Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Bretagne des origines à nos jours

Jean-Claude Meuret
p. 223-224
Référence(s) :

Rennes, éditions Ouest-France, 127 p. (ISBN 978-2-7373-4496-1; 15,90 €).

Texte intégral

1C’est dans la série « Histoire des provinces » que Bernard Merdrignac, professeur d’Histoire médiévale, vient de publier, en 2009, une histoire de la Bretagne, des origines au xxie siècle. Spécialiste du Premier Moyen Âge et de l’hagiographie bretonne, B. Merdrignac, a enseigné à Rennes 2 pendant près de trente années et rien de ce qui touche à la recherche historique dans l’Ouest ne lui est étranger. Rien d’étonnant donc à ce que sa plume ait été sollicitée pour écrire ce volume.

2L’exercice qui consiste à vulgariser la recherche n’est pas très souvent pratiqué par les universitaires et chercheurs, plus habitués à dialoguer entre eux via les colloques, les revues et les ouvrages spécialisés. Sans doute était-ce une gageure de synthétiser en 126 pages, sans notes infra-paginales et en laissant de surcroît la place à une riche iconographie, un sujet aussi riche, mais cloisonné en des centaines d’articles approfondis, traités par les spécialistes de chaque période qui ne portent presque jamais un regard global sur le temps long. Et c’est pourtant là un exercice absolument nécessaire si l’on veut que le public en général soit informé des avancées archéologiques et historiques les plus récentes et qu’il ne tienne pas pour intangibles des données vieilles parfois de plus d’un siècle.

3Pour la Préhistoire, la Protohistoire et l’Antiquité, l’ouvrage fait état des découvertes les plus importantes, telles celles du site paléolithique de Ménez-Dregan, ou du grand site de l’âge du Fer de Paule, en les resituant sur fond de découvertes anciennes et dans le contexte général européen. Bien sûr, les archéologues regretteront qu’on n’ait pas fait état des innombrables sites anciens découverts en prospection aérienne depuis trente ans et qui renouvellent totalement l’image des campagnes de l’Ouest avant la conquête romaine ; les philologues discuteront l’affirmation selon laquelle la langue celtique aurait partout été la même en Europe et les historiens penseront que l’accent n’a pas été suffisamment mis sur les massacres commis par les conquérants romains, par exemple chez les Vénètes. C’est donc avec une petite frustration qu’ils constateront que, comme dans la plupart des ouvrages de ce type, l’archéologie, et donc l’histoire des 500 000 ans antérieurs à l’an 500, en sont réduits à 21 pages sur 126. Ils regretteront un peu que l’archéologie, ne soit traitée que comme préambule à l’Histoire, alors qu’elle est constitutive de la matière même de celle-ci.

4Pour le haut Moyen Âge, sa période de prédilection, on ne pouvait attendre de Bernard Merdrignac que d’intéressants développements ; on pense entre autres aux lignes novatrices consacrées aux royaumes doubles de Grande et de Petite Bretagne. Nombre de pages traitent de l’histoire de la Bretagne médiévale en faisant le point sur les études les plus récentes, alliant à la fois les données événementielles ou politiques et les faits de société. Il faut souligner le souci de l’auteur d’intégrer toutes les données sélectionnées dans le temps long. C’est ainsi que le rattachement de la Bretagne à la France n’est pas présenté comme une rupture brutale ou un viol identitaire ; elle est au contraire dédramatisée et inscrite dans la réalité des faits historiques, ne serait-ce que la conservation de certains « privilèges » telle l’exemption de gabelle. De manière générale, sont suggérés avec justesse les grands mouvements de balancier qu’a connus la Bretagne, le plus souvent différents, voire à contre-temps de ceux du reste de la France : guerre de Cent ans moins sensible que dans le royaume, guerres de religion du xvie siècle plus brèves, « âge d’or » au xvie mais appauvrissement au xviiie siècle, puis absence d’industrialisation au xixe. Se dégage ainsi la grande spécificité de la Bretagne : région péninsulaire, sa prospérité implique nécessairement des relations maritimes ouvertes ; le fait est d’ailleurs observé depuis les âges du Bronze et du Fer.

5Pour la Révolution de 1789, l’accent est mis sur le rôle moteur tenu par certains Bretons, ce que le grand public ne sait pas toujours. En venant au xixe siècle, l’auteur décrit une Bretagne surpeuplée et seulement agricole, une Bretagne terre d’émigration vers la capitale, une Bretagne réticente à l’égard des nouveaux régimes politiques, y compris la IIIe République dont la mise en place s’accompagne d’un formidable mouvement de reconstruction d’églises, véritable manifeste politique et religieux affiché dans la pierre.

6L’auteur souligne aussi la terrible saignée humaine de la guerre 1914-18, plus forte ici qu’ailleurs et qui contribua encore à la stagnation de la région. À compter des années 1950, l’émergence et le rôle du CELIB sont bien mis en lumière pour éclairer le décollage de la Bretagne. C’est sur ce fond dynamique que la région connaît alors un remarquable essor agricole, industriel et culturel et cesse d’être terre d’émigration depuis les années 1970.

7Il est facile d’exprimer certaines absences dans un ouvrage limité en volume et donc forcément sélectif. On a déjà noté la trop faible place faite à l’apport de l’archéologie à l’histoire, on regrettera aussi le peu de place accordé à la Haute Bretagne dans ce tableau discutable d’une région monolingue et monoculturelle ; on aurait aussi aimé voir abordé par l’historien le problème et l’expression galvaudée et contestable de « Bretagne historique ». Et puis on attendrait quelques lignes sur cette carte de la Bretagne actuelle (p. 124) où la majorité des activités industrielles se situent à l’est du méridien de Rennes. Mais s’il n’est fait aucune place à ces questions, tout comme au manoir, à la ferme, à la musique, au costume, aux mythes… bretons, c’est que B. Merdrignac souhaitait avant tout se concentrer sur l’essentiel, éviter les idées reçues et transmettre un certain nombre d’analyses nouvelles. Pour cela, il s’est toujours placé sur et dans le fil événementiel de l’histoire bretonne, afin de replacer celle-ci dans le temps long et transmettre au public large une synthèse, non une analyse détaillée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Meuret, « La Bretagne des origines à nos jours », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 01 mai 2017. URL : http://rao.revues.org/963

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Meuret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page