaulement arrondi bien marqué, surmonté d’une lèvre peu éversée. Des parallèles sont attestés à Plouegat-Moysan (Finistère) (Giot et al., 1968) au début du iie siècle av. J.-C. Enfin, un micro-vase vient agrémenter ce corpus (variante 13d : n° 144).

53Le type 14, le plus représenté (dix-sept individus), correspond aux grandes formes fermées à profil en esse, à épaulement bien marqué surmonté d’un col plus ou moins prononcé. Ce dernier est prolongé d’une lèvre éversée munie d’une cannelure interne. Les variantes a, b, et c ont été distinguées en fonction de la forme de leur lèvre (fig. 12).

54– La variante 14a (un vase, n° 148) comporte une large cannelure labiale peu marquée en forme de gorge. Elle est fréquente tant en Bretagne occidentale qu’au sud-ouest des Îles britanniques et leur chronologie la situe généralement vers la fin de La Tène ancienne-début de La Tène moyenne. À Barbeville dans le Calvados (Morzadec, 1998), un vase semblable est daté de la fin du ive-milieu du iie siècle av. J.-C.

55Dans la plupart des cas (variante 14b, treize vases), la lèvre éversée est munie d’une fine cannelure interne. En outre, une cannelure externe assez large orne fréquemment l’épaulement du vase délimitant ainsi la partie inférieure d’une ornementation réalisée au lissoir. On distingue des décors lissés ondulés, des groupes de deux ou trois traits obliques régulièrement espacés ou alternativement opposés et des croisillons lissés. L’application répétée d’un peigne sur la panse du récipient ou encore à l’intérieur du rebord dessine des stries irrégulières parallèles, parfois verticales ou obliques. En outre, le vase n° 103 présente sur sa surface externe une enduction de graphite. Les correspondances régionales sont très fréquentes, en Mayenne (Jublains) pour La Tène finale (Bouvet, 1997) ou en Loire-Atlantique à Guérande à la fin de La Tène moyenne-La Tène finale. On en trouve de nombreux exemplaires dans la péninsule armoricaine pour La Tène moyenne et plus rarement dans la Plaine de Caen.

56– Le vase tourné n° 159 (fig. 12), exceptionnel par son ornementation, associe décors estampés, motifs lissés et bandes de peinture rouge, sous la forme de registres délimités par des cannelures et des cordons. Il est légèrement érodé. C’est le seul récipient de ce type ayant conservé son fond débordant. À titre de comparaison, on peut citer la forme 13, plus tardive, du site de la Pièce de Bildoux à Vivoin, sans cannelure labiale, et simplement décorée de deux cordons en relief (Maguer et al., 2003 ; fig. 10). Mentionnons aussi, sur la nécropole de Tartigny dans l’Oise (Massy, 1986), quelques vases dont la forme et l’agencement des registres décoratifs offrent des traits similaires.

57– Enfin, la variante 14c se caractérise par une fine cannelure au sommet de la lèvre éversée (trois vases). En Ille-et-Vilaine, à Retiers, un vase de ce type est attribué aux iiie-iie siècles av. J.-C. (Le Goff et Maguer, 1997). On peut citer un exemplaire à Barbeville dans le Calvados (Morzadec, 1998). Enfin, dans la péninsule armoricaine, on trouve ce type de lèvre sur de grands pots plus ou moins bien tournés, tels ceux du souterrain de Plouegat-Moysan dans le Finistère (Giot et al., 1968) au iie siècle av. J.-C.

Les décors et les enductions

58L’estampage est un procédé décoratif utilisé dans l’ornementation du seul type 14b, où il est réalisé par l’application répétée d’un peigne. Cette technique, couramment utilisée en Bretagne occidentale pendant La Tène ancienne puis à La Tène moyenne, disparaît progressivement dans la seconde moitié du iie siècle av. J.-C. (Cherel, 1996). Les zones géographiques limitrophes en sont pauvrement pourvues. On connaît cependant quelques décors estampés en Mayenne, à Jublains (Bouvet, 1997), à des phases antérieures à la fin de La Tène moyenne. Leur présence est signalée en Ille-et-Vilaine, en Basse-Normandie (Cherel, 2004), en Vendée et dans le Bassin Parisien.

59Les enductions de peinture rouge ornent encore le n° 159, seule poterie complète du type 14b, sous la forme de bandes organisées en registres. Cette ornementation suggère des affinités étroites avec une production luxueuse se développant en Bretagne occidentale dès la fin de La Tène ancienne et pendant La Tène moyenne (et qui perdurerait à La Tène finale sur de rares exemplaires). Hors de cette aire géographique, les comparaisons sont rares : Villejamme à Guérande en Loire-Atlantique, le Château d’Angers (communication J.-P. Bouvet), ou encore Ifs dans le Calvados (Cherel, 2004).

60Les décors lissés ou lustrés sont réalisés au lissoir avant cuisson. Ils sont assez fréquents à « La Gaudine », où l’épaulement de certaines poteries de type 14b est décoré de traits obliques groupés par deux ou trois, de croisillons ou d’ondulations. Ces ornementations, très rares à la fin de La Tène ancienne, caractérisent plutôt une période couvrant La Tène moyenne et La Tène finale et sont très courantes dans les contextes de l’ouest de la France (Bretagne, Normandie et Pays de la Loire).

Tableau 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition de la céramique dans les fossés en fonction du poids (en grammes), du nombre d’atrefacts (N) et du nombre minimum d’individus (NMI).
Table 2: Distribution of ceramics in ditches according to weight (in grams), number of artefacts (N) and minimal number of individuals (NMI).

Tableau 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition de la céramique dans les fossés en fonction du poids (en grammes), du nombre d’atrefacts (N) et du nombre minimum d’individus (NMI).Table 2: Distribution of ceramics in ditches according to weight (in grams), number of artefacts (N) and minimal number of individuals (NMI).

61Les décors peignés sont de deux types. Des stries plus ou moins parallèles décorent l’extérieur du récipient, souvent à partir de l’épaulement ou de la carène (formes 5b, 13a et b ou 14b), jusqu’en bas de panse. L’ornementation est aussi conçue plus librement et s’organise en registres : les stries parallèles alternent avec des stries verticales organisées en casiers, plus rarement on a des stries obliques (forme 14c). Ces décors sont fréquents en Mayenne, à Jublains (Bouvet, 1997), ou dans le Maine-et-Loire à Angers ou aux Alleuds (information J.-P. Bouvet). Ils sont connus dans le sud-est de l’Ille-et-Vilaine et demeurent très courants en Basse-Normandie (Plaine de Caen).

Figure 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes (suite), type 14.
Figure 12: Ceramic typology; tall vessels (continued), type 14.

Figure 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes (suite), type 14.Figure 12: Ceramic typology; tall vessels (continued), type 14.

62L’enduction graphitique est une technique ornementale courante prisée dès La Tène ancienne dans le Massif armoricain sous la forme de larges plages graphitées, tandis que s’amorce une évolution vers une enduction plutôt partielle à La Tène finale. Trois formes fermées (type 14b) : le n° 85 et deux petits tessons non figurés sont concernés par ce procédé. En dehors de la péninsule armoricaine, les comparaisons sont minimes. En Mayenne, des céramiques graphitées de La Tène moyenne ont été mises au jour à Athée (information J.-C. Meuret). Signalons quelques exemplaires dans le Calvados, à Ifs (Cherel, 2004).

La céramique de La Gaudine : éléments de synthèse

63Ce lot souligne un aspect de la vie matérielle des Aulerques Cénomans pour une période méconnue localement et même régionalement. La variété des influences culturelles décelées est frappante, participant ainsi à la définition même des populations résidant dans cette aire géographique. En effet, les comparaisons relèvent du domaine armoricain, de la Normandie, des Pays de la Loire, et même parfois de régions plus continentales (Centre et Bassin parisien). Cependant, certaines formes originales, sans correspondance régionale, impliquent une production locale probable. Enfin, la spécificité de cet ensemble réside également dans le caractère peu commun de certaines poteries, tel le beau vase décoré (n° 159, fig. 12). Les traits propres à la culture matérielle des Aulerques Cénomans se situent donc à la confluence d’identités culturelles variées, mais plutôt armoricaines.

64D’après l’étude de la céramique, on pourrait distinguer plusieurs moments dans l’occupation du site. La découverte, en position de rejet dans le comblement du fossé 5, d’un haut vase fermé à profil en esse muni d’une large cannelure labiale (forme 14a) suggère une occupation ancienne du site, antérieure à la fin de La Tène ancienne ou au début de La Tène moyenne.

65La phase principale d’occupation est représentée par les poteries issues des fossés 4 et 6. D’après les comparaisons, la majorité des vases pourrait être attribuée au début de La Tène moyenne, soit vers la fin du iiie siècle av. J.-C. ou peu après, sur une durée d’une ou deux générations. Par exemple, la forme 9 et le décor d’impressions digitées au sommet de la lèvre d’un vase de taille moyenne sont plutôt considérés comme des caractères archaïques ; au contraire, la forme 5a serait plus tardive.

66En outre, les lèvres à fine cannelure interne sont très abondantes sur le site, notamment sur les nombreuses formes hautes. Leur présence est attestée dans un contexte géographique large (Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie). En Bretagne, où il est un bon marqueur chronologique, ce type de lèvre est très fréquent durant le iie siècle av. J.-C. et tendrait à disparaître au début du Ier. Dans la même aire géographique, les motifs estampés semblent perdurer sous une forme appauvrie jusqu’à la fin de La Tène moyenne, vers le milieu du iie siècle av. J.-C. ou peu après. D’après les analogies observées, la majorité des vases pourrait donc être attribuée à La Tène moyenne, aux environs du début du iie siècle av. J.-C.

Répartition spatiale et pondérale de la céramique

Les principes de l’étude

67Pour connaître la répartition des différentes catégories de mobilier, il a fallu recourir à un système de représentation graphique approprié. Le support retenu (fig. 13), s’inspire de la méthode mise en œuvre sur le site du Camp du Roi à Jaux dans l’Oise (Gransard et al., 1997). Le mobilier est présenté selon différentes classes définies par cinq cercles de diamètres croissants. Dans les fossés, les artefacts sont localisés en fonction de secteurs de 2 m de largeur, correspondant à des regroupements de sondages (fig. 13). Le traitement graphique des données liées aux différentes catégories de mobilier a été normalisé (fig. 13 et infra, fig. 16). Ces cartes correspondent à la répartition des artefacts au moment de l’abandon du site, elles sont le reflet des activités menées lors des états II et III. Les données antérieures sont plus difficiles à appréhender.

Figure 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, céramique ; B, lithique.
Figure 13: Distribution of assemblages : A, ceramics ; B, lithics.

Figure 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, céramique ; B, lithique.Figure 13: Distribution of assemblages : A, ceramics ; B, lithics.

La répartition du mobilier céramique (fig. 13, A)

68On observe cinq concentrations (C1 à C5), dont quatre paraissent liées aux bâtiments A, B et C (tabl. 3) et aux activités qui y étaient menées (Gransard et al., 1997). La concentration C4 ne paraît pas liée explicitement à un bâtiment mis au jour, mais peut-être à une zone d’activité ou à un bâtiment disparu. Les artefacts furent trouvés dans les fossés et aucun élément ne fut ramassé dans les bâtiments et les zones de passage. En ce sens, et en tenant compte de la faible dispersion de chaque vase, ces concentrations résulteraient de rejets peu remaniés.

Tableau 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier céramique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.
Table 3: Ceramic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.

Tableau 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier céramique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 3: Ceramic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.

Le mobilier lithique

69Il est constitué essentiellement de matériel de mouture (148,2 kg). Dans les fossés 1, 2 et 4, sa proportion (en poids) varie de 9 à 11,5 % du lot, tandis que le fossé 6 en concentre 62,9 % (tabl. 1).

Le matériel de mouture

70Il est composé de meules à va-et-vient, façonnées essentiellement en quartzites et granites. Les molettes, de section triangulaire, présentent une face de travail polie, rarement plus (fig. 14, n° 1 à 5). Les meules passives, grossièrement mises en forme par bouchardage, sont identifiables à leur surface de travail, polie, légèrement déprimée (fig. 14, n° 6). Il semble qu’au moins 90 % des pièces ait subi l’action du feu : les pièces de mouture hors d’usage auraient été recyclées comme pierres de foyer avant d’être rejetées dans les fossés et sur les talus.

71Ce matériel de mouture, inscrit dans un contexte technologique « ancien », correspond à une longue tradition suivie depuis l’âge du Bronze jusqu’à La Tène ancienne. Le site de Teillé, les Petites Landes dans la Sarthe, daté de la fin de La Tène moyenne au début de La Tène finale (Mendoza y Almeida, 1996), a révélé la présence d’une meule rotative, au sein d’une série de meules à va-et-vient. Attribué au début de La Tène finale, le site de Saint-Jean-d’Assé, les Rues Vertes (Sarthe), a livré une série lithique comprenant trois meules rotatives et plusieurs meules à va-et-vient (Berga, 1997). Il semble que localement le début du remplacement progressif du système à va-et-vient par le système rotatif ait débuté entre le milieu et la fin de La Tène moyenne. La présence exclusive, à « La Gaudine », de meules à va-et-vient, est un trait ancien par rapport aux sites précités et inciterait sa datation à La Tène moyenne, vraisemblablement dans la première moitié de celle-ci.

72Traditionnellement, les meules sont considérées comme du mobilier domestique. Toutefois, leur présence massive à la Gaudine (148 kg et plusieurs dizaines d’individus), trahirait l’élaboration de produits céréaliers (farine…) hors d’une sphère domestique.

Répartition spatiale et pondérale du mobilier lithique

73Les meules sont en forte concentration dans le fossé 6, plus précisément au nord-est du bâtiment B (concentration C5 ; fig. 13 B). Cette répartition correspond à peu près à celle de la céramique (fig. 13 A). Hormis le fossé 5, quatre autres secteurs présentant une concentration moyenne à faible sont à distinguer (C1 à C4). Quantitativement, elles sont moins importantes que C5 qui représente à elle seule 56,6 % du poids total du lithique mis au jour (tabl. 4). Les rejets C1 à C3 paraissent lâches, sans grande cohésion ; peut-être sont-ils en position secondaire ?

Tableau 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier lithique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.
Table 4 : Lithic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.

Tableau 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier lithique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 4 : Lithic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.

Les éléments en terre cuite

74La terre cuite représente 35,8 kg de mobilier, dont 32,5 kg de fragments de plaquesfoyères. Le reste est constitué de torchis rubéfié (issu d’habitats incendiés ?) ainsi que de parois de fours. Contrairement au mobilier lithique, sa répartition dans les fossés 1, 2 et 4 présente des taux (en poids) variant de 5,6 à 28,1 % (tabl. 1). Le fossé 6 est particulièrement bien doté, avec la moitié des éléments découverts.

Figure 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Mobilier lithique.
Figure 14: Lithic assemblage.

Figure 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Mobilier lithique.Figure 14: Lithic assemblage.

Les plaques foyères

75Elles contiennent toutes un dégraissant sableux fin et abondant. Leur teinte varie du rouge orangé sur la face supérieure au brun sur la face inférieure. Nombre d’entre elles devaient être façonnées sur des supports lisses et plats. Leur face inférieure, plane, est souvent grossièrement lissée, tandis que le dessus de la plaque est soigneusement lissé ou peigné. Deux types sont définis. Un premier est figuré par des plaques de forme circulaire (fig. 15, n° 1 à 4) ; l’une d’elles présente un diamètre d’environ 60 cm (n° 4) ; leur épaisseur varie de 3 cm à plus de 4 cm dans la partie centrale ; le dessus de la pièce peut être peigné (n° 1). Le second type correspond à des pièces rectangulaires (n° 5 à 8), parfois peignées en surface (n° 5 et 6). Cette dernière forme est mentionnée dans une vaste zone intégrant la Loire-Atlantique, l’est du Morbihan et le sud de l’Ille-et-Vilaine (Le Goff, 2003, p. 112-113) ; plus près de nous signalons leur découverte dans le Maine-et-Loire (Nillesse, 2003), en Mayenne à Entrammes (étude en cours) ainsi que sur le site tout proche de la Pièce de Bildoux (Maguer et al., 2003).

Répartition spatiale et pondérale des terres cuites

76On observe une forte concentration de terres cuites dans le fossé 4 (C3, fig. 16 A) ; leur répartition ressemble à celles déjà observées précédemment pour la céramique et le silex (fig. 13), mais il n’existe pas cette fois de concentration dans le fossé 1. Cette répartition montre une nette prédominance des concentrations C3, C4 et C5 (tabl. 5) et pose le problème, déjà évoqué, de l’attribution à une structure précise de C4. Les trois autres concentrations seraient liées aux bâtiments A, B et C et pourraient résulter de rejets peu remaniés.

Les vestiges osseux

77Les restes osseux recueillis (13,2 kg), en assez mauvais état de conservation, sont fragiles et fracturés. Leur répartition dans les fossés montre peu de points communs avec les autres types de vestiges (tabl. 1).

Étude de la faune (G. Auxiette)

78Le site a livré 775 fragments osseux dont 452 (soit 58 %) ont été déterminés au niveau de l’espèce et de la partie anatomique. Ils proviennent des fossés de l’enclos avec une concentration notable dans le fossé 4 qui représente 50 % de l’échantillon étudié (388 os sur 775). Les ossements sont caractérisés par une forte altération des surfaces, conséquence du contexte limoneux acide dont ils sont issus, ce qui a entraîné parallèlement la disparition des éléments les plus fragiles. Les espèces représentées sont le bœuf (Bos taurus), le porc (Sus domesticus), les caprinés (Ovis aries/Capra hircus), le chien (Canis familaris) et le cheval (Equus caballus) pour les espèces domestiques (98 %), elles sont complétées par le cerf (Cervus elaphus) et le sanglier (Sus scrofa) pour les espèces sauvages (2 %).

Tableau 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les terres cuites des concentrations C2 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.
Table 5: Fired clay from concentrations C2 to C5; weights (in grams) and percentages.

Tableau 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les terres cuites des concentrations C2 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 5: Fired clay from concentrations C2 to C5; weights (in grams) and percentages.

79L’espèce dominante est le bœuf tant en nombre de restes (45 % ; tabl. 6) qu’en nombre minimum d’individus (36 têtes ; tabl. 7). Le porc suit de près avec 34,7 % des os et au moins 28 têtes. Les caprinés complètent le spectre faunique avec 15,9 % et 12 individus au minimum. Cette image est sensiblement identique à celle renvoyée par le seul fossé 4, avec toutefois un écart moins important entre le bœuf et le porc et un nombre équivalent de têtes avec 17 bœufs et 17 porcs (tabl. 7 et 8). Parmi les os de bœufs du fossé 4 nous avons répertorié la plupart des os longs comme provenant de jeunes animaux de moins de 15 mois. Il semble toutefois plus raisonnable de traiter le système des quatre fossés dans leur ensemble, puisqu’ils appartiennent à la même entité ; les 12 os piégés dans le fossé 5 n’interfèrent pas sur les résultats.

Figure 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plaques foyères en terre cuite.
Figure 15: Fired cay hearth slabs.

Figure 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plaques foyères en terre cuite.Figure 15: Fired cay hearth slabs.

80à la lecture des tableaux de répartition anatomique pour les principales espèces domestiques (tabl. 9 et 10), on observe une forte représentation des éléments du crâne pour le bœuf et le porc, en adéquation avec le grand nombre de mandibules pour les deux espèces, mais aussi le nombre élevé des dents « isolées ». Ceci (fig. 17) témoigne d’un corpus fortement altéré pour les trois espèces (Wilson, 1985). Afin de minorer l’importance de ces dents isolées (c’est-à-dire sorties du corps des mandibules et des maxillaires), nous avons établi de nouveaux pourcentages. La vision globale de la répartition des grandes parties anatomiques reste inchangée (tabl. 10).

Tableau 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Liste des espèces animales représentées dans l’ensemble des fossés d’enclos, en nombre de restes osseux (NR) et en pourcentages.
Table 6: Species represented in the enclosure ditches ; number of bone remains (NR) and percentages.

Tableau 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Liste des espèces animales représentées dans l’ensemble des fossés d’enclos, en nombre de restes osseux (NR) et en pourcentages.Table 6: Species represented in the enclosure ditches ; number of bone remains (NR) and percentages.
  • 6 On peut faire la même remarque pour les ceintures scapulaires et pelviennes représentées pour l’ess (...)
  • 7 Dans les fossés 4 et 6 il a été remarqué la présence de coquilles de moules d’eau douce (Anodontes) (...)

81On note un très net déficit du squelette axial (alors que les vertèbres et les côtes devraient être en grand nombre pour chaque squelette par rapport aux membres et aux ceintures) chez les trois espèces (et pour le bœuf en particulier), comparativement aux nombres d’individus représentés sur le site (tabl. 11 ; fig. 18 A). Deux scénarios sont envisageables pour expliquer ces disproportions : soit les morceaux concernés ont été exportés tels quels (avec les côtes et les vertèbres) : côtes découvertes, entrecôtes, paleron, côtes couvertes, faux-filet, aloyau, filet, rumsteck, culotte6, soit les ossementsdéficitaires sont vraiment très mal conservés, mais un tel différentiel semble très improbable7 (9). Nous sommes donc amenés à la conclusion suivante : les animaux sont abattus sur place comme en témoignent les rejets des mandibules, puis la plupart des morceaux de viande sont consommés in situ (bas de pattes) mais le squelette axial – qui correspond aux morceaux les plus nobles – est consommé ailleurs (fig. 19). Les conclusions sont les mêmes pour le porc (tabl. 11, fig. 18 B).

Tableau 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Nombre minimum d’individus (NMI) estimé à partir des mandibules et des os longs.
Table 7: Minimal number of individuals (NMI) estimated from mandibles and long bones.

Tableau 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Nombre minimum d’individus (NMI) estimé à partir des mandibules et des os longs.Table 7: Minimal number of individuals (NMI) estimated from mandibles and long bones.

Tableau 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les espèces du fossé 4, en nombres de restes (NR) et en pourcentages.
Table 8: Species from dich 4; numbers of remains (NR) and percentages.

Tableau 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les espèces du fossé 4, en nombres de restes (NR) et en pourcentages.Table 8: Species from dich 4; numbers of remains (NR) and percentages.

82L’estimation des âges d’abattage des bœufs (tabl. 12), montre une grande homogénéité (autour de 40/50 mois) ; toutefois la présence de très jeunes animaux repérés sur les os longs, les métapodes et sur une mandibule prouve l’élevage in situ. Mais ce n’est pas le cas pour les petits mammifères domestiques, en particulier le porc (tabl. 13). La conservation différentielle des os de jeunes animaux n’est pas exclue et pourrait expliquer en partie leur absence du corpus.

Tableau 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (en incluant les dents isolées dans la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.
Table 9 : Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (including isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.

Tableau 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (en incluant les dents isolées dans la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.Table 9 : Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (including isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.

Tableau 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (sans les dents isolées pour la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.
Table 10: Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (excluding isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.

Tableau 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (sans les dents isolées pour la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.Table 10: Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (excluding isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.

83Pour les porcs, on observe une grande constance dans la sélection, avec un abattage quasi systématique aux environs de 2 ans. L’ensemble des porcs est composé de 23 mâles contre seulement 2 femelles, ce qui est contraire à toute règle dans le cadre d’un élevage raisonné. La présence des verrats sur ce site était peut-être liée à des activités spécifiques que nous ignorons ou tout simplement étaient-ils amenés sur pied pour l’abattage, et ce pour des raisons difficiles à cerner.

84Parmi les sept mandibules de caprinés permettant d’estimer les âges d’abattage, une est âgée de 25/26 mois, quatre de 26/28 mois et deux ont plus de 2 ans et demi. Le nombre minimum de chevaux est estimé à 1. La présence des animaux sauvages sur le site est anecdotique et ne participe guère à l’alimentation carnée (1,8 % des NR déterminés).

Figure 16 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, les terres cuites ; B, les ossements.
Figure 16: Distribution of Assemblages : A, fired clay; B, bones.

Figure 16 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, les terres cuites ; B, les ossements.Figure 16: Distribution of Assemblages : A, fired clay; B, bones.

Figure 17 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Histogramme de fréquence des restes osseux par grandes parties anatomiques.
Figure 17: Frequency histogram of bone remains by major anatomical parts.

Figure 17 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Histogramme de fréquence des restes osseux par grandes parties anatomiques.Figure 17: Frequency histogram of bone remains by major anatomical parts.

Tableau 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Fréquence des restes osseux par grandes régions anatomiques pour le bœuf et le porc, en nombre et en pourcentages.
Table 11: Frequency of bone remains by major anatomical parts for beef and pork, in numbers and percentages.

Tableau 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Fréquence des restes osseux par grandes régions anatomiques pour le bœuf et le porc, en nombre et en pourcentages.Table 11: Frequency of bone remains by major anatomical parts for beef and pork, in numbers and percentages.

Tableau 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le bœuf.
Table 12: Slaughtering ages for beef.

Tableau 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le bœuf.Table 12: Slaughtering ages for beef.

Tableau 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le porc.
Table 13: Slaughtering ages for pork.

Tableau 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le porc.Table 13: Slaughtering ages for pork.

La faune de la Gaudine : conclusion (G. Auxiette)

85Il n’y a aucun doute sur la destination agricole du site tant au niveau de l’élevage qu’à celui de l’utilisation des produits céréaliers. Toutefois, il ne semble pas s’agir d’une simple exploitation rurale mais d’un site voué à des activités spécialisées, dont les produits ont certainement été redistribués. En témoigne l’absence de certains morceaux de viande, en particulier de bœuf. L’éventail des âges livrés par les mandibules et les os longs atteste son élevage in situ. Puis la sélection raisonnée d’une partie du troupeau ayant atteint sa maturité pondérale et propice à une production de viande (40/50 mois) oriente le site vers une production spécialisée qui n’a rien à voir avec une consommation domestique courante. L’importance de l’élevage du bœuf, déjà mise en évidence à partir du début de La Tène finale dans la vallée de l’Aisne (Auxiette, 2000), où de nombreux ensembles d’une grande importance permettent de pressentir une organisation des exploitations agricoles différente des périodes précédentes – plus axées sur les productions domestiques – est ici évidente. À partir des études menées jusqu’alors dans la vallée de l’Aisne, nous pensons qu’à cette période, des sites agricoles spécialisés se mettent en place pour répondre aux besoins des populations résidant sur les sites fortifiés de plaine ou de hauteur, de type oppida. S’instaure alors au début de La Tène finale de véritables réseaux de productions qui lient sites urbanisés et campagnes. Dans l’état actuel de l’avancement des recherches sur les établissements ruraux, le site de la Gaudine est un des rares témoins de l’émergence de profondes mutations dans l’organisation de l’économie agricole dès La Tène moyenne.

Tableau 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier osseux des concentrations C1 à C5, en poids (exprimés en grammes) et en pourcentages.
Table 14: Bone assemblage from concentrations C1 to C5, by weights (in grams) and percentages.

Tableau 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier osseux des concentrations C1 à C5, en poids (exprimés en grammes) et en pourcentages.Table 14: Bone assemblage from concentrations C1 to C5, by weights (in grams) and percentages.

Répartition spatiale et pondérale de la faune dans l’enclos

86Elle fait apparaître une forte concentration dans le seul fossé 4 (fig. 16, B et tabl. 14). Le rapport direct entre ces rejets et le bâtiment C est probable. Même si les restes sont en plus petit nombre dans les fossés 1, 2 et 6, leur nature n’est pas différente du fossé 4. On note des éléments osseux épars dans les fossés 1, 2 et 6 : il semble, à la lumière des précédents plans de répartition, que l’on puisse les attribuer aux bâtiments A (concentration C1) et B (C2). Par contre, C4 et C5 sont lâches et peu caractérisées.

Figure 18 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des grandes parties anatomiques : A, du bœuf ; B, du porc.
Figure 18: Occurence of major anatomical parts : A, for beef; B, for pork.

Figure 18 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des grandes parties anatomiques : A, du bœuf ; B, du porc.Figure 18: Occurence of major anatomical parts : A, for beef; B, for pork.

Figure 19 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des morceaux de viande de bœuf d’après les restes osseux (présence/absence ; consommé/non consommé).
Figure 19: Occurrence of meat cuts, from bone remains (presence/absence; consumed/not consumed).

Figure 19 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des morceaux de viande de bœuf d’après les restes osseux (présence/absence ; consommé/non consommé).Figure 19: Occurrence of meat cuts, from bone remains (presence/absence; consumed/not consumed).

Le mobilier : esquisse d’une organisation spatiale

87La mise en relation de concentrations d’objets (C1 à C5) entre les fossés et les structures présumées comme émettrices permettrait d’esquisser une approche des activités (production et consommation) des habitants (fig. 13 et 16).

Tableau 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier : comparaison catégorielle générale entre les concentrations C1 à C5, en pourcentages.
Table 15: Assemblage : general comparison by categories of concentrations C1 to C5, in percentages.

Tableau 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier : comparaison catégorielle générale entre les concentrations C1 à C5, en pourcentages.Table 15: Assemblage : general comparison by categories of concentrations C1 to C5, in percentages.

88Le rapport entre C1 (fossé 1) et le bâtiment B serait attesté par la localisation des rejets vers le sud-ouest de l’édifice. Pour chaque type de mobilier, cette concentration ne recèle qu’une faible proportion de l’ensemble : elle n’est pas privilégiée (tabl. 15). La concentration C2, au sud du bâtiment A, ne refléterait pas une importante activité. La concentration C3 est localisée dans la moitié sud du fossé 4. Les proportions des ossements, de la céramique et de la terre cuite y atteignent leur maximum (tabl. 15). C3 peut-être mise en relation avec le bâtiment C (boucherie). La concentration C4 se dessine dans la moitié est du fossé 6. Les artefacts y sont espacés : sont-ils remaniés ? La concentration C5 qui s’inscrirait dans la zone de rejet du bâtiment B constitue un échantillonnage conséquent de chaque catégorie de mobilier vis-à-vis des autres concentrations (tabl. 15).

89Au niveau des modes de dépôt, il semble que les artefacts aient peu voyagé et se soient accumulés à proximité des édifices, à l’endroit de leur rejet, tant sur les talus que dans les fossés. Quelques indices, comme la représentation relativement importante des ossements à l’est du bâtiment A, ou celle du matériel de mouture en C5, témoigneraient vraisemblablement d’aires spécifiques d’activité. L’étude de la faune menée par G. Auxiette (cf. supra), est à ce sujet révélatrice. Si la consommation alimentaire fait peu de doute, elle semble concomitante d’une activité spécialisée d’abattage massif (bœuf et porc principalement), destinée à un usage non strictement local. La présence de nombreuses meules présenterait un phénomène de convergence avec la remarque précédente.

90Enfin, notons des associations de différents types de mobiliers. La concentration C3 rassemble de nombreux éléments de céramique, de terre cuite et d’os, ce qui peut ne pas être fortuit. A contrario, il se dessine aussi une zone d’exclusion : En C5. Le mobilier lithique, s’il se trouve associé à de la céramique et à des terres cuite, n’est que très peu associé aux ossements de boucherie. Sont-ce là deux activités trahissant une différentiation sexuelle ou spatiale, ou bien, sont-elles antinomiques, c’est-à-dire ne mélangeant pas la farine (ou autres produits de mouture) au sang des animaux et à la proximité des carcasses ?

3. Éléments de conclusion

91L’intérêt de cet établissement rural de La Tène moyenne réside dans la vision élargie fournie par sa fouille intégrale et dans le fait qu’il s’agisse là de l’un des rares points d’observation pour cette période dans les Pays de la Loire, mais aussi plus largement dans l’ouest de la Gaule.

92Sa morphologie le rattache à la catégorie des « fermes indigènes », qui constitue la forme d’habitat la plus répandue sur le territoire de la Gaule à partir de La Tène moyenne (Ménez, 1996). Quelques éléments de comparaisons régionaux peuvent être proposés. Le principe du plan à deux enclos quadrangulaires emboîtés, l’un situé dans un angle de l’autre, trouve quelques parallèles dans le département de la Mayenne à Gastines ou à Athée (Naveau, 1992). Dans les deux cas, la longueur de l’enclos principal atteint 60 et 70 m, ce qui est très proche des dimensions de la Gaudine. Une configuration similaire été repérée en prospection aérienne à Neuvillalais dans la Sarthe (Leroux, 1996-1997). Au contraire de nombreux sites plus tardifs qui s’inscrivent dans un parcellaire parfois très formalisé, nous observons que le site de la Gaudine paraît isolé : le territoire est marqué de parcelles plus tardivement, et même l’espace situé autour de l’enclos trapézoïdal n’est pas découpé. De tels phénomènes ont été observés par exemple dans le Pays de Caux (Rougier, 2000, p. 415-419).

93La culture matérielle des habitants a été abordée en fonction des différentes catégories de vestiges exhumés : la céramique, le mobilier lithique, les terres cuites et les ossements animaux. L’abondant lot céramique révèle différentes influences, des Pays de la Loire, de Normandie ou de régions plus continentales, mais surtout du domaine armoricain. Si la prime occupation se situe dès le début de La Tène moyenne et formerait l’état I, l’essentiel du mobilier est attribuable à la charnière iiie-iie siècle av. J.-C., marquant ainsi l’état II. Certaines formes céramiques offrent ainsi des traits anciens (type 9) tandis que d’autres se rapprocheraient de la fin de La Tène moyenne (type 5), pouvant par exemple déterminer l’état III. Quoi qu’il en soit, le panel recueilli montre une nette antériorité vis-à-vis des formes plus tardives et moins variées du début de La Tène finale, à l’image du site tout proche de la Pièce de Bildoux à Vivoin (Maguer et al., 2003). Peut-être pouvons-nous voir dans ces occupations (successives ?), un simple déplacement de l’habitat.

94La présence importante de meules à va-et-vient, allant nettement au-delà d’un simple besoin domestique, traduirait une fabrication de produits céréaliers (ou autres) travaillés dans un dessein d’échange ou de commerce. Nous pensons que la mise au jour de possibles silos (structures 3, 10a, 10b et 12) pourrait être liée aux mêmes besoins, plus précisément dans un but de production et de stockage de céréales (ou autres produits). L’étude de la faune révèle une très forte prédominance des espèces domestiques. On note un net déficit du squelette axial pour les trois espèces principales, qui correspond à la consommation hors du site ou à l’exportation des morceaux les meilleurs. Notons aussi, qu’exception faite du bœuf, les autres animaux ne semblent pas avoir été élevés sur le site.

95D’une façon générale, le mobilier de « La Gaudine » évoque un établissement de taille réduite (sa surface n’est au plus que de 2000 m2), que l’on pourrait considérer comme une unité de « production spécialisée », dont les produits ont très vraisemblablement été redistribués (quartiers de viande et produits de mouture). Aucun élément dit « de prestige » – même relatif – n’a été recueilli sur le site. Ces éléments reflètent la triple vocation du gisement, domestique, agricole et de transformation. Ce niveau de production et de consommation correspond sans doute à un groupe réduit d’occupants, du type « maisonnée », vivant dans un espace au caractère rural bien marqué, mais qui commence à refléter une évolution de la société vers un espace où se tisseraient de plus en plus de liens entre sites urbanisés et sites ruraux.

96Si, d’évidence, les Aulerques Cénomans ne relèvent pas directement de l’Armorique telle qu’elle est décrite par César (Fichtl, 2004, p. 139-141), ce dernier les mentionne toutefois dans un regroupement de cités qualifiées de maritimes (Duval, 1990, p. 280-281). Différents parallèles, par exemple liés à la numismatique, à la céramique, formes et décors et à la répartition des plaques-foyer posent le problème de l’appartenance des Cénomans à la sphère d’influence armoricaine, au moins pour son faciès oriental (Le Goff, 2003, p. 113). Ce faciès semblant se diluer ensuite à La Tène finale dans une sphère ligérienne.

Haut de page

Bibliographie

Auxiette, G., 2000 – Les rejets non domestiques des établissements ruraux du Hallstatt final à La Tène finale dans la vallée de l’Aisne et de la Vesle, in S. Marion et G. Blancquaert, Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie, IV », p. 169-180.

Béguin, F., 1995 – La céramique d’un enclos du second âge du Fer à Hédé (Ille-et-Vilaine) au lieu-dit « Le Bas-Chesnay », Revue archéologique de l’Ouest, 12, p. 111-115.

Berga, A., 1997 –Commune de Saint-Jean-d’Assé, «Les Rues Vertes», (Rapport d’évaluation archéologique, A28, série évaluation n° 14), Nantes, Service régional de l’Archéologie des Pays de La Loire.

Blancquaert, G., 1994 –Cottevrard «La Plaine de Bucaille», Section Le Yvetot-Saint Saëns de l’Autoroute A29, (Rapport de fouille), Rouen, Service régional de l’Archéologie de Haute-Normandie.

Blancquaert, G.et Desfossés, Y., 1994 –L’Âge du Fer en Pays de Caux, l’apport des sites gaulois fouillés sur la section LeHavre – Yvetot de l’Autoroute A 29, (DFS de sauvetages urgents : 1er décembre 1993-31 mai 1994, t. 2), Rouen, Service régional de l’Archéologie de Haute-Normandie.

Bouvet, J.-Ph., 1997 – Les céramiques de l’Âge du Fer, in J. Naveau (dir.), Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, Rennes, éd. RAO, coll. « Documents Archéologiques de l’Ouest », p. 222-240.

Bouvet, J.-Ph., 2001 – La Sarthe 72. Carte archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Maison des Sciences de l’Homme, 519 p.

Cherel, A.-F., 1996 –Ornementation et comparaisons des céramiques armoricaines du deuxième Age du Fer, (Mémoire de DEA), Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, 233 p.

Cherel, A.-F., 2004 – Le mobilier céramique : synthèse et évolution comparée des différents ensembles archéologiques, In E. Le Goff (dir.), 2004, Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC «Object’Ifs Sud», Ifs (Calvados), vol. 4, (DFS de sauvetage urgent), INRAP avec le concours de la SEM du Grand-Caen, Caen, Service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, p. 1010-1089.

Dechezleprêtre, T., Cousyn, P., Léon, G., Paez-Rezende, L. et Rougier, R., 2000 – Architecture des bâtiments de l’Âge du Fer en Haute-Normandie, in S. Marion et G. Blancquaert, Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie, IV », p. 321-338.

Duval, A., 1990 – L’Armorique vue du « continent », inLa Bretagne et l’Europe Préhistoriques – Mémoire en hommage à Pierre-Roland Giot, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 2, p. 279-286.

Fichtl, S., 2004 – Les Peuples gaulois. iiie-ier siècles av. J.-C., Paris, Errance, 180 p.

Giot, P.-R., Le Roux, C.-T. et Onnée, Y., 1968 –Céramique armoricaine de l’Âge du Fer : le souterrain de Bellevue en Plouegat-Moysan, Rennes, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie de Rennes (1967-1968), 41 p., 63 pl.

Gransard, F., Malrain, F. et Materne, V., 1997 – Analyse spatiale d’un établissement rural à enclos fossoyés du début de La Tène finale : Jaux « Le Camp du Roi » (Oise), in G. Auxiette, L. Hachem et B. Robert (dir.), Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, actes du 119e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Amiens 1994, Paris, CTHS, p. 159-181.

Guillier, G., 1999 –Rapport de fouille, commune de Vivoin, lieu-dit «La Gaudine», (Autoroute A 28, section Alençon – LeMans – Tours, série fouilles, n°18), Nantes, AFAN/Service régional de l’Archéologie des Pays de la Loire, 82 p., 29 fig., 32 tabl.

Lambot, B., 1989 – Les coupes à bord festonné du Bassin parisien et du nord de la France, Bulletin de la Société archéologique champenoise, 81, n° 2, p. 32-83.

Le Goff, E. et Maguer, P., 1997 –Retiers, «Les Jeusseries» (Ille-et-Vilaine), une ferme gauloise sur le tracé de la RD 41, (DFS de sauvetage urgent : 28 février 1996-15 janvier 1997), Rennes, Service régional de l’Archéologie de Bretagne.

Le Goff, E., 2003 – « Armorique » et « Bretagne » : réflexion sur l’assimilation de ces concepts pour la fin de l’Âge du Fer, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 103-117.

Le Goffic, M., 1987 –Les souterrains de l’Âge du Fer de Pen Ar Quinquis en Commana (Finistère), Rapport de fouilles, Rennes, Service régional de l’Archéologie de Bretagne.

Lepaumier, H., 2002 – Les sites gaulois de Quetteville, Bulletin de la Société historique de Lisieux, n° 52, p. 5-30.

Leroux, G., 1996-1997 –Prospection – inventaire entre Loire et Vilaine. Départements de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe, Nantes, Service régional de l’Archéologie des Pays de la Loire.

Maguer, P., Cherel, A.-F. et Auxiette, G., 2003 – Nouvelles données sur les habitats de l’Âge du Fer dans le nord de la Sarthe (Commune de Vivoin, autoroute A 28), Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 213-234.

Massy, J.-L., 1986 – La nécropole gauloise de Tartigny (Oise). étude des structures, Revue archéologique de Picardie, n° 3/4, p. 13-81.

Mendoza y Almeida, M., 1996 –Commune de Teillé, «Les Petites Landes», (Rapport d’évaluation archéologique, A 28, série évaluation, n° 1), Nantes, Service régional de l’Archéologie des Pays de La Loire.

Ménez, Y., 1996 –Une ferme de l’Armorique gauloise. Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Paris, Maison des Sciences de l’Homme (DAF, n° 58), 267 p.

Morzadec, H., 1998 –Barbeville, «L’Entretenant» (14), RN 13 – Déviation de Bayeux. (DFS), Caen, Service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie.

Naveau, J., 1992 –La Mayenne (53). Carte archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Maison des Sciences de l’Homme, 176 p.

Nillesse, O., 1997 –L’établissement rural des Genâts, Fontenay-le-Comte (85), (DFS de sauvetage urgent), Nantes, Service régional de l’Archéologie des Pays de la Loire.

Nillesse, O., 2003 – Les établissements ruraux gaulois de Marcé (Maine-et-Loire) et la hiérarchisation des aedificia, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 149-172.

Rougier, R., 2000 – Les formes d’occupation du territoire à l’Âge du Fer en pays de Caux (Seine-Maritime) d’après les fouilles sur le tracé de l’autoroute A 29, in S. Marion et G. Blancquaert, Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie, IV », p. 411-426.

San Juan, G., Méniel, P., Alduc-Lebagousse, A. et Pilet-Lemière, J., 1994 – Un établissement rural du ier siècle avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados), Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 131-164.

Wilson, B., 1985 –Degraded bones, fracture type and spatial patterning on Iron Age occupation sites in Oxfordshire, England, Oxford, British Archaeological Reports coll. « International Series, 266 », p. 81-100.

Collectif, 1990 –Les Celtes en Normandie, Évreux, musée d’Évreux, 95 p.

Haut de page

Notes

1 Sur les figures, les bâtiments sont signalés par l’abréviation Bât. Les numéros de fossés et de fosses mentionnés dans le texte sont précédés sur les illustrations de l’abréviation St. (pour structure).

2 Sur les figures 3 et 5 à 8, la présentation des coupes se fait au niveau du décapage mécanique et les altitudes sont données en mètres NGF. La description des différents niveaux de comblement des fosses et fossés est effectuée en fonction des codes de remplissage stratigraphiques suivants (inscrits dans des cercles sur les figures) : 1) limon brun homogène : 2) limon brun anthropisé (avec calcaire brut et brûlé, fragments de charbon de bois, os, argile cuite, tessons) ; 3) limon gris anthropisé (avec calcaire brut et brûlé, charbon de bois, os, argile cuite, tessons) : 4) limon brun avec cailloutis calcaire ; 5) limon brun-jaune avec cailloutis calcaire ; 6) limon beige anthropisé (avec calcaire brut et brûlé, charbon de bois, os, argile cuite, tessons) ; 7) argile panachée orange et grise avec cailloutis calcaire ; 8) sable beige oxydé ; 9) sable lessivé panaché jaune et gris avec cailloutis calcaire ; 10) lit de plaquettes calcaires ; 11) argile jaune avec cailloutis calcaire compacté.

3 Nous détaillons maintenant les relations stratigraphiques observées lors de la fouille :

– Le fossé 5 est le plus ancien. Son remplissage est recoupé par les fossés4 et6 constitutifs de l’enclos trapézoïdal (coupes 1 et 3).

– Le comblement final du fossé 1 est postérieur à celui des fossés 2 et 6 (coupes 4 et 5). Cependant, cette constatation ne présage pas de l’origine du fossé 1, dont le creusement peut être contemporain des autres côtés de l’enclos trapézoïdal, comme le plan du site le suggère. Nous privilégions la proposition qui intègre le fossé 1 dans un ensemble synchrone avec les fossés 2, 4 et 6, sous la forme d’un premier enclos trapézoïdal. Ce fossé 1 aurait ensuite fait l’objet d’un recreusement et d’un réaménagement, survenus postérieurement à l’obturation totale ou partielle des fossés 2 et 6.

– Le fossé 7 est le plus tardif. Il recoupe longitudinalement la moitié extérieure du fossé 6 ainsi que son comblement terminal (fig. 3, coupe 2 et fig. 7, coupes 7 à 10). Son extrémité sud se greffe sur l’angle des fossés 4 et 2, sans toutefois le recouper. Il correspond à une phase de réaménagement de l’occupation en relation avec l’état terminal du fossé 1, également postérieur au comblement des fossés 2 et 6.

– Les autres éléments mis au jour se restreignent aux structures excavées 10 et 12 qui se sont révélées antérieures aux fossés 1 et 2 ainsi qu’à la fosse 3 dont le creusement vient recouper le comblement du fossé 2.

4 Sur les figures, chaque vase est individualisé par un numéro triple à l’image de l’exemple suivant : 11 : 4.4. Le premier correspond à un numéro d’inventaire (du DFS), de 1 à n, le deuxième au numéro du fossé d’où il a été extrait (ici le fossé 4), tandis que le troisième précise le numéro du sondage où il a été découvert (ici le sondage 4).

5 Une présentation succincte du mobilier fut réalisée dans le cadre d’une synthèse évoquant les sites gaulois du tracé de l’A 28 (Maguer et al., 2003).

6 On peut faire la même remarque pour les ceintures scapulaires et pelviennes représentées pour l’essentiel par des fragments en petit nombre.

7 Dans les fossés 4 et 6 il a été remarqué la présence de coquilles de moules d’eau douce (Anodontes), pêchées probablement dans la Sarthe toute proche. Ces coquilles étant fragiles, leur présence montre que la corrosion n’a pas été forte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Localisation du site sur le tracé de l’autoroute A 28.Figure 1 : Location of the site on the route of A 28 motorway.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-1.png
Fichier image/png, 163k
Titre Figure 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les structures archéologiques de La Tène et localisation des sondages.Figure 2 : La Tène archaeological features and location of sondages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-2.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Chronologie relative des fossés et des intersections.Figure 3 : Relative chronology of ditches and intersections.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-3.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Proposition de périodisation des structures laténiennes.Figure 4 : Periodization proposal for the La Tène features.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-4.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le fossé 5, stratigraphie.Figure 5: Stratigraphy of ditch 5.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-5.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan des structures 10a et 10b, et coupe de la fosse 10b.Figure 6: Plan of features 10a and 10b, and section of pit 10b.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-6.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Stratigraphie des fossés 1, 2, 4, 6 et 7.Figure 7: Stratigraphy of ditches 1, 2, 4, 6 and 7.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-7.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plan et profils de la structure 3.Figure 8: Plan and sections of feature 3.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-8.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 1 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Comptage récapitulatif du mobilier, par catégories dans les structures 1, 2, 4, 5 et 6 (poids en grammes ; N, nombre d’artefacts ; NMI, nombre minimum d’individus).Table 1: Recapitulation of assemblage, by categories, for features 1, 2, 4, 5 and 6 (weights in grams ; N, number of artefacts ; NMI, minimal number of individuals).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-9.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; types 1 à 6 : vases à profil simple, tronconique ou arrondi, et récipients à profil en esse.Figure 9 : Ceramic typology; types 1 to 6: vessels with simple, tronconical or rounded profile, and S-profile vessels.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-10.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes moyennes, types 7 à 10.Figure 10: Ceramic typology ; medium vessels, types 7 to 10.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-11.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes, types 11 à 13.Figure 11: Ceramic typology; tall vessels, types 11 to 13.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-12.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 2 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition de la céramique dans les fossés en fonction du poids (en grammes), du nombre d’atrefacts (N) et du nombre minimum d’individus (NMI).Table 2: Distribution of ceramics in ditches according to weight (in grams), number of artefacts (N) and minimal number of individuals (NMI).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-13.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Typologie céramique ; formes hautes (suite), type 14.Figure 12: Ceramic typology; tall vessels (continued), type 14.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-14.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, céramique ; B, lithique.Figure 13: Distribution of assemblages : A, ceramics ; B, lithics.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-15.png
Fichier image/png, 115k
Titre Tableau 3 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier céramique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 3: Ceramic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-16.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 4 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier lithique des concentrations C1 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 4 : Lithic assemblage from concentrations C1 to C5; weights (in grams) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-17.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Mobilier lithique.Figure 14: Lithic assemblage.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-18.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 5 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les terres cuites des concentrations C2 à C5, en poids (grammes) et en pourcentages.Table 5: Fired clay from concentrations C2 to C5; weights (in grams) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-19.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Plaques foyères en terre cuite.Figure 15: Fired cay hearth slabs.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-20.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 6 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Liste des espèces animales représentées dans l’ensemble des fossés d’enclos, en nombre de restes osseux (NR) et en pourcentages.Table 6: Species represented in the enclosure ditches ; number of bone remains (NR) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-21.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 7 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Nombre minimum d’individus (NMI) estimé à partir des mandibules et des os longs.Table 7: Minimal number of individuals (NMI) estimated from mandibles and long bones.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-22.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 8 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Les espèces du fossé 4, en nombres de restes (NR) et en pourcentages.Table 8: Species from dich 4; numbers of remains (NR) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-23.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 9 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (en incluant les dents isolées dans la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.Table 9 : Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (including isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-24.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 10 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Pourcentages des grandes parties anatomiques des trois espèces domestiques principales (sans les dents isolées pour la catégorie Crâne) : B, bœuf, P, porc, C, caprinés.Table 10: Percentages of the major anatomical parts for the three main domestic species (excluding isolated teeth for the Skull category) : B, beef; P, pork; C, caprids.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-25.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 16 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition du mobilier : A, les terres cuites ; B, les ossements.Figure 16: Distribution of Assemblages : A, fired clay; B, bones.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-26.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure 17 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Histogramme de fréquence des restes osseux par grandes parties anatomiques.Figure 17: Frequency histogram of bone remains by major anatomical parts.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-27.png
Fichier image/png, 45k
Titre Tableau 11 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Fréquence des restes osseux par grandes régions anatomiques pour le bœuf et le porc, en nombre et en pourcentages.Table 11: Frequency of bone remains by major anatomical parts for beef and pork, in numbers and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-28.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 12 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le bœuf.Table 12: Slaughtering ages for beef.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-29.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 13 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Répartition des âges d’abattage chez le porc.Table 13: Slaughtering ages for pork.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-30.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 14 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier osseux des concentrations C1 à C5, en poids (exprimés en grammes) et en pourcentages.Table 14: Bone assemblage from concentrations C1 to C5, by weights (in grams) and percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-31.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 18 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des grandes parties anatomiques : A, du bœuf ; B, du porc.Figure 18: Occurence of major anatomical parts : A, for beef; B, for pork.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-32.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 19 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Représentation des morceaux de viande de bœuf d’après les restes osseux (présence/absence ; consommé/non consommé).Figure 19: Occurrence of meat cuts, from bone remains (presence/absence; consumed/not consumed).
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-33.png
Fichier image/png, 145k
Titre Tableau 15 : Vivoin (Sarthe), la Gaudine. Le mobilier : comparaison catégorielle générale entre les concentrations C1 à C5, en pourcentages.Table 15: Assemblage : general comparison by categories of concentrations C1 to C5, in percentages.
URL http://rao.revues.org/docannexe/image/95/img-34.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Guillier, Ginette Auxiette et Anne-Françoise Cherel, « L’établissement rural de La Tène moyenne de la Gaudine à Vivoin (Sarthe) et ses activités de transformation », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 30 décembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rao.revues.org/95 ; DOI : 10.4000/rao.95

Haut de page

Auteurs

Gérard Guillier

INRAP Grand-Ouest, 37 rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné.

Articles du même auteur

Ginette Auxiette

INRAP Picardie: Base archéologique de Soissons, Abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 3 Impasse du Cdt-Gérard, 02200 Soisson; UMR 7041 du CNRS, équipe «protohistoire européenne».

Articles du même auteur

Anne-Françoise Cherel

INRAP Grand-Ouest, 37 rue du Bignon, 35577 Cesson-Sévigné; UMR 6566 du CNRS (Rennes).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page