Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ceramic Studies, Papers on the social and cultural significance of ceramics in Europe and Eurasia from prehistoric to historic times

Marie Tuffreau-Libre
p. 327-328
Référence(s) :

Oxford, Hadrian Books (BAR, International Series, 1553).

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe une dizaine de contributions sur la céramique en archéologie, présentées lors du congrès de l’EAA en 2002. Comme le souligne en introduction D. Gheorghiu, la production de la céramique, qui remonte au Mésolithique, est centrale dans la vie de l’homme traditionnel. La poterie est ici envisagée comme un outil de connaissance des sociétés et des cultures : une fois de plus, il s’agit d’envisager les hommes derrière les pots, et ceci grâce à des méthodes nouvelles comme les études quantitatives, pétrographiques, minéralogiques ou chimiques. à cela s’ajoutent les perspectives de l’archéologie expérimentale, qui nous permet d’appréhender les technologies et rituels du passé. Quant aux méthodes classiques, comme la typologie, l’analyse stylistique, l’évolution chronologique, etc., elles peuvent encore produire des résultats efficaces. Ce volume s’articule autour de plusieurs idées force qu’illustrent différents exemples : la céramique appartient à des ensembles de prestige dès la fin du Néolithique ; les céramiques copient les objets de valeur de la Préhistoire aux temps historiques ; la décoration des vases correspond à un rôle social et rituel dans les sociétés traditionnelles. Le but du livre est de proposer des méthodes innovantes en combinant celles existant déjà ou en identifiant de nouveaux protocoles pour analyser les vieux problèmes.

2Les approches multiples présentées dans cet ouvrage en font un outil précieux pour les études céramologiques. Les exemples choisis sont très variés tant chronologiquement que géographiquement. Depuis le Néolithique jusqu’à l’Antiquité tardive, les études de cas balaient largement l’espace, depuis l’ouest de la France jusqu’aux steppes eurasiennes en passant par la péninsule ibérique (M. P. Prieto-Martinez), l’Italie (L. Domanico) et le Bas-Danube. Plusieurs contributions posent le problème souvent difficile de la mise en évidence des productions locales (D. E. Arnold, L. Koriakova). Lorsqu’aucune structure de production n’a été découverte, une recherche pluridisciplinaire s’impose ; c’est notamment le cas en Armorique où une approche globale a permis de préciser les sources de matière première et les zones de production de la céramique de l’Âge du Fer (M.-Y. Daire, G. Querré). Par ailleurs, l’étude de la provenance des céramiques communes d’étrurie reflète les événements économiques, sociaux et politiques qui se passèrent en étrurie du Nord dans l’Antiquité (S. Menchelli, C. Capelli, M. Pasquinucci).

3Un des thèmes les plus intéressants est celui de la décoration de la céramique et de la récurrence de certains motifs : s’agit-il là d’une démarche purement esthétique ou peut-on parler d’un véritable langage décoratif ? L’une ou l’autre de ces deux interprétations prévaut selon les cas. La décoration peut revêtir un aspect purement fantaisiste mais elle peut aussi être chargée de sens, notamment dans le cadre funéraire. On observe ainsi un véritable alphabet sur les pots de la culture de Sargat. Que ce soit dans l’observation des traditions chalcolithiques du Bas-Danube (D. Gheorghiu) ou dans celles de l’Âge du Bronze moyen de la steppe eurasienne (K. Jones-Bley), on constate que la céramique n’est pas décorée au hasard mais au contraire de façon signifiante. Ornée de couleurs contrastées ou de motifs circulaires et cruciformes, elle est tantôt objet de prestige appartenant aux élites, tantôt liée à des rituels religieux bien précis.

4Le volume se clôt avec une contribution intéressante qui est une interrogation et une remise en question aussi. La céramique peinte grecque fournit une documentation iconographique très riche et on l’a toujours considéré comme un objet de prestige dont l’importance était d’autant plus difficile à cerner qu’elle est rarement mentionnée dans les sources anciennes (M. Vickers). Mais il ne faut pas oublier que la vaisselle des riches était à l’époque d’or et d’argent. Il semble maintenant évident que ce type de poterie était utilisé dans des contextes domestiques relativement modestes. Si la céramique est signifiante, et si elle nous apporte beaucoup pour la connaissance des sociétés traditionnelles et antiques, il faut cependant éviter de lui conférer un statut exagéré.

5Ce volume nous apporte donc certaines réponses mais il est surtout riche de questions et de nouvelles perspectives stimulantes pour les études céramologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Tuffreau-Libre, « Ceramic Studies, Papers on the social and cultural significance of ceramics in Europe and Eurasia from prehistoric to historic times », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/966

Haut de page

Auteur

Marie Tuffreau-Libre

Directrice de Recherche au CNRS, UMR 6566

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page