Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Revue archéologique d’Île-de-France

Charles-Tanguy Le Roux
p. 326-327
Référence(s) :

(2008), 424 p. (www.raif.fr ; 15 €).

Texte intégral

1C’est toujours un bonheur que d’avoir à saluer l’apparition d’une nouvelle revue dans le « paysage archéologique français », surtout en des temps où les tirages tendent à se tasser et où la situation financière de plus d’un titre s’avère délicate.

2On pourrait se demander si le tissu des revues interrégionales souhaité par le Ministère de la Culture pour présenter les résultats de l’archéologie nationale en complément des revues locales et départementales est bien compatible avec l’émergence d’un titre à vocation régionale. Ce serait oublier que toute planification rigide est incompatible avec la liberté d’esprit qui s’impose en matière de recherche ; d’ailleurs, la région Île-de-France semble suffisamment riche en vestiges (avérés ou potentiels), suffisamment active économiquement (avec toutes les opérations préventives que cela implique) et suffisamment dotée humainement comme institutionnellement pour fournir la matière à une publication spécifique.

3L’idée d’une telle revue n’était pas nouvelle comme le rappelle dans sa préface le Conservateur régional de l’Archéologie, mais nul doute que la passe délicate que traverse la Revue archéologique du Centre et de l’Île-de-France, héritière en 1995 de la vieille RACF, ait incité l’association Les Amis de la Revue archéologique d’île-de-France à « sauter le pas ». Espérons simplement que la similitude des sigles (RAIF / RACIF) ne crée pas trop de confusion et ne contribue pas à marginaliser un support de publication indispensable pour tout le centre de la France, surtout à l’heure où le lectorat des particuliers tend à se contracter et où plus d’une bibliothèque se voit contrainte de remettre en question ses abonnements.

4Le parti d’une revue « généraliste » a été retenu, ce qu’il convient de saluer en des temps où chacun est parfois tenté de s’enfermer dans sa micro-spécialité et, sous l’avalanche des publications, de ne considérer que ce qui colle au plus près de ses interrogations immédiates. Saluons donc le sommaire riche et équilibré de ce volume inaugural de 424 pages : vingt articles, d’ampleur très variable (de 6 à 52 pages) et regroupent plus de quarante signatures et couvrent toutes les périodes, du Paléolithique supérieur au début du xxe siècle, où l’on passe d’une vieille découverte du xviie siècle « revisitée » à une actualité encore chaude. Il n’est pas possible de faire ici l’analyse détaillée de chaque contribution, toutes étant de très bonne tenue scientifique ; disons seulement que l’on est frappé, en feuilletant la revue, de voir que pratiquement tous les articles traitent de découvertes ou d’opérations ponctuelles, même si le sujet est – plus ou moins – élargi dans la discussion. On pourrait croire à un effet « premier numéro », chaque auteur pressenti ayant fourni le papier qu’il avait plus ou moins sous la main, mais la maquette (avec, en tête d’article, une carte régionale où le département concerné est grisé et le site pointé) laisse présumer un parti rédactionnel, pas si éloigné de celui des « bilans scientifiques régionaux » même si le contenu des contributions est infiniment plus élaboré. On touche là du doigt un problème récurrent de l’archéologie nationale française qui, globalement, excelle dans l’analyse et peine dans la synthèse (la remarque pouvant être élargie à bien d’autres publications).

5On appréciera par ailleurs la « liste des mémoires unversitaires soutenus en 2006-2007 » qui clôt le sommaire. C’est là une chronique particulièrement utile (tenue par la RAO pour l’Ouest depuis 1986 rappelons-le). Pour finir, saluons un maquettage clair et moderne, pour la couverture comme pour l’intérieur du volume (avec résumé bilingue français-anglais en tête de chaque article). On appréciera le large recours à la quadrichromie dans l’illustration intérieure (facilité un montage collé que l’on espère résistant à l’usage). La contrepartie est un papier couché très mince à travers lequel le verso de chaque page se devine en palimpseste, ce qui est parfois gênant. Ce premier numéro a par ailleurs bénéficié du soutien de la DRAC d’île-de-France et de l’INRAP, ce qui contribue sans doute à expliquer un prix de vente quasi-imbattable (15 euros plus port pour 424 pages). Il nous reste à souhaiter que cette jeune revue se développe sur les bases d’un numéro inaugural aussi prometteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « Revue archéologique d’Île-de-France », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/965

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page