Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Imaginaires archéologiques, MCC-SDARCHETISl

Emmanuel Ghesquière
Référence(s) :

Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Ethnologie de la France » ; 22,277 p. (ISSN 0758-5888).

Texte intégral

1Une fois n’est pas coutume, c’est un ouvrage d’ethnologie que nous vous proposons de découvrir. écrit sous forme de contributions multiples, il concerne directement ou plus souvent indirectement la discipline archéologique. Comme son titre général l’indique, « Imaginaires archéologiques » rassemble une série de contributions traitant du phénomène de la para-archéologie dans la société du xxe siècle. De manière réfléchie et avec du recul, les différents auteurs traitent de tout ce qui concerne les abords de l’archéologie scientifique officielle, non pour la dénigrer de façon hautaine comme c’est généralement le cas de notre communauté scientifique, mais pour l’étudier comme un fait de société en marge de la science officielle, avec tout ce qu’elle interroge sur le passé de notre humanité et la popularisation de mythes qui recueillent souvent davantage d’échos que les faits scientifiques.

2Claudie Voisenat introduit ainsi l’ouvrage de façon magistrale par une lecture des temps héroïques de la discipline archéologique, à la fin du xixe siècle. Celle-ci se cherche et hésite encore entre science et folklore, se heurtant souvent à la superstition des populations rurales. Pour finir, en ce qui concerne les mégalithes, l’auteur retient que les inventaires de ceux-ci, initiés par de grandes campagnes de classement au titre des Monuments historiques, se sont recentrés sur le caractère purement scientifique, ne tenant compte de la dimension mystique populaire que de manière annexe, lorsqu’elle n’est pas totalement ignorée.

3Le premier article, de Véronique Moulinié, nous plonge dans l’univers étonnant des propriétaires de sites préhistoriques et plus particulièrement des grottes ornées, de la connaissance qu’ils ont de leur(s) site(s) pour l’avoir si souvent parcouru. La propriété de ces lieux de mémoire les amène généralement à assumer des responsabilités politiques locales, acquérant ainsi une charge d’élite avec l’héritage du site.

4Le second nous entraine dans le monde trouble des chasseurs de trésors de Rennes-le-Château, sur les traces de l’abbé Saunière. L’auteur décortique ici l’essence même de la para-archéologie où la recherche prend la forme d’une quête du graal, avec ses mythes, ses signes, ses trésors et ses « chevaliers », armés qui d’une pioche, qui d’un détecteur de métaux. L’importance de la quête est ici flagrante et dépasse celle de l’invention, considérée comme une malédiction.

5Claudie Voisenat nous entraine avec l’article suivant vers l’étude des hétéroclites, archivés avec pour icône le dessin d’une tête coiffée d’un entonnoir. Quelle truculence de découvrir sous la plume de l’auteur ce cortège de farfelus, doux-dingues, cherchant des visages dans les pierres ou les traces de géants et d’extraterrestres. Ces illuminés qui vivent leur passion de manière intense, sûrs de leur fait au point d’entretenir des relations épistolaires sur plusieurs dizaines d’années, n’hésitent pas à contacter ministres et présidents, parfois même à l’international, pour se donner une légitimité. Ils ne semblent vivre que pour leur passion stérile qui les dévore. Pour les archéologues de la DAPA, ce fonds de lettres surréalistes sert peut-être finalement à ramener la discipline scientifique à l’homme et à montrer les limites de celle-ci, science humaine non exacte avant tout.

6Suivent ensuite un article de Daniel Fabre traitant de l’étonnant rapport de l’écrivain Georges Bataille avec la grotte de Lascaux et un autre de Lucie Désidéri sur la Gravida, nom donné à une figure féminine d’un bas-relief antique, égérie d’un important cortège d’artistes.

7Trois contributions de Jean-Pierre Chambon, Marc Pessin et Michaël Jasmin nous entraînent à la découverte de la civilisation pessinoise, inventée par Marc Pessin, qui crée des œuvres, les enterre afin qu’elles acquièrent un statut ou une nature de témoins archéologiques d’une civilisation antique, puis les exhume et les expose. Cette invention, un des auteurs la compare aux œuvres de Duchamp qui transforme des objets usuels qui acquièrent ainsi un autre statut, ici œuvres d’art, pour Marc Pessin témoins archéologiques. La mise en scène ici de l’enfouissement et de l’exhumation prend ici une dimension christique pour se métamorphoser de sculptures actuelles à témoins archéologiques.

8L’article de Pierre Lagrange traite du délicat sujet de l’Atlantide, versé actuellement dans le mythe plus ou moins lié à l’âge du Bronze européen. Ici l’auteur traite de la période entre les deux guerres où son étude relevait encore du champ scientifique, où l’on s’interrogeait sur la possible présence quaternaire d’un continent dans l’Atlantique, reliant l’Europe ou l’Afrique aux Amériques. Il s’avère maintenant que ce continent a disparu depuis trop longtemps pour que l’humanité en ait gardé le souvenir, mais dans les années 1920, atlantéens et atlantologues se sont opposés dans leur recherche sur le continent disparu, dérivant finalement sur les divagations mystiques qui perdurent encore actuellement.

9L’ouvrage s’achève sur une contribution de Gaétano Ciarcia. Il y traite des travaux de l’ethnologue Marcel Griaule en Afrique, traquant les civilisations disparues par un mélange d’ethnologie et d’archéologie et aménageant les résultats suivant sa convenance.

10En bref, un livre offrant une lecture différente de l’archéologie, nous renvoyant parfois sa pratique dans un miroir déformé, loin de la discipline scientifique que nous pratiquons. Quoique…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Imaginaires archéologiques, MCC-SDARCHETISl », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 26 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rao.revues.org/969

Haut de page

Auteur

Emmanuel Ghesquière

INRAP Basse-Normandie et UMR 6566-CReAAH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page