Navigation – Plan du site

Soumettre un manuscrit

Manuscrits

La Revue archéologique de l'Ouest publie des travaux originaux concernant l'archéologie des époques préhistoriques et historiques, consacrées à l'Ouest de la France ou ayant des rapports précis avec ces régions.

La revue accepte des “ articles ”, qui ne peuvent dépasser une trentaine de pages (environ 150 000 signes typographiques ou leur équivalent en illustration à raison de 5500 signes par page) et doivent déboucher sur des perspectives synthétiques d’intérêt général, même si le sujet est au départ monographique.

Elle accepte également de courtes “ notes ”, des “ billets d’humeur ” ou des éditoriaux sur la base des mêmes critères.

Elle publie aussi des “ chroniques ” (bibliographies, travaux universitaires, comptes-rendus d’ouvrages, etc. pour lesquelles le Comité de Rédaction est également demandeur de contributions.

Les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs, aussi bien pour les idées émises que pour les éventuels litiges (notamment ceux pouvant résulter de l’utilisation de documents). Il appartient donc aux auteurs de s’assurer de la reproductibilité des documents proposés et de faire leur affaire de toute négociation utile en la matière.

L'acceptation des manuscrits est subordonnée à l'avis (technique et scientifique) d'un Comité de Rédaction, après examen par des rapporteurs.

L'association RAO édite également des volumes thématiques, "suppléments" ou "documents", éventuellement en partenariat mais qui restent soumis aux mêmes règles générales.

Des “ propositions préliminaires ” de contributions peuvent êtres faites à tout moment, de manière à mieux cerner les caractéristiques du manuscrit avant son élaboration, le Comité de Rédaction souhaitant développer aussi en amont que possible un dialogue constructif avec les auteurs (utiliser de préférence le papillon ci-joint).

Tout manuscrit proposé doit être remis en deux exemplaires sur papier.

Le texte sera paginé et imprimé avec une marge (4cm minimum) et des interlignes (1 1/2 minimum) suffisants pour permettre des annotations.

Les figures seront fournies séparément du texte, sous forme de photocopies réduites à l'échelle souhaitée pour la publication (voir plus loin les justifications de la revue).

N'envoyer ni support numériques ni originaux à ce stade, mais, le cas échéant, indiquez avec précision les caractéristiques des documents numérisés que vous êtes en mesure de fournir : configuration, logiciel, format, etc.

Évaluation des manuscrits

Tous les manuscrits sont placés sous la responsabilité d'un rédacteur et sont jugés par deux évaluateurs (rédacteurs ou chercheurs externes) dont la compétence est reconnue dans le domaine relatif à l'article. Un rédacteur en chef communiquera à l'auteur principal les révisions à effectuer selon les recommandations des évaluateurs.

Le bouclage du numéro annuel de la revue s’effectue en octobre ; il tient compte des caractéristiques techniques des articles, de leur sujet et de leur ordre d’arrivée.

Un premier examen des manuscrits a lieu en mars ; leur dépôt dans le premier trimestre de l’année est indispensable pour permettre leur lecture par les rapporteurs et les indispensables navettes avec l'auteur dans les meilleures conditions.

Les documents fournis ne sont retournés aux auteurs que sur demande formulée lors du dépôt du manuscrit définitif.

Préparation des manuscrits

Si le manuscrit est accepté pour publication, les auteurs devront fournir une copie de leur texte en version électronique, format de traitement de texte (PC ou Macintosh) en prenant soin d'indiquer le logiciel et la version utilisés. La copie sur papier et celle du fichier informatique doivent être identiques.

Texte

- Le titre sera bref mais explicite, accompagné des nom(s) et prénom(s) non abrégé(s) du (ou des) auteur(s).

- Les notes infrapaginales et encarts seront limités au maximum.

- Les appels de références devront suivre la "norme Harvard" (voir les numéros déjà parus).

- Des sous-titres devront le structurer autant que nécessaire mais sans excès : trois niveaux sont un maximum.

- Sur des feuillets distincts (pour en faciliter la manipulation), le texte courant sera accompagné :

d'une notule d'identification : du (ou des) auteur(s), destinée à être insérée en fin d'article : prénom(s), nom(s)qualité(s), appartenance(s) institutionnelle(s) et adresse(s) de contact scientifique ;

d'un résumé, réellement informatif e (document fondamental car destiné à être repris dans les bases de données indexant la revue) ;

de mots-clés (10 au maximum, choisis avec soin pour leur pertinence, pour la même raison que ci-dessus) ;

d'une bibliographie présentée selon les normes "Harvard", reprenant tous les appels du texte (et, sauf exception, eux seuls) ;

des légendes des figures, qui devront rappeler le site ou le sujet général concerné, être brèves mais très explicites, et comporter les "crédits d'images" et mentions d’origine nécessaires. Numéroter d'une part les figures au trait et les photographies, et d'autre part les tableaux, en deux séries distinctes (la notion de "planches" étant à réserver à d'éventuels documents hors-texte).

des notes infrapaginales et encarts, éventuellement ;

des traductions : la revue publie désormais la traduction anglaise du titre de l'article, du résumé (éventuellement développé en une "abridged version"), des mots-clés et des légendes des figures (éventuellement abrégées) ; les traductions fournies seront vérifiées par un spécialiste anglophone avant publication (si le sujet s'y prête, des traductions dans une seconde langue sont éventuellement envisageables).

Illustrations

Intérieurement, la RAO est en principe illustrée en noir-et-blanc mais elle est susceptible d'accepter quelques illustrations en couleurs si le sujet et/ou la qualité des documents le justifient ; elle est par contre demandeuse de documents couleurs de qualité pour sa couverture.

Pour les illustrations au trait, veiller particulièrement aux points suivants :

- Qualité du trait (densité, épaisseur constante, précision des raccords) ;

- Respect des normes habituelles en matière de dessin archéologique ;

- Echelle graphique (et nord sur les plans) ; proscrire les mentions d'échelle chiffrée dans les légendes (les nécessités du montage peuvent amener à changer le taux de réduction ;

- Contraste suffisant entre trames : une différence de densité de 20 % entre deux plages ( soit 4 niveaux de gris entre le blanc et le noir) est le "minimum de confort" pour le lecteur ;

- Typographie homogène, discrète et lisible (police et taille) ; limiter au maximum les incrustations de texte dans les figures, sources de problèmes lors des transferts et renvoyer les commentaires dans la légende-texte. (en DAO, regrouper la typographie sur un "calque" distinct) ;

- Proscrire les “ bricolages ”, qu’ils soient manuels (collages, découpages, etc.) ou électroniques (combinaisons de documents issus d’applications différentes) : leurs effets pervers sont imprévisibles ;

- Attention aux effets de la réduction : traits trop minces "mangés", les lettres trop petites illisibles, trames trop fines empâtées ou "moirées" (le document de travail demandé, au format final souhaité, doit permettre une appréciation du résultat final). Avec Illustrator, les traits doivent avoir une épaisseur miniale de 0,4 point ; éviter d’utiliser la fonction “ adapter les épaisseurs ”.

- Respecter les justifications : la nouvelle maquette donne davantage de souplesse, mais ses normes sont impératives.

hauteur de page 25 cm maximum, légende comprise (la première ligne occupe 7 mm et chacune des suivantes 3,5 mm ; ainsi une figure avec 4 lignes de légende - 2 en français + 2 en anglais - ne peut dépasser 23 cm de haut).

largeur de colonne 7,5 cm ; largeur de texte 15 cm ; toutesfois, les figures en "bandeau" (hauteur minimale 1/4 de page soit 6,5 cm, hauteur maximale 1/2 page soit 12,5 cm) peuvent admettre un dépassement en largeur jusqu'à 17,5 cm et une largeur intermédiaire à 11 cm.

- Composer les figures :

ne pas oublier une "mise en situation " : carte de localisation du (ou des) site(s) étudié(s) en tête de l'article ;

ne pas "balancer " de planches pleine page directement reprises d'un rapport (mais insuffisamment garnies ou déséquilibrées ou, à l'inverse, bourrées de séries redondantes de tessons ou de silex) : sélectionner les éléments réellement significatifs (et cités dans le texte) ; pour les plans, réfléchir à des compositions synthétiques évitant la multiplication de plans élémentaires ;.

être sélectif : un article ne peut reprendre la totalité de la documentation d'une fouille (désormais, la RAO publie des "annexes" sur SD-Rom encarté dans la revue imprimée. Elles peuvent accueillir des documents complémentaires, mais ne pas en abuser.

un filet peut entourer les figures, mais éviter de matérialiser la page elle-même ;

proscrire tout débordement du cadre virtuel de la justification : un simple bout de trait qui déborde "casse" la mise en page et/ou impose un taux de réduction plus élevé ;

éviter les taux de réduction et les orientations disparates ;

éviter les planches "à l’italienne" (pleine page enen largeur), difficiles à consulter dans un volume monté "à la française".

Rappel de quelques règles pour l'élaboration des manuscrits

Points cardinaux, noms géographiques, noms étrangers :

Les points cardinaux prennent une majuscule lorsqu’ils désignent une région, mais pas quand ils expriment une direction : la France du Nord, le Midi méditerranéen, mais le nord de la France, une tombe ouverte à l’est.

Leurs abréviations se mettent en majuscules, sans points : N ; S ; E ; O (éviter le W) ; S-O ; E-N-E.

Communes, départements et régions prennent des majuscules et traits d’union : la Haute-Normandie, la Loire-atlantique, La Trinité-sur-Mer, mais pas les noms d’entités géographiques : le val de Loire.

Les noms de lieudits prennent des majuscules mais pas de traits d’union : La Grée de Cojou.

Cas particulier des hagionymes : Saint-Pierre-de-Plesguen (commune) ; Saint-Pierre des Olivettes (lieudit).

L’abréviation St. peut s’employer pour un toponyme (St. Malo), mais jamais pour un personnage.

Les noms étrangers s’écrivent en italique et, sauf usage contraire avéré, l’Académie française recommande d'en former les pluriels “ à la française ” : des tumulus (et non tumuli), des Dreikanters, des tombolos, etc.

Noms de peuples, de personnes et d'institutions :

Ils prennent une majuscule quand ils sont employés substantivement, pas quand ils sont adjectivés : les Néanderthaliens, les Préhistoriques, les Néolithiques, les Volques Tectosages, les Carolingiens,
mais : le faciès néanderthalien, la population néolithique, la dynastie carolingienne.

Joseph Déchelette et non DECHELETTE), le potier Aetius, saint Corentin.

abréviations françaises : Monsieur : M. (et non Mr.) ; Madame : Mme ; Mademoiselle : Mlle ; Maître : Me ; Docteur : Dr. ; Professeur : Pr.

Dans les noms d'institutions, les majuscules se limitent au(x) nom(s) signifiant(s) : la sous-direction de l’Archéologie, la Société préhistorique française, le Groupe vendéen d’études préhistoriques. (dans toute la mesure du possible, respecter l'accentuation : utiliser la fonction "Majuscules accentuées").

Les sigles ne prennent plus de points entre les lettres : CNRS, INRAP, SOM, RRBP.

Les universités se désignent par un chiffre arabe sans article : université Paris 4 (et non Paris IV) ; université Rennes 2 (et non de Rennes II), …

Sciences naturelles, époques et cultures archéologiques, etc. :

Les embranchements, ordres, genres et étages géologiques (substantifs) prennent une majuscule s’ils désignent l’entité systématique. Par contre, l’espèce, en général sous forme adjectivale, ne prend pas de majuscule :
les Carnivores, les Graminées, le Crétacé, le Cerf élaphe, le Chêne rouvre.

Les noms latins se mettent en italique sans article :chez Canis familiaris, la dentition… ; l'épillet de Triticum spelta, la disparition d'Elephas primigenius.

Les noms d’os d’origine latine restent en style standard, sans majuscule : le calcaneum.

Roches et minéraux ne prennent pas de majuscules : un basalte à olivine ;

Noms d'époques et de cultures prennent une majuscule quand ils évoquent un contenu d’histoire et la perdent s’ils sont adjectivés : le Quaternaire, le Néolithique moyen, le premier âge du Fer (ou âge du Fer, mais jamais âge du fer !), l'art de La Tène finale, le Haut-Empire, le haut Moyen-âge, la culture de Cerny, le Rubané récent, les Chasséens, mais l’ère quaternaire, un silex crétacé, une poterie néolithique, la culture chasséenne.

Dates et chiffres, espacements :

Les dates s’écrivent le plus souvent en abrégé et en chiffres : 3500 BP, 79 av. J-C ; millénaires et siècles peuvent se noter en chiffres romains ou arabes, avec la mention ordinale en exposant : IIIème (ou 3ème) mill. av. J-C, IIe s. de n.è., 16e s.

Abréviations : premier : 1er ; première : 1re ; deuxième : 2e ; deuxièmement : 2° ; p. 45.

Attention à bien distinguer : p. 25 - 32 = pages 25 à 32 ; p. 25, 32 = ; pages 25 et 32.

Les chiffres s’espacent par tranches de trois (blancs insécables), au moins à partir du 5e : 2500 (ou 2 500) ;

25 000 ; 1 250 000 ;

Les coefficients de réduction se notent simplement avec une barre : 1 / 2500.

Les unités de mesure s’abrègent sans point et sans prendre le pluriel : 2 m ; 3 m2 ; 3,5 km ; 45 ha ;

Sauf pour les énumérations et les valeurs trop longues à transcrire, les chiffres se donnent en lettres dans un texte courant ; les abréviations doivent rester cohérentes : 3 m ou trois mètres, mais ni 3 mètres ni trois m.

Pas de blanc avant les signes de ponctuation “ simples ” (. , ) ; blanc insécable avant les signes “ doubles ” ( ; : ! ?) et. ” ; blanc simple avant et blanc insécable après pour - et “ ; blanc simple avant et après les ( ) et [ ] (pas de blanc entre ces signes et leur contenu).

Dans les abréviations, on met un blanc s'il s'agit de deux mots distincts, pas s'il s'agit d'un seul : 1 m, mais 1er.

Et pour terminer, quelques pièges dans lesquels on tombe souvent :

Le Radiocarbone (carbone 14) se note 14C selon la nomenclature des physiciens.

Aurochs prend un s même au singulier (le mot dérive de l'allemand Ur-Ochs : bœuf primitif).

Ne pas confondre la tâche d'un tâcheron avec une tache d'encre.

Bien distinguer le granite des géologues du granit des poètes.

Tableaux - Figures – Équations

Les tableaux ne sont pas recomposés mais saisis directement ; les traiter comme des illustrations au trait (avec filets, cellules graissées ou surlignées en tant que de besoin).

Il est en général préférable d'avoir davantage de lignes que de colonnes.

Eviter aussi bien la prolifération de "micro-tableaux" ne présentant chacun que quelques données que le "pavé" de chiffres pleine page.

Les réaliser avec Excel, ou Word en tabulation texte (éviter la fonction "Tableau" de Word).

Les photographies doivent être vigoureuses (il y a toujours une certaine perte de contraste au clichage, surtout à partir des documents couleurs) et équilibrées (sans plages blanches ni trous noirs).

Proposer éventuellement un recadrage pour éliminer tout élément incongru (le vêtement qui traîne, la voiture en stationnement...).

Les documents de travail fournis avec l’envoi initial (tirages, duplicata, photocopies,...) doivent être d’une qualité suffisante pour que l’on puisse juger de l’intérêt du cliché.

Remerciements

La partie des remerciements devra mentionner seulement les personnes (ou organismes) qui ont contribué de manière concrète aux aspects scientifiques, techniques et financiers de l'étude ainsi qu'à l'amélioration de la présentation.

Références – bibliographie

L'exactitude de tous les éléments contenus dans les références relève de la responsabilité de l'auteur. Dans le texte, les renvois doivent être indiqués à l'aide du nom de l'auteur et de l'année de publication. Par exemple, un texte de D. Martin et H. Mann publié en 1999 sera ainsi noté : Martin et Mann (1999) ou (Martin et Mann, 1999) selon la structure de la phrase. Lors d'une énumération, les références doivent être séparées par un point-virgule. La locution et al. suivant le nom de l'auteur principal est utilisée seulement dans le cas où une référence compte plus de deux auteurs.

Dans la bibliographie, les références doivent être présentées dans l'ordre alphabétique du nom du premier auteur. Celles d'auteur(s) ayant publié plus d'une fois au cours de la même année doivent être identifiées chronologiquement par une lettre suivant l'année (ex. : 1999a ; 1999b). Les références dites « sous presse » doivent avoir été acceptées pour publication dans le périodique cité. Il faut écrire le nom des périodiques en entier.

Articles dans des périodiques
Martin, S. et Durand, J.-C., 1995 - Chemical composition of some Medieval glass fragments from Central France. Revue d’Archéométrie, 27 : 20-27.
Smith, J. H., 2000 - Fission track dating of the obsidian of Paros Island.
Bulletin of Mineralogy, Serie B, 30, (4) : 285-297.

Livre
Dulac, D., 1993 - Les Fouilles du bourg Saint-Jean à Rennes (France). Cambridge University Press, Cambridge.

Contribution à un ouvrage collectif
Camel, Ph., 1990 - La métallurgie des non-ferreux au Moyen Age. In E. Gwinner (dir.). La Bourgogne des origines. Springer-Verlag, Berlin, 413-421.

Thèse
Laurel, L., 1997 - Les hommes et le climat en Europe du sud au tardiglaciaire. Thèse de doctorat, Université de Paris X, France.

Rapport
Buitel, J.-M., 1999 - Atlas des zones humides du Labrador. Ministère de l'Énergie et des Ressources, Direction générale de l'exploration géologique, Québec.

Articles dans des comptes rendus de conférence
Davidson, N. C., Conrad, P. R., 1988 - Determination of Organic Matter in Calcereous Sediments and Sedimentary Rocks by Loss on Ignition. In H. Ouellet, H. G. Smith (ed.). Acta XIX International Congress of Archaeology. Volume I. University of Cambridge Press, Cambridge, 342-352.

Publications internet

Zepp, C. E., 2000 - An on-line radiocarbon calibration tool. De http://www.xxx, consulté en mois/année.

Acceptation du manuscrit

Après avoir donné suite aux éventuelles observations du Comité de Lecture, l’auteur fournira dans les meilleurs délais une version papier accompagnée de sa saisie numérisée comprenant :

Un fichier "texte principal" (de préférence en Word / PC .RTF), sans mise en forme de paragraphes ni tabulations (les alinéas, italiques, gras et capitales sont seuls admis) et rassemblant, dans l'ordre, tous les éléments devant être composés "à la suite" : le titre, le(s) nom(s) d'auteur(s), le résumé, les mots-clés, le texte courant, la bibliographie.

Un fichier "légendes" (au même format que le précédent) et rassemblant tous les éléments de texte destinés à être insérés en fonction de la mise en page : légendes de figures et de tableaux, notes infrapaginales, remerciements, coordonnées d'auteur(s).

Un fichier par tableau ou illustration, fourni "prêts à incruster" sur Photoshop ou Illustrator. En cas d'impossibilité absolue de fournir des documents numérisés, adresser des épreuves sur papier blanc brillant ou de très bonnes diapositives pour les photos, des originaux, bromures ou très bonnes reprographies pour les documents au trait.

Identifier clairement chaque document : nom d'auteur, n° de fig, ; préciser l'orientation en cas de doute possible.

Épreuves et tirés à part

L'auteur principal recevra 10 tirés à part gratuits et un exemplaire de la revue.

Une fois le texte accepté pour publication, l'auteur recevra les épreuves pour vérification (format PDF). Lors de cette lecture vérificatrice, il est fortement suggéré de lire très attentivement l'article et de signaler toute interrogation ou correction à apporter. Il s'agit de la dernière étape avant la publication et aucune correction supplémentaire ne pourra être effectuée par la suite. Les épreuves doivent être retournées dans la semaine qui suit leur réception. Les corrections qui impliquent des changements importants par rapport à la version acceptée du manuscrit ne seront pas acceptées ou seront aux frais des auteurs.

Cession de droits

Dès la publication du manuscrit, l'auteur cèdera ses droits à l'éditeur.

Photographie pour la page de couverture

La rédaction sollicite des photographies pour la page de couverture de la revue auprès des auteurs dont le manuscrit a été accepté pour publication. Les auteurs sont invités à faire parvenir des diapositives ou des photos numériques présentant un aspect de l'article à paraître accompagné d'une courte légende. Les auteurs ne recevront aucune compensation financière si leur photographie est retenue.

Les photographies numériques doivent avoir une résolution minimale de 300 ppp. 

Contact

Adresser toute correspondance scientifique ou rédactionnelle à :
Revue archéologique de l'Ouest
Cyril Marcigny
Le Chaos,
14400 Longues-sur-Mer
cyril.marcigny@orange.fr

Adresser toute correspondance commerciale et règlements à :
Presses universitaires de Rennes
campus La Hape
2 rue du Doyen- Denis-Leroy
35044 RENNES cedex
pur@univ-rennes2.fr